Actualités du fonds « Science et ignorance » – 3

IGNORANCE ET « CENSURE » OU AUTO-CENSURE

  • Définir le périmètre de l’expertise en climatologie :

     Les scientifiques ont une connaissance irremplaçable de leur domaine de spécialité, qui leur confère une expertise et un rôle important pour prévenir des risques liés à l’emploi d’une substance, d’un produit, ou pour définir des scenarii et proposer des modélisations permettant de mieux anticiper les évolutions d’un système. Ils jouent ainsi pour la protection de la population un rôle de sentinelle dont on peut se demander sous quel prétexte il devrait être remis en cause.
    J. Molina et F. S. Rowland, « Stratospheric Sink for Chlorofluoromethanes : Chlorine Atom-Catalysed Destruction of Ozone », Nature, vol. 249,‎ 28 juin 1974, p. 810-812. Paul Josef Crutzen, Frank Sherwood Rowland et Mario José Molina obtinrent en 1995 le prix Nobel de chimie pour leurs travaux sur la chimie de l’atmosphère, particulièrement en ce qui concerne la formation et la décomposition de l’ozone.
    L’article qui suit propose tout d’abord une expérience de pensée qui permet de se représenter, à partir de l’exemple des travaux du chimiste mexicain Mario José Molina (1943-2020), qui alerta dès 1974 des dangers des chlorofluorocarbures (CFC) des aérosols, l’intérêt d’une communication des résultats hors de la sphère de la communauté scientifique.
    Puis, plusieurs arguments sont présentés afin d’engager les scientifiques à éviter une certaine forme de censure ou d’auto-censure dans leurs prises de position. Nous citerons par exemple la non neutralité de la science, la reconnaissance d’une compétence irremplaçable liée à la connaissance du domaine de spécialité ou la difficulté d’établir une distinction claire entre ce qui serait prescriptif et ce qui ne le serait pas1.
    -Jamieson, D., N. Oreskes, et M. Oppenheimer. « Science and policy: Crossing the boundary ». Bulletin of the Atomic Scientists 71, no 1 (2015): 53‑58. https://doi.org/10.1177/0096340214563675.

IGNORANCE ET MÉCANISMES DE CONSTRUCTION DU DOUTE

  •  L’analyse des courbes de température en météorologie et la question du cadre interprétatif :

    Les climatologues admettent de longue date qu’une augmentation linéaire de CO2 dans l’atmosphère n’entraine pas une augmentation linéaire du réchauffement climatique et que les fluctuations sur de courtes périodes ne remettent pas en cause une tendance générale au réchauffement. Une observation d’un ralentissement de la hausse des températures observé sur les dix dernières années2, ne devrait-elle donc pas être interprétée comme une simple variation décennale, plutôt que comme une « pause » ?
    Si beaucoup de climato-sceptiques semblent avoir saisi l’occasion de cette fluctuation pour remettre en cause la tendance globale, il peut être plus surprenant que le vocable « pause » se retrouve dans de nombreux articles scientifiques. Comment les discours des climato-sceptiques diffusés sur les sites internet et réseaux sociaux ont-ils pu déstabiliser la communauté scientifique ou point que la controverse ait dû être traitée sur le plan scientifique ?

It bears remembering that the point of contrarian memes is to « keep the controversy alive »3

-Lewandowsky, Stephan, James S. Risbey, et Naomi Oreskes. « The Pause in Global Warming: Turning a Routine Fluctuation into a Problem for Science». American Meteorological Society 97, no 5 (3 juin 2016): 723‑33.

Ill. : The image was taken in High Arctic from a helicopter. It shows the crack pattern in permafrost. Crédits : Broken Inaglory, Septembre 2005. Licence CC BY-SA 3.0 Source
  •  Recettes à l’usage des scientifiques et des profanes pour distinguer la critique scientifique et le scepticisme des opérations de déni :

    Tout d’abord, l’article suivant propose une description des méthodes employées par les climato-sceptiques pour créer une controverse de façon artificielle. L’auteur montre tout d’abord que ces discours de déni ne s’insèrent en aucun cas dans un débat scientifique constructif alors même que rien n’a prouvé jusqu’alors que les citoyens étaient incapables de participer à un tel débat. Quels conseils donner au public pour prendre part au débat scientifique ? Quels conseils donner aux scientifiques pour mieux inviter les citoyens dans le débat ? Les deux parties suivantes ainsi que les guides fournis en appendice fournissent des pistes intéressantes à cet égard.
    -Lewandowsky, Stephan, Michael Mann, Nicholas Brown, et Harris Friedman. «Science and the Public: Debate, Denial, and Skepticism ». Journal of Social and Political Psychology 4, no 2 (décembre 2016): 537‑53.

