Veille « Science et ignorance » – fév. 2021 n°1

déni organisÉ

  • Le système de régulation des pesticides en France et son architecture invisible. Cette étude s’inscrit dans le champ des recherches sur l’étude des mécanismes de production d’ignorance autour des dangers des produits phytosanitaires. Les pressions exercées par les lobbys et les industries sur les agences d’expertise figurent souvent parmi les premières raisons évoquées pour justifier l’inertie du système de régulation. L’article suivant complète cette lecture en produisant une analyse détaillée des relations entre les différents acteurs impliqués, dont les intérêts semblent intriqués.
    Il montre tout d’abord, à partir du cas de l’alerte sur l’inefficacité des équipements de protection individuelle (EPI) survenue en 2007, la façon dont les savoirs inconfortables sont assimilés, en trois phases distinctes. Les savoirs gênants, initialement contenus dans des boîtes noires, sont tout d’abord divulgués puis transformés et ré-interprétés pour être finalement rendus conformes aux règles et principes de gestion des risques dans un processus de rationalisation cognitive. Le second cas étudié concerne l’alerte donné par l’ONG Générations Futures à propos de 40 produits autorisés par le Ministère de l’agriculture sans l’aval de l’ANSES (2012-2015). L’histoire du système de régulation des pesticides et les accords tacites passés entre des groupes aux intérêts pourtant divergents figurent ici parmi les causes évoquées.
    La préservation d’intérêts économiques – rendement agricole et revenus des industries productrices de produits phytosanitaires- entre en contradiction avec la protection de la santé et la préservation de l’environnement. Cette contradiction entraine un phénomène de dissonance cognitive qui conduit à des « bricolages » et « arrangements » de la part des différents acteurs afin de garantir la pérennité de leur activité. Le cadre explicatif ainsi posé dans l’article permet de comprendre pourquoi la limitation des changements appliqués au système de régulation, d’une part, et l’innovation minimale en termes de normes, d’autre part, peut apparaître, du point de vue des acteurs en jeu, comme un  compromis acceptable 1.

    -Dedieu, F. « Organized denial at work: The difficult search for consistencies in French pesticide regulation ». Regulation and Governance, 2021.

    DIMENSIONS SOCIALES DE L’IGNORANCE

Ingrid Bergman dans le film Gaslight en 1944 (en français Hantise). Source : Wikipédia
  • Épistémologie sociale et diversité intellectuelle dans l’enseignement supérieur. L’étude suivante met à profit la littérature produite sur la notion d’ignorance en épistémologie sociale afin d’éclairer les significations multiples que peuvent recouvrir les appels à la diversité intellectuelle sur les campus lancés depuis les années 2000 par quelques protagonistes conservateurs comme progressistes.
    Après un retour sur la notion d’injustice épistémique développée par M. Fricker, l’auteur s’intéresse plus particulièrement au concept d’ignorance délibérée (willfull ignorance) proposée par les commentateurs2.
    La notion de gaslighting, illustré dans l’article par une citation de Simone de Beauvoir, vient mettre en lumière le phénomène de déstabilisation parfois mis en œuvre par un individu pour asseoir sa position et refuser à un autre la capacité d’entrer dans le débat.
    Revenant à la question de l’appel à la diversité intellectuelle sur les campus, l’auteur montre qu’une juxtaposition de la diversité des enseignements est insuffisante et inopérante si elle ne s’accompagne pas de « friction épistémique » entre les différents cadres de pensée.
    – Applebaum, B. « The Call for Intellectual Diversity on Campuses and the Problem of Willful Ignorance ». Educational Theory 70, no 4 (2020): 445‑61.

IGNORANCE SELON D’AUTRES CHAMPS DISCIPLINAIRES

PHILOSOPHIE

Buste de Socrate. Copie romaine (1er s. ap. J.-C.) probablement d’après un Bronze de Lysippos. Louvre, Paris. CC-BY-SA 2.5 Source : Wikipédia
  1. Nous vous invitons à vous reporter à l’article suivant pour mieux comprendre le phénomène d’inertie résultant du processus d’accommodation avec les savoirs inconfortables au sein des organisations : Dedieu, François, et Jean-Noël Jouzel. « Comment ignorer ce que l’on sait ?, La domestication des savoirs inconfortables sur les intoxications des agriculteurs par les pesticides ». Revue française de sociologie 56, no 1 (3 avril 2015): 105‑33 []
  2. On pourra se référer sur cette question à ce billet dans lequel les articles de G. Pohlhaus et K. Dotson sont signalés ou au chapitre Charles W. Mills « White ignorance » in Sullivan, Shannon, et Nancy Tuana. Race and Epistemologies of Ignorance. SUNY Series, Philosophy and Race. Albany, N.Y: State University of New York Press, 2007 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.