Actualités du fonds « Science et ignorance » – 2 

SOCIOLOGIE DES SCIENCES

  • M. Ramírez-I-Ollé1 propose dans l’article suivant une métaphore qui peut être intéressante pour le champ de recherche sur la science et l’ignorance. En s’appuyant sur une lecture de l’ouvrage On Certainty de L. Wittgenstein (New York, Harper and Row : 1969) par D. Bloor, elle propose d’analyser le rôle du scepticisme par rapport à la confiance comme celui d’un parasite : “That is, the Parasitic View of Scepticism puts forward the idea that dogma and trust, rather than impeding productive critical inquiry and new
    Serres, Michel. Le parasite. Grasset, 2014
    knowledge as it is commonly thought are the condictions for knowing and doubting” (p.5). Mais il faut ici comprendre que le parasite peut avoir un double rôle : soit détériorer l’organisme hôte, soit le forcer à évoluer. Ainsi, pourrait-il en être de même pour le “scepticisme” par rapport à la confiance ? L’article propose ainsi un parallèle avec l’agnotologie et la sociologie de l’ignorance – le doute étant compris dans un cas comme délétère, dans l’autre, comme constructif – et d’autres pistes intéressantes pour la question de la post-vérité.
    – Ramírez‐i‐Ollé, Meritxell. « Trust, Scepticism, and Social Order: A Contribution from the Sociology of Scientific Knowledge ». Sociology Compass, 13 n°2 (2019)

IGNORANCE ET OUBLI

  • L’étrange destin des évangiles apocryphes
    L’auteur s’intéresse à l’organisation stratégique de l’ignorance (ici nonknowledge) à partir du cas de ceux des évangiles qui ne font pas partie des évangiles canoniques. Par quels mécanismes certains textes ont-ils pu être retenus tandis que d’autres ont été exclus du Nouveau Testament ? L’hypothèse de la marginalisation de femmes occupant dans les premiers siècles de l’ère chrétienne une place importante est ici examinée.
    Gross, M. « Self-Knowledge, Gender Roles, and the Making of the Secret Gospels: A Chapter in the Sociology of Nonknowledge ». Journal of Historical Sociology 28, no 2 (2015): 195‑212.

DIMENSIONS SOCIALES DE L’IGNORANCE

  • Méthode qualitative et réduction des inégalités en matière de prévention médicale
    Pour l’auteur de l’article suivant qui s’intéresse notamment à la question de la prévention du VIH, la méthode qualitative ne suffit pas à analyser les causes des inégalités si elle n’est pas accompagnée d’une réflexion sur l’épistémologie et les méthodes. Ainsi, l’expression  «disparités en matière de santé», employée sans précautions préalables, masquerait peut-être leurs causes réelles. L’emploi de la méthode d’enquête «photovoix» et de l’ethnographie critique sont recommandés.
    – Bowleg, L. « Towards a Critical Health Equity Research Stance: Why Epistemology and Methodology Matter More Than Qualitative Methods ». Health Education and Behavior 44, no 5 (2017): 677‑84.

IGNORANCE, INCERTITUDE ET RISQUES

  • Comment mieux communiquer sur l’incertain dans le domaine de l’expertise scientifique ?
    La démarche est ici replacée le cadre du champ de l’agnotologie puis prend une direction un peu différente, puisque qu’il est question de mieux communiquer sur l’incertain. Les auteurs s’appuient pour cela sur une étude de J. D. Jensen 2 dont les résultats indiquent que les jugements plus nuancés en sciences sont perçus comme plus crédibles. Partant de ce constat, ils entendent fournir des outils pour mieux expliquer au public la dimension d’incertitude inhérente aux démarches d’expertise.  Ils étudient, grâce à des situations archétypales comme des crises ou incidents (printemps arabe, crise économique de 2008, éruption du volcan Eyjafjallajökull et fermeture de l’espace aérien européen, incident de la loveparade de Duisburg en 2010, changement démographique), la place et la nature de l’incertitude dans différentes disciplines et en proposent des représentations sous forme d’infographies. Quelle peut-être, dans chaque cas, la nature des frontières entre le connu et l’inconnu ou entre le prédictible et le non prédictible ?
    Henseler, Christoph, et Hans-Liudger Dienel. « Maps of the uncertain: a new approach to communicate scientific ignorance ». Innovation: The European Journal of Social Science Research 30, no 1 (2 janvier 2017): 121‑36.

    Source3

IGNORANCE EN RELATION AVEC D’AUTRES CHAMPS DISCIPLINAIRES

PSYCHOLOGIE SOCIALE

  • Enquête sur les motifs de l’évitement de l’information médicale par les patients.
    L’enquête présentée ci-après vise à déterminer les raisons pour lesquelles les patients peuvent être conduits à éviter de s’informer sur leur propre santé. Parmi les motifs invoqués par les personnes sondées, on trouve l’âge ou l’absence d’informations antérieures, la crainte d’avoir une maladie incurable, couteuse ou stigmatisante ainsi que la crainte que les informations médicales puissent être transmises à leur employeur ou leur assureur. Pour comprendre certains des motifs invoqués, il faut bien sûr replacer cette étude dans le cadre législatif américain : si la loi Kouchner de 2002 encadre de façon stricte le secret médical en France, aux États-Unis, la loi HIPAA (Health Insurance Portability and Accountability Act) de 1996 fait toujours débat et le risque qu’information médicale puisse être diffusée hors de la sphère des proches subsiste toujours, au nom de l’«intérêt général».
    – Lipsey, N.P., et J.A. Shepperd. « Powerful audiences are linked to health information avoidance: Results from two surveys ». Social Science and Medicine 225 (2019): 51‑59

Le fonds documentaire « Science et ignorance » est situé au :
CAPHÉS– 29 rue d’Ulm – 75005 Paris
Horaires spécifiques pour la rentrée 2020 : fermeture à 16h30.
Liste des documents :
base bibliographique Zotero.

  1. M. Ramírez-I-Ollé est aussi l’auteur de plusieurs ouvrages et d’un article en lien avec ce dernier, intitulé Ramírez-i-Ollé, Meritxell. « “Civil skepticism” and the social construction of knowledge: A case in dendroclimatology ». Social Studies of Science (Sage Publications, Ltd.) 48, no 6 (décembre 2018): 821‑45. []
  2. Jensen, J. D. 2008. “Scientific Uncertainty in News Coverage of Cancer Research: Effects of Hedging on Scientists’ and Journalists’ Credibility.” Human Communication Research 34 (3): 347–369. []
  3. Les infographies sont extraites de l’article suivant : Henseler, Christoph, et Hans-Liudger Dienel. «Maps of the uncertain: a new approach to communicate scientific ignorance». Innovation: The European Journal of Social Science Research 30, no 1 (2 janvier 2017), p. 129 à 131. La mention suivante y figure : “The maps were produced in both English and German and are suitable for printing/publishing on a large-scale, in magazines, or online. Because of the chosen medium (info-graphics) and the topic (uncertainty in the sciences), these infographics are particularly appropriate for a heterogeneous, non-academic target audience and allow diverse uses in science communication.” []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.