Lancement de la bibliographie collaborative Zotero « Infox, épidémies, coronavirus »

Image par Gerd Altmann de Pixabay

Dans la lignée des deux bibliographies Zotero précédentes  « Science et ignorance »  et  « Post-vérité et fake-news », nous avons souhaité fournir durant cette période une documentation spécifique sur le thème de la désinformation durant la pandémie de Coronavirus. Cette nouvelle bibliographie « Infox, épidémies, coronavirus » vient en complémentarité de la base bibliographique Zotero collaborative et multidisciplinaire « Documentation relative au nouveau coronavirus SARS-COV-2  » conçue par les Bibliothèques de l’ENS et dont la consultation est vivement conseillée.

Continuer la lecture de « Lancement de la bibliographie collaborative Zotero « Infox, épidémies, coronavirus » »

Des ressources sur la cyber-manipulation : un focus sur le rapport « Global cyber-troops 2019 »

Soutiens du programme « The computational propaganda project »

Depuis 2012, une recherche est mise en place dans le cadre du programme « The Global propaganda project » afin d’étudier l’utilisation des algorithmes, des bots informatiques et de la cyber-propagande dans la vie publique. Plus particulièrement, les sociologues et spécialistes des sciences de l’information de l’Oxford Internet Institute et de l’Institut Reuters, s’attachent à cerner et définir l’impact de ces robots informatiques sur les réseaux sociaux. L’un des objectifs du programme est notamment de fournir aux plateformes et aux gouvernements de meilleurs outils pour les pister et les capturer. Ce projet permet aussi d’analyser la façon dont certains pays utilisent ces robots pour manipuler les échanges, démobiliser l’opposition ou apporter leur support à des plateformes telles que Twitter, Facebook ou Sina Weibo.

Dans ce cadre, le rapport « The Global Disinformation Order: 2019 Global Inventory of Organised Social Media Manipulation » [ L’ordre mondial de la désinformation : L’inventaire mondial 2019 de la manipulation organisée sur les réseaux sociaux] coordonné par Samantha Bradshaw et Philip N. Howard,  rend compte d’une étude réalisée durant trois ans afin de surveiller les tendances de la cyber-propagande et l’utilisation des réseaux sociaux dans le cadre de campagnes de manipulation établies par des gouvernements ou partis politiques.

Continuer la lecture de « Des ressources sur la cyber-manipulation : un focus sur le rapport « Global cyber-troops 2019 » »

La lutte contre la désinformation (3/3) : quelques guides et recommandations de professionnels des sciences de l’information, juristes et responsables politiques

Rédaction  : 25 avril 2019. Publication : 9 mars 2020

Nous proposons ici quelques guides de professionnels – bibliothécaires, juristes ou responsables politiques – élaborés afin de lutter contre le phénomène de désinformation. Ces derniers se révèlent utiles pour déjouer des pièges analysés en sciences cognitives ou en sciences de l’information.

Nous savons par exemple qu’il existe un biais cognitif qui nous pousse à chercher des informations confortant nos propres croyances, à nous rapprocher des personnes de même sensibilité et à consulter les sites internet qui confortent nos conceptions. Pour le sociologue des sciences Dominique Pestre, ce phénomène tend à constituer des groupes sociaux fonctionnant comme des « isolats »1.

Continuer la lecture de « La lutte contre la désinformation (3/3) : quelques guides et recommandations de professionnels des sciences de l’information, juristes et responsables politiques »

  1. Voir l’ entretien audio avec D. Pestre n°10/10 []

La lutte contre la désinformation (2/3) : démythification et debunking

Rédaction  : 25 avril 2019. Publication : 9 mars 2020.

Les initiatives visant à « déconstruire les mythes » sont présentes sur internet ou dans les médias sous différentes formes : émissions ou rubriques de « debunking », entretiens épistémiques ou « épistémologie de rue ». Elles s’appuient pour leur part sur un argumentaire ou une méthodologie de type scientifique et doivent parfois tenir compte des biais cognitifs du public cible ou de l’interlocuteur.

