Veille « Science et ignorance » – mai 2022 n°1

IGNORANCE EN HPST

  • L’erreur de jugement du héros ou harmartia dans la forme littéraire de la tragédie et ses conséquences en épistémologie sociale
Grand masque tragique.(probablement votif) attribué au sculpteur Silanion. Milieu du IVème siècle av. J.C. Musée archéologique du Pirée.  DebordeLjm, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

L’harmartia décrit, dans les drames tragiques, une erreur de jugement ou une faute commise par le héros sans qu’il ne ne s’en aperçoive. Cette erreur initiale semble précipiter sa chute ou le mettre en situation d’échec au cours du récit ; il n’en devient conscient que lorsqu’il est trop tard.
N. Ballantyne se propose d’examiner la portée de l’erreur tragique en épistémologie sociale. Il propose ainsi l’hypothèse suivante :

« If the Shakespearean protagonists were destroyed by faults of which they were ignorant, oughtn’t we worry about our own faults that we do not recognize ? » N. Ballantyne (p. 2)

Le terme hamartia apparaît dans la Poétique d’Aristote.  L’ouvrage établit des règles dramaturgiques pour plusieurs genres littéraires dont la tragédie. Cette dernière doit, selon l’auteur, susciter à la fois l’effroi et la pitié. Le philosophe écarte ainsi plusieurs trames de récit qui déclencheraient d’autres émotions chez spectateur. Par exemple, le schéma narratif d’un homme foncièrement bon qui serait précipité vers le malheur ne pourrait que susciter la répulsion. Le philosophe préconise ainsi que le héros commette une faute au début du récit, qui ne corresponde ni tout à fait à un accident, ni tout à fait à une mauvaise action préméditée. Le personnage se trouve ainsi dans la posture où il aurait pu connaître sa faute mais ne la reconnait pas. La notion d’harmatia entretien ainsi des rapports intéressants avec la question de la responsabilité et de justice.

Reste donc le cas intermédiaire. C’est celui d’un homme qui, sans atteindre à l’excellence dans l’ordre de la vertu et de la justice, doit, non au vice et à la méchanceté, mais à quelque faute (di’hamartian tina), de tomber dans le malheur – un homme parmi ceux qui jouissent d’un grand renom et d’un grand bonheur, tels Œdipe, Thyeste et les membres illustres de familles de ce genre1.

En se focalisant sur les fautes épistémiques ou cognitives, plutôt que morales, l’article qui suit examine la portée de la notion d’erreur tragique dans le domaine de l’épistémologie sociale.

« Dans les drames tragiques, les erreurs cachées par l’ignorance sont monnaie courante. Les commentateurs utilisent le terme hamartia pour couvrir une variété d’erreurs involontaires, de faux pas cachés et de mauvais calculs. »2

Ces erreurs épistémiques y sont définies comme des dispositions ou des tendances qui empêchent la connaissance, les croyances justifiées, ou d’autres biens épistémiques. Elles ne se manifestent pas nécessairement, mais sont susceptibles d’entraver le succès d’une enquête et revêtent donc un intérêt important pour l’auteur. Échouer à reconnaître nos dispositions à la formation de croyances non-fiables peut donc être préjudiciable, pour nous même, par exemple si nos croyances sont déformées par des erreurs de jugements qui nous ne nous sont pas visibles mais que nos opposants perçoivent, ou pour les autres. Ce second cas de figure est illustré par celui d’un officier qui ne préviendrait pas ses troupes d’une attaque imminente de l’ennemi.

L’article examine dans un premier temps les différentes raisons pour lesquelles ces erreurs qui ne sont pas reconnues peuvent devenir tragiques et fournit des pistes pour mieux les apprivoiser. Il montre ensuite quel serait l’apport d’une meilleure (re)connaissance de ces erreurs tragiques : sur le plan doxastique, en s’intéressant au degré de confiance dans nos propres croyances, sur le développement de dispositions spéciales et sur le plan méthodologique en nous permettant de poursuivre différemment une enquête.
Ainsi, la conscience de nos propres limites peut être considérée comme une condition nécessaire à la poursuite d’une recherche intellectuellement responsable. 

-Ballantyne, Nathan. « Tragic Flaws ». Journal of the American Philosophical Association, 10 septembre 2021, 1‑21. https://doi.org/10.1017/apa.2020.39

IGNORANCE SAVANTE

  • Les conséquences sociales méconnues des développements de l’intelligence artificielle

    La présente étude passe en revue la littérature scientifique et les rapports s’intéressant aux conséquences sociales des applications techniques de l’intelligence artificielle forte (sous-symbolique) afin de déterminer si les risques sont bien appréhendés.
    Il apparaît dans un premier temps que certains risques sociaux sont déjà bien identifiés : renforcement potentiel des inégalités par les algorithmes, biais dans l’accès à l’information et manque de transparence.
    Cependant, les auteurs soulignent que la définition du risque sous-jacente à ces expertises semble trop restreinte, dans la mesure où le comportement de l’intelligence artificielle et ses conséquences sociales restent opaques, aussi bien pour les spécialistes que pour les profanes. Selon ces derniers, la connaissance de l’intelligence artificielle reste encore trop dépendante son omniprésence, de son intégration économique et de sa règlementation fragmentée.
    Il semble donc qu’un intérêt pour la part d’inconnu subsistant quand aux potentielles conséquences sociales des développements de l’intelligence artificielle revête un intérêt important en vertu de sa complexité et de son étrangeté. Cette hypothèse, dont les conséquences portent sur la règlementation et l’orientation des recherches futures est guidée par les travaux de Matthias Gross sur la non-connaissance [nichtwissen], auxquel les auteurs se réfèrent3.

