Actualités du fonds « Science et ignorance » n°7

IGNORANCE SAVANTE

  • La répartition des espèces dans l’écorégion de Caatinga (Brésil) : cartographie des connaissances et de l’ignorance.
La caatinga durant la saison des pluies. 
Allan Patrick de Mossoró, Brasil, CC BY-SA 2.0 Source : Wikipédia

L’article est consacré à l’étude du biome de Caatinga, macro-écosystème du nord-est brésilien, au climat tropical semi-aride. Ce denier offre des paysages diversifiés, parfois jugés inhospitaliers, constitués en grande partie de déserts et de brousses xériques. Cette région est autrement appelée le sertão, ce qui signifie selon le sens originel l’arrière pays ou le fin-fond. Cette réputation n’a pas favorisé la reconnaissance du Caatinga comme zone écologique protégée et cette dernière a tardé à se mettre en place. Pour autant, une meilleure connaissance de la répartition géographique des espèces permettrait de pouvoir prioriser des actions de conservation ou de prévoir l’impact des changements environnementaux.
Afin d’identifier et de caractériser la disponibilité des données sur l’occurrence des espèces de plusieurs taxons de cette écorégion, dans le répertoire de la biodiversité intitulé Global Biodiversity Information Facility (GBIF) , des scores d’ignorance leur ont été attribués. Cette étude permet d’identifier des biais dans la collecte des données et met notamment en évidence le point suivant : certaines zones géographiques, comme les ères péri-urbaines ou les zones difficiles d’accès sont moins volontiers fréquentées par les chercheurs.

– Correia, Ricardo A., Alejandro Ruete, Juliana Stropp, Ana C. M. Malhado, Janisson W. dos Santos, Thainá Lessa, José A. Alves, et Richard J. Ladle. « Using Ignorance Scores to Explore Biodiversity Recording Effort for Multiple Taxa in the Caatinga ». Ecological Indicators 106 (1 novembre 2019): 105539.

Continuer la lecture de « Actualités du fonds « Science et ignorance » n°7 »

Veille « Science et ignorance » déc. 2020 n°1

IGNORANCE EN PHILOSOPHIE DES SCIENCES

  • Quelle sont les conditions nécessaires et suffisantes pour observer une situation d’ignorance chez un sujet ?

    -Kubyshkina, E., et M. Petrolo. « What ignorance could not be ». Principia 24, no 2 (2020): 247‑54.

  • Contexte non-prédictif et actions instrumentales : pourquoi certaines exigences méthodologiques en matière d’économie du développement sont-elles incohérentes ?

    En étudiant les recommandations de la Direction de la coopération pour le développement de l’OCDE, l’auteur remarque que le conseil politique dans le champ de l’aide internationale au développement est souvent guidé par des exigences dont la rationalité interroge. Il est en effet recommandé de mener des actions instrumentales, qui nécessitent de connaître les relations de causes à effets et s’appliquent bien à un contexte prédictif.  Cependant, afin de tenir compte de l’imprédictibilité des changements sociaux, ne serait-il pas préférable de déterminer au préalable si la situation se prête mieux à l’action instrumentale, à l’inaction ou l’action non-instrumentale ?

    -Fforde, Adam. « Towards a Theory of Ignorance ». The Journal of Philosophical Economics XIII, no 2 (2020): 26.

IGNORANCE STRATÉGIQUE ET BIO-TECHNOLOGIES

  • Résistance au stress hydrique et plante myope : lorsque l’ignorance stratégique est incarnée dans un organisme végétal.

    Pixabay
    Afin de pallier aux baisses de rendement dans la culture du soja, occasionné par plusieurs sécheresse successives en Argentine, la recherche en bio-technologie s’est attachée à produire un type de plante transgénique dont la croissance n’est pas affectée par le changement climatique. Cette technologie
    correspond à un trait transgénique, nommé  HB4. Ce dernier empêche la plante de détecter la variation climatique et lui permet de se développer normalement. Si la situation de myopie par rapport au changement climatique, incarnée au sein de l’organisme végétal permet de conserver un bon rendement, ce trait transgénique n’est cependant pas favorable à l’évolution de l’espèce dans la durée. Cette étude permet donc notamment de souligner que certaines techniques d’adaptation au changement climatique viennent camoufler la nécessité de changement structurels plus importants et ne s’intéressent pas à la problématique de la survie des espèces sur le long terme.

