« Ignorance et passions épistémiques » : entretien avec Gloria Origgi

Gloria Origgi
Gloria Origgi (Institut Jean Nicod, CNRS-ENS-EHESS)

Gloria Origgi est Directrice de recherche CNRS à Institut Jean Nicod. Elle mène des recherches en épistémologie sociale, philosophie des sciences sociales, cognition sociale et épistémologie du web. Elle s’est consacrée durant les cinq dernières années aux mécanismes de confiance qui sous-tendent les pratiques épistémiques. L’ensemble complexe des raisons, des réactions affectives et de dépendances qui incitent les gens à faire confiance aux autres et à acquérir de nouvelles croyances est au cœur de ses recherches sur l’épistémologie de la confiance. Elle s’est concentrée sur le rôle de la réputation comme source de justification épistémique. L’épistémologie de la réputation, c’est-à-dire la façon dont les gens utilisent l’information pour conférer une autorité épistémique, est toujours au cœur de ses recherches et s’articule autour de divers axes de recherche, comme l’influence des préjugés sexistes sur la crédibilité et le rôle des réseaux sociaux et autres interactions sur Internet dans le filtrage de l’information.

Alors que les autres entretiens de cette série exploraient la question des frontières de la connaissance ou de l’ignorance stratégique, les extraits suivant portent sur la  forme d’ignorance due au caractère circonscrit de nos intérêts.

Comment voyez-vous le rapport entre l’agent connaissant, et plus largement le public, à l’enquête ? Et à l’ignorance ?

On a souvent reproché aux partisans du “modèle du déficit” (information deficit model)  leur conception selon laquelle le manque de confiance en la science et en les politiques fondées sur la science serait dû à un défaut d’information du public qu’il faudrait corriger en veillant au transfert des informations depuis une sphère sachante vers une sphère non sachante qu’il faudrait à tout prix instruire. Gloria Origgi refuse ce mode d’analyse de la répartition de l’ignorance et de la connaissance :

Sujets abordés : La nécessité du travail d’enquête de la part des gouvernés en démocratie et la quête d’une vérité univoque : une approche écartée ; une approche pragmatique de la vérité plus proche de John Dewey et Walter LippmannLa prise en compte du caractère distribué de l’ignorance comme de la connaissance ; face à un problème scientifique aux enjeux sociétaux : les différentes approches de l’expert, du législateur et du citoyen doivent être distinguées et considérées dans leurs contextes respectifs ; l’exemple des perturbateurs endocriniens

Sur la question générale de l’ignorance absolue, de l’ignorance relative et de l’ignorance stratégique, comment la prise en compte des intérêts et des perspectives éclaire-t-elle la question ? 

Sujets abordés : L’analyse des grands enjeux passe par le crible de notre expérience située : exemple du climat et de la guerre au Yémen. Trois éléments qui conditionnent la façon dont nous appréhendons l’information : ce qui nous est proposé, la façon dont circule l’information et la sphère circonscrite de nos préoccupations ; la notion de “pseudo-environnement”, empruntée à Walter Lippmann.

Pourriez-vous expliciter cette notion de pseudo-environnement ? Quelle est la portée de ce concept aujourd’hui ?

Walter Lippmann, Public opinion1

Sujets abordés : La notion de pseudo-environnement  dans “L’opinion publique” de Walter Lippmann (1922) ; exemples de représentations construites des faits et de leurs conséquences : l’immigration, “DAESH” ; une “fabrique” qui n’est pas forcément une manipulation.

Que W. Lippmann avait-il saisi les enjeux de l’ignorance stratégique avec la notion de « fabrique du consentement » également utilisée par Chomsky ?

Walter Lippmann, Le public fantôme2

Sujets abordés : La figure de W. Lippman, témoin et acteur du XXe siècle et de son histoire troublée et auteur de la notion de “la fabrique du consentement”, plus nuancée que celle de Chomsky. La question des indices de fiabilité des gouvernants et experts ; un ancêtre du “décodeur” préconisé par W. Lippmann ;  l’information comme “artefact” et le rôle des sciences cognitives et de la psychologie sociale pour l’expliquer.

Peut-on atténuer l’effet de ces biais ?  

Gloria Origgi, La réputation : qui dit quoi de qui3

Sujets abordés : Quelques pistes et parades : s’interroger sur la source de l’information, pister les biais dans le discours, traquer l’implicite d’un énoncé journalistique, aller au-delà des émotions et des préjugés.

Quel est le rôle des émotions dans l’élaboration de nos croyances ?

Gloria Origgi (ss. dir. de), Passions sociales, PUF, 2019

 Sujets abordés : “passions épistémiques”, “submersion émotive” : pourquoi la vérité ne se présente pas comme une “vérité froide”; plusieurs exemples, dont celui de la “laïcité”, valeur qui se présente aujourd’hui sous différentes facettes. L’environnement émotionnel de l’émergence des idées.

Et quel rôle pour les émotions dans la recherche ?

Buzz Aldrin walks on the moon, July 20, 19694

Sujets abordés : Le rôle moteur de la passion dans la recherche scientifique et le changement de statut de la curiosité ; l’influence du contexte historique ou géographique dans les orientations de la recherche. Exemple de la “conquête spatiale” et du premier voyage sur la Lune.

