Actualités du fonds « Science et ignorance »

Ouvrages reçus…

L’IGNORANCE EN ÉPISTÉMOLOGIE ET PHILOSOPHIE

L’épistémologie a permis de mieux cerner la question de l’ignorance dans des champs aussi diversifiés que l’épistémologie sociale, l’épistémologie féministe, l’épistémologie fondée sur la vertu ou encore l’épistémologie de la résistance. Daniel R. DeNicola propose dans cet ouvrage un examen de ses différentes facettes et montre aussi que l’ignorance peut offrir de nouveaux développements pour ces approches épistémologiques, dans une discussion organisée autour de la métaphore spatiale : l’ignorance comme lieu, frontière, limite ou horizon.
Understanding ignorance: The Surprising Impact of What We Don’t Know du professeur émérite de philosophie Daniel R. DeNicola (Cambridge, Massachusetts: MIT Press, 2017), 264 p.

Articles à découvrir au fonds documentaire…

Ignorance et secret

  • Comment peut-on simultanément délivrer une information et masquer l’essentiel ?
    Le fonds documentaire comprend de nombreuses ressources sur la thématique du « secret » dans le champs de la « science et de l’ignorance ». L’ article suivant adopte une approche originale en montrant que la rétention d’informations stratégiques peut opérer à l’échelle d’une équipe de recherche1 : « In other words, what Peter Galison aptly terms ‘anti-epistemology’ – the art of obscuring knowledge and make it difficult to secure – is not restricted to the national security community but is a mundane feature of interpersonal encounters » (p. 269). L’étude est menée à partir des échanges d’informations en génomique, dans le contexte particulièrement tendu et concurrentiel du Human Genome Project. Le contrôle de l’information y apparaît aussi bien dans la circulation des publications, des données, des matériaux biologiques que des échanges informels comme le montre la dernière partie étayée à partir d’entretiens qualitatifs et de dialogues retranscrits lors de la participation de l’auteur à un événement d’envergure internationale.
     –
    Hilgartner, Stephen. « Selective flows of knowledge in technoscientific interaction: information control in genome research ». British Journal for the History of Science 45, n° 2 (juin 2012): 267‑80.

IGNORANCE ET MÉCANISMES DE PRODUCTION DU DOUTE

  • Un focus sur les documents produits par l’AIA – Abestos Information Association, aux États-Unis, dans les années 1960 et 1970 afin de détourner l’attention sur les effets de l’amiante. Cet article vient rejoindre un ensemble documentaire complet sur le sujet, en lien avec les fonds du CAPHÉS :
    – Markowitz, G., et D. Rosner. « “Unleashed on an unsuspecting world”: The asbestos information association and its role in perpetuating a national epidemic ». American Journal of Public Health 106, n° 5 (2016): 834‑39.
  • L’essor des études sur la production active du doute, sous l’appellation « agnotologie » prend son origine dans les études liées à la question du tabac ou du réchauffement climatique2. L’article suivant montre la présence de traces de manipulation de l’information similaires dès les années 1920, avec l’American National Electric Light Association :
    – Oreskes, N. « The fact of uncertainty, the uncertainty of facts and the cultural resonance of doubt ». Philosophical Transactions of the Royal Society A: Mathematical, Physical and Engineering Sciences 373, n° 2055 (2015).

IGNORANCE EN LIEN AVEC D’AUTRES CHAMPS DISCIPLINAIRES :

PHILOSOPHIE

  • Un examen de la responsabilité individuelle face au changement climatique à partir de la question du déni en philosophie :
    – Broome, John. « Against Denialism ». The Monist 102, n° 1 (1 janvier 2019): 110‑29.

SCIENCES COGNITIVES

  • Application des réseaux bayésiens à la modélisation des croyances liées au changement climatique :

– Cook, John, et Stephan Lewandowsky. « Rational Irrationality: Modeling Climate Change Belief Polarization Using Bayesian Networks ». Topics in Cognitive Science 8, n° 1 (janvier 2016): 160‑79.


Le fonds documentaire « Science et ignorance » est situé au :
CAPHÉS– 29 rue d’Ulm – 75005 Paris
Horaires spécifiques pour la rentrée 2020 : fermeture à 16h30.
Liste des documents :
base bibliographique Zotero.



  1. Stephen Hilgartner s’appuie sur les travaux d’E. Goffman dans  Presentation of the self in everyday life (New York: Doubleday, Anchor Books, 1959) et propose d’analyser la circulation des informations scientifiques à partir d’une métaphore dramaturgique, dans laquelle la représentation de la pièce est un pont entre les coulisses et le public. Il est par ailleurs l’auteur de plusieurs ouvrages dont Science on Stage: Expert Advice As Public Drama. Stanford, Calif: Stanford University Press, 2000. Voir, dans le fonds documentaire : Hilgartner, S. « Election 2000 and the Production of the Unknowable ». Social Studies of Science 31, no 3 (2001): 439‑41. []
  2. Se reporter à : Oreskes, Naomi, Erik M. Conway, Les marchands de doute : Ou comment une poignée de scientifiques ont masqué la vérité sur des enjeux de société tels que le tabagisme et le réchauffement climatique, trad. fr. Jacques Treiner, Paris: Éditions le Pommier, 2014 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.