« Les théories du complot, une forme de production d’ignorance ? », entretien avec Sylvain Delouvée

Maître de conférences habilité à diriger des recherches (HDR) à l’Université de Rennes en psychologie sociale (membre du Laboratoire de psychologie – LP3C), Sylvain Delouvée s’intéresse aux croyances collectives et la pensée sociale. Il étudie plus particulièrement les comportements et conduites dites irrationnelles. Il effectue et anime régulièrement des conférences ou des formations portant sur les théories du complot, les rumeurs, l’esprit critique, les peurs collectives, les stéréotypes, les préjugés et les réseaux sociaux et participe également à des recherches-actions ou à des missions d’expertise. Sylvain Delouvée coordonne actuellement un projet de recherche de lutte contre la diffusion des théories du complot financé par l’ANR. Il est également l’auteur ou le co-auteur de plusieurs ouvrages scientifiques et de vulgarisation.1

Nous avons souhaité interroger Sylvain Delouvée sur les liens possibles entre théories du complot et ignorance produite, à la lumière de sa discipline.

Semer le doute, est-ce une première étape dans la fabrication de l’ignorance ?

Distinction entre le doute se rapportant à une forme d’hypercritique et l’ignorance qui peut résulter de l’influence de facteurs externes. Expériences de Stanley Milgram en 1969 et de John Darley et Bibb Latané2 en 1968 montrant que dans une situation inconnue, nous nous rapportons souvent aux autres pour savoir comment agir ; le phénomène d’ignorance collective.

“Conformity and independence”. Réalisation : Stanley Milgram. Production : Copyright 1975. Harper & Row publishers, Inc.

Ignorance collective et adhésion aux fausses croyances sur le tabac

Refoulement de certaines connaissances qui impliquent des risques importants liés à notre santé ; difficulté à se repérer dans un paysage d’information diversifié où l’on trouve des fausses-controverses et où la parole de “pseudo-scientifiques” est mise en valeur.

Adhésion aux croyances pseudoscientifiques et besoin d’explication

Le besoin d’explication peut justifier l’engouement pour la pseudo-science, la magie ou la croyance au détriment de la science. La difficile admission du rôle causal du hasard et de la théorie de l’évolution.

Le doute instrumentalisé et notre attrait pour la complexité

Les deux théories de l’esprit couramment admises ; l’Affaire Sokal ;  l’expérience de Richard E. Petty, Zakary L. Tormala et Pablo Briñol3 ; l’expérience de David B. Miele et Daniel C. Molden en 20064.

La complexité des explications est-elle une ressource pour les producteurs de doute ?

La complexité, un habillage des théories complotistes ; le simplisme du postulat inhérent aux théories conspirationnistes : “quelques personnes agissent en secret à l’insu du plus grand nombre”.

Offrir une lecture simplificatrice du monde est-il l’un des traits structurants des théories complotistes ?

Les théories du complot comme théories simplificatrices du réel déguisées par des schémas d’argumentations complexes.

Pourriez-vous décrire plus en détail le mécanisme d’adhésion aux théories complotistes ?

Distinction entre le fait d’adhérer à une théorie complotiste et le fait de la relayer. 3 facteurs aidant à comprendre l’adhésion aux théories du complot : personnels, motivationnels & culturels ou idéologiques

Comment notre besoin d’explication nous conduit-il à adhérer à des croyances irrationnelles ou farfelues ?

Caractère inapproprié d’une analyse du mécanisme d’adhésion faisant intervenir la rationalité ou la logique ; nécessité de l’expliquer en replaçant un individu dans le groupe social.

Les origines de la post-vérité et celles des rumeurs

Pourquoi les fausses théories ont une propension à envahir l’espace informationnel ;  l’opinion du profane est finalement mise sur le même plan que celui de l’expert ; constat d’une forme de relativisme dans cet espace d’information.

Le “marché cognitif” de l’information

En cause : l’ampleur de la diffusion des fausses nouvelles ; le « marché de cognitif l’information »5.

La connaissance des mécanismes psychosociaux à l’origine des rumeurs peut-elle être à son tour utilisée ?

Un retour sur le rôle de l’étude psychosociologique de la théorie des complots.

“Ainsi est-ce, si l’on peut dire, l’incroyant qui croit que le croyant croit à l’existence de Dieu”

Jean Pouillon6

Quels rôles jouent des biais cognitifs dans l’adhésion aux théories du complot ?

2 exemples de biais cognitifs : le biais de confirmation et le biais consistant à imputer un événement majeur à une cause majeure ; distinction entre ces processus de pensée qui nous conduisent à traiter l’information de manière erronée et les erreurs individuelles.

Face au scandale de l’amiante, quelles explications ?

Les limites explicatives des biais cognitifs en ce domaine au regard de phénomènes comme la dilution de la responsabilité ou d’autres facteurs économiques ou sociaux.

 

Crédits : nous remercions Franck Cuveillier, auteur de la série d’entretiens réalisés début 2018 pour la Série Documentaire (France Culture), dont le CAPHES était conseiller scientifique, d’avoir bien voulu permettre ce travail sur la base des entretiens longs, et donc en grande partie inédits. Nous remercions aussi très chaleureusement Perrine Kervran, productrice de l’émission7.

Les ressources audios ici présentées sont hébergées par le TGIR Humanum utilisent le service d’exposition de données Nakala.

  1. Ouvrages récents : GAUVRIT, Nicolas & DELOUVÉE, Sylvain, Des têtes bien faites. Défense de l’esprit critique, Paris, Presses Universitaires de France, 2019.
    DELOUVÉE, Sylvain, Psychologie sociale. Manuels visuels de licence, Paris, Dunod, 2018
    LO MONACO, Grégory, DELOUVÉE, Sylvain & RATEAU, Patrick, Les représentations sociales : théories, méthodes et applications, Bruxelles, DeBoeck, 2016
    DELOUVÉE, Sylvain, Pourquoi faisons-nous des choses stupides ou irrationnelles ?!, Paris, Dunod, 2011. []
  2. Bibb Latané et John Darley, « Group inhibition of bystander intervention in emergencies », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 10, no 3,‎ novembre 1968, p. 215–221 PMID 5704479, DOI:10.1037/h0026570. []
  3. Briñol, Pablo, Richard E. Petty, et Zakary L. Tormala. « The Malleable Meaning of Subjective Ease ». Psychological Science 17, no 3 (2006): 200‑206. []
  4. Miele, David B, Molden Daniel C. « Naive Theories of Intelligence and the Role of Processing Fluency in Perceived Comprehension ». Journal of Experimental Psychology: General. 2010;139(3):535–557. doi: 10.1037/a0019745 []
  5. Voir à ce propos : Gérald Bronner, La démocratie des crédules, PUF, 2013 []
  6. J. Pouillon , Remarques sur le verbe « croire », in M. Izard et P. Smith (dir.), La fonction symbolique, Paris, Gallimard, 1979, p. 44 []
  7. Pour aller plus loin : Voyage en agnotologie : volet 3/4 “Quand on préfère ne pas voir” []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.