Actualités du fonds « Science et ignorance » – juillet 2021

Vous trouverez ci-après la liste de quelques ouvrages récents ayant dernièrement rejoint le fonds « Science et ignorance ». Nous vous invitons à vous reporter aux billets de la rubrique « Formes d’ignorance » pour en savoir plus sur la description des sous-thématiques et à consulter les liens pour connaître la liste des documents référencés et disponibles pour chacune d’elles.

The Epistemic Dimensions of Ignorance /
Rik Peels & Martijn Blaauw (Éds.)
Cambridge University Press, 2016
lien éditeurnotice RUBENS


Into the Woods: An Epistemography of Climate Change /
Meritxell Ramirez-i-Olle
Manchester University Press, 2019
lien éditeurnotice RUBENS



Controverses mode d’emploi /
Clémence Seurat & Thomas Tari (Éd.)
Préface de Bruno Latour.
Les Presses de Sciences Po, 2021
lien éditeurnotice RUBENS


The Dark Side of Knowledge: Histories of Ignorance, 1400 to 1800 /
Cornel Zwierlein
Brill, 2016.
lien éditeur notice RUBENS



Voir aussi le dossier « ignorance en histoire des philosophie des sciences – généralités » – Zotero dossier 01

Cent ans de sous-reconnaissance des maladies professionnelles /
Catherine Cavalin, Emmanuel Henry, Jean-Noël Jouzel, et Jérôme Pélisse (Éds.)
Presses de l’École des mines, 2021.
lien éditeur

Voir aussi : le dossier « ignorance, censure et science interdite » – Zotero dossier III

White People and Black Lives Matter : Ignorance, Empathy, and Justice /
Luttrell, Johanna.
Palgrave Macmillan, 2020.
lien éditeurnotice RUBENS


Historicizing Fear: Ignorance, Vilification, and Othering /
Travis D. Boyce & Winsome M. Chunnu (Éds.)
University Press of Colorado, 2021
lien éditeurnotice RUBENS



Voir aussi le dossier « dimensions sociales de l’ignorance » – Zotero dossier IV

Inevitably Toxic: Historical Perspectives on Contamination, Exposure, and Expertise /
Brinda Sarathy, Vivian Hamilton, et Janet Farrell Brodie (Éds.)
University of Pittsburgh Press, Réimpression 2019
lien éditeurnotice RUBENS


Voir aussi le dossier « ignorance et mécanismes de production du doute » – Zotero dossier V


Identity, Ignorance, Innovation: Why the Old Politics Is Useless, and What to Do about It /
Matthew D’Ancona
Hodder & Stoughton, 2020
lien éditeurnotice RUBENS


Voir aussi la bibliographie « post-vérité et fake-news » & le dossier « post-vérité et fake-news en science »  – Zotero dossier VIII


Poetry’s Knowing Ignorance /
Joseph Acquisto
Bloomsbury Academic, 2019.
lien éditeurnotice RUBENS


Journalists and Confidential Sources: Colliding Public Interests in the Age of the Leak 
Joseph M. Fernandez
1st edition. Routledge, 2020.
lien éditeurnotice RUBENS


Voir aussi le dossier « ignorance en lien avec d’autres champs disciplinaires  » – dossier Zotero

Le fonds documentaire « Science et ignorance » est situé au :
CAPHÉS– 29 rue d’Ulm – 75005 Paris
Liste des documents :
base bibliographique Zotero

Veille « Science et ignorance » – mai 2021



IGNORANCE ET MÉCANISMES DE PRODUCTION DU DOUTE

  • Répertoire des tactiques de production de doute et propositions de parades appropriées pour les contrer :

    Cette étude présente un recensement de stratégies de production de doute mises en œuvre par les acteurs de différents secteurs économiques et offre une représentation de leur fréquence ainsi que de leur répartition sous forme de diagrammes. Elle s’appuie sur cinq cas dans lesquels la littérature scientifique, les enquêtes journalistiques ou les décisions de justice ont fait état de recours à une recherche biaisée : industrie du tabac, industrie du charbon, industrie du sucre, industrie des pesticides et l’Institut Marshall pour ses tentatives de dévoiement de la recherche en climatologie.
    Parmi les vingt-huit stratégies identifiées, dix d’entre elles sont rapportées à des logiques fallacieuses au sein desquelles nous pourrions citer par exemple l’argument d’autorité ou ad verecundiam, observable lorsque les semeurs de doute recherchent l’appui de personnes renommées, le sophisme du tireur texan ou texas sharpshooter, qui consiste à utiliser un jeu de données non représentatif de l’ensemble pour étayer une démonstration, la confusion entre corrélation et causalité ou cum hoc ergo propter hoc, l’épouvantail ou strawman argument, consistant à exagérer la position de l’adversaire pour mieux l’attaquer ou enfin, la logique d’engrenage ou splippery hope, qui amène à suggérer qu’une action mineure mènerait inévitablement à des conséquences majeures.
    Le phénomène de chambre d’écho décrit par le cigarettier John F. Scruggs (PHILIP MORRIS COMPANIES INC.), «Mgxn0061 – THE “ECHO CHAMBER” APPROACH TO ADVOCACY – Truth Tobacco Industry Documents», 18 décembre 1998.
    Un apport intéressant de cet article réside dans la distinction entre le rôle des fabricants de doute et le rôle d’un second ensemble d’acteurs qui contribuent eux aussi à la diffusion d’informations erronées. Ces derniers peuvent, consciemment ou non, amplifier l’influence des premiers, qu’il s’agisse des agences d’État, des médias ou du public lui-même. Ces deux derniers sont susceptibles de répercuter le message avec une grande efficacité, aujourd’hui décuplée par les réseaux sociaux, selon la métaphore de la  « chambre d’écho » déjà utilisée par le cigarettier John F. Struggs :
You will note that the echo chamber effect can work in two different ways . First, the same message can reverberate among multiple sources toward the target Members . For example, the same information from polling data captured in a single poll can be repeated by the media, congressional colleagues, lobbyists and advertising. Second, similar but complementary messages can be repeated by a single source . (memo Mgxn0061, p. 2)

