Veille « Science et ignorance » nov. 2020 n°2

IGNORANCE ET MÉCANISMES DE CONSTRUCTION DU DOUTE

  • Un sociologue de l’environnement aux prises avec une compagnie pétrolière organisant sa défense.
    L’article s’appuie sur une analyse des écrits personnels et des échanges entre un scientifique et des représentants de la compagnie Exxon, suite au  naufrage de l’Exxon Valdez, en mars 1989, au large de l’Alaska. Les aspects financiers sont souvent évoqués pour expliquer le dévoiement du travail des scientifiques dans les études sur les conflits d’intérêt. Cette étude montre que l’objectivité peut également servir de paravent et conduire un scientifique à négliger les conséquences sociales de la catastrophe et les aspects liés au risque environnemental. Désigné pour semer le trouble et influencer l’opinion en faveur de l’entreprise inculpée, le scientifique est aux prises avec les démêlés de sa propre conscience et l’image qu’il se fait de la science et de son propre métier semblent alors décisif pour son action.
      
    -Kirsch, S. « Between the devil and the deep blue sea: Objectivity and political responsibility in the litigation of the Exxon Valdez oil spill ». Critique of Anthropology, 2020.


  • La progressive prise en compte de la santé ouvrière.

     Il pourrait paraître exagéré de mettre les mécanisme de construction de l’ignorance au cœur de cette étude. De tels processus pourraient pourtant apparaître en filigrane dans le lent processus d’accumulation de preuves et de statistiques par les médecins. Cette connaissance est structurellement difficile à établir. Tout d’abord, ces enquêtes exigent de la part des médecins un esprit d’autant plus persévérant que les données médicales dont ils disposent sur la santé des travailleurs sont peu nombreuses. Ils doivent parfois s’appuyer sur des indices indirects ; c’est le cas avec les données de santé recueillies auprès des conscrits. De plus l’étiologie dépend du modèle explicatif déployé et le travail n’est pas toujours perçu comme la cause première des maladies professionnelles.  L’insalubrité des villes est parfois mise en cause, lorsque les industriels ne mettent pas la maladie sur le compte du genre ou de l’âge. Cependant, à l’issue d’une lente évolution dans la prise en compte de la santé ouvrière dans la seconde moitié du XIXe siècle, les aspects sanitaires sont mieux pris en compte dans le cadre des revendications ouvrières au tournant du XXe siècle et nous assistons à la naissance du système de protection social. 

    « Suivant les préceptes de Fernand Pelloutier qui voulait donner à la classe ouvrière « la science de son malheur », quelques acteurs – isolés – du monde ouvrier ont cherché à faire de l’enquête un mode privilégié de connaissance et d’action militante. » (p. 232)
    -Geerkens, Éric, et Judith Rainhorn. « Geerkens É., Hatzfeld N., Lespinet-Moret I. et Vigna, X (dir.) Des médecins enquêtent sur le travail ouvrier : terrains et pratiques en Belgique et en France, c. 1840 – c. 1914 ». In Les enquêtes ouvrières dans l’Europe contemporaine, édité par Eric Geerkens, Nicolas Hatzfeld, Isabelle Lespinet-Moret, et Xavier Vigna, 221‑37. La Découverte, 2019.

IGNORANCE ET “UNDONE SCIENCE”

  • Les formes structurelles de l’influence des industries sur l’expertise scientifique

    Une problématisation sous l’angle des conflits d’intérêt est souvent employée dans les études sur la production d’ignorance dans le domaine des risques sanitaires. Les auteurs, proposent de s’intéresser pour leur part à des facteurs structurels. De quelle façon le cadre règlementaire est-il limité par les acteurs de l’économie ? Le mode de production des données et l’accès à ces dernières n’est-il pas un facteur déterminant susceptible de biaiser le processus d’expertise ? Ils s’appuient pour ce faire sur 2 enquêtes ethnographiques menées entre 2013 et 2015 auprès d’un comité d’expert du REACH, chargé d’évaluer des produits chimiques dans le cadre du règlement qui contrôle leur commercialisation en Europe, et du SCOEL chargé d’élaborer les VLEP (valeurs limites d’exposition professionnelle établies pour les substances chimiques).

    -Boullier, Henri, et Emmanuel Henry. « L’expertise chimique sous emprise industrielle ». Sciences sociales et sante Vol. 38, no 3 (6 octobre 2020): 49‑76.

POST-VÉRITÉ ET FAKE-NEWS EN SCIENCES

  • Qu’est ce qui motive la diffusion des fausses informations en science ?
    Plusieurs hypothèses ont déjà été formulées afin d’expliquer la disposition au partage de fausses informations, parmi lesquelles nous pouvons citer le renforcement de croyances épistémiques ou un contexte d’abondance de fausses nouvelles qui rendent cet acte banal. Dans cet article, la diffusion d’informations autour d’un grand collisionneur de hadrons est au centre de deux études qui s’intéressent au lexique employé et à la perception du risque par le public : la proximité de la menace apparaît comme un facteur d’accroissement de la diffusion des fausses informations.

    – Williams Kirkpatrick, Alex. « The Spread of Fake Science: Lexical Concreteness, Proximity, Misinformation Sharing, and the Moderating Role of Subjective Knowledge ». Public Understanding of Science, 24 octobre 2020.

ET AUSSI…

IGNORANCE ET COVID-19


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.