Actualités du fonds « Science et ignorance » – 5

IGNORANCE ET SECRET

  • Une étude ethnographique sur le rapport au secret dans les activités de recherche impliquant l’expérimentation animale :

    L’originalité de cette étude publiée dans la revue Public Understanding of Science, est de s’intéresser à la façon dont les représentations du public au sein des équipes de recherche dictent des stratégies particulières pouvant entraver la qualité de la communication scientifique1.  L’enquête est mise en perspective par rapport aux cadres d’analyse existants du deficit model et du contextual model.
    Sybia via Pixabay
    Elle met en lumière des mécanismes d’évitement liés à la honte ou des mensonges pieux, des stratégies d’ouverture sélective, ou, pour certains acteurs de la recherche, la volonté de communiquer d’une façon plus transparente.  Ainsi, l’expérimentation animale présente un aspect spécifique des mécanismes du secret, perceptible dans les enquêtes auprès des personnes et dans le dispositif employé par les structures de recherche pour simultanément intégrer et mettre à distance les incursions potentielles du public2.

    Many studies in the PUS field have analysed how the public(s) understands scientific practices and results. Here, we want to stress the opposite, how scientists and other actors within the apparatus of animal experimentation understand and discursively construct “the public.” (p.356)
    – Holmberg, Tora, et Malin Ideland. « Secrets and Lies: “Selective Openness” in the Apparatus of Animal Experimentation ». Public Understanding of Science 21, no 3 (1 avril 2012): 354‑68.

    Rappel :

    Le numéro spécial « Privacy, Secrecy, and Epistemology » de la revue Episteme (vol. 10 n°2 juin 2013) édité par M. Blaauw apporte un éclairage complet sur la question du secret et de la confidentialité, des problématiques importantes à l’âge du numérique. Concernant la problématique du secret en science ou dans l’espace digital, nous vous invitons à vous reporter aux articles suivants :
    – Ridder, Jeroen de. « Is there Epistemic Justification for Secrecy in Science? » . Episteme 10, no 2 (2013): 101‑16
    – Miller, Boaz, et Isaac Record. « Justified Belief in a Digital Age: On the Epistemic Implications of Secret Internet Technologies ». Episteme 10, no 2 (2013): 117‑34.

IGNORANCE ET POST-VÉRITÉ

  • Comment les Sciences and technology studies peuvent-elle contribuer à lutter contre la défiance à l’égard des sciences ?

Les analyses menées dans le cadre des Science and technology studies s’intéressent à la construction sociale de la connaissance, s’attachent à replacer cette dernière dans un contexte culturel, historique ou institutionnel et mettent en évidence les systèmes de gouvernance dans laquelle elle s’inscrit. Cet article montre que ce champ d’étude peut contribuer à donner une meilleure image de la science, en l’éloignant des idéaux irréalistes mais reconnaissant sa valeur et son potentiel.

-Fujimura, Joan H., et Christopher J. Holmes. « Staying the Course: On the Value of Social Studies of Science in Resistance to the “Post-Truth” Movement ». Sociological Forum 34, no S1 (2019): 1251‑63

IGNORANCE, INCERTITUDE ET RISQUE

  • Comment calibrer le financement des mesures destinées à atténuer le changement climatique en fonction de l’impact estimé pour les générations futures ?

    Sur le principe, il existe un consensus sur la nécessité de faire peser le coût de l’atténuation du réchauffement climatique sur l’économie actuelle. Le but est d’éviter un désastre économique de plus grande ampleur à l’avenir. Cependant, il est difficile pour les spécialistes de quantifier l’augmentation des investissements nécessaires pour atténuer l’impact sur les générations à venir. Les rapports Stern3 et Nordhaus4,5 donnent deux estimations différentes de la valeur qui permet de calculer cette modulation, appelée « taux d’actualisation social ». Tout en décrivant brièvement les problématiques éthiques posées par cette question, l’étude qui suit entend offrir une meilleure approximation du taux, en intégrant de nouvelles contraintes quantitatives. 

    – Lewandowsky, Stephan, Mark C. Freeman, et Michael E. Mann. « Harnessing the Uncertainty Monster: Putting Quantitative Constraints on the Intergenerational Social Discount Rate ». Global and Planetary Change, 25 avril 2017.

IGNORANCE EN LIEN AVEC D’AUTRES CHAMPS DISCIPLINAIRES

  1. Les auteurs se rapportent notamment aux travaux de S. Hilgartner. Voir par exemple : Hilgartner, Stephen. « Selective Flows of Knowledge in Technoscientific Interaction: Information Control in Genome Research ». British Journal for the History of Science 45, no 2 (2012): 267‑80. []
  2. Sur la thématique du secret, voir aussi B. Balmer : Balmer, Brian. Secrecy and Science: A Historical Sociology of Biological and Chemical Warfare. Farnham Burlington, Vt: Ashgate, 2012 []
  3. STERN, N. Stern review of the economics of climate change, Cambridge, Cambridge university press, 2007 – 711 p. []
  4. Nordhaus, William D. 2007. “A Review of the Stern Review on the Economics of Climate Change.” Journal of Economic Literature, 45, 686-702 []
  5. Pour une définition du taux d’actualisation social, voir aussi le Site Fondation 2019 []
  6. Walton, Douglas N. Arguments from Ignorance. University Park, Pa: The Pennsylvania State University Press, 1996. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.