    – White, J.M., et R. Lidskog. « Ignorance and the Regulation of Artificial Intelligence ». Journal of Risk Research, 2021. https://doi.org/10.1080/13669877.2021.1957985.

IGNORANCE, INCERTITUDE ET RISQUE

  • L’apparition de la notion d’« actionnabilité » en génomique clinique et la gestion « passiviste » du risque.

    Avec le développement de la génomique, les systèmes de santé font face à une abondance de données génétiques, qui peuvent être recoupées dans l’objectif de réduire la mortalité liée à certains cancers, aux maladies cardiovasculaires ou à d’autres maladies. Cependant des médecins praticiens remettent en cause le caractère opportun de certains tests génétiques en arguant des possibles effets délétères pour le patient. La présente étude s’intéresse aux débats issus de la confrontation de différentes perceptions des développements de la génomique, aux États-Unis. Le courant des médecins « passivistes  » est susceptible d’influencer la règlementation liée au traitement des données génétiques en institutionnalisant une forme d’ignorance, jugée potentiellement bénéfique.
    Cette étude s’intéresse également à une autre forme d’ignorance institutionnalisée : certains spécialistes déplorent que les données génétiques collectées, trop concentrées sur les populations d’ascendance européennes ne soient pas représentatives pour l’ensemble de la population.4.

    Le champ des études sur l’ignorance comprend déjà un volet consacré aux développements positifs de l’ignorance, notamment, en médecine, avec la question du « droit de ne pas savoir » examinée dans le cas des tests génétiques5 ou de l’amniosynthèse avec les travaux de R. Rapp. Dans le domaine de la médecine, ces recherches se contentent d’examiner les conséquences de la non-connaissance, au niveau individuel. A contrario, les deux cas de figure examinés ici l’envisagent dans un cadre collectif.

    Suite aux récents développements de la génomique, certains médecins et cliniciens ont souhaité alerter sur la difficulté d’analyser correctement l’ensemble des données collectées, les risques associés à l’excès de tests et au sur-traitement. Ils se demandent si la collecte d’une quantité trop importante de données ne pourrait pas devenir dangereuse ou peu efficace. Selon ces derniers, la biomédecine ferait de tout un chacun un patient en devenir, sans que la multiplication de ces diagnostics précoces ne soit nécessairement corrélée avec des améliorations en matière de santé et d’espérance de vie. 
    Pour ces partisans d’une gestion passive du risque, dits « passivistes », cette collecte excessive de données serait d’ailleurs motivée par une volonté de contrôle et de réduction de l’incertitude plus que par un réel souhait d’amélioration de la santé. De plus, elle servirait davantage les intérêts du complexe médico-industriel, les données sur les patients ayant, à grande échelle, une valeur monétaire importante pour les systèmes de santé. C’est la raison pour laquelle ces derniers souhaitent infléchir la règlementation de telle sorte que l’on se contente de collecter et d’interpréter des données qui justifient de mener des interventions à risque sur les patients. La notion d’« actionnabilité » est ainsi venue s’ajouter à celle d’« utilité » dans les textes qui encadrent ces processus.
    Le présent article s’intéresse ainsi aux arguments développés par ces médecins et cliniciens qui tendent à présenter l’ignorance comme une responsabilité éthique plutôt que quelque chose de moralement répréhensible. D’un autre côté, il met en lumière des initiatives qui tentent de lutter contre l’institutionnalisation de l’ignorance par la poursuite de programmes destinés à diversifier l’ascendance génétique des populations testées.

    -Owens, K. « The Passivists: Managing Risk through Institutionalized Ignorance in Genomic Medicine ». Social Science and Medicine 294 (2022). https://doi.org/10.1016/j.socscimed.2022.114715.

 

  1. Aristote, La Poétique, trad. R. Dupont-Roc et J. Lallot, Paris, Seuil, 1980, chap. 13, 1452 b 34 – 1453 a 12. cité par A. Walfard. « Justice et passions tragiques : lectures d’Aristote aux XVIe et XVIIe siècles », Poétique, vol. 155 n°3, 2008,  p. 259 []
  2. Ballantyne, Nathan. « Tragic Flaws ». Journal of the American Philosophical Association, 10 septembre 2021, p. 2-3 []
  3. Voir : Gross, Matthias. « The Unknown in Process: Dynamic Connections of Ignorance, Non-Knowledge and Related Concepts ». Current Sociology 55, no 5 (2007): 742‑59 []
  4. Ainsi, des programmes de recherche ont été lancés pour rectifier ce biais  : All of Us Research Program, 2020. Diversity and Inclusion. National Institutes of Health
Available at: https://allofus.nih.gov/about/diversity-and-inclusion., Consulté le 29 mars 2021 []
  5. Wehling, Peter. « Fighting a Losing Battle? » In Routledge International Handbook of Ignorance Studies, édité par Matthias Gross et Linsey McGoey, 17‑25. Routledge, 2015. https://doi.org/<a href=”http://dx.doi.org/10.4324/9781315867762-3.)”- P. Wehling est également l’auteur d’un ouvrage qui propose une analyse sur l’utilité de l’ignorance, qui peut être utilisée de façon stratégique à ses propres fins. -Wehling, Peter. Vom Nutzen des Nichtwissens: Sozial- und kulturwissenschaftliche Perspektiven. Sozialtheorie. Bielefeld: transcript-Verlag, 2015 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.