Entretien avec S. Ducourant autour de la question du bien-être animal

Entretien avec Samuel Ducourant, mené à distance depuis le Max-Planck-Institut für Wissenschaftsgeschichte, par Julie Solviche, le 29 mars 2022

Samuel Ducourant est doctorant·e à l’ENS-PSL en philosophie, sous la direction de Florence BURGAT, directeur de recherche INRA-SAE2, rattachée aux Archives Husserl (UMR 8547 CNRS-ENS) et de Sophie Roux, Professeur à l’ENS-PSL et directrice de l’Unité République des Savoirs UAR 3608 – (CNRS/ENS/Collège de France). Spécialisé·e en histoire et philosophie des sciences et des techniques, iel s’intéresse plus particulièrement au concept de bien-être animal au XXe siècle. Cet entretien est l’occasion de revenir son article « Science or Ignorance of Animal Welfare? A Case Study: Scientific Reports Published in Preparation for the First European Directive on Animal Welfare (1979-1980) », paru dans la revue Science, Technology, & Human Values en août 20211. Ce dernier examine le processus d’expertise portant sur l’emploi des cages de batterie dans l’élevage des poules pondeuses, qui fût mené au sein des institutions européennes entre 1979 et 1980, et s’attache à décrire les mécanismes de production d’ignorance à l’œuvre.
Continuer la lecture de « Entretien avec S. Ducourant autour de la question du bien-être animal »

  1. Ducourant, Samuel. « Science or Ignorance of Animal Welfare? A Case Study: Scientific Reports Published in Preparation for the First European Directive on Animal Welfare (1979-1980) ». Science, Technology, & Human Values, 31 août 2021, 01622439211040179. https://doi.org/10.1177/01622439211040179 []

Veille « Science et ignorance » – mai 2022 n°1

IGNORANCE EN HPST

  • L’erreur de jugement du héros ou harmartia dans la forme littéraire de la tragédie et ses conséquences en épistémologie sociale
Grand masque tragique.(probablement votif) attribué au sculpteur Silanion. Milieu du IVème siècle av. J.C. Musée archéologique du Pirée.  DebordeLjm, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

L’harmartia décrit, dans les drames tragiques, une erreur de jugement ou une faute commise par le héros sans qu’il ne ne s’en aperçoive. Cette erreur initiale semble précipiter sa chute ou le mettre en situation d’échec au cours du récit ; il n’en devient conscient que lorsqu’il est trop tard.
N. Ballantyne se propose d’examiner la portée de l’erreur tragique en épistémologie sociale. Il propose ainsi l’hypothèse suivante :

« If the Shakespearean protagonists were destroyed by faults of which they were ignorant, oughtn’t we worry about our own faults that we do not recognize ? » N. Ballantyne (p. 2)

Le terme hamartia apparaît dans la Poétique d’Aristote.  L’ouvrage établit des règles dramaturgiques pour plusieurs genres littéraires dont la tragédie. Cette dernière doit, selon l’auteur, susciter à la fois l’effroi et la pitié. Le philosophe écarte ainsi plusieurs trames de récit qui déclencheraient d’autres émotions chez spectateur. Par exemple, le schéma narratif d’un homme foncièrement bon qui serait précipité vers le malheur ne pourrait que susciter la répulsion. Le philosophe préconise ainsi que le héros commette une faute au début du récit, qui ne corresponde ni tout à fait à un accident, ni tout à fait à une mauvaise action préméditée. Le personnage se trouve ainsi dans la posture où il aurait pu connaître sa faute mais ne la reconnait pas. La notion d’harmatia entretien ainsi des rapports intéressants avec la question de la responsabilité et de justice.

Reste donc le cas intermédiaire. C’est celui d’un homme qui, sans atteindre à l’excellence dans l’ordre de la vertu et de la justice, doit, non au vice et à la méchanceté, mais à quelque faute (di’hamartian tina), de tomber dans le malheur – un homme parmi ceux qui jouissent d’un grand renom et d’un grand bonheur, tels Œdipe, Thyeste et les membres illustres de familles de ce genre1.

En se focalisant sur les fautes épistémiques ou cognitives, plutôt que morales, l’article qui suit examine la portée de la notion d’erreur tragique dans le domaine de l’épistémologie sociale.

Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance » – mai 2022 n°1 »

  1. Aristote, La Poétique, trad. R. Dupont-Roc et J. Lallot, Paris, Seuil, 1980, chap. 13, 1452 b 34 – 1453 a 12. cité par A. Walfard. « Justice et passions tragiques : lectures d’Aristote aux XVIe et XVIIe siècles », Poétique, vol. 155 n°3, 2008,  p. 259 []

Judith Rainhorn (Université de Paris 1 / Maison française d’Oxford) : portrait

Entretien à distance avec Judith Rainhorn le 20 janvier 2022, mené par Mathias Girel. Durée : 57 min

Judith Rainhorn est professeure d’histoire contemporaine au Centre d’histoire sociale à l’Université de Paris 1, Senior Research Fellow à la Maison française d’Oxford (2020-2022) où elle est responsable du programme d’histoire et d’histoire des sciences. Elle est membre du Oxford Centre for the History of Science, Medicine and Technology de l’université d’Oxford. Son travail s’articule entre différents axes de recherche. Elle s’est tout d’abord intéressée à l’histoire des migrations en France et aux États-Unis, puis à l’histoire de la santé au travail au XIXe et XXe siècle, à celle maladies professionnelles et des nuisances industrielles et plus particulièrement à l’histoire du saturnisme, maladie correspondant à une intoxication aïgue ou chronique causée par le plomb.

Elle a accepté de répondre à quelques questions afin d’éclairer le lien entre son parcours scientifique et les problématiques développées dans le présent carnet sur l’ignorance produite, dans cet entretien au sein duquel l’ouvrage « Blanc de Plomb : histoire d’un poison légal » (Presses de Sciences Po, 2019), occupe bien sûr une place importante. Judith Rainhorn revient sur ce travail d’enquête qui s’intéresse à la céruse, produit massivement utilisé depuis la fin du XVIIIe siècle pour recouvrir les murs des villes européennes. Il s’agit  d’expliciter les raisons pour lesquelles les connaissances autour de la toxicité du produit ne sont pas parvenues à freiner son utilisation. Les mécanismes d’opacification sont passés au crible : les notions d’instrumentalisation du doute, de jeux sur la multifactorialité et d’invisibilisation statistique apparaissent en filigrane. La seconde partie de l’entretien est consacrée à des travaux plus récents autour de l’incendie de Notre-Dame de Paris ainsi qu’aux perspectives de recherches actuelles.

Cliquer sur “Plus” dans la description de la vidéo sur YouTube pour accéder directement aux questions.

En savoir plus :
– Rainhorn, Judith. « Le plomb, le peintre et la flèche de Notre-Dame ». Revue d’anthropologie des connaissances 15, no 4 (1 décembre 2021).
– Rainhorn, Judith. Blanc de plomb : Histoire d’un poison légal. Paris: Les Presses de Sciences Po, 2019.
– Rainhorn, Judith. « Interroger l’opacité d’une maladie : le saturnisme professionnel comme enjeu sanitaire, scientifique et politique dans la France du XIXe siècle ». Histoire, économie société, 36, no 1 (10 avril 2017): 8‑17.


Veille “Science et ignorance” – janv. 2022 n°2

Polluted Earth by Vincent, Source FlickR, CC BY-NC-SA 2.0

Notre billet de la semaine dernière revenait sur un article s’intéressant à la notion « résidu » et à son potentiel pour le développement d’analyses transversales dans le champ de la sociologie des sciences. 

Le dioxyde de carbone issu de la combustion des énergies fossiles compte aussi parmi les résidus qui impactent l’environnement terrestre. Le riche numéro spécial « Ignorance(s) »1 dirigé par Laura Barbier, Soraya Boudia, Maël Goumri et Justyna Moizard-Lanvin, propose notamment un entretien avec Jérôme Gaillardet, géochimiste, mené par S. Boudia, qui pointe la nécessité de faire converger les programmes de recherche afin de prendre en compte la problématique de l’impact du réchauffement climatique sur l’environnement, en confrontant les méthodologies et les disciplines.

