Actualités du fonds « Science et ignorance » – sept. 2021 n°1

IGNORANCE ET MÉCANISMES DE PRODUCTION DU DOUTE

La recherche financée par l’industrie considérée du point de vue de la philosophie des sciences : atouts, points de vigilance et recommandations.
  
Le respect du « temps long de la recherche » et la possibilité de choisir des sujets de recherche qui ne soient pas assujettis à des intérêts particuliers font partie des motifs couramment invoqués pour ré-affirmer l’intérêt de la recherche fondamentale, aux côtés de la recherche appliquée.

Cet article se propose d’examiner les bénéfices mais aussi les conséquences néfastes du financement de la recherche par l’industrie, afin de mettre en exergue des points particuliers de vigilance. L’intérêt de cette étude, pour le philosophe des sciences, est de pouvoir déterminer sous quelles conditions la recherche appliquée préserve son intégrité et quel serait dans ce cas l’arsenal d’antidotes à déployer pour prévenir des manquements à l’intégrité scientifique.

Cette étude revêt un intérêt d’autant plus prégnant que la proximité du secteur de l’industrie avec la recherche devient de plus en plus forte dans certains secteurs – comme par exemple, en biomédecine – et semble inéluctable au vue du coût élevé des recherches dans certains domaines.

La première partie est consacrée à l’étude des atouts, pour la recherche, du financement par l’industrie. Afin de préciser le contexte, l’auteur retrace très brièvement l’historique du lien entre industrie et recherche depuis les années 1980 et rappelle l’origine de la mise en place de dispositifs de protection de la propriété industrielle dans le secteur pharmaceutique. Il relève que la durée de développement des médicaments a pu favoriser l’acceptabilité éthique des brevets ; il s’agissait de protéger l’entreprise ayant investi dans la recherche-développement contre ses concurrents susceptibles de récupérer la formule du médicament.

“The patent system was ultimately seen to resolve tensions that existed between the norms of science (openness) and demands of business (profitability).” (p.2)

Cet argument est toujours mis en avant aujourd’hui dans les débats liés à la question de la levée des brevets sur les vaccins anti-covid 1.
Prenant en considération des domaines de recherche différents de ceux évoqués par les agnotologues, à savoir ici la spintronique ou l’électronique, l’auteur donne des exemples dans lesquels des innovations techniques effectuées dans un cadre commercial ont pu être propices, par la suite, aux avancées théoriques dans les disciplines concernées. 


Cependant, comme ces derniers l’ont bien repéré, une série de biais induits par la recherche financée par des fonds privés sont à considérer. Trois grands ensembles semblent se détacher : (1) les biais influençant le choix des sujets de recherche, (2) les biais susceptibles d’altérer la fiabilité de ses résultats, et enfin, (3) ceux qui ont trait à la circulation de l’information scientifique. La description de chacun de ces biais permet d’élaborer une série de recommandations pour lutter contre leurs influences néfastes.

1. Le recours aux financements issus du secteur industriel peut, tout d’abord, avoir une influence sur le choix et la priorisation des sujets de recherche à explorer. Comment éviter, à titre d’exemple, qu’une compagnie pharmaceutique ne sélectionne les sujets de recherche en privilégiant la réponse aux les besoins des pays développés sur la prévention ou le soin de maladies infectieuse répandues en d’autres endroits du monde ? Ce biais peut avoir, dans une certaine mesure, des conséquences pour le progrès scientifique lui-même ; c’est la raison pour laquelle il conviendrait, en contrepartie, de veiller au maintien d’une part importante de financement public.