Le recensement des stratégies effectué en première partie ainsi que la distinction entre les différents groupes d’acteurs opérée dans une seconde partie permet finalement de proposer des solutions appropriées afin de lutter contre les effets délétères des controverses artificiellement créées. Nous pouvons citer à titre d’exemple l’encouragement des enquêtes citoyennes, la déclaration des conflits d’intérêts, le libre accès à l’information scientifique, le renforcement de la législation encadrant les conditions de travail des employés exposés aux produits toxiques ou l’amélioration du fonctionnement des agences d’État.

Goldberg, Rebecca F., et Laura N. Vandenberg. « The science of spin: targeted strategies to manufacture doubt with detrimental effects on environmental and public health ». Environmental Health 20, no 1 (26 mars 2021): 33.

ÉPISTÉMOLOGIE SOCIALE

Illex Vomitoria. Domaine public. Source
  • L’appellation Ilex vomitoria et la déconsidération progressive du Yaupon,  boisson stimulante originaire d’Amérique du Nord.

En 1789, William Aiton, botaniste en chef aux jardins botaniques royaux de Kew en Angleterre, donne le nom d’Illex Vomitoria à une plante de l’espèce du houx, rapportée d’Amérique du nord et utilisée pour la préparation d’une boisson riche en caféine prisée au sein de certaines populations amérindiennes 1.  Cet article, richement illustré, s’intéresse au devenir de cette boisson stimulante répertoriée dans les récits des chroniqueurs français et espagnols sous le nom de Yaupon, Cassina ou Apalachine. Il est observé, d’une part, que les propriétés stimulantes de la boisson sont négligées par les colons et tombent dans l’oubli dans la région d’origine, et d’autre part, que les propriétés émétiques qu’ils confèrent à tort à cette plante sont les seules retenues à l’issue de son transfert en Europe. L’approche, dans cette recherche, est inspirée de celle de l’historienne des sciences Londa Schiebinger dans son ouvrage Plants and Empire: Colonial Bioprospecting in the Atlantic World2. Un champ important de l’histoire de la médecine s’est intéressé à la façon dont les savoirs naturalistes et pharmaceutiques ont circulé depuis la périphérie des colonies jusqu’au cœur des empires coloniaux. Londa Schiebinger s’intéresse pour sa part au non-transfert de certains de ces savoirs, c’est à dire à des formes d’ignorance culturellement ou politiquement induites3

Schiebinger, Londa. Plants and Empire – Colonial Bioprospecting in the Atlantic World. Cambridge, MA.: Harvard University Press, 2004.

La régurgitation de la boisson par les indiens durant certaines cérémonies n’était pas due, en réalité, aux propriétés de la plante elle-même mais à sa consommation en grande quantité et à la nécessité de réguler l’apport en caféine. Il y eut pourtant vraisemblablement un intérêt, de la part des Anglais, à confondre corrélation et causalité et à prêter des propriétés émétiques à la plante elle-même.

The failures and errors associated with Ilex vomitoria expose ways in which these systems are leaky, unable to neatly contain even those objects in their grasp. (p. 469)

D’une part, prêter le nom d’Ilex Vomitoria à cette plante permit très certainement de ternir la réputation du thé carolinien préparé à partir de cette dernière, au profit du thé de Ceylan, dont le succès commercial était souhaité ; ce fut donc une forme de sabotage économique. D’autre part, cette démarche semble s’inscrire dans une dynamique visant à discréditer les ressources et coutumes des peuples amérindiens, voire susciter le dégoût ou la révulsion vis-à-vis de ces dernières.

Folch, Christine. « Ceremony, Medicine, Caffeinated Tea: Unearthing the Forgotten Faces of the North American Stimulant Yaupon (Ilex Vomitoria) ». Comparative Studies in Society and History 63, no 2 (avril 2021): 464‑98. 

Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance » – mai 2021 »

  1. Voir : Folch, Christine. « Ceremony, Medicine, Caffeinated Tea: Unearthing the Forgotten Faces of the North American Stimulant Yaupon (Ilex Vomitoria) ». Comparative Studies in Society and History 63, no 2 (avril 2021), p. 480. L’auteure se rapporte à l’ouvrage de William Townshend Aiton :  Hortus Kewensis: Or a Catalogue of the Plants Cultivated at the Royal Botanic Garden Kew, vol. 1 (London: George Nicol, 1789), 170. []
  2. Londa Schiebinger, Plants and Empire: Colonial Bioprospecting in the Atlantic World (Cambridge: Harvard University Press, 2004), 3. []
  3. Dans son ouvrage, Londa Schiebinger souligne par exemple le désintérêt des européens pour la plante Flos pavonis (fleur de Paon ou fleur de paradis en français) qui possède des propriétés abortives et en étudie les causes politiques. Voir à ce propos : Boumediene, Samir. « Londa Schiebinger, Plants and Empire. Colonial Bioprospecting in the Atlantic World. Cambridge (Mass.) & Londres, Harvard University Press, 2004, 306 pages ». Clio. Femmes, Genre, Histoire, no 33 (1 mai 2011): 285‑86. []

Actualités du fonds « Science et ignorance » – avril 2021

Oreskes, Naomi, Erik M. Conway, trad. Jacques Treiner. Les marchands de doute (Le Pommier, 2014). Notice Zotero / Catalogue Rubens

L’agnotologie est souvent définie comme l’étude des mécanismes de production d’ignorance. Une de ses formes correspond assez bien au titre de l’ouvrage de N. Oreskes et E. Conway paru en 2010, et est couverte ici par le dossier intitulé « Ignorance et mécanismes de production du doute ». Les articles qui y sont regroupés décrivent des méthodes de production d’ignorance similaires à celles employées par les entreprises de production de tabac et les climato-sceptiques, c’est à dire la remise en cause des consensus existants au sein de la communauté scientifique et l’instillation du doute au sein des médias et du public.
Dans le dossier présenté ci-après, des philosophes des sciences s’interrogent sur la meilleure attitude à adopter face à ces créateurs de controverses artificielles. Comment parvenir à distinguer les formes de dissensus relevant de la critique scientifique constructive de celles qui témoignent d’intentions malveillantes ? Par ailleurs, cibler ces actions malintentionnées en soulignant des conflits d’intérêt qui les sous-tendent ou en tentant de les étouffer et de les minimiser est-il une attitude productive tant sur le plan épistémologique que politique ? Ces articles entendent offrir des éléments de réponse à ces questions.

Des doutes inappropriés ?

Les publications présentées ci-après témoignent d’un intérêt de leurs auteurs pour les doutes artificiels. Elles s’attachent à définir les formes de dissensus épistémologiquement préjudiciables et à les distinguer de la critique constructive en science

Non constructives sur le plan scientifique, et nécessitant pour leur réfutation un gaspillage ressources humaines et financières, les controverses artificiellement créées ont été bien repérées des agnotologues pour leur capacité à produire de l’ignorance. Les auteurs de l’article suivant mettent en lumière leur rôle néfaste sur le plan épistémique, moral et politique. En remarquant qu’elles sont susceptibles d’intimider des scientifiques, les auteurs insistent sur leurs capacités à créer un climat délétère et
à corrompre tout aussi bien la science que le débat scientifique, en dissuadant les chercheurs d’une prise de risque sur le plan épistémique. Prenant l’exemple de la critique du consensus sur l’origine anthropique du réchauffement climatique l’article montre qu’elles sont susceptibles d’empêcher la mise en place de stratégie politique d’adaptation et d’anticipation. Ainsi, dans cet article, le dissensus épistémologiquement préjudiciable (epistemologically detrimental dissent) a pour effet de dissuader la prise de risque des chercheurs, pourtant nécessaire à une saine activité de recherche, tout en négligeant ses conséquences nocives pour le public. 
Biddle, Justin B., Ian James Kidd, et Anna Leuschner. «Epistemic corruption and manufactured doubt: the case of climate science ». Public Affairs Quarterly 31, no 3 (2017): 165‑87.

     Afin de distinguer un dissensus produit dans le cadre d’une critique constructive sur le plan scientifique et un dissensus épistémologiquement préjudiciable, les auteurs de l’article suivant proposent deux critères permettant de les identifier de façon certaine. Les résultats scientifiques mis en avant par les créateurs de controverses artificielles seraient ainsi repérables lorsqu’ils remplissent les deux conditions suivantes : l’incapacité à les démontrer en suivant un raisonnement scientifique et la volonté de les médiatiser pour influencer l’opinion. Le fait que les motivations des scientifiques puissent être fondées sur des considérations subjectives ou des valeurs non épistémiques est, selon les auteurs, une considération de peu d’importance pour procéder à cette distinction, dès lors que la science sur laquelle ces résultats s’appuient est biaisée. 

Considerations about the subjective intentions or background beliefs of the scientists are irrelevant, unless one can show that skewed science was produced. (p. 1022)

Bihan, Soazig Le, et Iheanyi Amadi. « On Epistemically Detrimental Dissent: Contingent Enabling Factors versus Stable Difference-Makers ». Philosophy of Science, 14 décembre 2017.

