Ignorance et secret, suppression d’informations ou censure

Une série d’approches considère l’ignorance comme produit d’une stratégie. Il s’agit là de considérer que l’on a pu tenter de gommer, de saper ou de fragiliser une connaissance fiable existante. Ainsi, faire disparaître de la connaissance de l’espace public, par exemple dans le cadre d’un secret d’État ou industriel, ou la rendre indisponible, inutilisable pour justifier des inférences et des décisions – comme dans certaines formes de climato-scepticisme ou les campagnes orchestrées par les cigarettiers – c’est bien « créer » de l’ignorance.

Affiche du film Secrecy, co-réalisé par Peter Galison. Fiche complète sur Imdb

Dans le premier cadre, le “secret”, au-delà des textes fondateurs de Simmel, a été bien étudié, notamment à travers une série d’articles de Peter Galison, qu’il s’agisse de l’évolution des lois sur le secret aux Etats-unis ou d’estimations du “volume” des connaissances secrètes. C’est une thématique qui est évidemment prégnante dans le cas des connaissances “dangereuses”, par exemple dans le domaine bio-militaire. Comme le remarque Galison, au-delà des problèmes pratiques soulevés par la classification “secret” (comment administrer les connaissances secrètes?), se pose une question logique et épistémologique:

Sur le plan philosophique, cela nous place, curieusement à rebours (…), sur les traces de la philosophie du début du XXe siècle, lorsque Bertrand Russell et le jeune Ludwig Wittgenstein luttaient pour articuler une vision du langage dans laquelle la communication serait réduite à l’assemblage de “propositions atomiques” isolées. Ces bouts de sens élémentaires, “Une tache rouge ici et maintenant” ou “odeur d’ozone à midi dans cette pièce”, devaient être assemblés en “molécules”, puis en concaténations de plus en plus complexes. L’effort a échoué au début des années 1900 parce que les faits ne sont jamais restés à l’intérieur de leurs limites ; comme ont fini par l’admettre même les plus ardents défenseurs, les faits ne pouvaient être définis sans théorie, et la théorie, qui ne cesse de s’étendre, refuse de se figer dans un savoir isolable – ces îles dont les philosophes naturels du 17e siècle ont rêvé. […]
Contrairement aux idées des positivistes logiques et de leurs alliés, il n’est précisément pas possible de réduire un langage significatif à des énonciations discrètes. La communication – du moins une communication significative et vérifiable – ne peut pas être rendue dans une séquence d’énoncés protocolaires. Mais cette conception de la connaissance est exactement celle qui se cache derrière l’imaginaire des classificateurs. Pour bloquer la transmission du savoir, pour entraver la communication sur les aspects les plus meurtriers de la science et de la technologie modernes, les services de sécurité des États-Unis (et d’ailleurs de l’OTAN, du Pacte de Varsovie, de la Chine et de dizaines d’autres pays) ont choisi d’énumérer les faits, circonstances, associations et effets qui ne seraient pas autorisés à être énoncés.

GALISON, P. 2008. Removing Knowledge: The Logic of Modern Censorship. Agnotology: The Making and Unmaking of Ignorance, 37–54, p. 50.

Bibliographie science et ignorance – Dossier II et Dossier III



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.