POST-TRUTH, FAKE-NEWS AND SCIENCES

  • La coexistence de théories contradictoires dans les discours climato-sceptiques

    « Alice avec la duchesse et un flamand », illustration de John Tenniel, Alice aux pays des meirveilles (Londres : Macmillian &Co., 1865), p. 132 Public Domain. Source
    Une stratégie des climato-sceptiques consiste à prétendre que leur posture critique est équivalente à celle des grandes figures de la science ayant élaboré de nouvelles théories et devant faire face à l’hostilité de leurs contemporains4. L’auteur s’attache à montrer dans l’article suivant que ces discours de déni ne s’inscrivent pourtant pas dans une démarche scientifique puisqu’ils ne répondent pas à un critère fondamental de la science : la cohérence.
    L’article présente une série de contradictions figurant dans l’arsenal du discours des « négateurs » pris dans son ensemble, parfois observables chez des individus en particulier, dont la lecture peut prêter à rire. Citons par exemple la contradiction suivante :
    « Extreme events cannot be attributed to global warming but snowfall disproves global warming » (p. 183). Cependant l’incohérence ne semple pas avoir d’importance pour les partisans du déni  :

« The incoherence does not matter to the person rejecting the official account because it is resolved at a higher level of abstraction; there is an unshakable belief that the official account of an event is wrong. » 5

Aussi surprenant que cela puisse être, l’ensemble de ces discours participent néanmoins d’une démarche « rationnelle » puisqu’ils convergent vers la remise en cause d’une théorie qui viendrait bousculer les intérêts ou convictions des climato-sceptiques.
-Lewandowsky, Stephan, John Cook, et Elisabeth Lloyd. « The ‘Alice in Wonderland’ Mechanics of the Rejection of (Climate) Science: Simulating Coherence by Conspiracism ». Synthese, vol. 195 n°1, p. 175-196 (date de publication : 19 septembre 2016).

IGNORANCE EN RELATION AVEC D’AUTRES CHAMPS DISCIPLINAIRES

PSYCHOLOGIE ET SCIENCES  COGNITIVES

  • Impact des croyances ou convictions sur la compréhension des résultats scientifiques :
    L’auteur souhaite expliquer pour quelles raisons une forte proportion de la population des États-Unis peut être victime de désinformation scientifique ou de hoaxes. Il est ainsi établi que les résultats scientifiques peuvent être rejetés car ils sont en conflit avec une vision du monde, des croyances religieuses ou des convictions politiques : « In those cases, science is rejected on the basis of motivated identity-protective cognition that cannot be understood without consideration of the broader societal and political context. » (p. 217 ). En s’appuyant sur des enquêtes, l’auteur montre tout d’abord qu’il existe une polarisation des opinions à propos du réchauffement climatique : les libéraux et démocrates sont plus prompt à l’admettre que les républicains et conservateurs. Néanmoins, de façon contre-intuitive, le niveau d’éducation ou les compétences scientifiques accroit cette polarisation. L’article se conclut sur une note optimiste afin d’engager à multiplier les démarches d’explications brèves et mécanistes auprès du public, qui ne sont bien sûr pas vaines pour autant. ((Lire aussi Cook, John, and Stephan Lewandowsky. The Debunking Handbook: Now Freely Available for Download. University Of Queensland, 2012)).
    – Lewandowsky, Stephan, et Klaus Oberauer. « Motivated Rejection of Science ». Current Directions in Psychological Science 25, no 4 (1 août 2016): 217‑22.

