Entretien avec Hélène Dessales ENS-PSL (AOROC UMR 8546)

Cet entretien, mené dans le cadre d’une campagne sur la « Science en train de se faire » au CAPHÉS (UMS 3610 CNRS /ENS), a été réalisé le 1er février 2019 avec Hélène Dessales, Maître de conférences en archéologie ENS-PSL (AOROC- UMR 8546). Les deux parties abordent ses champs de recherche successifs : de l’archéologie de l’eau à l’archéologie de la construction, en tentant d’identifier leurs défis méthodologiques et en insistant sur le rôle de la pluridisciplinarité.

Première partie : durée 16 min

Hélène Dessales revient tout d’abord sur son premier sujet de recherche : « La distribution de l’eau dans l’architecture domestique de l’Occident romain (Pompéi, Herculanum, Ostie) : formes, usages et mise en scène, du Ier au IVe siècle ap. J.-C », thèse effectuée à l’Université d’Aix-Marseille 1 (sous la dir. de Pierre Gros, 2002). Il est ensuite question des aspects méthodologiques des recherches en archéologie de l’eau. L’observation des traces matérielles, le recours à des sources écrites et le travail de relevé archéologique sont des étapes nécessaires à la reconstitution d’un réseau hydraulique permettant l’adduction, la distribution et l’évacuation de l’eau. L’intérêt pour le rôle sémantique du dessin ouvre un nouveau sujet de recherche : l’histoire du relevé, dont l’œuvre de l’archéologue et voyageur britannique William Gell (1777-1836) donne ici un exemple. Enfin, est abordé le projet Villa Diomède, programme de modélisation informatique effectué à partir des techniques photogrammétries développées par le département d’informatique de l’ENS, dans lequel l’intégration de documents d’archives joue un rôle important.

Deuxième partie : durée 15 min

Ce deuxième volet de l’entretien est consacré à l’archéologie de la construction. Hélène Dessales, qui a contribué à la structuration de ce domaine de recherche émergeant, nous permet de comprendre ses grands principes, qui consistent à s’intéresser davantage à l’organisation et au déroulement des chantiers qu’aux édifices dans leur forme achevée. Les méthodes d’analyses permettant la reconstitution des chantiers sont tout d’abord évoquées, comme l’approche stratigraphique, mais aussi l’observation de marques sur les murs ou la consultation de registres des métiers. Puis, Hélène Dessales décrit les modalités de collaboration avec les spécialistes des sciences de la terre en s’appuyant sur les exemples de deux structures hydrauliques : un aqueduc traversant la Campanie et un château d’eau de Pompéi. Enfin un nouvel objet d’étude issu de cette collaboration est mentionné : l’archéologie du risque.

Production : CAPHÉS UMS 3610 (CNRS/ENS). Projet dirigé par Mathias Girel. Préparation documentaire, prise de vue & montage : Julie Solviche.

Ces ressources vidéos sont hébergées par le TGIR Humanum et utilisent le service d’exposition de données Nakala.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.