Actualités du fonds « Science et ignorance » – 3

IGNORANCE ET “CENSURE” OU AUTO-CENSURE

  • Définir le périmètre de l’expertise en climatologie :

     Les scientifiques ont une connaissance irremplaçable de leur domaine de spécialité, qui leur confère une expertise et un rôle important pour prévenir des risques liés à l’emploi d’une substance, d’un produit, ou pour définir des scenarii et proposer des modélisations permettant de mieux anticiper les évolutions d’un système. Ils jouent ainsi pour la protection de la population un rôle de sentinelle dont on peut se demander sous quel prétexte il devrait être remis en cause.
    J. Molina et F. S. Rowland, « Stratospheric Sink for Chlorofluoromethanes : Chlorine Atom-Catalysed Destruction of Ozone », Nature, vol. 249,‎ 28 juin 1974, p. 810-812. Paul Josef Crutzen, Frank Sherwood Rowland et Mario José Molina obtinrent en 1995 le prix Nobel de chimie pour leurs travaux sur la chimie de l’atmosphère, particulièrement en ce qui concerne la formation et la décomposition de l’ozone.
    L’article qui suit propose tout d’abord une expérience de pensée qui permet de se représenter, à partir de l’exemple des travaux du chimiste mexicain Mario José Molina (1943-2020), qui alerta dès 1974 des dangers des chlorofluorocarbures (CFC) des aérosols, l’intérêt d’une communication des résultats hors de la sphère de la communauté scientifique.
    Puis, plusieurs arguments sont présentés afin d’engager les scientifiques à éviter une certaine forme de censure ou d’auto-censure dans leurs prises de position. Nous citerons par exemple la non neutralité de la science, la reconnaissance d’une compétence irremplaçable liée à la connaissance du domaine de spécialité ou la difficulté d’établir une distinction claire entre ce qui serait prescriptif et ce qui ne le serait pas1.
    -Jamieson, D., N. Oreskes, et M. Oppenheimer. « Science and policy: Crossing the boundary ». Bulletin of the Atomic Scientists 71, no 1 (2015): 53‑58. https://doi.org/10.1177/0096340214563675.

IGNORANCE ET MÉCANISMES DE CONSTRUCTION DU DOUTE

  •  L’analyse des courbes de température en météorologie et la question du cadre interprétatif :

    Les climatologues admettent de longue date qu’une augmentation linéaire de CO2 dans l’atmosphère n’entraine pas une augmentation linéaire du réchauffement climatique et que les fluctuations sur de courtes périodes ne remettent pas en cause une tendance générale au réchauffement. Une observation d’un ralentissement de la hausse des températures observé sur les dix dernières années2, ne devrait-elle donc pas être interprétée comme une simple variation décennale, plutôt que comme une “pause” ?
    Si beaucoup de climato-sceptiques semblent avoir saisi l’occasion de cette fluctuation pour remettre en cause la tendance globale, il peut être plus surprenant que le vocable “pause” se retrouve dans de nombreux articles scientifiques. Comment les discours des climato-sceptiques diffusés sur les sites internet et réseaux sociaux ont-ils pu déstabiliser la communauté scientifique ou point que la controverse ait dû être traitée sur le plan scientifique ?

It bears remembering that the point of contrarian memes is to “keep the controversy alive”3

-Lewandowsky, Stephan, James S. Risbey, et Naomi Oreskes. « The Pause in Global Warming: Turning a Routine Fluctuation into a Problem for Science». American Meteorological Society 97, no 5 (3 juin 2016): 723‑33.

Ill. : The image was taken in High Arctic from a helicopter. It shows the crack pattern in permafrost. Crédits : Broken Inaglory, Septembre 2005. Licence CC BY-SA 3.0 Source
  •  Recettes à l’usage des scientifiques et des profanes pour distinguer la critique scientifique et le scepticisme des opérations de déni :

    Tout d’abord, l’article suivant propose une description des méthodes employées par les climato-sceptiques pour créer une controverse de façon artificielle. L’auteur montre tout d’abord que ces discours de déni ne s’insèrent en aucun cas dans un débat scientifique constructif alors même que rien n’a prouvé jusqu’alors que les citoyens étaient incapables de participer à un tel débat. Quels conseils donner au public pour prendre part au débat scientifique ? Quels conseils donner aux scientifiques pour mieux inviter les citoyens dans le débat ? Les deux parties suivantes ainsi que les guides fournis en appendice fournissent des pistes intéressantes à cet égard.
    -Lewandowsky, Stephan, Michael Mann, Nicholas Brown, et Harris Friedman. «Science and the Public: Debate, Denial, and Skepticism ». Journal of Social and Political Psychology 4, no 2 (décembre 2016): 537‑53.