 

Le fonds documentaire « Science et ignorance » est situé au :
CAPHÉS– 29 rue d’Ulm – 75005 Paris
Horaires spécifiques pour la rentrée 2020 : fermeture à 16h30.
Liste des documents :
base bibliographique Zotero

  1. L’article est motivé par la critique des déclarations de principes et procédures du GIEC de 2010, qui invitent les scientifiques faire des propositions qui relèvent de politique mais ne soient pas prescriptives en la matière : « policy-relevant but not policy-prescriptive science ». Voir : Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) (2010) Statement on IPCC principles and procedures. February 2. Available at: http://www. ipcc.ch/pdf/press/ipcc-statement-principles-procedures-02-2010.pdf []
  2. L’article datant de 2016, il faut ici considérer que le ralentissement est observé sur la période antérieure, c’est à dire approximativement 2006-2016 []
  3. Oreskes, Naomi, et Erik M. Conway. Merchants of Doubt: How a Handful of Scientists Obscured the Truth on Issues from Tobacco Smoke to Global Warming. Paperback. ed. London: Bloomsbury, 2010 []
  4. Une organisation australienne opposée à la climatologie et aux mesures de limitation du réchauffement a ainsi pris pour nom : the Galileo Movement []
  5. Lewandowsky, Stephan, John Cook, et Elisabeth Lloyd. « The ‘Alice in Wonderland’ Mechanics of the Rejection of (Climate) Science: Simulating Coherence by Conspiracism ». Synthese, vol. 195 n°1, p. 175-196 (date de publication : 19 septembre 2016) p. 179 []

Veille oct 2020 n°2 – Workshop « Covid-19, fake-news & AI » – small report

L’atelier « Covid-19, fake-news and AI » organisé par le SCAI – Sorbonne Center for Artificial Intelligence le 14 sept. 2020 rassemblait en ligne des chercheurs, entrepreneurs et journalistes ayant travaillé sur le phénomène de la désinformation durant la période de confinement afin de mieux traquer les fake-news liées au COVID-19.

L’intérêt de cette mise en synergie des modes d’analyses et des innovations a transparu au cours du workshop. Les différentes présentations montrent en effet qu’il est difficile de mettre au point un système capable de pister automatiquement des fausses informations sans connaître leurs origines, leur nature et leurs enjeux. On perçoit mieux ainsi, l’intérêt des collaborations interprofessionnelles sur ce sujet.
Continuer la lecture de « Veille oct 2020 n°2 – Workshop « Covid-19, fake-news & AI » – small report »

Veille « Science et ignorance » – oct. 2020 n°1

IGNORANCE SAVANTE

  • Que peut nous apprendre le silence des données en archéologie ?

L’archéologie est une discipline qui, de par sa nature même, doit composer avec la sporadicité des données primaires, les absences et les lacunes. L’utilisation des données numérisées offre des nouvelles possibilités en termes de réutilisation, d’accès ou d’analyse. Cependant, cette abondance de données ne doit pas masquer les difficultés et les biais méthodologiques liés à leur manipulation. Ne serait-il pas pertinent de mieux caractériser ces biais et ces lacunes ? L’avènement du big-data, appliqué à l’archéologie ainsi que la prédominance actuelle des études empiriques apparaissent comme un moment propice pour se poser cette question.

– Huggett, J. « Capturing the silences in digital archaeological knowledge ». Information (Switzerland) 11, no 5 (2020)

Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance » – oct. 2020 n°1 »

