“The Authority of Science in a Post-truth World” – Gloria Origgi (Institut Jean Nicod, CNRS-ENS-EHESS)

Conférence donnée lors du Colloque “Post-vérité, infox, rumeurs : quels problèmes, quelles réponses ?” (5 au 7 juin 2019 / ENS Paris).

Gloria Origgi
Gloria Origgi (Institut Jean Nicod, CNRS-ENS-EHESS)

In this paper I claim that the virtue of doubt can be viciously recruited in order to spread fake scientific news.

There is a huge literature in epistemology that discusses the detrimental effects of spreading doubt against important scientific results such as evidence for climate change or for the utility of vaccines or else about the link between tobacco and lung cancer. Yet, most of this literature sees the spread of doubt as a cause of the spread of epistemic vices in the scientific community and in the larger audience. In his last book, the philosopher Quassim Cassam draws a list of epistemic vices that includes: gullibility, dogmatism, prejudice, closed-mindedness, negligence, intellectual arrogance, wishful thinking. Yet, the way in which scientific news spread today, by social media and other unverified sources, makes difficult for the public to verify themselves what is reliable and what is not. In this perspective, reasonable doubt can spread in a situation in which the public can only express consent or dissent to news people cannot reasonably verify themselves.

Durée : 26 min 38. Production : CAPHÉS UMS 3610

Gloria Origgi est chercheur au CNRS à Institut Jean Nicod. Elle mène des recherches en épistémologie sociale, philosophie des sciences sociales, cognition sociale et épistémologie du web. Elle s’est consacrée durant les cinq dernières années aux mécanismes de confiance qui sous-tendent les pratiques épistémiques. L’ensemble complexe des raisons, des réactions affectives et de dépendances qui incitent les gens à faire confiance aux autres et à acquérir de nouvelles croyances est au cœur de ses recherches sur l’épistémologie de la confiance. Elle s’est concentrée sur le rôle de la réputation comme source de justification épistémique. L’épistémologie de la réputation, c’est-à-dire la façon dont les gens utilisent l’information pour conférer une autorité épistémique, est toujours au cœur de ses recherches et s’articule autour de divers axes de recherche, comme l’influence des préjugés sexistes sur la crédibilité et le rôle des réseaux sociaux et autres interactions sur Internet dans le filtrage de l’information.

Voir aussi :
Programme / Program
Livret / Booklet