Veille « science et ignorance » nov. 2021 n°2 : “ignorance studies” et épidémies

  • Les dimensions sociales de l’ignorance dans les discours sur l’épidémie de COVID-19 aux États-Unis en 2020.

Le néologisme « infodémie », dont on relève de premières occurrences à l’occasion de l’épidémie de SRAS, a été à nouveau employé par l’OMS dès février 2020 pour faire référence à l’abondance d’informations circulant à propos de la Covid-19 et à leur médiocre qualité puisque nombre d’entre elles se révèlent fausses ou inexactes1. Ce terme est ensuite employé régulièrement à propos de la pandémie et peut se référer selon le contexte : à la profusion d’infox et de fake-news, à un mode de circulation de l’information qui est comparé par métaphore aux notions de contagion et de viralité dans le domaine de la médecine, et enfin à un type de désinformation ou de mal-information spécifique au contexte épidémique. Cette dernière acceptation insiste sur des caractéristiques préoccupantes du phénomène, propres à aggraver l’épidémie elle-même.

L’article ici présenté, s’intéresse à la question de la mal-information et de la désinformation durant la crise du Covid-19 et analyse les pratiques discursives liées à la pandémie aux États-Unis en 2020, sous l’angle de l’oubli viral.
Outre l’emploi fréquent de résultats statistiques non explicités, ces discours ont recours aux comparaisons avec les épidémies du passés alors que l’épidémie de Covid-19 présente des caractéristiques différentes.
Les auteurs Peter Hegarty et Joe Rollins semblent suggérer que les leçons du passé sont mal assimilées : on le sollicite lorsque ne faudrait pas et l’oublie lorsqu’il pourrait se révéler utile. Ils remarquent que le discours des dirigeants persiste, comme ce fût le cas durant l’épidémie de SIDA, à traiter de l’épidémie sur un mode individualiste et stigmatisant.  En s’appuyant sur des ouvrages Epistemology of the Closet2 et Race and epistemologies of ignorance3, ils montrent que ces discours présentent des lacunes et traduisent une forme d’ignorance.

Un discours simpliste

L’épidémie de Covid-19 confronte l’ensemble de la population à une situation d’incertitude et d’inquiétude. L’inconfort qui en résulte peut donner une appétence pour des représentations simplificatrices. Cette situation expose ainsi au danger de la mal-information. Dans les discours auxquels ils se réfèrent, les auteurs remarquent l’emploi de références à des statistiques dont la signification n’est pas spécifiée : l’exhortation du président des États-Unis à aplatir la courbe ne comporte pas d’indication permettant de préciser s’il s’agit de celle des décès, des contaminations ou des entrées à l’hôpital.

Les difficultés d’une lecture synchrone

L’analyse des discours sur la Covid-19 aux États-Unis en 2020, pointe également un recours fréquent aux analogies avec d’autres épidémies. Les auteurs déplorent que la portée de ces représentations ne soit pas toujours bien mesurée. L’analogie avec l’épidémie de HIV, telle qu’elle fût présentée dans certains éditoriaux ne doit ainsi pas faire oublier, d’une part la différence entre les deux épidémies sur le plan épidémiologique et d’autre part, la persistance de l’épidémie de HIV durant l’épidémie de COVID-19, qui causa des dommages collatéraux en raison du recul du dépistage et de la PREP (Prophylaxie Pré-Exposition).

When times change dramatically, not only are we urged to reason with new statistic abstractions, historical analogies also rerun stories from an apparently more settled past to relocate the unpredictable present in a larger class of knowable historical events4.
Un discours stigmatisant

L’article pointe le caractère individualiste et masculiniste du discours de la gouvernance qui stipule que la force pourrait venir à bout du virus. L’argumentation, dans les discours officiels, semble faire fît des possibles difficultés à appliquer des mesures de confinement ou de distanciation au sein de certains groupes sociaux et pour les personnes exerçant des professions délivrant des services à la personne. On parle au nom d’un «tous» qui ne représente pas la disparité des situations des individus puisque les populations les plus vulnérables ne peuvent pas nécessairement s’isoler pour se protéger.

