Actualités du fonds « Science et ignorance » – avril 2021

Oreskes, Naomi, Erik M. Conway, trad. Jacques Treiner. Les marchands de doute (Le Pommier, 2014). Notice Zotero / Catalogue Rubens

L’agnotologie est souvent définie comme l’étude des mécanismes de production d’ignorance. Une de ses formes correspond assez bien au titre de l’ouvrage de N. Oreskes et E. Conway paru en 2010, et est couverte ici par le dossier intitulé « Ignorance et mécanismes de production du doute ». Les articles qui y sont regroupés décrivent des méthodes de production d’ignorance similaires à celles employées par les entreprises de production de tabac et les climato-sceptiques, c’est à dire la remise en cause des consensus existants au sein de la communauté scientifique et l’instillation du doute au sein des médias et du public.
Dans le dossier présenté ci-après, des philosophes des sciences s’interrogent sur la meilleure attitude à adopter face à ces créateurs de controverses artificielles. Comment parvenir à distinguer les formes de dissensus relevant de la critique scientifique constructive de celles qui témoignent d’intentions malveillantes ? Par ailleurs, cibler ces actions malintentionnées en soulignant des conflits d’intérêt qui les sous-tendent ou en tentant de les étouffer et de les minimiser est-il une attitude productive tant sur le plan épistémologique que politique ? Ces articles entendent offrir des éléments de réponse à ces questions.

Des doutes inappropriés ?

Les publications présentées ci-après témoignent d’un intérêt de leurs auteurs pour les doutes artificiels. Elles s’attachent à définir les formes de dissensus épistémologiquement préjudiciables et à les distinguer de la critique constructive en science

Non constructives sur le plan scientifique, et nécessitant pour leur réfutation un gaspillage ressources humaines et financières, les controverses artificiellement créées ont été bien repérées des agnotologues pour leur capacité à produire de l’ignorance. Les auteurs de l’article suivant mettent en lumière leur rôle néfaste sur le plan épistémique, moral et politique. En remarquant qu’elles sont susceptibles d’intimider des scientifiques, les auteurs insistent sur leurs capacités à créer un climat délétère et
à corrompre tout aussi bien la science que le débat scientifique, en dissuadant les chercheurs d’une prise de risque sur le plan épistémique. Prenant l’exemple de la critique du consensus sur l’origine anthropique du réchauffement climatique l’article montre qu’elles sont susceptibles d’empêcher la mise en place de stratégie politique d’adaptation et d’anticipation. Ainsi, dans cet article, le dissensus épistémologiquement préjudiciable (epistemologically detrimental dissent) a pour effet de dissuader la prise de risque des chercheurs, pourtant nécessaire à une saine activité de recherche, tout en négligeant ses conséquences nocives pour le public. 
Biddle, Justin B., Ian James Kidd, et Anna Leuschner. «Epistemic corruption and manufactured doubt: the case of climate science ». Public Affairs Quarterly 31, no 3 (2017): 165‑87.

     Afin de distinguer un dissensus produit dans le cadre d’une critique constructive sur le plan scientifique et un dissensus épistémologiquement préjudiciable, les auteurs de l’article suivant proposent deux critères permettant de les identifier de façon certaine. Les résultats scientifiques mis en avant par les créateurs de controverses artificielles seraient ainsi repérables lorsqu’ils remplissent les deux conditions suivantes : l’incapacité à les démontrer en suivant un raisonnement scientifique et la volonté de les médiatiser pour influencer l’opinion. Le fait que les motivations des scientifiques puissent être fondées sur des considérations subjectives ou des valeurs non épistémiques est, selon les auteurs, une considération de peu d’importance pour procéder à cette distinction, dès lors que la science sur laquelle ces résultats s’appuient est biaisée. 

Considerations about the subjective intentions or background beliefs of the scientists are irrelevant, unless one can show that skewed science was produced. (p. 1022)

Bihan, Soazig Le, et Iheanyi Amadi. « On Epistemically Detrimental Dissent: Contingent Enabling Factors versus Stable Difference-Makers ». Philosophy of Science, 14 décembre 2017.

    Pour l’auteur de l’article suivant qui prend à nouveau l’exemple des climato-sceptiques, les initiatives destinées à contrer la création de controverses artificielles seraient tout à fait justifiées. L’auteur s’appuie notamment sur une réflexion développée par P. Kitcher dans l’ouvrage Science, Truth, and Democracy1 montrant, à partir d’un argument de J. S. Mill, qu’il n’est pas éthique de développer certaines pistes de recherche. Une recherche sur l’origine biologique des inégalités de capacités intellectuelles aurait par exemple un effet soit nul soit néfaste puisqu’elle serait soit ignorée de la société dans le cas ou l’hypothèse est réfutée, soit nocive pour les groupes marginalisés dans le cas où l’hypothèse serait confirmée. L’article suivant procède à un examen des conséquences épistémiques des recherches destinées à nier ou réfuter le consensus sur le réchauffement climatique.
Leuschner, Anna. « Is It Appropriate to ‘Target’ Inappropriate Dissent? On the Normative Consequences of Climate Skepticism ». Synthese 195, no 3 (1 mars 2018): 1255‑71.