Le géochimiste est à l’origine du concept de Zone critique, repris par le sociologue Bruno Latour et mise en avant dans une exposition co-organisée avec Peter Weibel au ZKM de Karlsruhe.

« La Zone critique désigne la fine pellicule poreuse de la planète Terre comprise entre les roches dures en profondeur et la basse atmosphère comprenant ce qu’on appelle traditionnellement le sol, les écosystèmes visibles et invisibles (champignons, bactéries), les glaciers, les zones humides, les rivières, les nappes aquifères… et les humains bien sûr2

Cette définition souligne, avec le terme « pellicule », la fragilité de ce système et par ailleurs l’interdépendance des éléments qui le composent. Elle semble ainsi rendre compte de la précarité de l’équilibre dont notre espèce et d’autres êtres vivants dépendent.

Zone critique
Chorover, J., R. Kretzschmar, F. Garcia-Pichel, and D. L. Sparks (artwork by R. Kindlimann), CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

Continuer la lecture de « Veille “Science et ignorance” – janv. 2022 n°2 »

  1. « Ignorance(s) », [traduction anglaise « Ignorance »], [Traduction espagnole «Ignorancia(s)»], Laura Barbier, Soraya Boudia, Maël Goumri & Justyna Moizard-Lanvin (ss. dir. de), Revue d’anthropologie des connaissances, vol 15 n°4, 2021. []
  2. J. Gaillardet et S. Boudia, « La Zone critique : Vers de nouvelles pratiques scientifiques pour réduire les ignorances dans l’anthropocène », Revue d’anthropologie des connaissances, vol 15 n°4, 2021, []

Veille « Science et ignorance » – janv. 2022 n°1

Abandoned bark in polluted water, by Anja Jonsson - CC BY-NC-SA 2.0 - Source : Flickr

Les déchets toxiques et les contaminants sont l’objet d’un vaste travail de conceptualisation dans l’article « Residues: Rethinking Chemical Environments »1, paru dans la revue Engaging Science, Technology, and Society en 2018. Ce dernier se propose d’en décliner les caractéristiques et semble ainsi poser ainsi les jalons d’une enquête de plus grande ampleur présentée dans l’ouvrage Residues: Thinking Through Chemical Environments paru en 20212.

Les « résidus » désignent, dans le domaine de la physico-chimie, « ce qu’il reste à l’issue d’un processus de combustion, d’évaporation ou de digestion, un dépôt de sédiment ou un déchet »3. Tout en prenant en compte cette définition scientifique, les auteurs engagent dans cet article une réflexion plus large en considérant également les résidus comme des sous-produits de l’activité humaine et industrielle, des témoins des émissions et dépôts du passé et des failles de la règlementation.
L’article propose ainsi cinq caractéristiques pour décrire les résidus. La nature potentiellement « irréversible » des transformations qu’ils opèrent dans l’environnement (1), leur apparence « négligeable » (2), leur caractère « glissant » (3), « imprévisible »  [unruly] (4), et leur « identité négative » (5) sont tour à tour mises en avant :

  • (1) La règlementation se concentre plus souvent sur le contrôle des effets futurs que sur la contamination résultant de l’accumulation des activités industrielles et des déchets du passé, donc l’étude des résidus contribue à la mise en évidence de leurs effets sur la durée.
  • (2) Ils sont souvent considérés comme insignifiants du point de vue matériel car le terme « résidu », dans le sens commun, évoque une quantité réduite de matière ou de substances. Pour autant : ils peuvent être présents dans une quantité supérieure au produit fini, les courbes de toxicité dose-réponse ne sont pas toujours linéaires, leurs effets peuvent se cumuler et ils sont susceptibles de se disperser.
  • (3) Ils permettent de mener une analyse transversale là où la règlementation des toxiques est habituellement segmentée par produits et par cadre d’activités (exposition professionnelle, consommation alimentaire, règlementation des médicaments, autorisation de mise sur le marché des pesticides) et est élaborée avec un temps de retard de sorte que les résidus toxiques semblent souvent nous échapper4.