2. Quelques moyens de lutte contre l’altération intentionnelle des résultats de recherche :
– Les biais méthodologiques – conception du protocole de recherche, sélection biaisée des données – et les biais d’interprétation pourraient être évités en veillant à ce que les organismes de règlementation surveillent mieux les laboratoires.
Cependant, la limitation de l’accès aux données mis en place par les entreprises constitue un frein pour la mise en application de cette parade.
– Les biais de sélection des publications destinés à favoriser un résultat pourraient être mieux pistés par la mise à jour de registres recensant les essais de laboratoire.
L’élaboration de concepts biaisés ou falsifiés peut également advenir : le cas peut se rencontrer, par exemple, lorsqu’une compagnie pharmaceutique, vraisemblablement portée par des intentions liés au marketing, conçoit une nouvelle catégorie de maladie afin favoriser la vente du médicament correspondant. Il semble difficile de trouver des garanties contre ce phénomène, cependant la multiplication des espaces d’échanges et de discussions favorisant l’évaluation de ces concepts sur le plan scientifique peut être une piste d’action.

3. Enfin, il convient de veiller à ce que le financement privé de la recherche n’entrave pas la circulation de l’information scientifique, ni ne déforme la qualité du message. L’article propose pour se faire plusieurs modes d’action :
– le soutien de la science ouverte par les établissements d’enseignements et de recherche
– la surveillance des dérives de la propriété industrielle consistant à sur-protéger une innovation par une multiplicité de brevets se rapportant à des micro-inventions2
– la ré-affirmation du rôle des lanceurs d’alerte pour contrer les tentatives de corruption de l’information.
– le maintien de l’accès à la consultation des résultats de la recherche, qui est souhaitable en vertu du respect du « communalisme ».

Sur le plan épistémologique, la norme du « communalisme » renvoie à la sociologie de R. Merton : les résultats scientifiques, compris comme bien communs, doivent pouvoir être soumis à la critique et révisés par les pairs3. S’il apparaît important, pour les philosophes des sciences, de s’intéresser aux conditions protégeant la science de certaines pressions des financements privés, c’est donc non seulement  pour éviter que, dans des isolés, une recherche peu fiable soit produite, mais aussi parce que ces dévoiements tendent à remettre en cause le corps de connaissance de la communauté.

“Moreover, what is concerning about the types of biaises reviewed below is not (just) that they result in individual instances of unreliable research but that they produce a systematic bias in the community’s body of knowledge” (p. 4)


-Holman, Bennett, et Kevin C. Elliott. « The Promise and Perils of Industry‐funded Science ». Philosophy Compass 13, no 11 (1 novembre 2018).

IGNORANCE ET UNDONE SCIENCE

  • Le rôle des organisations locales dans la dénonciation des effets délétères des pesticides dans la culture des pommes en Limousin : la question du recours à l’épidémiologie populaire.
« La culture intensive de pommes dans un verger », Glysiak, CC BY-SA 4.0 via Wikimedia Commons

Les études s’inscrivant dans le domaine de l’undone science décrivent souvent des situations dans lesquelles un mouvement social se structure afin de soutenir une population, qui subit les effets de polluants ou d’autres agents nocifs, et dénonce, dans le droit fil de cette démarche une « science non faite, alors qu’elle pourrait l’être, par exemple certains effets « cocktail », ou encore l’exposition à un pic de pollution. Il est intéressant d’examiner les modalités du recours à l’épidémiologie au sein de ces organisations locales ayant le souhait de porter une affaire devant la justice et promouvoir une cause dans un agenda politique.
Cette étude s’intéresse au cas d’une organisation locale, créée en 2004 pour lutter contre l’usage des pesticides dans la culture des pommes en Limousin. Elle examine les raisons pour lesquelles cette organisation ne place pas la production de données épidémiologiques supplémentaires au premier plan, bien qu’elle s’attache par exemple à faire valoir les droits des citoyens et à faire respecter la règlementation dans l’épandage de pesticides.