    « HB4 plants are climate-ready commodities but not necessarily climate-ready organisms. This observation has implications at the societal level. When the commodity fetish that confounds climate-resilient commodities for climate-resilient organisms is lifted, it becomes apparent that this type of myopia goes beyond the foundational story of the HB4 technology. » (p.6)
    -Silva, Diego. « Keep Calm and Carry On: Climate-Ready Crops and the Genetic Codification of Climate Myopia ». Science, Technology, & Human Values, 24 novembre 2020

Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance » déc. 2020 n°1 »

Actualité du fonds « Science et ignorance » – 6

Le fonds « science et ignorance » accueille cette semaine de nouvelles ressources en épistémologie sociale et en philosophie. Nous vous souhaitons une bonne lecture.

DIMENSIONS SOCIALES DE L’IGNORANCE 

  • Identifier et classifier les pratiques de réduction au silence :

    Certains représentants du courant de l’épistémologie sociale s’attachent à analyser ce qui se produit lorsque l’on porte atteinte à la capacité d’un groupe donné à parler et à être entendu. L’article suivant propose d’analyser de façon conceptuelle cette forme d’oppression, analysée comme une violence épistémique et pouvant s’exercer à l’égard de groupes considérés comme marginaux ou « subalternes »1, placés en situation de non-sachants ou de non-spécialistes. Le premier type de réduction au silence identifié par l’auteur est appelé quieting. Il survient lorsque le public ne parvient pas à identifier un orateur comme un connaisseur. Ce type de réduction au silence est décrit dans l’ouvrage de Patricia Hill Collins intitulé Black feminist thought: Knowledge, consciousness, and the politics of empowerment (New York : Routlege, 2000). Le second type d’oppression est identifié par l’auteur comme un étouffement des témoignages ou testimonial smothering. Il se produit lorsque l’orateur perçoit d’emblée que son auditoire ne peut pas ou ne souhaite pas accepter le témoignage proposé.

-Dotson, Kristie. « Tracking epistemic violence, tracking practices of silencing ». Hypatia 26, no 2 (2011): 236‑57.

Lee, Harper. To Kill a Mockingbird. Philadelphie : J. B. Lippincott & Co, 1960
  • Pour une théorie de « l’ignorance herméneutique intentionnelle » :

    En reprenant l’analyse du procès de Tim Robinson dans l’ouvrage To Kill a Mockingbird de Harper Lee proposée par M. Fricker2 et en se référant à d’autres exemples contemporains, l’auteur entend apporter des précisions à la compréhension de l’injustice épistémique. Il prend pour cela en compte le fait que le connaisseur est à la fois socialement situé et interdépendant, dans la mesure où les ressources épistémiques nécessaires à donner du sens au monde dans lequel il vit sont par nature collectives.  Dans l’article, il montre en quoi ces deux aspects entrent en dialogue pour produire de « l’ignorance herméneutique volontaire ».

« Unlike the two forms of epistemic injustice Fricker identifies (testimonial and hermeneutical injustice), willful hermeneutical ignorance does not describe a thwarted epistemic agent who is not believed or cannot make sense of her world. Instead, willful hermeneutical ignorance describes instances where marginally situated knowers actively resist epistemic domination through interaction with other resistant knowers, while dominantly situated knowers nonetheless continue to misunderstand and misinterpret the world. » (p.716)

-Pohlhaus, Gaile. « Relational Knowing and Epistemic Injustice: Toward a Theory of Willful Hermeneutical Ignorance ». Hypatia 27, no 4 (2012): 715‑35.


