Veille “Science et ignorance” – janv. 2022 n°2

Polluted Earth by Vincent, Source FlickR, CC BY-NC-SA 2.0

Notre billet de la semaine dernière revenait sur un article s’intéressant à la notion « résidu » et à son potentiel pour le développement d’analyses transversales dans le champ de la sociologie des sciences. 

Le dioxyde de carbone issu de la combustion des énergies fossiles compte aussi parmi les résidus qui impactent l’environnement terrestre. Le riche numéro spécial « Ignorance(s) »1 dirigé par Laura Barbier, Soraya Boudia, Maël Goumri et Justyna Moizard-Lanvin, propose notamment un entretien avec Jérôme Gaillardet, géochimiste, mené par S. Boudia, qui pointe la nécessité de faire converger les programmes de recherche afin de prendre en compte la problématique de l’impact du réchauffement climatique sur l’environnement, en confrontant les méthodologies et les disciplines.

Le géochimiste est à l’origine du concept de Zone critique, repris par le sociologue Bruno Latour et mise en avant dans une exposition co-organisée avec Peter Weibel au ZKM de Karlsruhe.

« La Zone critique désigne la fine pellicule poreuse de la planète Terre comprise entre les roches dures en profondeur et la basse atmosphère comprenant ce qu’on appelle traditionnellement le sol, les écosystèmes visibles et invisibles (champignons, bactéries), les glaciers, les zones humides, les rivières, les nappes aquifères… et les humains bien sûr2

Cette définition souligne, avec le terme « pellicule », la fragilité de ce système et par ailleurs l’interdépendance des éléments qui le composent. Elle semble ainsi rendre compte de la précarité de l’équilibre dont notre espèce et d’autres êtres vivants dépendent.

Zone critique
Chorover, J., R. Kretzschmar, F. Garcia-Pichel, and D. L. Sparks (artwork by R. Kindlimann), CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

Un dossier intitulé « Beyond the Production of Ignorance: The Pervasiveness of Industry Influence through the Tools of Chemical Regulation » et dirigé par Emmanuel Henry, Valentin Thomas, Sara Angeli Aguiton, Marc-Olivier Déplaude, et Nathalie Jas est par ailleurs paru dans un numéro de la revue Science Technology and Human Values3. Les articles qui le composent analysent le contexte de l’élaboration des normes de règlementation des toxiques en décrivant et en caractérisant à chaque fois l’influence des industriels sur ces dernières, que ce soit dans le cadre national, dans le cadre d’accord d’échanges internationaux ou en milieu professionnel.
Un premier article de Colleen Lanier-Christensen s’intéresse à l’élaboration des normes de tests chimiques par l’OCDE au tournant des années 1970 et 1980. Emmanuel Henry mène une étude sur l’utilisation des seuils dans la gouvernance de l’exposition aux toxiques en milieu professionnel. Angela N. H. Creager traite de la TSCA (Toxic Substances Control Act) établie par le Congrès américain en 1976. Enfin, un dernier article de Valentin Thomas décrit la trajectoire d’une argumentation pro-industrielle dans la définition des substances cancérigènes.

  1. « Ignorance(s) », [traduction anglaise « Ignorance »], [Traduction espagnole «Ignorancia(s)»], Laura Barbier, Soraya Boudia, Maël Goumri & Justyna Moizard-Lanvin (ss. dir. de), Revue d’anthropologie des connaissances, vol 15 n°4, 2021. []
  2. J. Gaillardet et S. Boudia, « La Zone critique : Vers de nouvelles pratiques scientifiques pour réduire les ignorances dans l’anthropocène », Revue d’anthropologie des connaissances, vol 15 n°4, 2021, []
  3. Henry, Emmanuel, Valentin Thomas, Sara Angeli Aguiton, Marc-Olivier Déplaude, et Nathalie Jas. « Introduction: Beyond the Production of Ignorance: The Pervasiveness of Industry Influence through the Tools of Chemical Regulation ». Science, Technology, & Human Values 46, no 5 (1 septembre 2021): 911‑24. https://doi.org/10.1177/01622439211026749. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.