« L’ignorance organisée » : un numéro spécial de la revue Ephemera

Ce numéro spécial de la revue Ephemera, coordonné par Morten Knudsen, Justine Grønbæk Pors et Tore Bakken s’intéresse aux mécanismes d’évitement des savoirs inconfortables, mis en place au sein des organisations et, plus généralement, à la construction collective de l’ignorance.  Les analyses s’appuient sur la notion d’ignorance stratégique1 et également sur la notion de pouvoir oraculaire proposée par L. McGoey dans The Unknowers : How Elite Ignorance Rules the World (Zed Books, 2022). Dans cet ouvrage, l’ignorance apparaît comme étant au cœur de stratégies de pouvoir, qu’elle soit utilisée pour éviter d’endosser la responsabilité d’erreurs du passé ou pour étayer des initiatives à venir.


Un premier article a trait au processus de transformation numérique qui est à l’œuvre dans certaines organisations. Lors de la mise en place de ces projets pilotes, ces dernières semblent devoir se plier à l’innovation : faire partie des pionniers est présenté comme un impératif. Une des raisons pour lesquelles les porteurs de projets et employés ne peuvent s’y dérober est qu’il est mieux perçu de suivre le mouvement — ou, mieux, de l’anticiper — plutôt que de risquer de paraître rétrograde. L’étude s’intéresse à un projet de profilage algorithmique et montre que cette nécessité d’aller de l’avant peut conduire à en ignorer des défauts ou des dysfonctionnements importants. L’observation de ces derniers se dérobe dans le mouvement qui conduit à l’innovation. Une production d’ignorance collective ou pluralist collective ignorance résulte ainsi de la cumulation de différents mécanismes de déni au niveau individuel. (>> article 1)

 Le second article s’intéresse aux  lanceurs d’alertes qui dénoncent les situations d’ignorance établies par les systèmes de renseignements et les systèmes de sécurité nationaux. Les mécanismes de secret, de censure, de musellement des lanceurs d’alertes et de menace de représailles permettent à ces organisations de définir un domaine de l’indicible (>> article 2). De façon très concrète, la production d’ignorance est aussi observable dans un projet de restructuration des services de soin, en Norvège, dont l’objectif affiché est de prendre en compte les voix des patients. (>>  article 3 ). Toujours dans le domaine du soin, mais psychiatrique cette fois, les pratiques de visibilité et d’invisibilité sont observées dans l’article suivant, qui s’intéresse à l’architecture transparente du poste de soin, dans un hôpital danois.  Le lien entre ignorance et spatialité est étudié, en convoquant la philosophie de P. Sloterdijk. (>>article 4) Une analyse de l’organisation épistémique de la connaissance et de l’ignorance dans les processus  « d’économisation » basés sur le concept de « marché » tel qu’il est interprété par Friedrich A. Hayek est également proposée  (>> article 5) L’étude suivante, avec l’exemple de l’utilisation d’un algorithme d’aide à la décision par une municipalité au Danemark, montre que l’utilisation de l’IA peut générer de l’ignorance, en produisant des représentations imaginaires des objets et des sujets qu’elle implique. La production d’ignorance n’est pas analysée ici sous l’angle stratégique mais dans une perspective nietzchéenne et deleuzienne où la volonté d’ignorance agit comme une force créatrice (>>article 6).

Le numéro spécial se conclut par trois notes méthodologiques et une recension de l’ouvrage de L. McGoey cité en introduction. 
Dans première note, l’ethnographe Elise Lobbedez mentionne la difficulté du travail en terrain sensible dans le cas de l’étude du mouvement de contestation des gilets jaunes. Cette dernière est tiraillé entre, d’une part, un souhait d’être transparente dans ses recherches et, d’autre part, la nécessité pour les acteurs des mouvements contestataires étudiés de tenir des informations secrètes, pour mener à bien leur action. Dans ce témoignage, la chercheuse nous montre qu’elle est confrontée à des choix cornéliens  : doit-elle « demander à savoir » ou  « se contenter de ne pas savoir », doit-elle rendre compte ou pas de ce qu’elle observe dans le cadre de ses recherches, dans la mesure où elle peut peut être perçue comme une menace pour les différents acteurs du mouvement ? ( >>note 1).

« En outre, le fait d’aborder des contextes sensibles, tels que des sujets profondément privés, des comportements considérés comme déviants ou stigmatisés, ou toute relation impliquant des formes de domination, de coercition ou de résistance (Lee et Renzetti, 1990), exige une vigilance accrue en ce qui concerne la production et la divulgation des connaissances, car la recherche sur ces sujets peut avoir des conséquences politiques et éthiques notables. »
E. Lobbedez2

La note suivante étudie une conversation dans un centre d’appel d’urgence et explicite, selon une approche psychodynamique et interactionnelle, les raisons d’un échec communicationnel dont l’issue est fatale. La mise au jour d’un motif inconscient chez une infirmière recevant un appel, à savoir la déception de faire face à l’agressivité de l’appelant, explique son aveuglement face au degré d’urgence de la requête et son incapacité à donner suite dans des délais satisfaisants (>> note 2). Enfin, une note monte l’intérêt des objets frontières pour l’étude de l’ignorance, en prenant l’exemple de travaux de recherche sur les lanceurs d’alerte (>>note 3).

– Bakken, T. , Knudsen, M. & Grønbæk Por, J., « Organized ignorance », Ephemera. Theory and Politics in Organization, vol. 23 n°1, fev. 2023
Sommaire



Citer ce billet
Julie Solviche (2024, 17 mai). « L’ignorance organisée » : un numéro spécial de la revue Ephemera. Carnet d'études agnotologiques. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11omu

  1. voir : McGoey, Linsey. « The Logic of Strategic Ignorance ». The British Journal of Sociology 63, no 3 (2012): 553‑76 []
  2. E. Lobbedez, « You can’t report what you don’t know: Methodological considerations of an ethnographer navigating organizational secrecy» in Ephemera, Theory and Politics in Organization, « Organized ignorance », vol. 23 n°1 fev. 2023, p. 198 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search