« Perdons-nous connaissance ? », entretien avec Lionel Naccache

Lionel Naccache a écrit de nombreux livres dans lesquels la question de la connaissance est revisitée de manière originale, à la lumière des neurosciences. C’était sans doute le cas du Nouvel inconscient 1, mais bien sûr plus encore de Perdons-nous connaissance ?2. En ouverture de cet ouvrage, Lionel Naccache présentait l’hypothèse selon laquelle la connaissance pourrait être perçue, et a été perçue, comme une “menace”, et affirmait qu’il ne s’agissait pas là d’une spéculation gratuite :

… il ne s’agit pas là d’une dimension oiseuse, fantaisiste ou superficielle de la connaissance, qui serait le simple fruit de mon imagination. Ce risque intrinsèque à l’activité de connaître traverse notre culture occidentale depuis ses origines, sous des formes très variées qui produisent ensemble une formidable cohérence. Nous entretenons d’ailleurs souvent une relation empreinte de nostalgie affectueuse à l’égard de cette somme extraordinaire de mythes, allégories et autres récits imaginaires dont de nombreuses pages nous ont abreuvés pendant notre éducation. Pour autant, au-delà de cette impression de familiarité, sommes-nous aujourd’hui capables d’attribuer une signification pertinente à ces menaces ? Que reste-t-il de ces mythes ?

Source : Naccache, Lionel. Perdons-nous connaissance ? Odile Jacob. “Avant-propos”

C’est cette dimension de la connaissance, mais aussi de l’ignorance, qui est au cœur de l’entretien qui suit, où sont également abordées d’autres notions, tels que les biais, la manipulation et la place du sujet dans ses représentations.

Pourquoi semblons-nous parfois enclins, de par nos aptitudes psychiques ou comportement sociaux, à préférer l’ignorance ?

La question du rapport à la nouveauté est au centre de cette première réponse, dans laquelle Lionel Naccache évoque en outre les travaux de Kurt Goldstein, auteur de La Structure de l’organisme3, évoqué et critiqué par Merleau-Ponty dans La structure du comportement

Gallimard, impr 1983 (1ere ed. 1952) Notice CAPHÉS

Le phénomène de la dissonance cognitive peut-il freiner l’acquisition de connaissances et donc contribuer à produire de l’ignorance ?

Les travaux classiques de Festinger sur la “dissonance cognitive”. Les récits apocalyptiques, les réactions lors de l’échec des prophéties (When Prophecy Fails4 ) et les ajustement ad hoc des croyances individuelles. La gestion des conflits intérieurs. La connaissance comme expérience subjective. Les informations nouvelles et la transformation du système de croyances.   

University of Minnesota Press, 1956.

Comment de nouvelles informations parviennent-elles néanmoins à modifier notre système de croyances ?

Retour détaillé sur le phénomène de la dissonance. Le déni du comportement et la révision des valeurs en fonction des décisions, pour sauver la cohérence subjective des actions. L’exemple des étudiants de Berkeley et la dissertation sur la peine de mort. L’érudition stérile comme protection contre le changement.

 

L’élaboration de fausses croyances : une expérience de « split-brain » de M. S. Gazzaniga 

Les deux hémisphères et la rupture de la communication entre eux (exemples cliniques fournis par certains traitements chirurgicaux de l’épilepsie). Les études de Gazzaniga dans les années 1960. La dissociation des centres de contrôle du comportement et des centres de contrôle du langage. Comportement du patient qui doit justifier ses actions  : production d’une fiction à laquelle le patient croit. L’hémisphère gauche dissocié fournit une narration explicative qui a une fonction de signification, elle donne du sens à l’action5 . La question de l’extension de ces enseignements aux sujets “normaux”. 

 Un détournement de ces biais cognitifs à des fins de manipulation est-il possible?

Les processus décrits plus haut ont un caractère irrépressible, et ils ne relèvent pas non plus de la mauvaise foi. L’exemple du savoir déférentiel (renvoyé à une expertise extérieure). La fragilisation de ces structures, qui ont une dimension sociale, peut créer du doute.  L’exemple de l’école comme effort pour contrecarrer la résistance au changement.

Connaissance et information

Distinction entre information et connaissance. L’abondance d’informations ne résout aucune des questions profondes sur la connaissance. Réhabiliter le sujet des croyances et l’usage qu’il fait des informations. Opposition entre la valeur de transparence de l’information et la difficulté de cette transparence pour un sujet. 

L’ignorance comme une expérience de connaissance ratée ?

L’expérience de connaissance a deux facettes, libération et danger. Le risque existentiel de la connaissance, depuis la Bible et Faust. La deuxième dimension, paradoxalement, a disparu, il faut la penser, pour bien penser les réactions, individuelles et collectives, face à ce danger.   

Crédits  : nous remercions Franck Cuveillier, auteur de la série d’entretiens réalisés début 2018 pour la Série Documentaire (France Culture), dont le CAPHES était conseiller scientifique, d’avoir bien voulu permettre ce travail sur la base des entretiens longs, et donc en grande partie inédits. Nous remercions aussi très chaleureusement Perrine Kervran, productrice de l’émission6.

Les ressources audios ici présentées sont hébergées par le TGIR Humanum utilisent le service d’exposition de données Nakala. 

  1. NACCACHE, Lionel. Le nouvel inconscient : Freud, Christophe Colomb des neurosciences. Paris, France: O. Jacob, impr. 2009, 2009. []
  2. NACCACHE, Lionel. Perdons-nous connaissance ?: de la mythologie à la neurologie. Paris : Odile Jacob, 2018. []
  3. GOLDSTEIN, Kurt, La structure de l’organisme : Introduction à la biologie à partir de la pathologie humaine.  Paris: Gallimard, 1952 []
  4. FESTINGER, Léon, Henri W. RIECKEN, et Stanley SCHACHTER. When prophecy fails: A Social and Psychological Study of a Modern Group That Predicted the Destruction of the World. Minneapolis: University of Minnesota Press, 1956. []
  5. GAZZANIGA, Michael S. « The Split-Brain in Man ». Scientific American, août 1967 : 24-29 []
  6. Pour aller plus loin : Voyage en agnotologie : volet 3/4 “Quand on préfère ne pas voir” []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.