Actualités du fonds ignorance, oct. 2022 n°1 : Ignorance et biomédecine reproductive (1/2)

Paul Klee, Protectress, 1932

Un numéro spécial intitulé “Rethinking ignorance production in the field of reproductive biomedicine”, édité par Sezin Topçu et Irène Maffi est paru dans la revue Reproductive Biomedicine and Society Online en mars 20221.
Le champ des études sur l’ignorance y est mis à contribution pour explorer la construction de savoirs et de non-savoirs autour des techniques biomédicales liées à la reproduction, développées depuis l’après-guerre.

  • Controverses autour de l’anesthésie épidurale dans les années dans les années 1970 (post-68) et 1980 
    Disponible depuis les années 1970, l’anesthésie péridurale s’est progressivement répandue jusqu’à ce que ce mode d’accouchement médicalisé devienne largement majoritaire2 par rapport aux accouchements physiologiques. Le succès de cette technique d’anesthésie auprès du milieu médical, qui constata des résultats beaucoup plus probants que les modes d’anesthésie antérieurs (ether, chloroforme), et auprès de la plupart des femmes pour qui elle a contribué à l’atténuation de la souffrance, apparaît dans de nombreux cas comme une évidence, voire comme une « norme ».

    En étudiant, à partir d’entretiens et d’une analyse d’archives télévisuelles, de la presse généraliste, médicale et féministe, sous l’angle des ignorance studies, les différentes controverses autour de l’anesthésie épidurale durant deux décennies, l’auteur du présent article examine les discussions et les débats autour de cette technique durant la période où son utilisation s’est largement répandue.
    Après un retour sur l’histoire de l’anesthésie péridurale et de sa réception en France, en comparaison avec sa réception à l’international et en prenant en compte les mouvements écologistes post-68, l’auteur s’intéresse à deux courants portés par des médecines « alternatives » ainsi qu’aux arguments mis en avant par les médecins. Enfin, les différents points de vue des féministes, non homogènes, sont étudiés.
    Il apparaît, d’une part, que les partisans de l’accouchement naturel ou physiologique ont pu produire des connaissances sur les effets secondaires de l’anesthésie péridurale de façon abondante, pour en changer la perception et souligner la « science non faite », et d’autre part, que milieu médical cherchant à dépasser la controverse — en mettant avant le faible degré de risques inhérents à cette technique et les atouts de la modernisation — plonge dans l’oubli des savoir-faire obstétricaux antérieurs. Ainsi, l’auteur propose de décrire ces phénomènes par les concepts d’ignorance induite par la technologie (technology-driven ignorance), et de technique de désapprentissage (unlearner technology).
    – Topçu, Sezin. « Adopting an ‘Unlearner’ Technology? Knowledge Battles over Pharmaceutical Pain Relief in Childbirth in Post-1968 France ». Reproductive Biomedicine & Society Online 13 (1 août 2021): 1‑13. https://doi.org/10.1016/j.rbms.2021.03.002.


  • Retour sur une période de généralisation et de routinisation l’épisiotomie en France, et ignorance des recommandations internationales.
    Cette étude vise à examiner les raisons pour lesquelles le corps médical français, à la différence de celui d’autres pays tels les États-Unis ou l’Angleterre où le taux d’épisiotomie baisse significativement durant les années 1980 et 1990, paraît ignorer les recommandations successives de limitation de l’OMS réalisées durant cette période3 ainsi que les alertes provenant de l’international. Ces dernières, étayées par des études scientifiques, soulignent que les bénéfices de cet acte chirurgical ne sont pas systématiques et qu’il comporte des risques iatrogènes.
    En distinguant deux périodes successives, l’article met en évidence, au sein des organisations professionnelles et chez les experts, la production de connaissances concurrentes ainsi qu’un renforcement des justifications de l’épisiotomie afin d’intégrer et de dépasser les critiques existantes.
    – Mirouse, L. « Ignoring International Alerts? The Routinization of Episiotomy in France in the 1980s and 1990s ». Reproductive Biomedicine and Society Online 14 (2022): 42‑52. https://doi.org/10.1016/j.rbms.2021.07.002.

  • La reconnaissance tardive de l’endométriose
    L’endométriose est une maladie chronique dont on estime qu’elle touche environ 10% des femmes en âge de procréer, et que 47% des femmes infertiles en sont atteintes. Restant considérée comme rare dans les années 1980, le nombre de femmes diagnostiquées a considérablement augmenté, mais ce diagnostic reste tardif dans leurs parcours médical, notamment en France.
    Les études sur l’ignorance sont convoquées ici pour expliquer les raisons pour lesquelles cette maladie a pu échapper aux radars, et ne pas faire suffisamment l’objet de recherche. Il apparaît que ce phénomène d’ignorance, composé à la fois d’ignorance délibérée et d’ « undone science », est à mettre sur le compte de différentes forces structurelles, culturelles et politiques. Les difficultés d’identification de l’endométriose, sont replacées par l’auteur dans la perspective plus vaste d’une histoire de la médecine qui apparaît, sous un certain angle, comme androcentrée. L’histoire de la notion d’ «hystérie», qui permettait d’englober une série de maux et de comportements incompris, a, à cet égard été déjà largement explorée et l’on retrouve des descriptions ressemblant significativement à celle de l’endométriose dans des textes d’histoire de la médecine s’y rapportant. Les difficultés de classification de la maladie de l’endométriose, persisteront également après sa première identification en 1921 par John Samson, à cause des difficultés de diagnostic et d’une étiologie peu claire. À ces difficultés proprement techniques ou scientifiques, s’ajoutent des facteurs culturels ou politiques : l’expérience vécue par les femmes à cet égard n’a pas rencontré suffisamment tôt l’oreille des médecins et l’auteur souligne que la maladie, à la différence de l’asthme ou du diabète, ne figure pas parmi les priorités de recherche ni à l’agenda politique, malgré quelques signes récents d’évolution.
    – Hudson, N. « The Missed Disease? Endometriosis as an Example of ‘Undone Science’ ». Reproductive Biomedicine and Society Online 14 (2022): 20‑27. https://doi.org/10.1016/j.rbms.2021.07.003.



Citer ce billet
Julie Solviche (2022, 20 octobre). Actualités du fonds ignorance, oct. 2022 n°1 : Ignorance et biomédecine reproductive (1/2). Carnet d'études agnotologiques. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pw98

  1. SEZIN, Topçu, MAFFI, Irène (Éds), Reproductive Biomedicine and Society Online, n°14, mars 2022. Cette publication a été élaborée à partir du colloque international « Minimizing Risks, Selling Promises ? Reproductive Health, Technoscientific Controversies and the Production of Ignorance » organisé par Sezin Topçu et Irène Maffi à l’Université de Lausanne, du 22 au 23 novembre 2018 []
  2. 82,4% des femmes l’emploient de nos jours selon la source suivante : Enquête nationale périnatale, 2016. Les naissances et les établissements. Situation et évolution depuis 2010 (Childbirth and facilities: state of affairs and evolution since 2010) []
  3. Une première recommandation de 1985 recommande d’éviter la routinisation de cet acte chirurgical, tandis qu’une seconde en 1996 recommande que le taux n’excède pas 10% . Source :World Health Organization Division of Family Health Maternal Health and Safe Motherhood: Care in normal birth: a practical guide. Report of a technical working group. 1996, Geneva: World Health Organization http://apps.who.int/iris/bitstream/10665/63167/1/WHO_FRH_MSM_96.24.pdf, on peut consulter la recension : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/9271979/) []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search