« This kind of hyper-segmentation in the law does not correspond to a three-dimensional world of mixtures and mobility, in which industrial chemicals and organisms interact in air, soil, and water to generate unexpected entities, environments, and risks. »5

  • (4) Dans la durée, ils sont également susceptibles d’évoluer, d’interagir entre eux ou avec l’environnement d’une façon imprévisible6.  Ainsi, ils restent dans une certaine mesure incontrôlables, tant que la science ne s’attache pas à examiner dans le détail ces évolutions et ces interactions.
  • (5) Enfin, l’ambition de cette archéologie des toxiques, est de contribuer à rendre visible des produits chimiques qui « se tapissent dans l’ombre » et que la règlementation peut choisir de voir ou de ne pas voir.

Ainsi, la notion de résidu permet d’intégrer le caractère multi-facettes des produits chimiques et peut se révéler utile pour dépasser les limites inhérentes à la règlementation des toxiques.

  1. Boudia, Soraya, Angela N.H. Creager, Scott Frickel, Emmanuel Henry, Nathalie Jas, Carsten Reinhardt, et Jody Roberts. « Residues: Rethinking Chemical Environments ». Engaging Science, Technology, and Society 4, n° 2018 (2018): 165‑78. https://doi.org/10.17351/ests2018.245. []
  2. Soraya Boudia, Angela N.H. Creager, Scott Frickel, Emmanuel Henry, Nathalie Jas, Carsten Reinhardt et Jody Roberts (dir.). Residues: Thinking Through Chemical Environments. New Brunswick, NJ: Rutgers University Press, 2021 []
  3. Source : Oxford Dictionary Online []
  4. La liste des contaminants émergents   doit par exemple être régulièrement actualisée []
  5. « Residues: Rethinking Chemical Environments ». Engaging Science, Technology, and Society 4, n° 2018 (2018), p. 170 []
  6. L’effet cocktail désigne « la combinaison d’effets synergiques ou antagonistes augmentés lorsqu’on rassemble plusieurs produits chimiques »,  Glossaire du site officiel du Portail Santé-Environnement de Wallonie, consulté le 21 janvier 2022. Une substance chimique, que l’on croyait inoffensive à faible dose, peut ainsi devenir nocive à cette même dose si elle est mélangée à une autre, sa toxicité se trouvant « potentialisée » – par l’action du second agent chimique. []

Linsey McGoey (Université d’Essex) : portrait

Entretien à distance avec Linsey McGoey le 18 novembre 2021, mené par Mathias Girel.

Dans cet entretien qui prend la forme d’un portrait, le premier d’une nouvelle série, Linsey McGoey (University of Essex) revient sur son parcours scientifique en lien avec le champ des études sur l’ignorance.

Elle évoque ses premiers travaux sur l’ignorance stratégique, puis son implication dans un travail collectif qui contribua à la structuration du champ de recherche et qui comprend la co-édition, avec Mathias Gross, du Routledge international handbook of ignorance studies (Routledge, 2015). Elle aborde ensuite la question du philanthrocapitalisme1, à partir de son ouvrage No such thing as a free gift (Verso, 2015), avant de s’intéresser à The Unknowers : how strategic ignorance rules the world (Zed Books, 2018), son dernier livre en date, qui décrit l’utilisation stratégique de l’ignorance par les élites financières et politiques à leurs propres fins.
Pour clore l’entretien, la sociologue offre à partir de ses derniers travaux menés avec J. Bacevic (Durham University), une perspective sur la pandémie de Covid-19 .

 

  1. Voir aussi : « Entretien avec Linsey McGoey : “Philanthrocapitalisme et ignorance”» []

Veille « science et ignorance » nov. 2021 n°2 : “ignorance studies” et épidémies

  • Les dimensions sociales de l’ignorance dans les discours sur l’épidémie de COVID-19 aux États-Unis en 2020.

Le néologisme « infodémie », dont on relève de premières occurrences à l’occasion de l’épidémie de SRAS, a été à nouveau employé par l’OMS dès février 2020 pour faire référence à l’abondance d’informations circulant à propos de la Covid-19 et à leur médiocre qualité puisque nombre d’entre elles se révèlent fausses ou inexactes1. Ce terme est ensuite employé régulièrement à propos de la pandémie et peut se référer selon le contexte : à la profusion d’infox et de fake-news, à un mode de circulation de l’information qui est comparé par métaphore aux notions de contagion et de viralité dans le domaine de la médecine, et enfin à un type de désinformation ou de mal-information spécifique au contexte épidémique. Cette dernière acceptation insiste sur des caractéristiques préoccupantes du phénomène, propres à aggraver l’épidémie elle-même.