De nombreux sites s’attachent à démolir les « hoax », ces fausses informations, rumeurs ou canulars qui misent sur l’aspect sensationnaliste pour maximiser le taux de partage sur internet. Dans son mémoire  « Bibliothèques et désinformations dans l’infosphère numérique »1, Céline Raux en dresse une liste et décrit ainsi leurs objectifs :

« Hoaxkiller, conspiracy watch, hoaxbuster, debunkers, PHDN, Bastison.net sont des sites web qui se donnent pour objectifs d’aider les internautes à évaluer les informations qui circulent en ligne dans un contexte d’ « infopollution » où il est de plus en plus difficile d’adopter une attitude critique et raisonnable face à la masse d’information qui submerge quotidiennement chacun d’entre nous. »

Continuer la lecture de « La lutte contre la désinformation (2/3) : démythification et debunking »

  1. RAUX, Céline, Bibliothèques et désinformations dans l’infosphère numérique (Mémoire de fin d’étude du diplôme de conservateur, promotion 24, portant sur le rôle des bibliothèques face à la prolifération de désinformations et de théories du complot dans un espace documentaire bouleversé par l’Internet., ENSSIB, 2016, Consulté sur https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notices/65995-bibliotheques-et-desinformations-dans-l-infosphere-numerique []

La lutte contre la désinformation (1/3) : quelques initiatives de fact-checking chez les journalistes et scientifiques

Rédaction  : 25 avril 2019. Publication : 9 mars 2020

Nous listons ici quelques initiatives prises par des journalistes et scientifiques afin de lutter contre désinformation, contribuer à « rétablir la vérité » ou « évaluer la fiabilité de l’information à l’aide d’une échelle de mesure convenue ».

Dans la notice du Publictionnaire1, le fact-checking est décrit comme « une pratique journalistique consistant à évaluer la véracité des propos tenus par des responsables politiques ou d’autres personnalités ». Dans l’ordre de création sont cités : « Désintox » pour Libération (2008), « Les Décodeurs » pour Le Monde (2009), « Le vrai du faux » sur France Info (2012), « Le vrai-faux de l’info » sur Europe 1 (2012), « L’œil du 20 heures » sur France 2 (2014).
Aux émission ou rubriques dédiées, qui proposent une sélection d’informations évaluées, s’ajoutent des moteurs de recherche permettant de vérifier un article ou un site sur demande, parfois couplés avec une application à installer permettant d’évaluer l’information ou au cours de la navigation.

Continuer la lecture de « La lutte contre la désinformation (1/3) : quelques initiatives de fact-checking chez les journalistes et scientifiques »
  1. Bigot, L. ,« Fact-checking » . Consulté le 25 avril 2019, Site du Publictionnaire : http://publictionnaire.huma-num.fr/notice/fact-checking/ []

2 questions à Pierre-Michel Menger (Professeur au Collège de France)

Pierre-Michel Menger, Séminaire « Comment l’ignorance stimule la science », 20 février 2020.

Pierre-Michel Menger est professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de sociologie du travail créateur et directeur d’études à l’EHESS au CESPRA, qu’il a dirigé de 1993 à 2005. Ses recherches ont été consacrées aux arts (et notamment à la création musicale), aux marchés du travail, aux professions et, plus récemment, à la sociologie des tâches de recherche et d’enseignement. Il est spécialisé dans l’analyse des professions artistique. Il a enseigné la sociologie de la consommation, des modes de vie et du travail pendant plusieurs années à l’IEP de Paris. Il a été co-directeur de la Revue française de sociologie et il est membre du comité éditorial de la Revue française de gestion et de la revue d’histoire de l’art Perspectives, et membre du conseil scientifique de la Revue économique.

Pierre-Michel Menger a récemment dirigé : Le talent en débat (PUF, 2018), et avec Simon Paye et Big data et traçabilité numérique. Les sciences sociales face à la quantification massive des individus (Collège de France, 2017). Parmi ses ouvrages, traduits dans plusieurs langues nous pouvons aussi citer La différence, la concurrence et la disproportion (Fayard/Collège de France, 2014), Le travail créateur. S’accomplir dans l’incertain (Gallimard-Seuil – « Hautes-Études », 2009), Les intermittents du spectacle. Sociologie du travail flexible, 2e édition, (Éditions de l’EHESS, 2011 [2005]) et Portrait de l’artiste en travailleur. Métamorphoses du capitalisme (Seuil, 2003).

2 questions à Leïla Perié (Laboratoire Physico-Chimie Curie – UMR 168 – Institut Curie)

Leïla Perié, Séminaire « Comment l’ignorance stimule la science », 13 février 2020.

