Actualité du fonds « Science et ignorance » – 6

Le fonds « science et ignorance » accueille cette semaine de nouvelles ressources en épistémologie sociale et en philosophie. Nous vous souhaitons une bonne lecture.

DIMENSIONS SOCIALES DE L’IGNORANCE 

  • Identifier et classifier les pratiques de réduction au silence :

    Certains représentants du courant de l’épistémologie sociale s’attachent à analyser ce qui se produit lorsque l’on porte atteinte à la capacité d’un groupe donné à parler et à être entendu. L’article suivant propose d’analyser de façon conceptuelle cette forme d’oppression, analysée comme une violence épistémique et pouvant s’exercer à l’égard de groupes considérés comme marginaux ou « subalternes »1, placés en situation de non-sachants ou de non-spécialistes. Le premier type de réduction au silence identifié par l’auteur est appelé quieting. Il survient lorsque le public ne parvient pas à identifier un orateur comme un connaisseur. Ce type de réduction au silence est décrit dans l’ouvrage de Patricia Hill Collins intitulé Black feminist thought: Knowledge, consciousness, and the politics of empowerment (New York : Routlege, 2000). Le second type d’oppression est identifié par l’auteur comme un étouffement des témoignages ou testimonial smothering. Il se produit lorsque l’orateur perçoit d’emblée que son auditoire ne peut pas ou ne souhaite pas accepter le témoignage proposé.

-Dotson, Kristie. « Tracking epistemic violence, tracking practices of silencing ». Hypatia 26, no 2 (2011): 236‑57.

Lee, Harper. To Kill a Mockingbird. Philadelphie : J. B. Lippincott & Co, 1960
  • Pour une théorie de « l’ignorance herméneutique intentionnelle » :

    En reprenant l’analyse du procès de Tim Robinson dans l’ouvrage To Kill a Mockingbird de Harper Lee proposée par M. Fricker2 et en se référant à d’autres exemples contemporains, l’auteur entend apporter des précisions à la compréhension de l’injustice épistémique. Il prend pour cela en compte le fait que le connaisseur est à la fois socialement situé et interdépendant, dans la mesure où les ressources épistémiques nécessaires à donner du sens au monde dans lequel il vit sont par nature collectives.  Dans l’article, il montre en quoi ces deux aspects entrent en dialogue pour produire de « l’ignorance herméneutique volontaire ».

« Unlike the two forms of epistemic injustice Fricker identifies (testimonial and hermeneutical injustice), willful hermeneutical ignorance does not describe a thwarted epistemic agent who is not believed or cannot make sense of her world. Instead, willful hermeneutical ignorance describes instances where marginally situated knowers actively resist epistemic domination through interaction with other resistant knowers, while dominantly situated knowers nonetheless continue to misunderstand and misinterpret the world. » (p.716)

-Pohlhaus, Gaile. « Relational Knowing and Epistemic Injustice: Toward a Theory of Willful Hermeneutical Ignorance ». Hypatia 27, no 4 (2012): 715‑35.


Bande-annonce du film Du silence et des ombres (To Kill a Mockingbird), réalisé par Robert Mulligan en 1962 et adapté du roman de Harper Lee, dont le récit prend place dans les années 1930, au cœur de l'Amérique sudiste ségrégationniste.

Références du fonds sur les dimensions sociales de l’ignorance.

IGNORANCE EN RELATION AVEC D’AUTRES CHAMPS DISCIPLINAIRES

PHILOSOPHIE

  • Le modèle du voile de l’ignorance et ses limites

    Ce modèle proposé par J. Rawls vise à garantir la moralité des décisions en matière de justice sociale. Il s’appuie sur une expérience de pensée qui placerait un évaluateur social dans une position idéale, dans laquelle il ne connaîtrait ni sa propre position dans la société, ni ses talents, ni sa propre conception du bien. Cependant, il est permis de se demander si ce modèle suffit à garantir la justice sociale. C’est ce que se propose de vérifier l’article qui suit. 
    Les attributs de la justice y sont tout d’abord présentés ; il est rappelé que
    Till Niermann, Statue de la justice à l’Hôtel de ville de Haarlem, (Pays-Bas) – CC. BY. SA
    l’allégorie de la justice présente, outre le glaive, un bandeau qui lui voile les yeux, représentant la neutralité et une balance, représentant la juste mesure. Considérant que ces deux conditions doivent être remplies pour qu’un évaluateur social, idéal, détermine en toute impartialité la répartition des biens, l’auteur s’intéresse aux conditions d’universalisation de son jugement. Le modèle utilitariste de l’observateur impartial de l’économiste J. Harsanyi (1920-2000) est ainsi comparé au modèle kantien de l’observateur ignorant de Gadjos et Kandil3. Le second modèle est défendu et il est montré que le critère de choix sous le voile de l’ignorance n’est pas univoque.

    -Kandil, Feriel. « La justice est aveugle ». Revue économique Vol. 65, no 1 (23 décembre 2013): 97‑124.

Références du fonds sur le modèle du voile de l’ignorance.

 

 

 

  1. L’auteur fait référence à l’article : Spivak, Gayatri. 1998. Can the subaltern speak? In Marxism and the interpretation of cul- ture, ed. Cary Nelson and Lawrence Grossberg. Urbana: University of Illinois Press. []
  2. Fricker, Miranda. Epistemic Injustice: Power and the Ethics of Knowing. Oxford: Oxford University Press, USA, 2009 []
  3. Gajdos, Thibault, et Feriel Kandil. « The Ignorant Observer ». Social Choice and Welfare 31, no 2 (août 2008): 193‑232 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.