Veille « Science et ignorance » – oct. 2020 n°1

IGNORANCE SAVANTE

  • Que peut nous apprendre le silence des données en archéologie ?

L’archéologie est une discipline qui, de par sa nature même, doit composer avec la sporadicité des données primaires, les absences et les lacunes. L’utilisation des données numérisées offre des nouvelles possibilités en termes de réutilisation, d’accès ou d’analyse. Cependant, cette abondance de données ne doit pas masquer les difficultés et les biais méthodologiques liés à leur manipulation. Ne serait-il pas pertinent de mieux caractériser ces biais et ces lacunes ? L’avènement du big-data, appliqué à l’archéologie ainsi que la prédominance actuelle des études empiriques apparaissent comme un moment propice pour se poser cette question.

– Huggett, J. « Capturing the silences in digital archaeological knowledge ». Information (Switzerland) 11, no 5 (2020)

IGNORANCE, CENSURE ET SCIENCE INTERDITE

  • Ignorance stratégique du risque en santé publique durant la crise du COVID-19 au Brésil

Le président brésilien J. Bolsonaro est connu pour avoir nié la dangerosité du virus SARS-CoV-2, comparé la COVID-19 à une petite grippe et négligé la nécessité de mettre en pratique des mesures de distanciation. De plus, son discours a pu choquer par ses accents nationalistes ou capacitistes qui mettent de côté une partie de la population. Cette absence de considération pour la crise du COVID-19 est ici analysée comme allant au delà de la simple complaisance à l’égard du maintient de l’activité économique. Le recours à la notion d’ignorance stratégique permet en effet d’analyser la façon dont il a pu faire fi des recommandations de l’OMS ou prendre des décisions sans même prétendre les mettre à l’épreuve de la science ou de l’expertise. Par ailleurs, l’article s’intéresse au déplacement de la gouvernance de la santé publique depuis la sphère de l’État vers d’autres relais au sein de la population. 
– Ortega, F., et M. Orsini. « Governing COVID-19 without government in Brazil: Ignorance, neoliberal authoritarianism, and the collapse of public health leadership ». Global Public Health, 2020, 1‑21.

DIMENSIONS SOCIALES DE L’IGNORANCE

  • Les apports de la notion d’attention épistémique et ses applications

Rapprochant la notion d’économie de l’attention – souvent abordée en philosophie de l’esprit, théorie politique ou en économie – et celle d’injustice épistémique initialement développée dans l’ouvrage de M. Fricker1  les auteurs en proposent une nouvelle : la notion d’attention épistémique. Pour ces derniers, le déficit d’attention épistémique est bien une injustice épistémique puisqu’elle consiste à nier la capacité d’une personne à influencer les croyances des autres ou à participer au débat public. Ils analysent les applications possibles de cette notion notamment dans le champs de l’éducation.

-Smith, Leonie, et Alfred Archer. « Epistemic Injustice and the Attention Economy ». Ethical Theory and Moral Practice, 5 septembre 2020

IGNORANCE EN RELATION AVEC D’AUTRES CHAMPS DISCIPLINAIRES

PHILOSOPHIE

  • Comparaison des méthodes de distribution des revenus, derrière le “voile de l’ignorance” :

Le fonds comporte déjà plusieurs articles utilisant la notion de voile de l’ignorance reprise par John Rawls dans son ouvrage Théorie de la justice (1971). Cette expérience de pensée visant à établir la moralité d’une décision implique qu’elle soit prise en occultant sa propre position dans la société, ses talents ou sa propre conception du bien. En quoi peut-elle être utile pour déterminer la meilleure méthode de distribution des revenus ?

-Michaeli, M. « On Measuring Welfare ‘Behind a Veil of Ignorance’ »  Social Choice and Welfare, 2020


PHYSIQUE QUANTIQUE

-Heinosaari, T., et O. Kerppo. «Communication of partial ignorance with qubits». Journal of Physics A: Mathematical and Theoretical 52, no 39 (2019).

-Kewming, M.J. S. Shrapnel, A.G. White, et J. Romero. « Hiding Ignorance Using High Dimensions » , Physical Review Letters 124, no 25 (2020)

  1. Fricker, Miranda. Epistemic Injustice: Power and the Ethics of Knowing. Oxford: Oxford University Press, USA, 2009. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.