La lutte contre la désinformation (1/3) : quelques initiatives de fact-checking chez les journalistes et scientifiques

Rédaction  : 25 avril 2019. Publication : 9 mars 2020

Nous listons ici quelques initiatives prises par des journalistes et scientifiques afin de lutter contre désinformation, contribuer à « rétablir la vérité » ou « évaluer la fiabilité de l’information à l’aide d’une échelle de mesure convenue ».

Dans la notice du Publictionnaire1, le fact-checking est décrit comme « une pratique journalistique consistant à évaluer la véracité des propos tenus par des responsables politiques ou d’autres personnalités ». Dans l’ordre de création sont cités : « Désintox » pour Libération (2008), « Les Décodeurs » pour Le Monde (2009), « Le vrai du faux » sur France Info (2012), « Le vrai-faux de l’info » sur Europe 1 (2012), « L’œil du 20 heures » sur France 2 (2014).
Aux émission ou rubriques dédiées, qui proposent une sélection d’informations évaluées, s’ajoutent des moteurs de recherche permettant de vérifier un article ou un site sur demande, parfois couplés avec une application à installer permettant d’évaluer l’information ou au cours de la navigation.

Le Fact Checker (The Washington Post)

À titre d’exemple, le site internet Polifact propose des échelles de mesure pour établir la véracité des citations politiques ou pour contrôler les promesses de campagnes des présidents (Obameter, Trump-O-Meter). Le Fact-checker, blog politique hébergé par le Washington Post,  propose pour sa part d’évaluer la véracité des propos en attribuant un nombre de Pinocchios correspondants, ou un Gepetto lorsque l’information est vraie, et remporte un succès important. Certains déploreront que ces rubriques jouent le rôle de vitrines destinées à redorer l’image des médias, qui ne sont plus en mesure, en raison des pressions économiques ou temporelles, de vérifier l’information en amont2. Le Décodex , moteur du journal Le Monde, se présente comme « un outil pour vous aider à vérifier les informations qui circulent sur internet et dénicher les rumeurs ». Il présente des informations contextuelles sur l’orientation politique et sur le propriétaire du journal. Certains ont pointé du doigt la difficulté de se poser à la fois comme juge et partie ; il n’en est pas moins vrai que partant du postulat réaliste de la potentielle partialité ou inexactitude des publications circulant sur le web, ces démarches contribuent à nous engager au recul critique.

Global fact-checking sites (Duke Reporters’ Lab)

The Reporters’ Lab, un centre de recherche en journalisme de la Sanford School of Public Policy à Duke University a réalisé une carte interactive mondiale des sites de fact-checking3.

Climate Feedback

La communication des scientifiques au sujet du réchauffement climatique, rendue souvent fragile aux États-Unis dans le contexte politique actuel, a conduit certains chercheurs s’engager fortement dans la lutte contre la désinformation. Sur le site Climate feedback4, mis en place grâce à une opération de financement participatif et fondé par Emmanuel Vincent (Sciences Po médialab), des scientifiques sont invités à effectuer la revue critique d’articles sur le thème du climat, sélectionnés au préalable pour leur popularité évaluée  sur Buzzsumo et leur prétention à être fondés sur la science. Un code couleur et une note entre -2 (très faible) et 2 (très forte) indique finalement leur degré de crédibilité.

Mais il faut s’intéresser aussi aux démarches citoyennes qui connaissent un succès grandissant. Dans son essai Post-truth : faut-il s’en réjouir ?5, M. Cervera Marzal semble établir un lien entre « l’exercice de la démocratie » et le fait de « rétablir la vérité » , les deux ayant en commun le fait de ne pas être déjà donnés, mais à élaborer.  Dans le cas des initiatives citoyennes et sur les médias collaboratifs, les processus de vérifications successifs exercés par l’ensemble des contributeurs peuvent contribuer à rendre l’information plus fiable.

Voir aussi : Bibliographie Zotero « Post-vérité et fake-news »

  1. Bigot, L. ,« Fact-checking » . Consulté le 25 avril 2019, Site du Publictionnaire : http://publictionnaire.huma-num.fr/notice/fact-checking/ []
  2. Se reporter aux articles sur l’histoire du fact-cheking tel l’article Bigot, L., « Rétablir la vérité via le fact-checking : l’ambivalence des médias face aux fausses informations ». Le Temps des medias, n° 30(1), 2018, 62–76. []
  3. Duke Reporters’ Lab. (n.d.). Global fact-checking sites [The Reporters’ Lab is a center for journalism research in the Sanford School of Public Policy at Duke University. Our core projects focus on fact-checking, but we also do occasional research about trust in the news media and other topics.]. Consulté le 12 mars 2019, Site du The reporter’s Lab : https://reporterslab.org/fact-checking/ []
  4. Climate Feedback: in depth analyses of the scientific credibility of climate media (2015, February 9). Consulté le 24 avril 2019, sur le site Climate Feedback : https://climatefeedback.org/ []
  5. CERVERA MARZAL, Manuel, Post-truth : faut-il s’en réjouir ?, Le Bord de l’eau, 2019 []

Une réflexion sur « La lutte contre la désinformation (1/3) : quelques initiatives de fact-checking chez les journalistes et scientifiques »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.