Veille « Science et ignorance » – mars 2021 n°2

Nous avons tout d’abord le plaisir d’annoncer la publication d’un article faisant référence aux activités d’animation du CAPHÉS autour de la science et de l’ignorance dans la Lettre de l’INSHS n°70 1.

Pour ce billet, qui signale une nouvelle fois quelques-unes des publications les plus récente sur la thématique, nous avons choisi de mettre en exergue un article ayant utilisé la base bibliographique Zotero sur la « science et l’ignorance » comme point d’entrée pour analyser des différents mode de production de l’ignorance à l’œuvre dans un domaine en particulier. L’article qui suit s’intéresse à la disparition de certains savoirs traditionnels – savoirs agricoles, herboristerie, traditions culinaires- et se donne notamment pour objectif d’en identifier ses causes. Il reprend certaines formes d’ignorance décrites dans ce présent carnet tout en soulignant que certaines gagneraient à y être mieux représentées et ouvre en cela de nouvelles pistes de réflexions.

IGNORANCE EN LIEN AVEC D’AUTRES CHAMPS DISCIPLINAIRES : ANTHROPOLOGIE

Quamash, ou petit camas, 1832. Swallowtail Garden Seeds collection. CC-BY 2.0 – Source. Plante de famille des Hyacinthacées, originaire de l’Amérique du Nord. Son bulbe faisait partie de l’alimentation traditionnelle des amérindiens.

Le champ des ignorances studies a permis aux auteurs de l’article suivant d’identifier plusieurs formes de production d’ignorance à l’origine de la disparition de savoirs traditionnels.
Une première partie décrit une forme de déni observable chez les personnes qui défendent la cause animale tout en consommant de la viande, un phénomène appelé en psychologie : « le paradoxe de la viande »2.
La seconde partie est consacrée à la production d’ignorance par l’industrie et les lobbies du sucre, qui a pour objet de freiner la mise en œuvre de mesures sanitaires destinées à en réduire la consommation. Dans le cadre de la controverse ainsi créée,  les chercheurs indépendants ont été accusés de biaiser leurs recherches dans le but de discréditer les chercheurs ayant des intérêts stratégiques à défendre, ou de sélectionner artificiellement les résultats les plus probants pour pouvoir accéder à la publication. La thèse du « white hat bias » ou « biais de la belle âme »  défendue par Mark B Cope et David B Allison a bien sûr suscité une importante polémique et a été réfutée3.
Enfin l’article s’intéresse à la disparition des savoirs culinaires des amérindiens et aux troubles de santé développés suite à la consommation de produits importés par les colons. Le concept d’« épistémicide »4 est ici proposé pour décrire le phénomène d’invisibilisation ou d’acculturation à l’œuvre.
L’article propose finalement un inventaire d’initiatives destinées à retrouver ces savoirs locaux et restaurer les savoirs oubliés.
-Godrie, Baptiste, et Aude Bandini. « Ce que l’ignorance nous apprend. Trois mécanismes de production de l’ignorance et les moyens de les enrayer dans le domaine de l’alimentation ». Anthropology of food, no S15 (30 décembre 2020).

Dimensions sociales de l’ignorance

En s’appuyant sur une analyse des arguments des partisans du Brexit avancés lors de la campagne précédent le referendum de 2020, l’étude suivante se propose de mettre la théorie constructiviste de la représentation politique à l’épreuve. Elle propose une analyse du rôle de la production d’ignorance sociale dans les moments de refondation politique. -Mihai, M. « Foundational Moments, Representative Claims and the Ecology of Social Ignorance ». Political Studies, 2021.


IGNORANCE, FAKE-NEWS ET POST-VÉRITÉ EN SCIENCES

Un manuel de communication destiné à lutter contre la désinformation liée au vaccin contre la COVID-19 s’adressant tout aussi bien aux journalistes, chercheurs, médecins, infirmiers, enseignants ou parents est récemment paru.
-Lewandowsky, S., J. Cook, et and al. « The COVID-19 Vaccine Communication Handbook | A Practical Guide for Improving Vaccine Communication and Fighting Misinformation », 7 janvier 2021.

Dans une même démarche de lutte contre la désinformation, l’article qui suit s’inscrivant dans le champ de la psychologie sociale, propose une méthode destinée à désamorcer l’effet des fausses nouvelles, en amont de leur diffusion.  Le titre rapproche métaphoriquement cette méthode appelée « prebunking », de l’immunisation acquise dans le cadre de la vaccination. -Lewandowsky, Stephan, et Sander van der Linden. « Countering Misinformation and Fake News Through Inoculation and Prebunking ». European Review of Social Psychology, 22 février 2021: 1‑38.

EN RELATION AVEC D’AUTRES CHAMPS DISCIPLINAIRES : LOGIQUE

Spécialiste de la théorie de l’argumentation, L. Cummings5 analyse dans l’article suivant quelques types de raisonnement employés par le grand public d’une part, et par les autorités de santé, d’autre part, depuis le début de la pandémie de COVID-19. Tout d’abord, elle s’intéresse à la réception des mesures de confinement par le grand public et aux erreurs de raisonnement susceptibles d’en découler, comme par exemple les sophismes. Puis, il est question des différents types de raisonnement employés par les autorités de santé et l’OMS. En se référant aux précédentes maladies du SARS-CoV et du MERS-CoV pour identifier les mesures de santé publique les plus adaptées à la lutte contre la COVID-19, ces dernières adoptent, comme le souligne l’auteur, un raisonnement analogique. Nous pouvons également observer la portée d’un dernier argument logique :  l’argument d’ignorance utilisé par l’OMS afin d’engager à la méfiance vis-à-vis des tests sérologiques. Concernant ces derniers, en effet, il n’a pas été possible, jusqu’alors, de prouver que l’immunité observée au moment du test était définitivement acquise.
– Cummings, Louise. « Good and Bad Reasoning about COVID-19 ». Informal Logic vol. 40, no 4 (18 décembre 2020): 521‑44.

  1. J. Solviche, Documenter l’ignorance, nouveaux corpus, nouveaux enjeux, Lettre de l’INSHS n°70, mars 2021, p. 7-9 []
  2. Voir notamment : Loughnan, Steve, Boyka Bratanova, et Elisa Puvia. « The Meat Paradox: How Are We Able to Love Animals and Love Eating Animals? » In Mind 1 (2012): 15‑18. []
  3. Il est ici question de la polémique provoquée par l’article suivant : Cope, Mark B, et David B Allison. « White Hat Bias: Examples of its Presence in Obesity Research and a Call for Renewed Commitment to Faithfulness in Research Reporting ». International journal of obesity (2005) 34, no 1 (janvier 2010): 84‑83.
    Cet article est réfuté notamment ici : Litman, Ethan A., Steven L. Gortmaker, Cara B. Ebbeling, et David S. Ludwig. « Source of Bias in Sugar-Sweetened Beverage Research: A Systematic Review ». Public Health Nutrition 21, no 12 (août 2018): 2345‑50. []
  4. L’article revoit aux ouvrages de SANTOS B. de Sousa : O social e o político na transição pós-moderna : The social and the political in the post-modern. Porto. Afrontamento, 1994 et Epistemologies of the South : Justice Against Epistemicide. Boulder : Paradigm publisher, 2014 []
  5. L. Cummings est l’auteure d’un ouvrage sur l’analyse des raisonnements produits lors des épidémies d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) survenues en Grande-Bretagne dans les années 1980 et 1990 : Cummings, Louise. Rethinking the BSE Crisis: A Study of Scientific Reasoning under Uncertainty. 2010e édition. Springer, 2010. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.