L’article ici présenté, s’intéresse à la question de la mal-information et de la désinformation durant la crise du Covid-19 et analyse les pratiques discursives liées à la pandémie aux États-Unis en 2020, sous l’angle de l’oubli viral.
Outre l’emploi fréquent de résultats statistiques non explicités, ces discours ont recours aux comparaisons avec les épidémies du passés alors que l’épidémie de Covid-19 présente des caractéristiques différentes.
Les auteurs Peter Hegarty et Joe Rollins semblent suggérer que les leçons du passé sont mal assimilées : on le sollicite lorsque ne faudrait pas et l’oublie lorsqu’il pourrait se révéler utile. Ils remarquent que le discours des dirigeants persiste, comme ce fût le cas durant l’épidémie de SIDA, à traiter de l’épidémie sur un mode individualiste et stigmatisant.  En s’appuyant sur des ouvrages Epistemology of the Closet2 et Race and epistemologies of ignorance3, ils montrent que ces discours présentent des lacunes et traduisent une forme d’ignorance.

Continuer la lecture de « Veille « science et ignorance » nov. 2021 n°2 : “ignorance studies” et épidémies »

  1. Voir cet article de Conspiracy watch, 16 juin 2020, consulté le 4 novembre 2021 []
  2. Kosofsky Sedgwick, Eve. Epistemology of the Closet Updated with a new preface. A Centennial Book. Berkeley (Calif.) Los Angeles (Calif.) London: University of California press, 2008. 1ere Ed. 1990 []
  3. Sullivan, Shannon, et Nancy Tuana. Race and Epistemologies of Ignorance. SUNY Series, Philosophy and Race. Albany, N.Y: State University of New York Press, 2007 []

Veille « Science et ignorance » nov. 2021 n°1 : sociologie de l’ignorance et médecine

L’article mis en avant dans le présent billet réalise un état des lieux des interactions entre la sociologie de l’ignorance et la médecine (aspects déjà abordés et chantiers ouverts). Ce focus est suivi, dans un second billet, de la présentation d’un autre article qui propose une analyse des discours officiels sur la pandémie de Covid-19 aux États-Unis en 2020 et souligne les lacunes dans réponses apportées, notamment leur caractère individualiste et stigmatisant.

  • La dimension d’incertitude inhérente à la médecine et les apports de la sociologie de l’ignorance.

En quoi l’autorité des savoirs médicaux est-elle liée à l’emploi de techniques médicales ? Dans quel contexte peut-on parler d’une « expertise profane » en médecine et comment cerner en ce domaine l’impact des nouvelles technologies d’information et de communication ?

La question de l’incertitude en médecine a toujours été présente mais la pandémie de Covid-19, depuis début 2020, semble l’avoir placée à nouveau au centre de l’attention. En cette période, la maladie est encore peu connue, il reste difficile de savoir quelles mesures prophylactiques employer et aucun traitement n’a encore été mis au point pour la guérir. Par ailleurs les mesures de confinement et de distanciation sont inégalement applicables suivant les professions, les types de population et les différents pays :  l’épidémie rappelle l’importance des déterminant sociaux de santé en sociologie de la médecine.
C’est pour O. Whooley, O. et K. K. Barker l’occasion de revenir sur l’histoire de la notion d’incertitude en médecine, tout comme de faire le point sur les apports potentiels et la fécondité de la sociologie de l’ignorance pour cette discipline.

Il est tout d’abord rappelé que la dimension d’incertitude est une partie intégrante de la médecine. Cette dernière semble en effet imprégner la relation médecin-patient, la phase de diagnostic et l’identification des maladies si bien que les praticiens ont depuis longtemps appris à gérer cette composante. Ces derniers savent bien que l’évolution d’une maladie et la réponse du sujet vivant à un traitement ne peuvent être parfaitement prévisibles.
Ils s’appuient ainsi, par exemple, sur l’évaluation de la balance bénéfice-risque pour administrer un traitement ou formuler une prescription.  L’art du praticien peut sembler en ce sens résulter de sa capacité à appréhender et à circonscrire la part d’inconnu auquel la singularité du sujet expose, au delà du caractère faillible de la science elle-même.