Leïla Perié est ingénieur agronome et docteur en immunologie, chef d’équipe et directrice scientifique au Laboratoire Physico-Chimie Curie – UMR 168 à l’Institut Curie. Avec son équipe Approches quantitatives en immuno-hématologie, elle étudie le système immunitaire en combinant des approches biologiques avec de la modélisation physique et mathématique. Elle supervise depuis 2018 avec Céline Vallot la Plateforme «  Single Cell ». Elle a été lauréate du prix Claude Paoletti en 2017, du prix Jeunes chercheurs de la Fondation Bettencourt Schueller en 2010 et du Programme ATIP-Avenir du CNRS soutenu par la Fondation Bettencourt Schueller en 2014.
Leïla Perié s’implique par ailleurs dans la diffusion scientifique auprès du grand public et plus particulièrement de la jeunesse. Elle a été vice-présidente de l’Association Paris Montagne et explore des pratiques de diffusion et d’enseignement innovantes dans le cadre de l’Atelier des jours à venir.

Lors de cette conférence, Leïla Perié explore la question des représentations et des images en science et présente notamment différentes représentations de l’hématopoïese, processus de production des cellules sanguines. Elle revient sur une expérience conçue dans le cadre des Atelier des jours à venir, avec le soutien de la Fondation de D&N Carasso, qui utilise le potentiel des métaphores pour ouvrir de nouvelles perspectives de recherche selon un protocole intitulé « Shake your metaphors ».

Voir aussi :

« Ignorance et passions épistémiques » : entretien avec Gloria Origgi

Gloria Origgi
Gloria Origgi (Institut Jean Nicod, CNRS-ENS-EHESS)

Gloria Origgi est Directrice de recherche CNRS à Institut Jean Nicod. Elle mène des recherches en épistémologie sociale, philosophie des sciences sociales, cognition sociale et épistémologie du web. Elle s’est consacrée durant les cinq dernières années aux mécanismes de confiance qui sous-tendent les pratiques épistémiques. L’ensemble complexe des raisons, des réactions affectives et de dépendances qui incitent les gens à faire confiance aux autres et à acquérir de nouvelles croyances est au cœur de ses recherches sur l’épistémologie de la confiance. Elle s’est concentrée sur le rôle de la réputation comme source de justification épistémique. L’épistémologie de la réputation, c’est-à-dire la façon dont les gens utilisent l’information pour conférer une autorité épistémique, est toujours au cœur de ses recherches et s’articule autour de divers axes de recherche, comme l’influence des préjugés sexistes sur la crédibilité et le rôle des réseaux sociaux et autres interactions sur Internet dans le filtrage de l’information.

Alors que les autres entretiens de cette série exploraient la question des frontières de la connaissance ou de l’ignorance stratégique, les extraits suivant portent sur la  forme d’ignorance due au caractère circonscrit de nos intérêts.

Comment voyez-vous le rapport entre l’agent connaissant, et plus largement le public, à l’enquête ? Et à l’ignorance ?

On a souvent reproché aux partisans du « modèle du déficit » (information deficit model)  leur conception selon laquelle le manque de confiance en la science et en les politiques fondées sur la science serait dû à un défaut d’information du public qu’il faudrait corriger en veillant au transfert des informations depuis une sphère sachante vers une sphère non sachante qu’il faudrait à tout prix instruire. Gloria Origgi refuse ce mode d’analyse de la répartition de l’ignorance et de la connaissance :

Sujets abordés : La nécessité du travail d’enquête de la part des gouvernés en démocratie et la quête d’une vérité univoque : une approche écartée ; une approche pragmatique de la vérité plus proche de John Dewey et Walter LippmannLa prise en compte du caractère distribué de l’ignorance comme de la connaissance ; face à un problème scientifique aux enjeux sociétaux : les différentes approches de l’expert, du législateur et du citoyen doivent être distinguées et considérées dans leurs contextes respectifs ; l’exemple des perturbateurs endocriniens

Continuer la lecture de « « Ignorance et passions épistémiques » : entretien avec Gloria Origgi »

« Les théories du complot, une forme de production d’ignorance ? », entretien avec Sylvain Delouvée

Maître de conférences habilité à diriger des recherches (HDR) à l’Université de Rennes en psychologie sociale (membre du Laboratoire de psychologie – LP3C), Sylvain Delouvée s’intéresse aux croyances collectives et la pensée sociale. Il étudie plus particulièrement les comportements et conduites dites irrationnelles. Il effectue et anime régulièrement des conférences ou des formations portant sur les théories du complot, les rumeurs, l’esprit critique, les peurs collectives, les stéréotypes, les préjugés et les réseaux sociaux et participe également à des recherches-actions ou à des missions d’expertise. Sylvain Delouvée coordonne actuellement un projet de recherche de lutte contre la diffusion des théories du complot financé par l’ANR. Il est également l’auteur ou le co-auteur de plusieurs ouvrages scientifiques et de vulgarisation.1

Nous avons souhaité interroger Sylvain Delouvée sur les liens possibles entre théories du complot et ignorance produite, à la lumière de sa discipline.