Bande-annonce du film Du silence et des ombres (To Kill a Mockingbird), réalisé par Robert Mulligan en 1962 et adapté du roman de Harper Lee, dont le récit prend place dans les années 1930, au cœur de l'Amérique sudiste ségrégationniste.

Références du fonds sur les dimensions sociales de l’ignorance.

Continuer la lecture de « Actualité du fonds « Science et ignorance » – 6 »

  1. L’auteur fait référence à l’article : Spivak, Gayatri. 1998. Can the subaltern speak? In Marxism and the interpretation of cul- ture, ed. Cary Nelson and Lawrence Grossberg. Urbana: University of Illinois Press. []
  2. Fricker, Miranda. Epistemic Injustice: Power and the Ethics of Knowing. Oxford: Oxford University Press, USA, 2009 []

Veille « Science et ignorance » nov. 2020 n°2

IGNORANCE ET MÉCANISMES DE CONSTRUCTION DU DOUTE

  • Un sociologue de l’environnement aux prises avec une compagnie pétrolière organisant sa défense.
    L’article s’appuie sur une analyse des écrits personnels et des échanges entre un scientifique et des représentants de la compagnie Exxon, suite au  naufrage de l’Exxon Valdez, en mars 1989, au large de l’Alaska. Les aspects financiers sont souvent évoqués pour expliquer le dévoiement du travail des scientifiques dans les études sur les conflits d’intérêt. Cette étude montre que l’objectivité peut également servir de paravent et conduire un scientifique à négliger les conséquences sociales de la catastrophe et les aspects liés au risque environnemental. Désigné pour semer le trouble et influencer l’opinion en faveur de l’entreprise inculpée, le scientifique est aux prises avec les démêlés de sa propre conscience et l’image qu’il se fait de la science et de son propre métier semblent alors décisif pour son action.
      
    -Kirsch, S. « Between the devil and the deep blue sea: Objectivity and political responsibility in the litigation of the Exxon Valdez oil spill ». Critique of Anthropology, 2020.


Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance » nov. 2020 n°2 »

Actualités du fonds « Science et ignorance » – 5

IGNORANCE ET SECRET

  • Une étude ethnographique sur le rapport au secret dans les activités de recherche impliquant l’expérimentation animale :

    L’originalité de cette étude publiée dans la revue Public Understanding of Science, est de s’intéresser à la façon dont les représentations du public au sein des équipes de recherche dictent des stratégies particulières pouvant entraver la qualité de la communication scientifique1.  L’enquête est mise en perspective par rapport aux cadres d’analyse existants du deficit model et du contextual model.
    Sybia via Pixabay
    Elle met en lumière des mécanismes d’évitement liés à la honte ou des mensonges pieux, des stratégies d’ouverture sélective, ou, pour certains acteurs de la recherche, la volonté de communiquer d’une façon plus transparente.  Ainsi, l’expérimentation animale présente un aspect spécifique des mécanismes du secret, perceptible dans les enquêtes auprès des personnes et dans le dispositif employé par les structures de recherche pour simultanément intégrer et mettre à distance les incursions potentielles du public2.

    Many studies in the PUS field have analysed how the public(s) understands scientific practices and results. Here, we want to stress the opposite, how scientists and other actors within the apparatus of animal experimentation understand and discursively construct “the public.” (p.356)
    – Holmberg, Tora, et Malin Ideland. « Secrets and Lies: “Selective Openness” in the Apparatus of Animal Experimentation ». Public Understanding of Science 21, no 3 (1 avril 2012): 354‑68.
    Continuer la lecture de « Actualités du fonds « Science et ignorance » – 5 »
  1. Les auteurs se rapportent notamment aux travaux de S. Hilgartner. Voir par exemple : Hilgartner, Stephen. « Selective Flows of Knowledge in Technoscientific Interaction: Information Control in Genome Research ». British Journal for the History of Science 45, no 2 (2012): 267‑80. []
  2. Sur la thématique du secret, voir aussi B. Balmer : Balmer, Brian. Secrecy and Science: A Historical Sociology of Biological and Chemical Warfare. Farnham Burlington, Vt: Ashgate, 2012 []