Actualités du fonds « Science et ignorance » – 2 

SOCIOLOGIE DES SCIENCES

  • M. Ramírez-I-Ollé1 propose dans l’article suivant une métaphore qui peut être intéressante pour le champ de recherche sur la science et l’ignorance. En s’appuyant sur une lecture de l’ouvrage On Certainty de L. Wittgenstein (New York, Harper and Row : 1969) par D. Bloor, elle propose d’analyser le rôle du scepticisme par rapport à la confiance comme celui d’un parasite : « That is, the Parasitic View of Scepticism puts forward the idea that dogma and trust, rather than impeding productive critical inquiry and new
    Serres, Michel. Le parasite. Grasset, 2014
    knowledge as it is commonly thought are the condictions for knowing and doubting » (p.5). Mais il faut ici comprendre que le parasite peut avoir un double rôle : soit détériorer l’organisme hôte, soit le forcer à évoluer. Ainsi, pourrait-il en être de même pour le « scepticisme » par rapport à la confiance ? L’article propose ainsi un parallèle avec l’agnotologie et la sociologie de l’ignorance – le doute étant compris dans un cas comme délétère, dans l’autre, comme constructif – et d’autres pistes intéressantes pour la question de la post-vérité.
    – Ramírez‐i‐Ollé, Meritxell. « Trust, Scepticism, and Social Order: A Contribution from the Sociology of Scientific Knowledge ». Sociology Compass, 13 n°2 (2019)

Continuer la lecture de « Actualités du fonds « Science et ignorance » – 2  »

  1. M. Ramírez-I-Ollé est aussi l’auteur de plusieurs ouvrages et d’un article en lien avec ce dernier, intitulé Ramírez-i-Ollé, Meritxell. « “Civil skepticism” and the social construction of knowledge: A case in dendroclimatology ». Social Studies of Science (Sage Publications, Ltd.) 48, no 6 (décembre 2018): 821‑45. []

Veille Science et ignorance – Sept 2020 n°2

Dimensions sociales de l’ignorance

  • Application de l’épistémologie sociale à la gestion de la crise du COVID-19.
    Cet article propose d’analyser les situations dans lesquelles l’application des mesures sanitaires s’est heurtée à la méconnaissance de la réalité du terrain et à celle des conditions de vie des personnes les plus vulnérables. Ainsi, les horaires de travail étendus rendant difficiles l’application d’un couvre feu au Chili ou l’exode des populations indiennes ne travaillant pas à proximité de leurs domiciles lors du confinement ont-ils pu constituer un frein à la distanciation sociale. De la même façon, une hypothèse est avancée selon laquelle les conséquences liées aux difficultés d’accès aux masques au sein des populations noires-américaines aux États-Unis, ont constitué un pan aveugle des mesures sanitaires adoptées.
    – Timmermann, C. « Epistemic Ignorance, Poverty and the COVID-19 Pandemic ». Asian Bioethics Review, 2020

  • Dans Slate Magazine, un entretien de Julia Craven avec le Dr. Uché Blackstock, médecin urgentiste et fondatrice de Advancing Health Equity  :
    – Craven, Julia. « The Hidden Reasons So Many Black Americans Are Dying From COVID-19 ». Slate Magazine, 13 septembre 2020. Consulté le 17 septembre 2020.

Continuer la lecture de « Veille Science et ignorance – Sept 2020 n°2 »

Actualités du fonds « Science et ignorance »

Ouvrages reçus…

L’IGNORANCE EN ÉPISTÉMOLOGIE ET PHILOSOPHIE

L’épistémologie a permis de mieux cerner la question de l’ignorance dans des champs aussi diversifiés que l’épistémologie sociale, l’épistémologie féministe, l’épistémologie fondée sur la vertu ou encore l’épistémologie de la résistance. Daniel R. DeNicola propose dans cet ouvrage un examen de ses différentes facettes et montre aussi que l’ignorance peut offrir de nouveaux développements pour ces approches épistémologiques, dans une discussion organisée autour de la métaphore spatiale : l’ignorance comme lieu, frontière, limite ou horizon.
Understanding ignorance: The Surprising Impact of What We Don’t Know du professeur émérite de philosophie Daniel R. DeNicola (Cambridge, Massachusetts: MIT Press, 2017), 264 p.

Articles à découvrir au fonds documentaire…

Ignorance et secret

Continuer la lecture de « Actualités du fonds « Science et ignorance » »

Veille « Science et ignorance » – sept 2020 n°1


IGNORANCE SAVANTE

ASPECTS SOCIAUX DE L’IGNORANCE 

Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance » – sept 2020 n°1 »

Lancement de la bibliographie collaborative Zotero «Infox, épidémies, coronavirus»

Image par Gerd Altmann de Pixabay

Dans la lignée des deux bibliographies Zotero précédentes  « Science et ignorance »  et  « Post-vérité et fake-news », nous avons souhaité fournir durant cette période une documentation spécifique sur le thème de la désinformation durant la pandémie de Coronavirus. Cette nouvelle bibliographie « Infox, épidémies, coronavirus » vient en complémentarité de la base bibliographique Zotero collaborative et multidisciplinaire « Documentation relative au nouveau coronavirus SARS-COV-2  » conçue par les Bibliothèques de l’ENS et dont la consultation est vivement conseillée.