Semer le doute, est-ce une première étape dans la fabrication de l’ignorance ?

Distinction entre le doute se rapportant à une forme d’hypercritique et l’ignorance qui peut résulter de l’influence de facteurs externes. Expériences de Stanley Milgram en 1969 et de John Darley et Bibb Latané2 en 1968 montrant que dans une situation inconnue, nous nous rapportons souvent aux autres pour savoir comment agir ; le phénomène d’ignorance collective.

Continuer la lecture de « « Les théories du complot, une forme de production d’ignorance ? », entretien avec Sylvain Delouvée »
  1. Ouvrages récents : GAUVRIT, Nicolas & DELOUVÉE, Sylvain, Des têtes bien faites. Défense de l’esprit critique, Paris, Presses Universitaires de France, 2019.
    DELOUVÉE, Sylvain, Psychologie sociale. Manuels visuels de licence, Paris, Dunod, 2018
    LO MONACO, Grégory, DELOUVÉE, Sylvain & RATEAU, Patrick, Les représentations sociales : théories, méthodes et applications, Bruxelles, DeBoeck, 2016
    DELOUVÉE, Sylvain, Pourquoi faisons-nous des choses stupides ou irrationnelles ?!, Paris, Dunod, 2011. []
  2. Bibb Latané et John Darley, « Group inhibition of bystander intervention in emergencies », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 10, no 3,‎ novembre 1968, p. 215–221 PMID 5704479, DOI:10.1037/h0026570. []

« Perdons-nous connaissance ? », entretien avec Lionel Naccache

Lionel Naccache a écrit de nombreux livres dans lesquels la question de la connaissance est revisitée de manière originale, à la lumière des neurosciences. C’était sans doute le cas du Nouvel inconscient 1, mais bien sûr plus encore de Perdons-nous connaissance ?2. En ouverture de cet ouvrage, Lionel Naccache présentait l’hypothèse selon laquelle la connaissance pourrait être perçue, et a été perçue, comme une « menace », et affirmait qu’il ne s’agissait pas là d’une spéculation gratuite :

… il ne s’agit pas là d’une dimension oiseuse, fantaisiste ou superficielle de la connaissance, qui serait le simple fruit de mon imagination. Ce risque intrinsèque à l’activité de connaître traverse notre culture occidentale depuis ses origines, sous des formes très variées qui produisent ensemble une formidable cohérence. Nous entretenons d’ailleurs souvent une relation empreinte de nostalgie affectueuse à l’égard de cette somme extraordinaire de mythes, allégories et autres récits imaginaires dont de nombreuses pages nous ont abreuvés pendant notre éducation. Pour autant, au-delà de cette impression de familiarité, sommes-nous aujourd’hui capables d’attribuer une signification pertinente à ces menaces ? Que reste-t-il de ces mythes ?

Source : Naccache, Lionel. Perdons-nous connaissance ? Odile Jacob. « Avant-propos »

C’est cette dimension de la connaissance, mais aussi de l’ignorance, qui est au cœur de l’entretien qui suit, où sont également abordées d’autres notions, tels que les biais, la manipulation et la place du sujet dans ses représentations.

Pourquoi semblons-nous parfois enclins, de par nos aptitudes psychiques ou comportement sociaux, à préférer l’ignorance ?

Continuer la lecture de « « Perdons-nous connaissance ? », entretien avec Lionel Naccache »

  1. NACCACHE, Lionel. Le nouvel inconscient : Freud, Christophe Colomb des neurosciences. Paris, France: O. Jacob, impr. 2009, 2009. []
  2. NACCACHE, Lionel. Perdons-nous connaissance ?: de la mythologie à la neurologie. Paris : Odile Jacob, 2018. []

Entretien avec Linsey McGoey : « Philanthrocapitalisme et ignorance »

Linsey McGoey, après une série de publications autour de l’ignorance stratégique et avoir codirigé la somme que représente le Routledge Handbook of Ignorance Studies1, s’est intéressée aux fondations philanthropiques et à la pression que ces dernières exercent sur la recherche publique, ainsi que sur l’éducation et la santé publique.