Veille « Science et ignorance » – nov. 2020 n°1

IGNORANCE EN HISTOIRE ET PHILOSOPHIE DES SCIENCES

  • Le numéro inaugural de la revue Journal for the History of Knowledge, édité par S. Dupré et G. Somsen, est consacré à une conversation autour de l’ouvrage de Peter Burke : What is the History of Knowledge ? (Cambridge / Malden : Polity, 2015). Dans sa réponse, P. Burke propose des pistes pour l’évolution de ce champ d’étude et mentionne à ce titre le potentiel des ignorances studies  : « My own suggestion for the 2020s is to pay more attention to ignorance or Nicht-wissen, wich has been explored for some time by economists and sociologists, and more recently by anthropologists, political scientists, historiens » (p. 4). Il propose dans cette optique une liste d’approches pouvant être développées : l’intérêt pour les incompréhensions, les intraduisibles, le désordre plutôt que l’ordre ou chaque fois, la face cachée d’un sujet.
    -Burke, Peter. « Response ». Journal for the History of Knowledge 1, no 1 (15 juillet 2020): 7.

Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance » – nov. 2020 n°1 »

Actualités du fonds « Science et ignorance » – 4

Vous trouverez ci-après la liste des ouvrages dernièrement reçus au fonds « Science et ignorance ». Nous vous invitons à vous reporter aux billets de la rubrique « Formes d’ignorance » pour en savoir plus sur la description des sous-thématiques et à consulter les liens pour connaître la liste des documents référencés et disponibles pour chacune d’elles.


Science and the Production of Ignorance: When the Quest for Knowledge Is Thwarted.
Janet Kourany et Martin Carrier (Éds.)
Cambridge, MA: MIT Press, 2020.
lien éditeur – notice RUBENS


Voir aussi : la bibliographie « ignorance en histoire des philosophie des sciences – généralités » – Zotero dossier 01

Blanc de plomb : Histoire d’un poison légal /
Judith Rainhorn
Paris : Les Presses de Sciences Po, 2019.
lien éditeur – notice RUBENS


Continuer la lecture de « Actualités du fonds « Science et ignorance » – 4 »

Veille « Science et ignorance » – oct. 2020 n°3


L’IGNORANCE EN Histoire et PHILOSOPHIE des sciences

– Verburgt, Lukas M. « The History of Knowledge and the Future History of Ignorance ». KNOW: A Journal on the Formation of Knowledge 4, no 1 (1 mars 2020): 1‑24.

IGNORANCE ET SECRET

Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance » – oct. 2020 n°3 »

  1. Sur ce sujet, lire aussi : Bernas, Harry, et Nadezda Kutepova. « Nucléaire, ignorance et pouvoir : analyser Maïak (Russie) ». Raison Présente, no 204 (2017): 61‑72. []

Actualités du fonds « Science et ignorance » – 3

IGNORANCE ET « CENSURE » OU AUTO-CENSURE

  • Définir le périmètre de l’expertise en climatologie :