Continuer la lecture de « Actualités du fonds « Science et ignorance » – avril 2021 »

Veille « Science et ignorance » – mars 2021 n°2

Nous avons tout d’abord le plaisir d’annoncer la publication d’un article faisant référence aux activités d’animation du CAPHÉS autour de la science et de l’ignorance dans la Lettre de l’INSHS n°70 1.

Pour ce billet, qui signale une nouvelle fois quelques-unes des publications les plus récente sur la thématique, nous avons choisi de mettre en exergue un article ayant utilisé la base bibliographique Zotero sur la « science et l’ignorance » comme point d’entrée pour analyser des différents mode de production de l’ignorance à l’œuvre dans un domaine en particulier. L’article qui suit s’intéresse à la disparition de certains savoirs traditionnels – savoirs agricoles, herboristerie, traditions culinaires- et se donne notamment pour objectif d’en identifier ses causes. Il reprend certaines formes d’ignorance décrites dans ce présent carnet tout en soulignant que certaines gagneraient à y être mieux représentées et ouvre en cela de nouvelles pistes de réflexions.

IGNORANCE EN LIEN AVEC D’AUTRES CHAMPS DISCIPLINAIRES : ANTHROPOLOGIE

Quamash, ou petit camas, 1832. Swallowtail Garden Seeds collection. CC-BY 2.0 – Source. Plante de famille des Hyacinthacées, originaire de l’Amérique du Nord. Son bulbe faisait partie de l’alimentation traditionnelle des amérindiens.

Le champ des ignorances studies a permis aux auteurs de l’article suivant d’identifier plusieurs formes de production d’ignorance à l’origine de la disparition de savoirs traditionnels.
Une première partie décrit une forme de déni observable chez les personnes qui défendent la cause animale tout en consommant de la viande, un phénomène appelé en psychologie : « le paradoxe de la viande »2.
La seconde partie est consacrée à la production d’ignorance par l’industrie et les lobbies du sucre, qui a pour objet de freiner la mise en œuvre de mesures sanitaires destinées à en réduire la consommation. Dans le cadre de la controverse ainsi créée,  les chercheurs indépendants ont été accusés de biaiser leurs recherches dans le but de discréditer les chercheurs ayant des intérêts stratégiques à défendre, ou de sélectionner artificiellement les résultats les plus probants pour pouvoir accéder à la publication. La thèse du « white hat bias » ou « biais de la belle âme »  défendue par Mark B Cope et David B Allison a bien sûr suscité une importante polémique et a été réfutée3.
Enfin l’article s’intéresse à la disparition des savoirs culinaires des amérindiens et aux troubles de santé développés suite à la consommation de produits importés par les colons. Le concept d’« épistémicide »4 est ici proposé pour décrire le phénomène d’invisibilisation ou d’acculturation à l’œuvre.
L’article propose finalement un inventaire d’initiatives destinées à retrouver ces savoirs locaux et restaurer les savoirs oubliés.
-Godrie, Baptiste, et Aude Bandini. « Ce que l’ignorance nous apprend. Trois mécanismes de production de l’ignorance et les moyens de les enrayer dans le domaine de l’alimentation ». Anthropology of food, no S15 (30 décembre 2020).

Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance » – mars 2021 n°2 »

  1. J. Solviche, Documenter l’ignorance, nouveaux corpus, nouveaux enjeux, Lettre de l’INSHS n°70, mars 2021, p. 7-9 []
  2. Voir notamment : Loughnan, Steve, Boyka Bratanova, et Elisa Puvia. « The Meat Paradox: How Are We Able to Love Animals and Love Eating Animals? » In Mind 1 (2012): 15‑18. []
  3. Il est ici question de la polémique provoquée par l’article suivant : Cope, Mark B, et David B Allison. « White Hat Bias: Examples of its Presence in Obesity Research and a Call for Renewed Commitment to Faithfulness in Research Reporting ». International journal of obesity (2005) 34, no 1 (janvier 2010): 84‑83.
    Cet article est réfuté notamment ici : Litman, Ethan A., Steven L. Gortmaker, Cara B. Ebbeling, et David S. Ludwig. « Source of Bias in Sugar-Sweetened Beverage Research: A Systematic Review ». Public Health Nutrition 21, no 12 (août 2018): 2345‑50. []
  4. L’article revoit aux ouvrages de SANTOS B. de Sousa : O social e o político na transição pós-moderna : The social and the political in the post-modern. Porto. Afrontamento, 1994 et Epistemologies of the South : Justice Against Epistemicide. Boulder : Paradigm publisher, 2014 []

Veille « Science et ignorance » – mars 2021

Ill. Adaptée de "Eroded summerhouse", John Nuttall, Flickr, CC- BY 2.0

Nous présentons ici une sélection d’articles récemment parus dans le champ des ignorances studies. Ces dernières seront amenées à rejoindre le fonds « Science et ignorance » au CAPHÉS pour être mises à disposition des chercheurs et des lecteurs.

