« De la sotte naïveté des Athéniens face à la rumeur » – Francis Larran (ANHIMA, Lycée Martin Luther King de Bussy-Saint-Georges, 77)

Conférence donnée lors du Colloque “Post-vérité, infox, rumeurs : quels problèmes, quelles réponses ?” (5 au 7 juin 2019 / ENS Paris).

Francis Larran
Francis Larran (ANHIMA, Lycée Martin Luther King de Bussy-Saint-Georges, 77)

En 555 avant J.-C., Pisistrate prend le pouvoir à Athènes grâce à une fausse rumeur assurant qu’Athéna le ramène en char dans sa cité. La sotte naïveté des Athéniens devant le stratagème du tyran ouvre des pistes de réflexion utiles pour éclairer le rapport des Grecs à la rumeur et à l’opinion.

Soumise à trois niveaux de lecture, l’anecdote rapportée par Hérodote, I, 60-61 montre combien le phénomène rumoral ancien a partie liée avec le vraisemblable (eikos). Replongée dans son contexte archaïque, la réaction des Athéniens permet de comprendre comment Pisistrate agit en maître du vraisemblable afin de passer pour un Maître de vérité aux yeux de ses contemporains. Envisagée dans son présent de production, la remarque d’Hérodote à l’égard des Athéniens introduit au débat consacré à la véracité des traditions orales qui agite les Grecs à l’époque classique : aux premières enquêtes d’Hérodote et de Thucydide qui soumettent les rumeurs à leur sagacité critique s’oppose la réhabilitation des on-dit comme source de connaissance entreprise par Isocrate, Eschine ou Aristote. Replacée dans les structures annulaires de L’Enquête, l’anecdote montre enfin comment Hérodote met la rumeur de Pisistrate au service d’une démonstration morale qui utilise, elle aussi, le vraisemblable pour donner à penser l’histoire de la démocratie impérialiste athénienne.

Durée : 41 min 41 s. Production : OHNK

Francis Larran est agrégé d’histoire, enseignant au lycée Martin Luther King à Bussy saint Georges (77) et chercheur associé à ANHIMA (Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques). Spécialiste de la Grèce ancienne, il s’intéresse plus particulièrement  à l’historiographie, l’histoire politique et l’histoire des représentations. La rumeur fût au centre de ses recherches depuis sa thèse soutenue en 2008 et intitulée « De kleos à phèmè. Approche historique de quelques termes signifiant rumeur et renommée dans la littérature grecque ancienne, depuis Homère jusqu’à Polybe ». En 2011, Francis Larran publie Le bruit qui vole : Histoire de la rumeur et de la renommée en Grèce ancienne aux Presses Universitaires du Mirail.

Voir aussi :
Programme / Program
Livret / Booklet


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.