     Les scientifiques ont une connaissance irremplaçable de leur domaine de spécialité, qui leur confère une expertise et un rôle important pour prévenir des risques liés à l’emploi d’une substance, d’un produit, ou pour définir des scenarii et proposer des modélisations permettant de mieux anticiper les évolutions d’un système. Ils jouent ainsi pour la protection de la population un rôle de sentinelle dont on peut se demander sous quel prétexte il devrait être remis en cause.
    J. Molina et F. S. Rowland, « Stratospheric Sink for Chlorofluoromethanes : Chlorine Atom-Catalysed Destruction of Ozone », Nature, vol. 249,‎ 28 juin 1974, p. 810-812. Paul Josef Crutzen, Frank Sherwood Rowland et Mario José Molina obtinrent en 1995 le prix Nobel de chimie pour leurs travaux sur la chimie de l’atmosphère, particulièrement en ce qui concerne la formation et la décomposition de l’ozone.
    L’article qui suit propose tout d’abord une expérience de pensée qui permet de se représenter, à partir de l’exemple des travaux du chimiste mexicain Mario José Molina (1943-2020), qui alerta dès 1974 des dangers des chlorofluorocarbures (CFC) des aérosols, l’intérêt d’une communication des résultats hors de la sphère de la communauté scientifique.
    Puis, plusieurs arguments sont présentés afin d’engager les scientifiques à éviter une certaine forme de censure ou d’auto-censure dans leurs prises de position. Nous citerons par exemple la non neutralité de la science, la reconnaissance d’une compétence irremplaçable liée à la connaissance du domaine de spécialité ou la difficulté d’établir une distinction claire entre ce qui serait prescriptif et ce qui ne le serait pas1.
    -Jamieson, D., N. Oreskes, et M. Oppenheimer. « Science and policy: Crossing the boundary ». Bulletin of the Atomic Scientists 71, no 1 (2015): 53‑58. https://doi.org/10.1177/0096340214563675.

Continuer la lecture de « Actualités du fonds « Science et ignorance » – 3 »

  1. L’article est motivé par la critique des déclarations de principes et procédures du GIEC de 2010, qui invitent les scientifiques faire des propositions qui relèvent de politique mais ne soient pas prescriptives en la matière : « policy-relevant but not policy-prescriptive science ». Voir : Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) (2010) Statement on IPCC principles and procedures. February 2. Available at: http://www. ipcc.ch/pdf/press/ipcc-statement-principles-procedures-02-2010.pdf []

Veille oct 2020 n°2 – Workshop « Covid-19, fake-news & AI » – small report

L’atelier « Covid-19, fake-news and AI » organisé par le SCAI – Sorbonne Center for Artificial Intelligence le 14 sept. 2020 rassemblait en ligne des chercheurs, entrepreneurs et journalistes ayant travaillé sur le phénomène de la désinformation durant la période de confinement afin de mieux traquer les fake-news liées au COVID-19.

L’intérêt de cette mise en synergie des modes d’analyses et des innovations a transparu au cours du workshop. Les différentes présentations montrent en effet qu’il est difficile de mettre au point un système capable de pister automatiquement des fausses informations sans connaître leurs origines, leur nature et leurs enjeux. On perçoit mieux ainsi, l’intérêt des collaborations interprofessionnelles sur ce sujet.
Continuer la lecture de « Veille oct 2020 n°2 – Workshop « Covid-19, fake-news & AI » – small report »

Veille « Science et ignorance » – oct. 2020 n°1

IGNORANCE SAVANTE

  • Que peut nous apprendre le silence des données en archéologie ?

L’archéologie est une discipline qui, de par sa nature même, doit composer avec la sporadicité des données primaires, les absences et les lacunes. L’utilisation des données numérisées offre des nouvelles possibilités en termes de réutilisation, d’accès ou d’analyse. Cependant, cette abondance de données ne doit pas masquer les difficultés et les biais méthodologiques liés à leur manipulation. Ne serait-il pas pertinent de mieux caractériser ces biais et ces lacunes ? L’avènement du big-data, appliqué à l’archéologie ainsi que la prédominance actuelle des études empiriques apparaissent comme un moment propice pour se poser cette question.

– Huggett, J. « Capturing the silences in digital archaeological knowledge ». Information (Switzerland) 11, no 5 (2020)

Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance » – oct. 2020 n°1 »