IGNORANCE ET SECRET

L’étude suivante pointe une contradiction entre la circulation apparemment débridée de l’information dans nos sociétés et la persistance des théories du complot, qui reposent pourtant sur le soupçon et le sentiment que des informations nous sont tenues secrètes.  La critique de la théorie conspiratrice de l’ignorance par Karl Popper est au cœur de l’analyse1 ; il s’agit, pour l’auteur d’examiner dans quelle mesure cette dernière reste pertinente dans nos sociétés actuelles . – Reche, Alejandro Romero. « Théorie du complot, secret et transparence ». Rue Descartes, N° 98, no 2 (16 décembre 2020): 81‑102.

IGNORANCE ET CENSURE

La revue Bulletin of the atomic scientists, republie, pour son 75e anniversaire, un texte de Bertrand Russell de 1958 sur le désarmement nucléaire qui évoque « l’ignorance des gouvernants » dans le cadre de la course à l’armement durant la guerre froide. La défense de l’idéologie et les intérêts belliqueux, apparaissant dans les discours donnés par les chefs d’État de l’est et de l’ouest, semble y prendre le pas sur la prise en compte d’arguments logiques élémentaires. – Russell, Bertrand. « 1958: Only world government can prevent the war nobody can win ». Bulletin of the Atomic Scientists 76, no 6 (1 novembre 2020): 359‑62

Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance » – mars 2021 »

  1. Popper, Karl R., Conjectures and refutations (1963), New York, Routledge & Kegan Paul, 2002 []

Veille « Science et ignorance » – fév. 2021 n°1

déni organisÉ

  • Le système de régulation des pesticides en France et son architecture invisible. Cette étude s’inscrit dans le champ des recherches sur l’étude des mécanismes de production d’ignorance autour des dangers des produits phytosanitaires. Les pressions exercées par les lobbys et les industries sur les agences d’expertise figurent souvent parmi les premières raisons évoquées pour justifier l’inertie du système de régulation. L’article suivant complète cette lecture en produisant une analyse détaillée des relations entre les différents acteurs impliqués, dont les intérêts semblent intriqués.
    Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance » – fév. 2021 n°1 »

Veille « Science et ignorance »- jan. 2021 n°1

Image : Pixabay

Nous signalons ici trois articles publiés récemment dans le champ des études sur l’ignorance et susceptibles d’apporter un éclairage sur certains aspects de l’épidémie de Covid-19. Le premier aborde la question des biais méthodologiques en recherche clinique ; le second, en deux volets, consiste en une étude complète sur les mouvements anti-vaccins et le dernier aborde la question du triage des patients.

IGNORANCE EN HISTOIRE ET PHILOSOPHIE DES SCIENCES

  • La distinction entre ignorance savante et ignorance stratégique et le défi particulier des biais méthodologiques en recherche clinique.

    L’article propose, dans une première phase, une vue synthétique de l’ensemble du champ de l’agnotologie en distinguant l’ignorance produite de façon involontaire de l’ignorance produite de façon intentionnelle. Après s’être attaché à définir l’ignorance d’un point de vue épistémologique, l’auteur rappelle que la production de connaissances s’accompagne inévitablement production d’ignorance, que ce soit à cause de la sélection d’un champ de recherche spécifique par les scientifiques, opérée au détriment d’un autre, en raison de la faillibilité de la science ou des limites de la cognition humaine. Mais, les ignorance studies s’attachent aussi à démontrer que l’ignorance peut être intentionnellement produite lorsque des acteurs cherchent à influencer la science pour favoriser un résultat au dépend d’un autre, en vue de défendre des intérêts stratégiques.
    L’intérêt de cette étude est de souligner la nécessité de parvenir à distinguer ces deux formes de production d’ignorance afin d’éviter et d’atténuer les effets de l’ignorance produite intentionnellement. S’il est clair que la fraude scientifique se rapporte à l’ignorance produite délibérément, les biais méthodologiques introduits lors du processus de recherche représentent un défi particulier puisqu’ils sont difficilement classables. 
    Le choix d’un protocole expérimental en recherche pharmaceutique ou la présentation des résultats peuvent ainsi parvenir à influencer la diffusion de la connaissance relative à l’efficacité d’un produit. En recherche clinique, l’auteur examine la problématique du groupe de contrôle, la question de la dose administrée et la distinction entre une réduction du risque relative et absolue1. Mais il existe également des pratiques de recherche bien ancrées susceptibles d’introduire des biais de recherche. L’auteur présente une méthode consistant à partir de données ayant un grand nombre de variables et un grand nombre de résultats sans déterminer à l’avance la variable analysée, afin de choisir a posteriori les associations qui sont « statistiquement significatives », intitulée le data dredging ou post-hoc analysis.
    Tout en montrant l’intérêt d’une distinction entre l’ignorance involontaire et l’ignorance intentionnellement produite, l’étude décrit finalement quelques techniques permettant d’encadrer le processus de recherche et d’éviter les dérives : l’exigence de reproductibilité des résultats de la recherche est l’un des processus évoqué.