Continuer la lecture de « Lancement de la bibliographie collaborative Zotero «Infox, épidémies, coronavirus» »

Des ressources sur la cyber-manipulation : un focus sur le rapport « Global cyber-troops 2019 »

Soutiens du programme « The computational propaganda project »

Depuis 2012, une recherche est mise en place dans le cadre du programme « The Global propaganda project » afin d’étudier l’utilisation des algorithmes, des bots informatiques et de la cyber-propagande dans la vie publique. Plus particulièrement, les sociologues et spécialistes des sciences de l’information de l’Oxford Internet Institute et de l’Institut Reuters, s’attachent à cerner et définir l’impact de ces robots informatiques sur les réseaux sociaux. L’un des objectifs du programme est notamment de fournir aux plateformes et aux gouvernements de meilleurs outils pour les pister et les capturer. Ce projet permet aussi d’analyser la façon dont certains pays utilisent ces robots pour manipuler les échanges, démobiliser l’opposition ou apporter leur support à des plateformes telles que Twitter, Facebook ou Sina Weibo.

Dans ce cadre, le rapport « The Global Disinformation Order: 2019 Global Inventory of Organised Social Media Manipulation » [ L’ordre mondial de la désinformation : L’inventaire mondial 2019 de la manipulation organisée sur les réseaux sociaux] coordonné par Samantha Bradshaw et Philip N. Howard,  rend compte d’une étude réalisée durant trois ans afin de surveiller les tendances de la cyber-propagande et l’utilisation des réseaux sociaux dans le cadre de campagnes de manipulation établies par des gouvernements ou partis politiques.

Continuer la lecture de « Des ressources sur la cyber-manipulation : un focus sur le rapport « Global cyber-troops 2019 » »

La lutte contre la désinformation (3/3) : quelques guides et recommandations de professionnels des sciences de l’information, juristes et responsables politiques

Rédaction  : 25 avril 2019. Publication : 9 mars 2020

Nous proposons ici quelques guides de professionnels – bibliothécaires, juristes ou responsables politiques – élaborés afin de lutter contre le phénomène de désinformation. Ces derniers se révèlent utiles pour déjouer des pièges analysés en sciences cognitives ou en sciences de l’information.

Nous savons par exemple qu’il existe un biais cognitif qui nous pousse à chercher des informations confortant nos propres croyances, à nous rapprocher des personnes de même sensibilité et à consulter les sites internet qui confortent nos conceptions. Pour le sociologue des sciences Dominique Pestre, ce phénomène tend à constituer des groupes sociaux fonctionnant comme des « isolats »1.

Continuer la lecture de « La lutte contre la désinformation (3/3) : quelques guides et recommandations de professionnels des sciences de l’information, juristes et responsables politiques »

  1. Voir l’ entretien audio avec D. Pestre n°10/10 []

La lutte contre la désinformation (2/3) : démythification et debunking

Rédaction  : 25 avril 2019. Publication : 9 mars 2020.

Les initiatives visant à « déconstruire les mythes » sont présentes sur internet ou dans les médias sous différentes formes : émissions ou rubriques de « debunking », entretiens épistémiques ou « épistémologie de rue ». Elles s’appuient pour leur part sur un argumentaire ou une méthodologie de type scientifique et doivent parfois tenir compte des biais cognitifs du public cible ou de l’interlocuteur.

