Actualités du fonds « Science et ignorance » n°7

IGNORANCE SAVANTE

  • La répartition des espèces dans l’écorégion de Caatinga (Brésil) : cartographie des connaissances et de l’ignorance.
La caatinga durant la saison des pluies. 
Allan Patrick de Mossoró, Brasil, CC BY-SA 2.0 Source : Wikipédia

L’article est consacré à l’étude du biome de Caatinga, macro-écosystème du nord-est brésilien, au climat tropical semi-aride. Ce denier offre des paysages diversifiés, parfois jugés inhospitaliers, constitués en grande partie de déserts et de brousses xériques. Cette région est autrement appelée le sertão, ce qui signifie selon le sens originel l’arrière pays ou le fin-fond. Cette réputation n’a pas favorisé la reconnaissance du Caatinga comme zone écologique protégée et cette dernière a tardé à se mettre en place. Pour autant, une meilleure connaissance de la répartition géographique des espèces permettrait de pouvoir prioriser des actions de conservation ou de prévoir l’impact des changements environnementaux.
Afin d’identifier et de caractériser la disponibilité des données sur l’occurrence des espèces de plusieurs taxons de cette écorégion, dans le répertoire de la biodiversité intitulé Global Biodiversity Information Facility (GBIF) , des scores d’ignorance leur ont été attribués. Cette étude permet d’identifier des biais dans la collecte des données et met notamment en évidence le point suivant : certaines zones géographiques, comme les ères péri-urbaines ou les zones difficiles d’accès sont moins volontiers fréquentées par les chercheurs.

– Correia, Ricardo A., Alejandro Ruete, Juliana Stropp, Ana C. M. Malhado, Janisson W. dos Santos, Thainá Lessa, José A. Alves, et Richard J. Ladle. « Using Ignorance Scores to Explore Biodiversity Recording Effort for Multiple Taxa in the Caatinga ». Ecological Indicators 106 (1 novembre 2019): 105539.

Dimensions sociales de l’ignorance

  •  L’invisibilisation des enfants de migrants dans l’État de Sabah, en Malaisie : une ignorance aux multiples causes.

    Dans l’article suivant, l’auteur s’attache à déterminer les raisons pour lesquelles les enfants de migrants dans l’État de Sabah ne sont pas considérés comme des sujets à proprement parler. Bien que cet article s’inscrive dans un numéro spécial consacré à l’ignorance volontaire, la distinction entre l’origine consciente ou inconsciente des discriminations n’est pas au cœur cette étude. Il s’agit plutôt de montrer la façon dont différentes formes d’ignorance peuvent s’articuler et se renforcer mutuellement : le manque de reconnaissance des élites, la sur-valorisation du rôle de l’éducation par les enseignants volontaires du secteur humanitaire ou l’ignorance situationnelle de l’enfant lui-même.

-Allerton, C. « Invisible children? Non-recognition, humanitarian blindness and other forms of ignorance in Sabah, Malaysia ». Critique of Anthropology, 20201

IGNORANCE EN LIEN AVEC D’AUTRES CHAMPS DISCIPLINAIRES

PSYCHOLOGIE SOCIALE

  • Le mise au jour d’une illusion de connaissance chez un sujet et son rôle pour stimuler la recherche d’une source de savoir plus fiable.

    “The whole problem of the world is that fools and fanatics are always so certain of themselves, but wiser people so full of doubts.” Citation attribuée à B. Russell (1872-1970)
    Pour quelles raisons le profane semble-t-il souvent réticent à s’en remettre aux connaissances des experts, dans le domaine de l’économie ? S’interrogeant sur ce point, les auteurs de cet article, spécialistes de psychologie sociale, réalisent plusieurs études.

    Le protocole est le suivant : afin de montrer au sujet qu’il s’illusionne sur l’étendue des connaissances, il est placé dans la situation où il doit expliquer par lui même un phénomène ou un mécanisme. Bien souvent, des lacunes apparaissent. Dans cette situation, le sujet s’en remet alors plus volontiers au savoir des experts qu’à ceux de ses pairs.

    Ces expérimentations s’appuient notamment sur une hypothèse psychologique formulée par Daniel Wegener (1948-2013) : la mémoire transactive .  Le présupposé est que le sujet, dans une situation d’interaction avec un groupe, qu’il s’agisse de sa sphère familiale ou professionnelle, procède à une identification et à un repérage des personnes détenant une connaissance. La cartographie des connaissances ainsi effectuée lui permet, d’une part, d’ajuster en conséquence les connaissances restant à acquérir et, d’autre part, de savoir vers qui se tourner lorsque cette connaissance est sollicitée. Dans cette hypothèse, comme dans l’article, l’acquisition des connaissances et la remise en cause de ses propres croyances apparaît comme une démarche coûteuse, dont chacun souhaite faire l’économie2.  Une illustration très simple de la théorie de la mémoire transactive, que chacun pourra transposer aux situations rencontrées dans le vie quotidienne, serait la suivante : “mon compagnon retient très bien les numéros des départements donc je n’ai pas besoin de les retenir, je n’aurai qu’à les lui demander si j’en ai besoin”. Le fait de saper l’illusion de connaissance initiale est donc ce qui conduit le sujet, dans l’article, à rechercher d’autres marqueurs de connaissance :

    “We propose that lowering confidence in perceived understanding by exposing an illusion of explanatory depth would increase the perceived utility of experts by making people aware that their markers for the knowledge (e.g., economists know X) were not representative of their actual knowledge (e.g., I know X), and thus be more willing to credit people who are likely to possess that specialized knowledge of X. We would then expect this to lead to greater normative belief revision in response to expert, rather than lay opinion” (p. 910)
    Ces résultats semblent pouvoir offrir des applications intéressantes dans le domaine des sciences de l’éducation, par exemple, et les auteurs pensent qu’ils peuvent être utiles pour lutter contre la superstition, les opinions extrémistes en politique, ou la défiance envers la science. L’expérience du doute, présentée ici comme coûteuse ou déstabilisante, apparaît néanmoins dans cet article comme la condition d’une bonne orientation dans le paysage des connaissances.

    -Meyers, Ethan. « Inducing Feelings of Ignorance Mages People More Receptive to Expert (Economist) Opinion ». Judgment and Decision Making 15, no 6 (novembre 2020): 909‑25.

 

  1. Cet article est tiré du numéro spécial : J. Bovensiepen et M. Pelkmans (Éds.), “Wilfull blindness”, Critique of Anthropology, vol. 40 n°2, oct. 2020 []
  2. Nous vous invitons aussi à consulter aussi sur ce point, l’entretien audio avec L. Naccache “Perdons-nous connaissance ?” sur ce même carnet Hypothèses []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.