Quelles stratégies sont mises en place  par la communauté scientifique ?

Merton, Robert K., et Norman W. Storer. The Sociology of Science.5

Sujets abordés : Un style propre au dialogue scientifique : réfuter toutes les propositions qui apparaissent comme dénuées de preuve ; le “scepticisme organisé”6 de R. Merton ; la science comme “jeu” dans une communauté d’ “enthousiastes”.

Peut-on énumérer les passions épistémiques, bonnes ou mauvaises ?

Benjamin Constant / Emmanuel Kant, Le droit de mentir7

Sujets abordés : Parmi les passions positives, la curiosité, l’esprit critique, la confiance, l’enthousiasme, la sincérité, les questions de précision ou d’approximation dans le domaine du calcul quantique. Par ailleurs une passion pour la vérité telle qu’elle nous porterait à “croire qu’il y a une vérité ailleurs que l’on nous cache”, propre aux théories du complot, est pour G. O. une passion négative. La question de l’équilibre entre vérité et mensonge nécessaire pour avancer, en référence au débat entre Kant et Constant.

Quelles causes pour la défiance des citoyens envers la science ?

Sujets abordés : La science comme “tour d’Ivoire”, en tension avec le mode actuel de production de la science. La question de “l’impact” de la recherche. Les liens avec l’industrie et la défiance du public envers la science (ses débouchés, son impact sur la société, les brevets). Ce nouveau mode de production crée plus de défiance que l’élitisme intellectuel. Les conflits d’intérêt et le désintéressement comme “vertu”.

Quelles pistes pour réenchanter la science dans le contexte des technosciences ?

Sujets abordés   : La distinction science/technosciences ; réenchanter mais sans nostalgie de l’héroïsme scientifique; proposition de renverser la pyramide des “valeurs” en science qui depuis Platon jusqu’à Auguste Comte place  l’expérience au dernier échelon et la physique au sommet ; revisiter la pédagogie, des sciences telles que la botanique et autres sciences “locales”; la réintégration de la science dans sa diversité “culturelle” comme piste la pour la ré-enchanter.

Que dire à ceux qui s’inquiètent d’une prolifération de croyances dangereuses ?

Sujets abordés : Les croyances irrationnelles ont toujours été de grands “attracteurs cognitifs”. Deux raisons de ne pas dramatiser : la nécessaire distinction entre croyances dangereuses et celles qui sont plus bénignes ou compatibles avec la vie d’aujourd’hui (astrologie, homéopathie, les régimes, etc) ; proposition pour un nouvel enseignement des sciences, encourager les passions pour les croyances vraies.

Crédits : nous remercions Franck Cuveillier, auteur de la série d’entretiens réalisés début 2018 pour la Série Documentaire (France Culture), dont le CAPHES était conseiller scientifique, d’avoir bien voulu permettre ce travail sur la base des entretiens longs, et donc en grande partie inédits. Nous remercions aussi très chaleureusement Perrine Kervran, productrice de l’émission8.

Les ressources audios ici présentées sont hébergées par le TGIR Humanum utilisent le service d’exposition de données Nakala.

Voir aussi : ” The authority of science in a post-truth world “, conférence de Gloria Origgi donnée lors du Colloque “Post-vérité, infox, rumeurs : quels problèmes, quelles réponses ?” à l’ENS-Paris le 7 juin 2019. 

  1. Walter Lippmann, Public opinion, Penguin Books, 1946. 1ere édition New York : Macmillan, 1922 []
  2. Lippmann, Walter, Le public fantôme [The Phantom Public], trad. L. Decréau, préf. B. Latour, Paris : Demopolis, 2008, 1ere édition, 1925 []
  3. Gloria Origgi, Gloria, La réputation : qui dit quoi de qui, PUF, 2015 []
  4. Buzz Aldrin walks on the moon, July 20, 1969, NASA [Public domain] Source : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Aldrin_Apollo_11.jpg []
  5. Merton, Robert K., et Norman W. Storer. The Sociology of Science. Chicago: Univ of Chicago Pr, 1974. (1ere édition 1962) []
  6. l’article “The normative structure of science” (1942) publié dans l’ouvrage  Merton, Robert K., et Norman W. Storer. The Sociology of Science. Theoretical and Empirical Investigations. New York : Free Press London : Collier-Macmillan, copyright 1962,  analyse les normes et valeurs qui régissent le comportement social des scientifiques. Il distingue deux types de normes interdépendantes qui régissent les comportements scientifiques : les normes méthodologiques relatives aux techniques et les normes éthiques. Ces dernières sont au nombre de quatre : l’universalisme, le communalisme, le désintéressement et le scepticisme organisé. (source : wikipédia) Voir aussi :  Vinck, Dominique. « L’éthos de la science », Science et avenir, n°144, 2005, p.16-21 []
  7. Benjamin Constant / Emmanuel Kant, Le droit de mentir, Mille et une nuits, 2003 []
  8. Pour aller plus loin : Voyage en agnotologie : volet 3/4 “Quand on préfère ne pas voir” []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.