Entretien avec Scott Frickel (Brown University & Institute at Brown for Environment and Society – IBES)

Entretien avec Scott Frickel, enregistré le 12 janvier 2023 par visioconférence et mené par Mathias Girel

Cliquer sur la description de la vidéo dans YouTube pour accéder directement aux questions.

Le portrait de Scott Frickel, professeur de sociologie à l’université de Brown et membre de l’Institute at Brown for Environment and Society (IBES), vient compléter la série d’entretiens autour de la « science et l’ignorance » initiée précédemment.
Scott Frickel y est invité à revenir sur son parcours scientifique pour examiner la place de la question de l’ignorance, depuis l’introduction du livre The New Political Sociology of Science : Institutions, Networks and Power, Science and Technology in Society (University of Wisconsin Press, 2006), co-édité avec Kelly Moore, jusqu’à son travail de collaboration pour l’ouvrage Residues: Thinking Through Chemical Environments (New Brunswick, NJ: Rutgers University Press, 2021) et à ses perspectives de travail plus actuelles.

L’entretien permet de mieux cerner la façon dont le chercheur définit l’ignorance, sur le plan ontologique, ainsi que son positionnement par rapport aux chercheurs contemporains du champ des ignorance studies. Scott Frickel y aborde ses collaborations les plus marquantes, notamment avec David Hess ou Michelle Edwards. Il se situe également, au cours de cet échange, par rapport aux travaux sur l’« ignorance stratégique » dont il semble plus éloigné.

Cet échange offre par ailleurs un aperçu des nouvelles approches mises en œuvre par Scott Frickel pour mesurer et identifier les changements socio-environnementaux engendrés par l’industrialisation. Ces dernières mettent en évidence des situations dans lesquelles la science n’est pas produite, des points aveugles dans le recueil des données environnementales et les inégalités sociales qui en résultent. Les travaux de Scott Frickel permettent donc également d’aborder la question de l’ignorance d’une façon très empirique. Le terme « résidu », choisi pour le titre de l’ouvrage collectif  Residues: Thinking Through Chemical Environments afin de désigner ces reliquats de la production industrielle, qui traversent les frontières et subsistent au cours du temps, met d’ailleurs l’accent sur ses conséquences matérielles et bien tangibles.

Pour aller plus loin :



Citer ce billet
Julie Solviche (2023, 19 avril). Entretien avec Scott Frickel (Brown University & Institute at Brown for Environment and Society – IBES). Carnet d'études agnotologiques. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pw9b

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search