    -Pinto, Manuela Fernández. « Scientific Ignorance: Probing the Limits of Scientific Research and Knowledge Production ». THEORIA. An International Journal for Theory, History and Foundations of Science 34, no 2 (25 septembre 2019): 195‑211.

Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance »- jan. 2021 n°1 »

  1. L’auteur s’appuie notamment sur les travaux de Goldacre, Ben. Bad Pharma: How Medicine Is Broken, and How We Can Fix It. London: Fourth Estate, 2013 ou de L. Bero []

Actualités du fonds « Science et ignorance » n°7

IGNORANCE SAVANTE

  • La répartition des espèces dans l’écorégion de Caatinga (Brésil) : cartographie des connaissances et de l’ignorance.
La caatinga durant la saison des pluies. 
Allan Patrick de Mossoró, Brasil, CC BY-SA 2.0 Source : Wikipédia

L’article est consacré à l’étude du biome de Caatinga, macro-écosystème du nord-est brésilien, au climat tropical semi-aride. Ce denier offre des paysages diversifiés, parfois jugés inhospitaliers, constitués en grande partie de déserts et de brousses xériques. Cette région est autrement appelée le sertão, ce qui signifie selon le sens originel l’arrière pays ou le fin-fond. Cette réputation n’a pas favorisé la reconnaissance du Caatinga comme zone écologique protégée et cette dernière a tardé à se mettre en place. Pour autant, une meilleure connaissance de la répartition géographique des espèces permettrait de pouvoir prioriser des actions de conservation ou de prévoir l’impact des changements environnementaux.
Afin d’identifier et de caractériser la disponibilité des données sur l’occurrence des espèces de plusieurs taxons de cette écorégion, dans le répertoire de la biodiversité intitulé Global Biodiversity Information Facility (GBIF) , des scores d’ignorance leur ont été attribués. Cette étude permet d’identifier des biais dans la collecte des données et met notamment en évidence le point suivant : certaines zones géographiques, comme les ères péri-urbaines ou les zones difficiles d’accès sont moins volontiers fréquentées par les chercheurs.

– Correia, Ricardo A., Alejandro Ruete, Juliana Stropp, Ana C. M. Malhado, Janisson W. dos Santos, Thainá Lessa, José A. Alves, et Richard J. Ladle. « Using Ignorance Scores to Explore Biodiversity Recording Effort for Multiple Taxa in the Caatinga ». Ecological Indicators 106 (1 novembre 2019): 105539.

Continuer la lecture de « Actualités du fonds « Science et ignorance » n°7 »

Veille « Science et ignorance » déc. 2020 n°1

IGNORANCE EN PHILOSOPHIE DES SCIENCES

  • Quelle sont les conditions nécessaires et suffisantes pour observer une situation d’ignorance chez un sujet ?

    -Kubyshkina, E., et M. Petrolo. « What ignorance could not be ». Principia 24, no 2 (2020): 247‑54.

  • Contexte non-prédictif et actions instrumentales : pourquoi certaines exigences méthodologiques en matière d’économie du développement sont-elles incohérentes ?

    En étudiant les recommandations de la Direction de la coopération pour le développement de l’OCDE, l’auteur remarque que le conseil politique dans le champ de l’aide internationale au développement est souvent guidé par des exigences dont la rationalité interroge. Il est en effet recommandé de mener des actions instrumentales, qui nécessitent de connaître les relations de causes à effets et s’appliquent bien à un contexte prédictif.  Cependant, afin de tenir compte de l’imprédictibilité des changements sociaux, ne serait-il pas préférable de déterminer au préalable si la situation se prête mieux à l’action instrumentale, à l’inaction ou l’action non-instrumentale ?

    -Fforde, Adam. « Towards a Theory of Ignorance ». The Journal of Philosophical Economics XIII, no 2 (2020): 26.

IGNORANCE STRATÉGIQUE ET BIO-TECHNOLOGIES

  • Résistance au stress hydrique et plante myope : lorsque l’ignorance stratégique est incarnée dans un organisme végétal.

    Pixabay
    Afin de pallier aux baisses de rendement dans la culture du soja, occasionné par plusieurs sécheresse successives en Argentine, la recherche en bio-technologie s’est attachée à produire un type de plante transgénique dont la croissance n’est pas affectée par le changement climatique. Cette technologie
    correspond à un trait transgénique, nommé  HB4. Ce dernier empêche la plante de détecter la variation climatique et lui permet de se développer normalement. Si la situation de myopie par rapport au changement climatique, incarnée au sein de l’organisme végétal permet de conserver un bon rendement, ce trait transgénique n’est cependant pas favorable à l’évolution de l’espèce dans la durée. Cette étude permet donc notamment de souligner que certaines techniques d’adaptation au changement climatique viennent camoufler la nécessité de changement structurels plus importants et ne s’intéressent pas à la problématique de la survie des espèces sur le long terme.