Actualités du fonds « Science et ignorance » – 2 

SOCIOLOGIE DES SCIENCES

  • M. Ramírez-I-Ollé1 propose dans l’article suivant une métaphore qui peut être intéressante pour le champ de recherche sur la science et l’ignorance. En s’appuyant sur une lecture de l’ouvrage On Certainty de L. Wittgenstein (New York, Harper and Row : 1969) par D. Bloor, elle propose d’analyser le rôle du scepticisme par rapport à la confiance comme celui d’un parasite : « That is, the Parasitic View of Scepticism puts forward the idea that dogma and trust, rather than impeding productive critical inquiry and new
    Serres, Michel. Le parasite. Grasset, 2014
    knowledge as it is commonly thought are the condictions for knowing and doubting » (p.5). Mais il faut ici comprendre que le parasite peut avoir un double rôle : soit détériorer l’organisme hôte, soit le forcer à évoluer. Ainsi, pourrait-il en être de même pour le « scepticisme » par rapport à la confiance ? L’article propose ainsi un parallèle avec l’agnotologie et la sociologie de l’ignorance – le doute étant compris dans un cas comme délétère, dans l’autre, comme constructif – et d’autres pistes intéressantes pour la question de la post-vérité.
    – Ramírez‐i‐Ollé, Meritxell. « Trust, Scepticism, and Social Order: A Contribution from the Sociology of Scientific Knowledge ». Sociology Compass, 13 n°2 (2019)

Continuer la lecture de « Actualités du fonds « Science et ignorance » – 2  »

  1. M. Ramírez-I-Ollé est aussi l’auteur de plusieurs ouvrages et d’un article en lien avec ce dernier, intitulé Ramírez-i-Ollé, Meritxell. « “Civil skepticism” and the social construction of knowledge: A case in dendroclimatology ». Social Studies of Science (Sage Publications, Ltd.) 48, no 6 (décembre 2018): 821‑45. []

Veille Science et ignorance – Sept 2020 n°2

Dimensions sociales de l’ignorance

  • Application de l’épistémologie sociale à la gestion de la crise du COVID-19.
    Cet article propose d’analyser les situations dans lesquelles l’application des mesures sanitaires s’est heurtée à la méconnaissance de la réalité du terrain et à celle des conditions de vie des personnes les plus vulnérables. Ainsi, les horaires de travail étendus rendant difficiles l’application d’un couvre feu au Chili ou l’exode des populations indiennes ne travaillant pas à proximité de leurs domiciles lors du confinement ont-ils pu constituer un frein à la distanciation sociale. De la même façon, une hypothèse est avancée selon laquelle les conséquences liées aux difficultés d’accès aux masques au sein des populations noires-américaines aux États-Unis, ont constitué un pan aveugle des mesures sanitaires adoptées.
    – Timmermann, C. « Epistemic Ignorance, Poverty and the COVID-19 Pandemic ». Asian Bioethics Review, 2020

  • Dans Slate Magazine, un entretien de Julia Craven avec le Dr. Uché Blackstock, médecin urgentiste et fondatrice de Advancing Health Equity  :
    – Craven, Julia. « The Hidden Reasons So Many Black Americans Are Dying From COVID-19 ». Slate Magazine, 13 septembre 2020. Consulté le 17 septembre 2020.

Continuer la lecture de « Veille Science et ignorance – Sept 2020 n°2 »

Actualités du fonds « Science et ignorance »

Ouvrages reçus…

L’IGNORANCE EN ÉPISTÉMOLOGIE ET PHILOSOPHIE

L’épistémologie a permis de mieux cerner la question de l’ignorance dans des champs aussi diversifiés que l’épistémologie sociale, l’épistémologie féministe, l’épistémologie fondée sur la vertu ou encore l’épistémologie de la résistance. Daniel R. DeNicola propose dans cet ouvrage un examen de ses différentes facettes et montre aussi que l’ignorance peut offrir de nouveaux développements pour ces approches épistémologiques, dans une discussion organisée autour de la métaphore spatiale : l’ignorance comme lieu, frontière, limite ou horizon.
Understanding ignorance: The Surprising Impact of What We Don’t Know du professeur émérite de philosophie Daniel R. DeNicola (Cambridge, Massachusetts: MIT Press, 2017), 264 p.

Articles à découvrir au fonds documentaire…

Ignorance et secret

Continuer la lecture de « Actualités du fonds « Science et ignorance » »

Veille « Science et ignorance » – sept 2020 n°1


IGNORANCE SAVANTE

ASPECTS SOCIAUX DE L’IGNORANCE 

Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance » – sept 2020 n°1 »