Veille « Science et ignorance » nov. 2021 n°1 : sociologie de l’ignorance et médecine

L’article mis en avant dans le présent billet réalise un état des lieux des interactions entre la sociologie de l’ignorance et la médecine (aspects déjà abordés et chantiers ouverts). Ce focus est suivi, dans un second billet, de la présentation d’un autre article qui propose une analyse des discours officiels sur la pandémie de Covid-19 aux États-Unis en 2020 et souligne les lacunes dans réponses apportées, notamment leur caractère individualiste et stigmatisant.

  • La dimension d’incertitude inhérente à la médecine et les apports de la sociologie de l’ignorance.

En quoi l’autorité des savoirs médicaux est-elle liée à l’emploi de techniques médicales ? Dans quel contexte peut-on parler d’une « expertise profane » en médecine et comment cerner en ce domaine l’impact des nouvelles technologies d’information et de communication ?

La question de l’incertitude en médecine a toujours été présente mais la pandémie de Covid-19, depuis début 2020, semble l’avoir placée à nouveau au centre de l’attention. En cette période, la maladie est encore peu connue, il reste difficile de savoir quelles mesures prophylactiques employer et aucun traitement n’a encore été mis au point pour la guérir. Par ailleurs les mesures de confinement et de distanciation sont inégalement applicables suivant les professions, les types de population et les différents pays :  l’épidémie rappelle l’importance des déterminant sociaux de santé en sociologie de la médecine.
C’est pour O. Whooley, O. et K. K. Barker l’occasion de revenir sur l’histoire de la notion d’incertitude en médecine, tout comme de faire le point sur les apports potentiels et la fécondité de la sociologie de l’ignorance pour cette discipline.

Il est tout d’abord rappelé que la dimension d’incertitude est une partie intégrante de la médecine. Cette dernière semble en effet imprégner la relation médecin-patient, la phase de diagnostic et l’identification des maladies si bien que les praticiens ont depuis longtemps appris à gérer cette composante. Ces derniers savent bien que l’évolution d’une maladie et la réponse du sujet vivant à un traitement ne peuvent être parfaitement prévisibles.
Ils s’appuient ainsi, par exemple, sur l’évaluation de la balance bénéfice-risque pour administrer un traitement ou formuler une prescription.  L’art du praticien peut sembler en ce sens résulter de sa capacité à appréhender et à circonscrire la part d’inconnu auquel la singularité du sujet expose, au delà du caractère faillible de la science elle-même.

Après ce retour sur les antécédents de la question de l’incertitude en médecine, l’étude porte son attention sur les différentes formes d’ignorances identifiées par les spécialistes des ignorances studies et actuellement reconnaissables dans les sciences médicales.

Tout d’abord, les innovations en matière de technologies biomédicales, par exemple en génétique (séquençage du génome humain) ou en neurologie (IRM fonctionnelle), en raison des possibilités de représentation qu’elles offrent, peuvent être l’objet d’une emphase qui vient masquer la complexité réelle du fonctionnement du corps humain, et les inconnues restantes en sciences médicales. L’autorité des savoirs médicaux paraît ainsi reposer en partie sur l’emploi de techniques qui permettent de gérer l’ignorance bien que ces promesses entraînent des attentes qui laissent parfois place dans un second temps à des déceptions1. Il peut subsister, dans certains cas, une ignorance épistémique ou une ignorance des dimensions sociales des problèmes de santé :

« By discounting social factors, medical technoscience ignores the complexity, uncertainty and even ignorance of health issues » (p. 276)

Il est aussi fait mention de la possible incursion de biais venant vicier intentionnellement des méthodologies incontournables dans les tests de médicaments tels les essais randomisés contrôlés. Cette forme d’ignorance stratégique, identifiée par les sociologues de l’ignorance peut donc se révéler une catégorie porteuse en sociologie de la médecine.

La troisième section s’intéresse à l’expertise profane, dans le prolongement de l’axe de l’undone science en sociologie de l’ignorance. Cette dernière qualifie l’action des particuliers et des associations de patients qui s’attachent à combler les lacunes laissées par la science médicale, que ce soit en coopération avec les experts ou en opposition avec ces derniers. Ils peuvent apporter un éclairage sur les effets secondaires d’un traitement comme ce fût le cas pour les antibiotiques de la famille des fluoroquinolones. L’article montre dans quelle mesure les nouvelles technologies de communication ont pu accroitre ce mode de production de connaissances médicales.

En rappelant le caractère incontournable de l’incertitude en médecine, qui a déjà fait l’objet de nombreuses études en sociologie de la médecine et en s’intéressant au potentiel de la sociologie de l’ignorance sous ses différentes formes, l’article montre son potentiel pour l’analyse des régimes de production du savoirs médicaux.

-Whooley, O., et K. K. Barker. « Uncertain and under Quarantine: Toward a Sociology of Medical Ignorance ». Journal of Health and Social Behavior 62, no 3 (2021): 271‑85. https://doi.org/10.1177/00221465211009202.


Les articles ici listés rejoindront prochainement le fonds « science et ignorance ».
Pour connaître la liste des ouvrages et tirés à part aujourd'hui disponibles au Centre documentaire du CAPHÉS nous vous invitons à vous reporter à cette base Zotero .


The articles listed here will soon join the "science and ignorance" document collection.
For the list of books and offprints available today at the CAPHÉS documentation center, we invite you to refer to this Zotero bibliographic database.
  1. On se réfère à la section “Technology and the Management of Medical Ignorance”, p. 275 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.