Après ce retour sur les antécédents de la question de l’incertitude en médecine, l’étude porte son attention sur les différentes formes d’ignorances identifiées par les spécialistes des ignorances studies et actuellement reconnaissables dans les sciences médicales.
Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance » nov. 2021 n°1 : sociologie de l’ignorance et médecine »

Veille « Science et ignorance » – Oct. 2021 n°1

Planisphère nautique (détail) / Opus Nicolay de Caverio ianuensis Caverio, Nicolaus de (14..-15..). Cartographe. Source gallica.bnf.fr / BnF 

IGNORANCE SAVANTE

  • Ignorance et découverte fortuite au début de l’époque moderne :

    Au XVIe et XVIIe siècle, des philosophes se sont interrogés sur le statut de différentes découvertes faites par hasard, qu’ils attribuent à des hommes dits « ignorants », au sens où ces derniers, expérimentateurs, seraient dénués de formation scientifique.
    Qu’elles soient le fruit de la sérendipité ou des qualités de l’inventeur, les découvertes fortuites telles que la découverte de l’Amérique, l’invention de la boussole ou de la première lunette astronomique, interpellent les philosophes qui se demandent de quelle manière intégrer ce mode opératoire dans les programmes d’avancement des sciences. En s’appuyant notamment sur la notion d’expérience lettrée (experientia literata) développée par Francis Bacon (1561-1626), l’article montre que ce mode de découverte se trouve tout à la fois discrédité, en raison de son caractère non conscient, par exemple, et réhabilité en vertu de la sagacité dont il est la preuve. 
    -Parageau, Sandrine. « « Colomb ignorant trouva le nouveau monde » : ignorance, découverte fortuite et expérimentation à la première modernité ». Revue d’histoire des sciences Tome 74, no 1 (16 juin 2021): 41‑62.

Actualités du fonds « Science et ignorance » – sept. 2021 n°1

IGNORANCE ET MÉCANISMES DE PRODUCTION DU DOUTE

La recherche financée par l’industrie considérée du point de vue de la philosophie des sciences : atouts, points de vigilance et recommandations.
  
Le respect du « temps long de la recherche » et la possibilité de choisir des sujets de recherche qui ne soient pas assujettis à des intérêts particuliers font partie des motifs couramment invoqués pour ré-affirmer l’intérêt de la recherche fondamentale, aux côtés de la recherche appliquée.

Cet article se propose d’examiner les bénéfices mais aussi les conséquences néfastes du financement de la recherche par l’industrie, afin de mettre en exergue des points particuliers de vigilance. L’intérêt de cette étude, pour le philosophe des sciences, est de pouvoir déterminer sous quelles conditions la recherche appliquée préserve son intégrité et quel serait dans ce cas l’arsenal d’antidotes à déployer pour prévenir des manquements à l’intégrité scientifique.

Cette étude revêt un intérêt d’autant plus prégnant que la proximité du secteur de l’industrie avec la recherche devient de plus en plus forte dans certains secteurs – comme par exemple, en biomédecine – et semble inéluctable au vue du coût élevé des recherches dans certains domaines.

La première partie est consacrée à l’étude des atouts, pour la recherche, du financement par l’industrie. Afin de préciser le contexte, l’auteur retrace très brièvement l’historique du lien entre industrie et recherche depuis les années 1980 et rappelle l’origine de la mise en place de dispositifs de protection de la propriété industrielle dans le secteur pharmaceutique. Il relève que la durée de développement des médicaments a pu favoriser l’acceptabilité éthique des brevets ; il s’agissait de protéger l’entreprise ayant investi dans la recherche-développement contre ses concurrents susceptibles de récupérer la formule du médicament.

“The patent system was ultimately seen to resolve tensions that existed between the norms of science (openness) and demands of business (profitability).” (p.2)

Cet argument est toujours mis en avant aujourd’hui dans les débats liés à la question de la levée des brevets sur les vaccins anti-covid 1.
Prenant en considération des domaines de recherche différents de ceux évoqués par les agnotologues, à savoir ici la spintronique ou l’électronique, l’auteur donne des exemples dans lesquels des innovations techniques effectuées dans un cadre commercial ont pu être propices, par la suite, aux avancées théoriques dans les disciplines concernées. 