Éditions Verso, 2015

Voici les archives longues de l’entretien qu’elle avait accordée à Franck Cuveillier dans la cadre de la préparation de « Voyage en Agnotologie ».

De quelle façon les investissements réalisés par les fondations philanthropiques dans la recherche scientifique influent-ils sur la qualité de la production des savoirs ? 

Quel est l’impact de l’implication des fondations privées dans la délivrance de soins ou de services et quelles sont les interactions avec le secteur public ?

Continuer la lecture de « Entretien avec Linsey McGoey : « Philanthrocapitalisme et ignorance » »

  1. Linsey McGoey a codirigé le manuel : Gross, Matthias, et Linsey McGoey,  Routledge international handbook of ignorance studies. Londres, 2015. Sur ce sujet, se reporter aussi à l’article : McGoey, Linsey. « The Logic of Strategic Ignorance ». The British Journal of Sociology 63, n° 3 (2012): 553‑76. []

Tables rondes « Quelles réponses à l’infox? » , en collaboration avec l’Institut Pratique du Journalisme Dauphine | PSL

Tables rondes organisées dans le cadre du Colloque : « Post-vérité, infox, rumeurs : quels problèmes, quelles réponses ? » (5-7 juin 2019) à l’École normale supérieure de Paris.

Table ronde  : « Quelles réponses à l’infox ? Quelles initiatives sont portées par les écoles de journalisme »

Durée 1 heure 25 min. Production : OHNK. Introduction par Pascal Guénée (directeur de l’IPJ Dauphine – PSL) suivie de la première table ronde.
Continuer la lecture de « Tables rondes « Quelles réponses à l’infox? » , en collaboration avec l’Institut Pratique du Journalisme Dauphine | PSL »

« Les infox et les nouveaux circuits de l’information numérique » – Dominique Cardon (Medialab SciencesPo)

Conférence donnée lors du Colloque “Post-vérité, infox, rumeurs : quels problèmes, quelles réponses ?” (5 au 7 juin 2019 / ENS Paris).

Dominique Cardon
Dominique Cardon (Medialab SciencesPo)

Après avoir été perçu comme un espace d’émancipation politique, le web est aujourd’hui considéré comme l’instrument d’une dégradation dangereuse de la vie publique.

Continuer la lecture de « « Les infox et les nouveaux circuits de l’information numérique » – Dominique Cardon (Medialab SciencesPo) »

« Infox, transmission et adhésion : l’enjeu de l’éducation » – Sylvain Delouvée (LP3C, Rennes II)

Conférence donnée lors du Colloque “Post-vérité, infox, rumeurs : quels problèmes, quelles réponses ?” (5 au 7 juin 2019 / ENS Paris).

Sylvain Delouvée
Sylvain Delouvée (LP3C, Rennes II)

En France, le système scolaire se mobilise de plus en plus dans le développement de l’esprit critique et la lutte contre la propagation des idées complotistes.

Continuer la lecture de « « Infox, transmission et adhésion : l’enjeu de l’éducation » – Sylvain Delouvée (LP3C, Rennes II) »

« Un répertoire de solutions : auto-régulation, régulation et éducation » – Divina Frau-Meigs (CREW, Université Sorbonne Nouvelle, membre du groupe d’experts de haut niveau sur la désinformation de l’UE)

Conférence donnée lors du Colloque “Post-vérité, infox, rumeurs : quels problèmes, quelles réponses ?” (5 au 7 juin 2019 / ENS Paris).

Divina Frau-Meigs
Divina Frau-Meigs (CREW, Université Sorbonne Nouvelle, membre du groupe d’experts de haut niveau sur la désinformation de l’UE)

S’il existait une panacée pour lutter contre la désinformation, ça se saurait ! Il faut donc se doter d’un répertoire de solutions, pour toucher toutes sortes de publics et créer une vaste chambre d’écho distribuée sur les médias de masse comme sur les médias sociaux.

Continuer la lecture de « « Un répertoire de solutions : auto-régulation, régulation et éducation » – Divina Frau-Meigs (CREW, Université Sorbonne Nouvelle, membre du groupe d’experts de haut niveau sur la désinformation de l’UE) »