POST-TRUTH, FAKE-NEWS AND SCIENCES

  • La coexistence de théories contradictoires dans les discours climato-sceptiques

    “Alice avec la duchesse et un flamand”, illustration de John Tenniel, Alice aux pays des meirveilles (Londres : Macmillian &Co., 1865), p. 132 Public Domain. Source
    Une stratégie des climato-sceptiques consiste à prétendre que leur posture critique est équivalente à celle des grandes figures de la science ayant élaboré de nouvelles théories et devant faire face à l’hostilité de leurs contemporains4. L’auteur s’attache à montrer dans l’article suivant que ces discours de déni ne s’inscrivent pourtant pas dans une démarche scientifique puisqu’ils ne répondent pas à un critère fondamental de la science : la cohérence.
    L’article présente une série de contradictions figurant dans l’arsenal du discours des “négateurs” pris dans son ensemble, parfois observables chez des individus en particulier, dont la lecture peut prêter à rire. Citons par exemple la contradiction suivante :
    « Extreme events cannot be attributed to global warming but snowfall disproves global warming » (p. 183). Cependant l’incohérence ne semple pas avoir d’importance pour les partisans du déni  :

“The incoherence does not matter to the person rejecting the official account because it is resolved at a higher level of abstraction; there is an unshakable belief that the official account of an event is wrong.” 5

Aussi surprenant que cela puisse être, l’ensemble de ces discours participent néanmoins d’une démarche « rationnelle » puisqu’ils convergent vers la remise en cause d’une théorie qui viendrait bousculer les intérêts ou convictions des climato-sceptiques.
-Lewandowsky, Stephan, John Cook, et Elisabeth Lloyd. « The ‘Alice in Wonderland’ Mechanics of the Rejection of (Climate) Science: Simulating Coherence by Conspiracism ». Synthese, vol. 195 n°1, p. 175-196 (date de publication : 19 septembre 2016).

IGNORANCE EN RELATION AVEC D’AUTRES CHAMPS DISCIPLINAIRES

PSYCHOLOGIE ET SCIENCES  COGNITIVES

  • Impact des croyances ou convictions sur la compréhension des résultats scientifiques :
    L’auteur souhaite expliquer pour quelles raisons une forte proportion de la population des États-Unis peut être victime de désinformation scientifique ou de hoaxes. Il est ainsi établi que les résultats scientifiques peuvent être rejetés car ils sont en conflit avec une vision du monde, des croyances religieuses ou des convictions politiques : “In those cases, science is rejected on the basis of motivated identity-protective cognition that cannot be understood without consideration of the broader societal and political context.” (p. 217 ). En s’appuyant sur des enquêtes, l’auteur montre tout d’abord qu’il existe une polarisation des opinions à propos du réchauffement climatique : les libéraux et démocrates sont plus prompt à l’admettre que les républicains et conservateurs. Néanmoins, de façon contre-intuitive, le niveau d’éducation ou les compétences scientifiques accroit cette polarisation. L’article se conclut sur une note optimiste afin d’engager à multiplier les démarches d’explications brèves et mécanistes auprès du public, qui ne sont bien sûr pas vaines pour autant6.
    – Lewandowsky, Stephan, et Klaus Oberauer. « Motivated Rejection of Science ». Current Directions in Psychological Science 25, no 4 (1 août 2016): 217‑22.

 

Le fonds documentaire « Science et ignorance » est situé au :
CAPHÉS– 29 rue d’Ulm – 75005 Paris
Horaires spécifiques pour la rentrée 2020 : fermeture à 16h30.
Liste des documents :
base bibliographique Zotero

  1. L’article est motivé par la critique des déclarations de principes et procédures du GIEC de 2010, qui invitent les scientifiques faire des propositions qui relèvent de politique mais ne soient pas prescriptives en la matière : “policy-relevant but not policy-prescriptive science”. Voir : Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) (2010) Statement on IPCC principles and procedures. February 2. Available at: http://www. ipcc.ch/pdf/press/ipcc-statement-principles-procedures-02-2010.pdf []
  2. L’article datant de 2016, il faut ici considérer que le ralentissement est observé sur la période antérieure, c’est à dire approximativement 2006-2016 []
  3. Oreskes, Naomi, et Erik M. Conway. Merchants of Doubt: How a Handful of Scientists Obscured the Truth on Issues from Tobacco Smoke to Global Warming. Paperback. ed. London: Bloomsbury, 2010 []
  4. Une organisation australienne opposée à la climatologie et aux mesures de limitation du réchauffement a ainsi pris pour nom : the Galileo Movement []
  5. Lewandowsky, Stephan, John Cook, et Elisabeth Lloyd. « The ‘Alice in Wonderland’ Mechanics of the Rejection of (Climate) Science: Simulating Coherence by Conspiracism ». Synthese, vol. 195 n°1, p. 175-196 (date de publication : 19 septembre 2016) p. 179 []
  6. Lire aussi Cook, John, and Stephan Lewandowsky. The Debunking Handbook: Now Freely Available for Download, University Of Queensland, 2012 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.