« Jeux d’échelle. Rumeurs et sorcellerie en Afrique » – Julien Bonhomme (LAS, ENS)

Conférence donnée lors du Colloque “Post-vérité, infox, rumeurs : quels problèmes, quelles réponses ?” (5 au 7 juin 2019 / ENS Paris).

Julien Bonhomme
Julien Bonhomme (LAS, ENS)

Ma communication porte sur une série de rumeurs de sorcellerie qui ont circulé sur une large partie du continent africain au cours des dernières décennies et qui ont suscité de nombreux incidents et violences, qu’il s’agisse d’histoires de vol de sexe, de numéros de téléphone portable qui tuent ou d’offrande mortelle.

Contrairement à la sorcellerie familiale ou villageoise traditionnelle, ces rumeurs ont été diffusées à une échelle bien plus large, souvent transnationale. Enquêter sur de tels phénomènes pose un défi aux méthodes habituelles de l’anthropologie, car cela oblige à « faire de l’ethnographie sur une échelle instable, ni purement locale, ni clairement globale » (selon une formule des Comaroff). Il faut parvenir à articuler vues d’ensemble et vues de détail. Les premières permettent de prendre la mesure des rumeurs dans toute leur généralité, tandis que les secondes offrent un éclairage sur les circonstances particulières de leur circulation dans des contextes locaux et permettent de descendre jusqu’aux plus menus détails des incidents qui surviennent dans le sillage des rumeurs. À travers ces jeux d’échelle, il est possible de mettre en lumière les dynamiques socio-culturelles au cœur de la transmission des rumeurs.

Durée : 55 min 30s Production : OHNK

Julien Bonhomme est maître de conférences en anthropologie à l’École normale supérieure de Paris et chercheur au Laboratoire d’anthropologie sociale. Ancien élève de l’École normale supérieure et agrégé de philosophie, il a obtenu un doctorat d’anthropologie à l’EHESS en 2003. Il a été maître de conférences en anthropologie à l’université Lumière Lyon-2, puis directeur-adjoint du département de la recherche et de l’enseignement du musée du quai Branly. À partir d’enquêtes de terrain en Afrique (principalement au Gabon et au Sénégal), il s’intéresse à l’étude des pouvoirs de la parole. Il a travaillé sur des rituels religieux (initiation, divination, prophétisme), ainsi que sur la sorcellerie en s’intéressant en particulier aux dynamiques de la parole accusatrice et à la circulation des rumeurs. Plus récemment, il a travaillé sur la lutte sénégalaise, sport extrêmement populaire dans ce pays.

Voir aussi :
Programme / Program
Livret / Booklet


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.