Ignorance et “Undone science”

Une autre variante d’études s’intéresse aux biais induits par nos propres croyances, par les outils que nous utilisons pour comprendre et maîtriser la nature et par les programmes de recherche.

Il s’agit ici principalement de production non-intentionnelle de l’ignorance. Frickel a montré comment les instances réglementaires, pour répondre à la pollution causée par l’ouragan Katrina, produisaient de l’ignorance à chaque étape : en se concentrant sur quelques familles de toxiques bien connus, en faisant abstraction des « effets cocktail », en extrapolant les données de produits bien documentés vers ceux qui le sont moins. Cette ignorance produite à chaque étape n’a pas forcément été voulue ; elle résulte du besoin d’agir et du fonctionnement des institutions. De même, tout programme de recherche, en temps et en ressources limités, se concentre sur certains champs pour en laisser d’autres en jachère. Nos intérêts — qu’ils soient culturels, commerciaux, politiques — créent littéralement de l’ignorance.

Il y a, toujours dans cette rubrique, des recherches sur l’undone science, la « science qui n’est pas faite ou ne se fait pas » : il s’agit d’éclairer la manière dont certains mouvements sociaux identifient des connaissances qui pourraient être produites, mais ne le sont pas (par exemple, sur les substituts au chlore, ou encore sur l’effet de l’exposition à des pics de pollution et non pas seulement à des valeurs moyennes).

Depuis le texte fondateur sur l’Undone science coécrit avec Hess (Frickel et al., 2009 ; Hess, 2016), Scott Frickel a développé une réflexion sur les absences de savoir, sur la base d’une réflexion sur l’exposition environnementale à des toxiques, notamment dans le cadre d’une étude sur les conséquences de l’ouragan Katrina et de l’inondation d’une partie de la Nouvelle-Orléans et il évoque cette « science qui n’est pas faite » comme consistant en

« … domaines de recherche identifiés par des mouvements sociaux et d’autres organisations de la société civile comme étant sources de bénéfices potentiels larges pour la société, et […] laissés sans financement, incomplets ou plus généralement ignorés »

Cette attention aux “absences de connaissance”, même si elle est étroitement liée aux noms de Frickel et Hess, est étudiée par de nombreux auteurs. Il est intéressant de voir que, si les travaux de Proctor ont été peu à peu identifiés à l’étude de la production stratégique d’ignorance, l’idée originelle d’agnotologie, ayant donné lieu à deux colloques importants au début des années 2000, à Penn State et à Stanford, couvrait bien, aussi, ce sens particulier. 

Le programme du colloque de Stanford précisait ainsi le thème principal :

« Le but de cette réunion est d’explorer les manières dont l’ignorance est produite ou entretenue dans des contextes divers, tels que la négligence délibérée ou fortuite, le secret, la soustraction d’informations, la destruction de documents, et des myriades de formes de sélectivités politico-culturelles, inhérentes ou évitables. Le but est de développer non seulement une taxinomie de l’ignorance, mais aussi des outils pour comprendre comment et pourquoi diverses formes de connaissance “ne sont pas parvenues à l’existence”, furent différées, ou longtemps négligées, à différents moments de l’histoire. »

Source : Programme du colloque de 2005 à Stanford 

Le présent dossier de la bibliographie recense certaines formes principales de l’Undone Science

Bibliographie “Science et ignorance” : Dossier VI


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.