Veille « Science et ignorance » – Oct. 2021 n°1

Planisphère nautique (détail) / Opus Nicolay de Caverio ianuensis Caverio, Nicolaus de (14..-15..). Cartographe. Source gallica.bnf.fr / BnF 

IGNORANCE SAVANTE

  • Ignorance et découverte fortuite au début de l’époque moderne :

    Au XVIe et XVIIe siècle, des philosophes se sont interrogés sur le statut de différentes découvertes faites par hasard, qu’ils attribuent à des hommes dits « ignorants », au sens où ces derniers, expérimentateurs, seraient dénués de formation scientifique.
    Qu’elles soient le fruit de la sérendipité ou des qualités de l’inventeur, les découvertes fortuites telles que la découverte de l’Amérique, l’invention de la boussole ou de la première lunette astronomique, interpellent les philosophes qui se demandent de quelle manière intégrer ce mode opératoire dans les programmes d’avancement des sciences. En s’appuyant notamment sur la notion d’expérience lettrée (experientia literata) développée par Francis Bacon (1561-1626), l’article montre que ce mode de découverte se trouve tout à la fois discrédité, en raison de son caractère non conscient, par exemple, et réhabilité en vertu de la sagacité dont il est la preuve. 
    -Parageau, Sandrine. « « Colomb ignorant trouva le nouveau monde » : ignorance, découverte fortuite et expérimentation à la première modernité ». Revue d’histoire des sciences Tome 74, no 1 (16 juin 2021): 41‑62.
  • Comment les différentes sciences abordent-elles la question de l’inconnaissabilité ? Quelles frontières entre l’inconnu et l’inconnaissabilité pourrait-on tracer ? 

    Les contributions du numéro spécial de la revue Social research paru au printemps 2020, tentent d’apporter des réponses à ces questions ; elles ont été placées en accès ouvert dans le cadre de la pandémie :
    –  Unknowability: How Do We Know What Cannot Be Known?, Social Research 87, no 1 (2020) OA

    Les critères permettant déterminer ce qui est hors de portée de la connaissance se révèlent différents selon les disciplines. Les quatre premiers articles se rapportent à la question de l’inconnaissabilité en philosophie, en littérature moderne, en histoire antique avec l’exemple de l’oracle de Delphes et enfin en archéologie avec celui de l’homme de Néandertal.
    Puis, les suivants examinent la question de l’inconnaissabilité en mathématiques, biologie, physique, sciences cognitives et sciences du climat.
    Les quatre derniers sont issus d’une conférence sur l’inconnaissabilité en psychologie et sciences sociales. La contribution de A. P. Fiske s’intéresse à ce que l’on ne peut jamais savoir sur soi-même et aux facteurs qui déterminent cet état de connaissance ou de non-connaissance de nous-même. En prenant l’exemple du terme sanscrit Kama Muta, désignant une émotion que les personnes peuvent éprouver lorsqu’elles tombent amoureuses ou qu’un chat se blottit sur leurs genoux, il montre que nous n’étiquetons pas systématiquement ces émotions au moment où elles se manifestent sous la forme d’expériences diverses ; nous restons parfois non-conscients des émotions que nous traversons. L’article de N. Humphrey s’attache à déterminer les paramètres qui déterminent les limites de la connaissance dont nous disposons à propos de ce qu’une autre personne sait. Par exemple, dans quelle mesure puis-je être sûre qu’une personne fait référence à la même couleur rouge que moi ? Enfin, l’auteur L. McGoey explore la façon dont notre connaissance peut se trouver limitée par des cadres sociaux, sous l’effet d’une lentille sociale. Elle poursuit une analyse développée également dans l’ouvrage The Unknowers: How Elite Ignorance Rules the World 1 à partir des concepts de micro et macro-ignorance, deux formes d’ignorance pouvant s’alimenter l’une l’autre.
« By micro-ignorance, I mean individual acts of ignoring. By macro-ignorance, I mean the sedimentation of individual ignorance into rigid ideological positions and policy perspectives that obscure their own mistaken assumptions from adherents, leading to new patterns of individual micro-ignorance. » L. McGoey (ibid, p. 12)

DIMENSIONS SOCIALES DE L’IGNORANCE

  • Les déterminants sociaux de santé : le point aveugle de l’inégalité d’exposition aux risques cancérigènes en milieu professionnel.

L’exposition aux risques cancérigènes dans les groupes sociaux professionnels les moins qualifiés reste de nos jours encore trop peu visible dans les rapports d’expertise selon les auteurs, qui recommandent une meilleure utilisation de la mesure intitulée « fraction de risque attribuable en population » (FRA).
-Counil, E., E. Henry, et W. Ismail. « Relier mesures d’impact en population et inégalités sociales de santé : L’exemple des liens entre travail et cancer ». Environnement, Risques et Santé 19, no 4 (2020): 267‑72. https://doi.org/10.1684/ERS.2020.1456 OA

IGNORANCE ET POST-VÉRITÉ

Parution récente :

– Bernecker, Sven, Amy K. Flowerree, et Thomas Grundmann, éd. The Epistemology of Fake News. Engaging Philosophy. Oxford: Oxford University Press, 2021. https://doi.org/10.1093/oso/9780198863977.001.0001.

  1. McGoey, L. The Unknowers: How Elite Ignorance Rules the World. Zed Books Ltd, 2018. http://repository.essex.ac.uk/14517/, p. 12 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.