Des ressources sur la cyber-manipulation : un focus sur le rapport “Global cyber-troops 2019”

Soutiens du programme “The computational propaganda project”

Depuis 2012, une recherche est mise en place dans le cadre du programme “The Global propaganda project” afin d’étudier l’utilisation des algorithmes, des bots informatiques et de la cyber-propagande dans la vie publique. Plus particulièrement, les sociologues et spécialistes des sciences de l’information de l’Oxford Internet Institute et de l’Institut Reuters, s’attachent à cerner et définir l’impact de ces robots informatiques sur les réseaux sociaux. L’un des objectifs du programme est notamment de fournir aux plateformes et aux gouvernements de meilleurs outils pour les pister et les capturer. Ce projet permet aussi d’analyser la façon dont certains pays utilisent ces robots pour manipuler les échanges, démobiliser l’opposition ou apporter leur support à des plateformes telles que Twitter, Facebook ou Sina Weibo.

Dans ce cadre, le rapport “The Global Disinformation Order: 2019 Global Inventory of Organised Social Media Manipulation” [ L’ordre mondial de la désinformation : L’inventaire mondial 2019 de la manipulation organisée sur les réseaux sociaux] coordonné par Samantha Bradshaw et Philip N. Howard,  rend compte d’une étude réalisée durant trois ans afin de surveiller les tendances de la cyber-propagande et l’utilisation des réseaux sociaux dans le cadre de campagnes de manipulation établies par des gouvernements ou partis politiques.

Ce rapport, accompagné d’une bibliographie et d’une étude de cas permettant de faire jour sur rôle de la cyber-manipulation, nous semblait intéressant à signaler dans la mesure son contenu peut constituer un complément d’information à celui de la base “Post-vérité et fake-news” . Bien entendu, nous trouvons aussi, en nous intéressant aux méthodes d’élaboration de la base « Global cyber-troops 2019 » et du rapport qui l’accompagne, un cas exemplaire  : ces derniers s’appuient sur les compétences d’un réseau de spécialiste à l’international, et sont réalisés selon des critères de transparence et de scientificité clairement exposés. Nous nous permettons donc de proposer ici un résumé des résultats ainsi qu’une présentation de ces méthodes.

Ce rapport a permis de faire une série de constats significatifs1. Le nombre de pays ayant eu recours à ces méthodes de manipulation de l’opinion politique via les réseaux sociaux a augmenté de façon quasi-constante entre 2016 et 2019 pour atteindre 70 pays en 2019. Le rapport pointe également le fait que de nombreux régimes autoritaires soutiennent les plateformes de réseaux sociaux ou les utilisent pour bafouer les droits humains, discréditer les opposants ou étouffer les opinions dissidentes : ce sont 26 pays qui semblent entrer dans ce cas de figure en 2019 d’après cette étude. Certains régimes utilisent ces médias et des outils sophistiqués pour établir une influence à l’international. Il est aussi établi que la Chine se sert de  réseaux sociaux nationaux – Weibo, Wechat et QQ – pour la propagande et utilise de façon préoccupante les plateformes Facebook, Twitter et Youtube. Enfin, Facebook a été utilisé par 56 pays pour mener à bien des campagnes de propagande.

Base bibliographique Zotero “Global Cyber Troops 2019” [Les cyber-guerriers dans le monde en 2019]

L’élaboration de la base de données bibliographique se distingue par deux phases consécutives. Dans la première phase, destinée à circonscrire l’impact des réseaux sociaux et d’internet sur l’action politique, la transformation des régimes et le contrôle numérique, des requêtes ont été effectuées sur des moteurs de recherche grâce à des méthodes d’analyse de contenu couplant l’utilisation de clusters de mots-clés et une approche multilingue. Les publications ainsi regroupées ont été distinguées selon leur niveau de fiabilité : grand organisme de presse d’une part ; agences de presse locales, commentaires d’experts ou blogs professionnels d’autre part. Les publications émanant de « fermes de contenu », de blogs personnels ou hyper-partisans ont pour leur part été écartées. La base a été ensuite enrichie grâce à des assistants de recherche, avec de la littérature secondaire de qualité en accès libre sur l’activité des cyber-guerriers – publications de think-tanks, rapports d’États, travaux académiques ou recherches conduites par des organisations citoyennes. Nous pouvons retrouver l’ensemble de ces documents dans la base de données bibliographiques Zotero “Global cyber-troops 2019”où elles sont indexées par pays.

Cette dernière est accompagnée d’une étude de cas couvrant 84% des pays  impliqués dans des action de manipulation de l’opinion via les réseaux sociaux, qui décrit les particularités de l’organisation de la cyber-propagande dans chaque pays. Pour chacun d’entre eux sont ainsi spécifiés quels sont les outils employés – humains, robots, cyborgs ou comptes piratés – et quelles sont les méthodes. Il peut s’agir de méthodes classiques de censure, de soutien ou d’attaque mais aussi des stratégies plus élaborées de distraction, d’amplification du message, d’organisation de la division et de polarisation du débat. Nous pourrons également connaître quels sont les outils communicationnels, les ressources humaines impliquées et les budgets mobilisés.

Voir aussi : Bibliographique post-vérité et fake-news sur le Carnet d’études agnotologiques

  1. Source : https://comprop.oii.ox.ac.uk/research/cybertroops2019/ []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.