Entretien avec S. Ducourant autour de la question du bien-être animal

Entretien avec Samuel Ducourant, mené à distance depuis le Max-Planck-Institut für Wissenschaftsgeschichte, par Julie Solviche, le 29 mars 2022

Samuel Ducourant est doctorant·e à l’ENS-PSL en philosophie, sous la direction de Florence BURGAT, directeur de recherche INRA-SAE2, rattachée aux Archives Husserl (UMR 8547 CNRS-ENS) et de Sophie Roux, Professeur à l’ENS-PSL et directrice de l’Unité République des Savoirs UAR 3608 – (CNRS/ENS/Collège de France). Spécialisé·e en histoire et philosophie des sciences et des techniques, iel s’intéresse plus particulièrement au concept de bien-être animal au XXe siècle. Cet entretien est l’occasion de revenir son article « Science or Ignorance of Animal Welfare? A Case Study: Scientific Reports Published in Preparation for the First European Directive on Animal Welfare (1979-1980) », paru dans la revue Science, Technology, & Human Values en août 20211. Ce dernier examine le processus d’expertise portant sur l’emploi des cages de batterie dans l’élevage des poules pondeuses, qui fût mené au sein des institutions européennes entre 1979 et 1980, et s’attache à décrire les mécanismes de production d’ignorance à l’œuvre.

Depuis l’Institut Max Planck, où iel est accueilli·e pour 2021-2022 au sein du groupe de recherche “Practices of Validation in the Biomedical Sciences” dans le cadre d’une bourse d’excellence de l’Office allemand d’échanges universitaires (DAAD)2, Samuel Ducourant a accepté de répondre à une série de questions sur cet article.
Ce dernier met en exergue le processus de production d’ignorance qui fût à l’œuvre lors de l’élaboration de la première directive européenne sur la santé animale de 1980. S. Ducourant y analyse les motifs de l’abandon de la décision d’interdiction des cages de batterie pour les poules pondeuses proposée par le Conseil des communautés européennes en 1979.
Les propos recueillis dans l’entretien permettent d’expliciter la façon dont la production d’ignorance transparaît au sein même du processus d’expertise mené par la Commission des communautés européennes, alors même que les interactions avec les lobbys semblent quasi-absentes durant la période de révision de cette décision, qui s’étend sur plusieurs mois. La production d’ignorance y apparaît dans la feuille de route confiée aux scientifiques, qui présente des injonctions contradictoires et également dans les préoccupations des spécialistes des sciences de l’élevage, soucieux de s’assurer de la solidité de leur discipline tout en étant garants de la stabilité de la production.

L’entretien permet de revenir sur cette étude de cas qui pose les jalons d’une réflexion originale sur la question du bien-être animal : elle offre la possibilité d’observer de quelle façon les mécanismes de production d’ignorance se traduisent dans l’activité d’expertise elle-même, et semble appeler à la vigilance en suggérant que cette question est rarement examinée indépendamment d’autres enjeux politiques, économiques ou sociaux.

Cliquer sur “Plus” dans la description de la vidéo sur YouTube pour accéder directement aux questions.






  1. Ducourant, Samuel. « Science or Ignorance of Animal Welfare? A Case Study: Scientific Reports Published in Preparation for the First European Directive on Animal Welfare (1979-1980) ». Science, Technology, & Human Values, 31 août 2021, 01622439211040179. https://doi.org/10.1177/01622439211040179 []
  2. Deutscher Akademischer Austauschdienst []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.