Les auteurs constatent, au cours des entretiens menés auprès de représentants des organisations de lutte contre les pesticides et de populations locales, qu’ils semblent avoir intériorisé d’une manière particulière la thématique des « marchands de doute » : ils semblent percevoir l’injonction à la production de science supplémentaire comme une manière d’introduire du doute sur les effets qu’ils dénoncent et qui leur semblent patents. La diversité des affections – maladies graves ou chroniques – et des champs scientifiques à solliciter pour apporter la preuve de la nocivité d’un produit peut leur sembler dissuasive alors même que les effets néfastes semblent « évidents » aux riverains des vergers

Les auteurs explorent la possibilité que la crédibilité de la parole des organisations pourrait dépendre de facteurs étrangers à la science comme le fait d’associer du lobbying, des campagnes médiatiques ou de porter en justice leurs actions.

-Cardon, Vincent, et Giovanni Prete. « Public Conviction with No Scientific Evidence: Undone Popular Epidemiology and the Denunciation of the Health Effects of Pesticides in a French Apple-Growing Region ». Environmental Sociology, 14 septembre 2017.

IGNORANCE EN LIEN AVEC D’AUTRES CHAMPS DISCIPLINAIRES

PHILOSOPHIE

  • La notion d’« ignorance positive »  et son apport potentiel pour la constitution des cursus d’enseignements et la recherche pédagogique.

    Sous quelles conditions la notion d’ignorance positive, qui consiste à remettre question ou abandonner les connaissances que nous pensons avoir au profit d’autres connaissances jugées plus utiles, peut-elle constituer un outil efficace pour sélectionner le contenu des enseignements et cursus scolaires  ?
    Dans l’article qui suit, une critique de l’argument de Richard Smith proposé dans l’article The Virtue of Unkwnowing 4 et l’étude de des travaux de Barbara Johnson issus de ses ouvrages A world of difference 5 et The Wake of Deconstruction 6 permettent d’apporter des éléments de réponses à cette question. 
    -Bojesen, E. « Positive Ignorance: Unknowing as a Tool for Education and Educational Research ». Journal of Philosophy of Education, 2019. 


Le fonds documentaire « Science et ignorance » est situé au :
CAPHÉS– 29 rue d’Ulm – 75005 Paris
Liste des documents :
base bibliographique Zotero



 

  1. Pour un aperçu des divers arguments mobilisés dans ce débat, voir par exemple : Bourgeois, Raphaël. « Faut-il lever les brevets des vaccins contre le Covid ? » France Culture : Le temps du débat, 20 février 2021. https://www.franceculture.fr/emissions/le-temps-du-debat/faut-il-lever-les-brevets-des-vaccins-contre-le-covid. []
  2. Ces phénomènes d’enchevêtrement de brevets, fréquemment appelés « maquis de brevets » peuvent se rencontrer dans le cas de la téléphonie mobile par exemple. []
  3. Le communalisme fait partie des quatre normes idéal-typiques décrites par R. Merton dans The Sociology of Science : Theoretical and Empirical Investigation, Chicago, University of Chicago Press, 1973 au même titre que l’universalisme, le désintéressement et le scepticisme organisé. Le terme original n’était pas communalisme mais “communisme” mais cet emploi a été abandonné afin d’éviter la confusion avec le courant politique durant les années de la guerre froide. Nous renvoyons ici à Yves Gingras, Sociologie des sciences, PUF, coll. Que sais-je, 3e édition mise à jour, 2020 (1ere Éd. 2013), p.54. Cependant la notion de « communs », revêt aujourd’hui une acceptation plus large. Elle se rapporte bien plutôt à la volonté d’un ensemble de personnes de pouvoir définir en commun les modalités d’usage et d’accessibilité à une ressource, qu’il s’agisse de ressources naturelles, d’un logiciel ou de ressources immatérielles. Le site Geoconfluences donne une explication de cette notion appliquée à la question des territoires.  http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/a-la-une/notion-a-la-une/communs. Consulté le 2 septembre 2021 []
  4. Smith, Richard. « The Virtues of Unknowing ». Journal of Philosophy of Education 50, no 2 (2016): 272‑84. []
  5. Johnson, B., A World of Difference, Baltimore and London, Johns Hopkins University Press, 1989 []
  6. Johnson, B.  The Wake of Deconstruction, London and Cambridge, MA, Blackwell, 1994 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.