Les articles précédents proposent déjà des critères d’identification des résultats scientifiques biaisés dans le but d’alimenter artificiellement une controverse. L’étude suivante concerne l’aspect des biais de financement et propose un critère d’identification complémentaire. Selon l’auteur, ces (pseudo)-chercheurs auraient en commun de prétendre pouvoir apporter un degré de preuve suffisant à l’appui de leurs résultats alors même que ce n’est pas le cas. L’article montre que ce critère est susceptible de s’appliquer à trois cas paradigmatiques de biais de financement. Le premier cas concerne la recherche biaisée sur le Bisphenol A, dans lequel le choix de l’animal modèle influe sur le résultat. Le second se rapporte aux tests biaisés du médicament Celebrex, qui se sont appuyés sur un échantillon choisi des résultats obtenus afin de prouver que ce médicament anti-arthritique présentait moins d’effets secondaires que ses concurrents. Enfin, avec l’exemple du tabac, nous voyons qu’un pseudo-scientifique adopte une représentation du concept de causalité qui biaise l’interprétation des résultats et empêche de prendre en considération le caractère carcinogène du produit pour étayer sa défense lors d’un procès.
Reutlinger, Alexander. « What Is Epistemically Wrong with Research Affected by Sponsorship Bias? The Evidential Account ». European Journal for Philosophy of Science, 10, no 2 (7 mars 2020): 15.

Discussion sur les meilleures formes d’opposition aux marchands de doute

Selon Inmaculada de Melo-Martín et Kristen Intemann, le ciblage des formes de dissensus destinées à alimenter des controverses artificielles n’est pas l’attitude la plus productive pour contrer leurs effets et prévenir l’adoption de mesures politiques inappropriées. En effet, ce ciblage met habituellement en exergue de façon très criante le lien entre la mise en œuvre de cette « recherche contraire » et la volonté de retarder la mise en œuvre de politiques publiques appropriées.

Ce ciblage y est tout d’abord qualifié de malavisé puisqu’il revient à accepter des hypothèses discutables sur la nature du consensus et du dissensus sur le plan scientifique ainsi que sur le rôle de chacun dans les politiques publiques. Bien que le consensus scientifique découle de l’accord de nombreux scientifiques autour d’un paradigme commun, d’une théorie ou de modèles qu’ils considèrent comme valides, cela revient à tromper le public sur la nature de ce dernier que de prétendre qu’il traduise l’unanimité des chercheurs sur une question donnée. Par ailleurs, la mise en œuvre de politiques publiques nécessite une prise de position dont il serait faux de dire qu’elle dépend directement de ce consensus scientifique. En effet, elle met en jeu des valeurs qui permettent de prioriser les risques. Des mesures de restriction sur la consommation de tabac dans les lieux publics ne peuvent par exemple être mises en œuvre que si nous considérons en amont une prémisse selon laquelle la santé publique est considérée comme une valeur importante.
Il en résulte que les tentatives d’opposition à ces formes de dissensus pourraient être contre-productives dans la mesure où elles confèrent à ces dernières un pouvoir disproportionné. Elles peuvent laisser penser, d’une part, que l’unanimité est nécessaire à l’établissement d’un consensus scientifique, et d’autre part que la mise en œuvre d’une politique publique requiert une parfaite homogénéité des résultats.

Les tentatives de ciblage sont également décrites dans l’article qui suit comme dangereuses. En donnant l’image d’un droit de véto aux résultats scientifiques s’inscrivant en faux par rapport à un consensus, elles peuvent amener les marchands de doute à s’illusionner sur leurs capacités à retarder la mise en œuvre de politiques publiques fondés sur la science et ainsi les conduire à multiplier leurs actions. De plus, elles risquent d’avoir des conséquences à l’échelle individuelle et à l’échelle de l’organisation de la recherche en dissuadant des voix dissidentes s’inscrivant dans un débat scientifique épistémologiquement constructif d’avancer des hypothèses courageuses par crainte de mettre en jeu leur réputation et en impactant le financement de ces pistes de recherche. Autre conséquence envisagée : les scientifiques peuvent être tentés de simplifier leurs conclusions afin de produire plus facilement l’illusion d’une parfaite unanimité aux yeux du public. Par exemple, des climatologues pourraient craindre de discuter le délai précis dans lequel une hausse déterminée des température est susceptible d’advenir par crainte d’être accusés de climato-scepticisme.

Autrement dit, ce ciblage des controverses artificielles semblent revenir pour les auteurs I. de Melo-Martín et K. Intemann à rentrer dans le jeu des fauteurs de doute en se trompant sur la nature et le rôle du consensus et du dissensus. Ces derniers recommandent préférentiellement d’adopter une attitude pédagogique pour expliciter la relation entre preuve scientifique et politiques publiques.
Melo-Martín, Inmaculada de, et Kristen Intemann. « Who’s Afraid of Dissent? Addressing Concerns about Undermining Scientific Consensus in Public Policy Developments ». Perspectives on Science 22, no 4 (17 avril 2014): 593‑615.

Melo-Martín, Inmaculada de, et Kristen Intemann. The Fight Against Doubt: How to Bridge the Gap Between Scientists and the Public. (Oxford University Press, 2018). Notice Zotero / Notice Rubens

Dans leur ouvrage The fight against doubt : how to bridge the gap between scientists and the public2, I. de Melo-Martín et K. Intemann examinent la notion de « désaccord normativement inapproprié » (normatively inappropriate dissent). Cependant, le ciblage de l’activité des fauteurs de doute y apparaît également comme inopérant pour protéger des politiques publiques fondées sur la science. Sans être indifférentes à la poursuite de cet objectif, les auteurs proposent pour leur part d’autres pistes comme l’examen des conditions de confiance du public envers la science ou la crédibilité de l’expertise scientifique et règlementaire.

  1. Kitcher, Philip. Science, Truth, and Democracy. Oxford Studies in Philosophy of Science. Oxford New York: Oxford University Press, 2001. Cet ouvrage a été traduit en français : Kitcher, Philip. Science, vérité et démocratie, trad. Ruphy, Stéphanie, Presses Universitaire de France, 2010 []
  2. Melo-Martín, Inmaculada de, et Kristen Intemann. The Fight Against Doubt: How to Bridge the Gap Between Scientists and the Public. Oxford University Press, 2018. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.