    « HB4 plants are climate-ready commodities but not necessarily climate-ready organisms. This observation has implications at the societal level. When the commodity fetish that confounds climate-resilient commodities for climate-resilient organisms is lifted, it becomes apparent that this type of myopia goes beyond the foundational story of the HB4 technology. » (p.6)
    -Silva, Diego. « Keep Calm and Carry On: Climate-Ready Crops and the Genetic Codification of Climate Myopia ». Science, Technology, & Human Values, 24 novembre 2020

Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance » déc. 2020 n°1 »

Actualité du fonds « Science et ignorance » – 6

Le fonds « science et ignorance » accueille cette semaine de nouvelles ressources en épistémologie sociale et en philosophie. Nous vous souhaitons une bonne lecture.

DIMENSIONS SOCIALES DE L’IGNORANCE 

  • Identifier et classifier les pratiques de réduction au silence :

    Certains représentants du courant de l’épistémologie sociale s’attachent à analyser ce qui se produit lorsque l’on porte atteinte à la capacité d’un groupe donné à parler et à être entendu. L’article suivant propose d’analyser de façon conceptuelle cette forme d’oppression, analysée comme une violence épistémique et pouvant s’exercer à l’égard de groupes considérés comme marginaux ou « subalternes »1, placés en situation de non-sachants ou de non-spécialistes. Le premier type de réduction au silence identifié par l’auteur est appelé quieting. Il survient lorsque le public ne parvient pas à identifier un orateur comme un connaisseur. Ce type de réduction au silence est décrit dans l’ouvrage de Patricia Hill Collins intitulé Black feminist thought: Knowledge, consciousness, and the politics of empowerment (New York : Routlege, 2000). Le second type d’oppression est identifié par l’auteur comme un étouffement des témoignages ou testimonial smothering. Il se produit lorsque l’orateur perçoit d’emblée que son auditoire ne peut pas ou ne souhaite pas accepter le témoignage proposé.

-Dotson, Kristie. « Tracking epistemic violence, tracking practices of silencing ». Hypatia 26, no 2 (2011): 236‑57.

Lee, Harper. To Kill a Mockingbird. Philadelphie : J. B. Lippincott & Co, 1960
  • Pour une théorie de « l’ignorance herméneutique intentionnelle » :

    En reprenant l’analyse du procès de Tim Robinson dans l’ouvrage To Kill a Mockingbird de Harper Lee proposée par M. Fricker2 et en se référant à d’autres exemples contemporains, l’auteur entend apporter des précisions à la compréhension de l’injustice épistémique. Il prend pour cela en compte le fait que le connaisseur est à la fois socialement situé et interdépendant, dans la mesure où les ressources épistémiques nécessaires à donner du sens au monde dans lequel il vit sont par nature collectives.  Dans l’article, il montre en quoi ces deux aspects entrent en dialogue pour produire de « l’ignorance herméneutique volontaire ».

« Unlike the two forms of epistemic injustice Fricker identifies (testimonial and hermeneutical injustice), willful hermeneutical ignorance does not describe a thwarted epistemic agent who is not believed or cannot make sense of her world. Instead, willful hermeneutical ignorance describes instances where marginally situated knowers actively resist epistemic domination through interaction with other resistant knowers, while dominantly situated knowers nonetheless continue to misunderstand and misinterpret the world. » (p.716)

-Pohlhaus, Gaile. « Relational Knowing and Epistemic Injustice: Toward a Theory of Willful Hermeneutical Ignorance ». Hypatia 27, no 4 (2012): 715‑35.


Bande-annonce du film Du silence et des ombres (To Kill a Mockingbird), réalisé par Robert Mulligan en 1962 et adapté du roman de Harper Lee, dont le récit prend place dans les années 1930, au cœur de l'Amérique sudiste ségrégationniste.

Références du fonds sur les dimensions sociales de l’ignorance.

Continuer la lecture de « Actualité du fonds « Science et ignorance » – 6 »

  1. L’auteur fait référence à l’article : Spivak, Gayatri. 1998. Can the subaltern speak? In Marxism and the interpretation of cul- ture, ed. Cary Nelson and Lawrence Grossberg. Urbana: University of Illinois Press. []
  2. Fricker, Miranda. Epistemic Injustice: Power and the Ethics of Knowing. Oxford: Oxford University Press, USA, 2009 []

Veille « Science et ignorance » nov. 2020 n°2

IGNORANCE ET MÉCANISMES DE CONSTRUCTION DU DOUTE

  • Un sociologue de l’environnement aux prises avec une compagnie pétrolière organisant sa défense.
    L’article s’appuie sur une analyse des écrits personnels et des échanges entre un scientifique et des représentants de la compagnie Exxon, suite au  naufrage de l’Exxon Valdez, en mars 1989, au large de l’Alaska. Les aspects financiers sont souvent évoqués pour expliquer le dévoiement du travail des scientifiques dans les études sur les conflits d’intérêt. Cette étude montre que l’objectivité peut également servir de paravent et conduire un scientifique à négliger les conséquences sociales de la catastrophe et les aspects liés au risque environnemental. Désigné pour semer le trouble et influencer l’opinion en faveur de l’entreprise inculpée, le scientifique est aux prises avec les démêlés de sa propre conscience et l’image qu’il se fait de la science et de son propre métier semblent alors décisif pour son action.
      