De nombreux sites s’attachent à démolir les « hoax », ces fausses informations, rumeurs ou canulars qui misent sur l’aspect sensationnaliste pour maximiser le taux de partage sur internet. Dans son mémoire  « Bibliothèques et désinformations dans l’infosphère numérique »1, Céline Raux en dresse une liste et décrit ainsi leurs objectifs :

« Hoaxkiller, conspiracy watch, hoaxbuster, debunkers, PHDN, Bastison.net sont des sites web qui se donnent pour objectifs d’aider les internautes à évaluer les informations qui circulent en ligne dans un contexte d’ « infopollution » où il est de plus en plus difficile d’adopter une attitude critique et raisonnable face à la masse d’information qui submerge quotidiennement chacun d’entre nous. »

Continuer la lecture de « La lutte contre la désinformation (2/3) : démythification et debunking »

  1. RAUX, Céline, Bibliothèques et désinformations dans l’infosphère numérique (Mémoire de fin d’étude du diplôme de conservateur, promotion 24, portant sur le rôle des bibliothèques face à la prolifération de désinformations et de théories du complot dans un espace documentaire bouleversé par l’Internet., ENSSIB, 2016, Consulté sur https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notices/65995-bibliotheques-et-desinformations-dans-l-infosphere-numerique []

La lutte contre la désinformation (1/3) : quelques initiatives de fact-checking chez les journalistes et scientifiques

Rédaction  : 25 avril 2019. Publication : 9 mars 2020

Nous listons ici quelques initiatives prises par des journalistes et scientifiques afin de lutter contre désinformation, contribuer à « rétablir la vérité » ou « évaluer la fiabilité de l’information à l’aide d’une échelle de mesure convenue ».

Dans la notice du Publictionnaire1, le fact-checking est décrit comme « une pratique journalistique consistant à évaluer la véracité des propos tenus par des responsables politiques ou d’autres personnalités ». Dans l’ordre de création sont cités : « Désintox » pour Libération (2008), « Les Décodeurs » pour Le Monde (2009), « Le vrai du faux » sur France Info (2012), « Le vrai-faux de l’info » sur Europe 1 (2012), « L’œil du 20 heures » sur France 2 (2014).
Aux émission ou rubriques dédiées, qui proposent une sélection d’informations évaluées, s’ajoutent des moteurs de recherche permettant de vérifier un article ou un site sur demande, parfois couplés avec une application à installer permettant d’évaluer l’information ou au cours de la navigation.

Continuer la lecture de « La lutte contre la désinformation (1/3) : quelques initiatives de fact-checking chez les journalistes et scientifiques »
  1. Bigot, L. ,« Fact-checking » . Consulté le 25 avril 2019, Site du Publictionnaire : http://publictionnaire.huma-num.fr/notice/fact-checking/ []

2 questions à Pierre-Michel Menger (Professeur au Collège de France)

Pierre-Michel Menger, Séminaire « Comment l’ignorance stimule la science », 20 février 2020.

Pierre-Michel Menger est professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de sociologie du travail créateur et directeur d’études à l’EHESS au CESPRA, qu’il a dirigé de 1993 à 2005. Ses recherches ont été consacrées aux arts (et notamment à la création musicale), aux marchés du travail, aux professions et, plus récemment, à la sociologie des tâches de recherche et d’enseignement. Il est spécialisé dans l’analyse des professions artistique. Il a enseigné la sociologie de la consommation, des modes de vie et du travail pendant plusieurs années à l’IEP de Paris. Il a été co-directeur de la Revue française de sociologie et il est membre du comité éditorial de la Revue française de gestion et de la revue d’histoire de l’art Perspectives, et membre du conseil scientifique de la Revue économique.

Pierre-Michel Menger a récemment dirigé : Le talent en débat (PUF, 2018), et avec Simon Paye et Big data et traçabilité numérique. Les sciences sociales face à la quantification massive des individus (Collège de France, 2017). Parmi ses ouvrages, traduits dans plusieurs langues nous pouvons aussi citer La différence, la concurrence et la disproportion (Fayard/Collège de France, 2014), Le travail créateur. S’accomplir dans l’incertain (Gallimard-Seuil – « Hautes-Études », 2009), Les intermittents du spectacle. Sociologie du travail flexible, 2e édition, (Éditions de l’EHESS, 2011 [2005]) et Portrait de l’artiste en travailleur. Métamorphoses du capitalisme (Seuil, 2003).

2 questions à Leïla Perié (Laboratoire Physico-Chimie Curie – UMR 168 – Institut Curie)

Leïla Perié, Séminaire « Comment l’ignorance stimule la science », 13 février 2020.