L’histoire de la médecine à montré de nombreux exemples dans lesquels l’arrivée d’une épidémie est associée à l’« autre », l’« étranger »5.
Cependant on insiste dans cet article sur l’incapacité à tirer les leçons du passé.

L’oubli des leçons du passé, une forme d’ignorance volontaire

Eve Kosofsky Sedgwick / Epistemology of the Closet (University of California Press, 2008, 1ere Ed. 1990)

Lorsque l’épidémie de SIDA apparait, elle est tout d’abord ignorée par les responsables politiques ; dans l’imaginaire, elle est confinée au « groupe quatre H » et l’on pense, pour l’éradiquer, à user de mesure de répression contre les « mauvais comportements »6. Ces erreurs ont déjà été dénoncées, par les défenseurs des droits des homosexuels notamment, cependant les discours sur la pandémie présentent des biais similaires.

Dans son ouvrage Epistemology of the Closet paru en 1990, Eve Kosofksy Sedgwick a aussi analysé la figure de l’homosexuel dans la littérature de la fin du XIXe siècle et attiré l’attention sur des formes de stigmatisation de la communauté homosexuelle et sur l’effet de renforcement du modèle dominant constitué par la figure de l’homme hétérosexuel, par effet miroir. 
De nombreuses études académiques sur ce sujet qui se sont développées durant les années 1990 à la suite de cet ouvrage considéré comme fondateur. Les auteurs remarquent que leur oubli volontaire représentent une forme d’oppression.

“Especially in the case of racial oppression, a lack of knowledge or an unlearning of something previously known can be actively produced for purposes of domination and exploitation”7.


-Hegarty, Peter, et Joe Rollins. « Viral forgetting, or how to have ignorance in an syndemic ». Culture, Health & Sexuality 0, no 0 (11 septembre 2021): 1‑14. https://doi.org/10.1080/13691058.2021.1974560.

Voir aussi : Veille “Science et ignorance” nov. 2021 n°1 : Sociologie de l’ignorance et médecine


Les articles ici listés rejoindront prochainement le fonds « science et ignorance ».
Pour connaître la liste des ouvrages et tirés à part aujourd'hui disponibles au Centre documentaire du CAPHÉS nous vous invitons à vous reporter à cette base Zotero .


The articles listed here will soon join the "science and ignorance" document collection.
For the list of books and offprints available today at the CAPHÉS documentation center, we invite you to refer to this Zotero bibliographic database.
  1. Voir cet article de Conspiracy watch, 16 juin 2020, consulté le 4 novembre 2021 []
  2. Kosofsky Sedgwick, Eve. Epistemology of the Closet Updated with a new preface. A Centennial Book. Berkeley (Calif.) Los Angeles (Calif.) London: University of California press, 2008. 1ere Ed. 1990 []
  3. Sullivan, Shannon, et Nancy Tuana. Race and Epistemologies of Ignorance. SUNY Series, Philosophy and Race. Albany, N.Y: State University of New York Press, 2007 []
  4. Ghilani, D., O. Luminet, H. P. Erb, C. Flassbeck, V. Rosoux, I. Tames, and O. Klein. 2017. “LookingForward to the Past: An Interdisciplinary Discussion on the Use of Historical Analogies and their Effects.” Memory Studies 10 (3):274–285. []
  5. Fressoz, Jean-Baptiste, « Le virus du politiquement correct », Carnet de l’EHESS : perspectives sur le Coronavirus, 27 mars 2020, consulté le 4 novembre 2021 []
  6. “Imagined first as a disease that was confined to the four-H groups, homosexuals, Haitians, heroin users and people with haemophilia, HIV was long ignored by politicians and overlooked by most of the population that thought itself conveniently outside the bounds of risk” Hegarty, Peter, et Joe Rollins. « Viral forgetting, or how to have ignorance in an syndemic ». Culture, Health & Sexuality 0, no 0, 11 septembre 2021 : 1‑14, p.2 []
  7. S. Sullivan et N. Tuana, ibid, p. 1 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.