    -Kirsch, S. « Between the devil and the deep blue sea: Objectivity and political responsibility in the litigation of the Exxon Valdez oil spill ». Critique of Anthropology, 2020.


Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance » nov. 2020 n°2 »

Actualités du fonds « Science et ignorance » – 5

IGNORANCE ET SECRET

  • Une étude ethnographique sur le rapport au secret dans les activités de recherche impliquant l’expérimentation animale :

    L’originalité de cette étude publiée dans la revue Public Understanding of Science, est de s’intéresser à la façon dont les représentations du public au sein des équipes de recherche dictent des stratégies particulières pouvant entraver la qualité de la communication scientifique1.  L’enquête est mise en perspective par rapport aux cadres d’analyse existants du deficit model et du contextual model.
    Sybia via Pixabay
    Elle met en lumière des mécanismes d’évitement liés à la honte ou des mensonges pieux, des stratégies d’ouverture sélective, ou, pour certains acteurs de la recherche, la volonté de communiquer d’une façon plus transparente.  Ainsi, l’expérimentation animale présente un aspect spécifique des mécanismes du secret, perceptible dans les enquêtes auprès des personnes et dans le dispositif employé par les structures de recherche pour simultanément intégrer et mettre à distance les incursions potentielles du public2.

    Many studies in the PUS field have analysed how the public(s) understands scientific practices and results. Here, we want to stress the opposite, how scientists and other actors within the apparatus of animal experimentation understand and discursively construct “the public.” (p.356)
    – Holmberg, Tora, et Malin Ideland. « Secrets and Lies: “Selective Openness” in the Apparatus of Animal Experimentation ». Public Understanding of Science 21, no 3 (1 avril 2012): 354‑68.
    Continuer la lecture de « Actualités du fonds « Science et ignorance » – 5 »
  1. Les auteurs se rapportent notamment aux travaux de S. Hilgartner. Voir par exemple : Hilgartner, Stephen. « Selective Flows of Knowledge in Technoscientific Interaction: Information Control in Genome Research ». British Journal for the History of Science 45, no 2 (2012): 267‑80. []
  2. Sur la thématique du secret, voir aussi B. Balmer : Balmer, Brian. Secrecy and Science: A Historical Sociology of Biological and Chemical Warfare. Farnham Burlington, Vt: Ashgate, 2012 []

Veille « Science et ignorance » – nov. 2020 n°1

IGNORANCE EN HISTOIRE ET PHILOSOPHIE DES SCIENCES

  • Le numéro inaugural de la revue Journal for the History of Knowledge, édité par S. Dupré et G. Somsen, est consacré à une conversation autour de l’ouvrage de Peter Burke : What is the History of Knowledge ? (Cambridge / Malden : Polity, 2015). Dans sa réponse, P. Burke propose des pistes pour l’évolution de ce champ d’étude et mentionne à ce titre le potentiel des ignorances studies  : « My own suggestion for the 2020s is to pay more attention to ignorance or Nicht-wissen, wich has been explored for some time by economists and sociologists, and more recently by anthropologists, political scientists, historiens » (p. 4). Il propose dans cette optique une liste d’approches pouvant être développées : l’intérêt pour les incompréhensions, les intraduisibles, le désordre plutôt que l’ordre ou chaque fois, la face cachée d’un sujet.
    -Burke, Peter. « Response ». Journal for the History of Knowledge 1, no 1 (15 juillet 2020): 7.

Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance » – nov. 2020 n°1 »

Actualités du fonds « Science et ignorance » – 4

Vous trouverez ci-après la liste des ouvrages dernièrement reçus au fonds « Science et ignorance ». Nous vous invitons à vous reporter aux billets de la rubrique « Formes d’ignorance » pour en savoir plus sur la description des sous-thématiques et à consulter les liens pour connaître la liste des documents référencés et disponibles pour chacune d’elles.


Science and the Production of Ignorance: When the Quest for Knowledge Is Thwarted.
Janet Kourany et Martin Carrier (Éds.)
Cambridge, MA: MIT Press, 2020.
lien éditeur – notice RUBENS


Voir aussi : la bibliographie « ignorance en histoire des philosophie des sciences – généralités » – Zotero dossier 01

Blanc de plomb : Histoire d’un poison légal /
Judith Rainhorn
Paris : Les Presses de Sciences Po, 2019.
lien éditeur – notice RUBENS


Continuer la lecture de « Actualités du fonds « Science et ignorance » – 4 »

Veille « Science et ignorance » – oct. 2020 n°3


L’IGNORANCE EN Histoire et PHILOSOPHIE des sciences

– Verburgt, Lukas M. « The History of Knowledge and the Future History of Ignorance ». KNOW: A Journal on the Formation of Knowledge 4, no 1 (1 mars 2020): 1‑24.

IGNORANCE ET SECRET

Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance » – oct. 2020 n°3 »

  1. Sur ce sujet, lire aussi : Bernas, Harry, et Nadezda Kutepova. « Nucléaire, ignorance et pouvoir : analyser Maïak (Russie) ». Raison Présente, no 204 (2017): 61‑72. []