Veille « Science et ignorance » déc. 2020 n°1

IGNORANCE EN PHILOSOPHIE DES SCIENCES

  • Quelle sont les conditions nécessaires et suffisantes pour observer une situation d’ignorance chez un sujet ?

    -Kubyshkina, E., et M. Petrolo. « What ignorance could not be ». Principia 24, no 2 (2020): 247‑54.

  • Contexte non-prédictif et actions instrumentales : pourquoi certaines exigences méthodologiques en matière d’économie du développement sont-elles incohérentes ?

    En étudiant les recommandations de la Direction de la coopération pour le développement de l’OCDE, l’auteur remarque que le conseil politique dans le champ de l’aide internationale au développement est souvent guidé par des exigences dont la rationalité interroge. Il est en effet recommandé de mener des actions instrumentales, qui nécessitent de connaître les relations de causes à effets et s’appliquent bien à un contexte prédictif.  Cependant, afin de tenir compte de l’imprédictibilité des changements sociaux, ne serait-il pas préférable de déterminer au préalable si la situation se prête mieux à l’action instrumentale, à l’inaction ou l’action non-instrumentale ?

    -Fforde, Adam. « Towards a Theory of Ignorance ». The Journal of Philosophical Economics XIII, no 2 (2020): 26.

IGNORANCE STRATÉGIQUE ET BIO-TECHNOLOGIES

  • Résistance au stress hydrique et plante myope : lorsque l’ignorance stratégique est incarnée dans un organisme végétal.

    Pixabay
    Afin de pallier aux baisses de rendement dans la culture du soja, occasionné par plusieurs sécheresse successives en Argentine, la recherche en bio-technologie s’est attachée à produire un type de plante transgénique dont la croissance n’est pas affectée par le changement climatique. Cette technologie
    correspond à un trait transgénique, nommé  HB4. Ce dernier empêche la plante de détecter la variation climatique et lui permet de se développer normalement. Si la situation de myopie par rapport au changement climatique, incarnée au sein de l’organisme végétal permet de conserver un bon rendement, ce trait transgénique n’est cependant pas favorable à l’évolution de l’espèce dans la durée. Cette étude permet donc notamment de souligner que certaines techniques d’adaptation au changement climatique viennent camoufler la nécessité de changement structurels plus importants et ne s’intéressent pas à la problématique de la survie des espèces sur le long terme.

    “HB4 plants are climate-ready commodities but not necessarily climate-ready organisms. This observation has implications at the societal level. When the commodity fetish that confounds climate-resilient commodities for climate-resilient organisms is lifted, it becomes apparent that this type of myopia goes beyond the foundational story of the HB4 technology.” (p.6)
    -Silva, Diego. « Keep Calm and Carry On: Climate-Ready Crops and the Genetic Codification of Climate Myopia ». Science, Technology, & Human Values, 24 novembre 2020


IGNORANCE, FAKE-NEWS ET POST-VÉRITÉ

  • Le rôle heuristique de la désignation “fake-science” et ses limites.

    Dans une première section, l’étude suivante s’attache à examiner la façon dont les accusations de fake-science peuvent être reliées au champ de recherche de l’agnotologie, qui pose la question de l’intentionnalité de la fabrication de résultats altérés chez les experts. Sans remettre en cause l’intérêt d’une telle désignation, l’auteur indique sa préférence pour ce second type d’études, selon lui plus rigoureuses, s’intéressant aux mécanismes de production de l’ignorance dans la connaissance scientifique. Pour cette raison, il aurait été tout aussi bien possible, et même peut-être préférable de classer cet article dans la section « Ignorance et mécanismes de production du doute ». Dans une seconde section, le cadre d’analyse de l’agnotologie est appliqué au cas de l’application du plan d’austérité à la Grèce, tandis que la troisième s’intéresse à l’altération de l’expertise dans l’évaluation des risques sanitaires liés au glyphosate.
    Cette étude permet finalement de montrer que les causes souvent invoquées pour justifier le développement de la fake-science – défiance croissante du public envers le champ de l’expertise, relativisme, montée du populisme – ne permettent pas d’expliquer, seules, les accusations croissantes de falsification de la science. À travers ces deux exemples, l’étude montre qu’il faut en effet aussi s’attacher à mettre en lumière le rôle intrusif des acteurs politiques et économiques dans les lieux de production du savoir

    -Pénet, Pierre. « Fake science et ignorance stratégique : retour sur les récentes controverses autour de l’austérité et du glyphosate ». Études de communication n° 53, no 2 (2019): 85‑102.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.