Leïla Perié est ingénieur agronome et docteur en immunologie, chef d’équipe et directrice scientifique au Laboratoire Physico-Chimie Curie – UMR 168 à l’Institut Curie. Avec son équipe Approches quantitatives en immuno-hématologie, elle étudie le système immunitaire en combinant des approches biologiques avec de la modélisation physique et mathématique. Elle supervise depuis 2018 avec Céline Vallot la Plateforme «  Single Cell ». Elle a été lauréate du prix Claude Paoletti en 2017, du prix Jeunes chercheurs de la Fondation Bettencourt Schueller en 2010 et du Programme ATIP-Avenir du CNRS soutenu par la Fondation Bettencourt Schueller en 2014.
Leïla Perié s’implique par ailleurs dans la diffusion scientifique auprès du grand public et plus particulièrement de la jeunesse. Elle a été vice-présidente de l’Association Paris Montagne et explore des pratiques de diffusion et d’enseignement innovantes dans le cadre de l’Atelier des jours à venir.

Lors de cette conférence, Leïla Perié explore la question des représentations et des images en science et présente notamment différentes représentations de l’hématopoïese, processus de production des cellules sanguines. Elle revient sur une expérience conçue dans le cadre des Atelier des jours à venir, avec le soutien de la Fondation de D&N Carasso, qui utilise le potentiel des métaphores pour ouvrir de nouvelles perspectives de recherche selon un protocole intitulé « Shake your metaphors ».

Voir aussi :

« Ignorance et passions épistémiques » : entretien avec Gloria Origgi

Gloria Origgi
Gloria Origgi (Institut Jean Nicod, CNRS-ENS-EHESS)

Gloria Origgi est Directrice de recherche CNRS à Institut Jean Nicod. Elle mène des recherches en épistémologie sociale, philosophie des sciences sociales, cognition sociale et épistémologie du web. Elle s’est consacrée durant les cinq dernières années aux mécanismes de confiance qui sous-tendent les pratiques épistémiques. L’ensemble complexe des raisons, des réactions affectives et de dépendances qui incitent les gens à faire confiance aux autres et à acquérir de nouvelles croyances est au cœur de ses recherches sur l’épistémologie de la confiance. Elle s’est concentrée sur le rôle de la réputation comme source de justification épistémique. L’épistémologie de la réputation, c’est-à-dire la façon dont les gens utilisent l’information pour conférer une autorité épistémique, est toujours au cœur de ses recherches et s’articule autour de divers axes de recherche, comme l’influence des préjugés sexistes sur la crédibilité et le rôle des réseaux sociaux et autres interactions sur Internet dans le filtrage de l’information.

Alors que les autres entretiens de cette série exploraient la question des frontières de la connaissance ou de l’ignorance stratégique, les extraits suivant portent sur la  forme d’ignorance due au caractère circonscrit de nos intérêts.

Comment voyez-vous le rapport entre l’agent connaissant, et plus largement le public, à l’enquête ? Et à l’ignorance ?

On a souvent reproché aux partisans du « modèle du déficit » (information deficit model)  leur conception selon laquelle le manque de confiance en la science et en les politiques fondées sur la science serait dû à un défaut d’information du public qu’il faudrait corriger en veillant au transfert des informations depuis une sphère sachante vers une sphère non sachante qu’il faudrait à tout prix instruire. Gloria Origgi refuse ce mode d’analyse de la répartition de l’ignorance et de la connaissance :

Sujets abordés : La nécessité du travail d’enquête de la part des gouvernés en démocratie et la quête d’une vérité univoque : une approche écartée ; une approche pragmatique de la vérité plus proche de John Dewey et Walter LippmannLa prise en compte du caractère distribué de l’ignorance comme de la connaissance ; face à un problème scientifique aux enjeux sociétaux : les différentes approches de l’expert, du législateur et du citoyen doivent être distinguées et considérées dans leurs contextes respectifs ; l’exemple des perturbateurs endocriniens

Continuer la lecture de « « Ignorance et passions épistémiques » : entretien avec Gloria Origgi »