Continuer la lecture de « Actualités du fonds « Science et ignorance » – sept. 2021 n°1 »

  1. Pour un aperçu des divers arguments mobilisés dans ce débat, voir par exemple : Bourgeois, Raphaël. « Faut-il lever les brevets des vaccins contre le Covid ? » France Culture : Le temps du débat, 20 février 2021. https://www.franceculture.fr/emissions/le-temps-du-debat/faut-il-lever-les-brevets-des-vaccins-contre-le-covid. []

Actualités du fonds « Science et ignorance » – juillet 2021

Vous trouverez ci-après la liste de quelques ouvrages récents ayant dernièrement rejoint le fonds « Science et ignorance ». Nous vous invitons à vous reporter aux billets de la rubrique « Formes d’ignorance » pour en savoir plus sur la description des sous-thématiques et à consulter les liens pour connaître la liste des documents référencés et disponibles pour chacune d’elles.

The Epistemic Dimensions of Ignorance /
Rik Peels & Martijn Blaauw (Éds.)
Cambridge University Press, 2016
lien éditeurnotice RUBENS


Into the Woods: An Epistemography of Climate Change /
Meritxell Ramirez-i-Olle
Manchester University Press, 2019
lien éditeurnotice RUBENS



Controverses mode d’emploi /
Clémence Seurat & Thomas Tari (Éd.)
Préface de Bruno Latour.
Les Presses de Sciences Po, 2021
lien éditeurnotice RUBENS


The Dark Side of Knowledge: Histories of Ignorance, 1400 to 1800 /
Cornel Zwierlein
Brill, 2016.
lien éditeur notice RUBENS



Voir aussi le dossier « ignorance en histoire des philosophie des sciences – généralités » – Zotero dossier 01

Cent ans de sous-reconnaissance des maladies professionnelles /
Catherine Cavalin, Emmanuel Henry, Jean-Noël Jouzel, et Jérôme Pélisse (Éds.)
Presses de l’École des mines, 2021.
lien éditeur

Voir aussi : le dossier « ignorance, censure et science interdite » – Zotero dossier III

White People and Black Lives Matter : Ignorance, Empathy, and Justice /
Luttrell, Johanna.
Palgrave Macmillan, 2020.
lien éditeurnotice RUBENS


Historicizing Fear: Ignorance, Vilification, and Othering /
Travis D. Boyce & Winsome M. Chunnu (Éds.)
University Press of Colorado, 2021
lien éditeurnotice RUBENS



Voir aussi le dossier « dimensions sociales de l’ignorance » – Zotero dossier IV

Inevitably Toxic: Historical Perspectives on Contamination, Exposure, and Expertise /
Brinda Sarathy, Vivian Hamilton, et Janet Farrell Brodie (Éds.)
University of Pittsburgh Press, Réimpression 2019
lien éditeurnotice RUBENS


Voir aussi le dossier « ignorance et mécanismes de production du doute » – Zotero dossier V


Identity, Ignorance, Innovation: Why the Old Politics Is Useless, and What to Do about It /
Matthew D’Ancona
Hodder & Stoughton, 2020
lien éditeurnotice RUBENS


Voir aussi la bibliographie « post-vérité et fake-news » & le dossier « post-vérité et fake-news en science »  – Zotero dossier VIII


Poetry’s Knowing Ignorance /
Joseph Acquisto
Bloomsbury Academic, 2019.
lien éditeurnotice RUBENS


Journalists and Confidential Sources: Colliding Public Interests in the Age of the Leak 
Joseph M. Fernandez
1st edition. Routledge, 2020.
lien éditeurnotice RUBENS


Voir aussi le dossier « ignorance en lien avec d’autres champs disciplinaires  » – dossier Zotero

Le fonds documentaire « Science et ignorance » est situé au :
CAPHÉS– 29 rue d’Ulm – 75005 Paris
Liste des documents :
base bibliographique Zotero

Veille « Science et ignorance » – mai 2021



IGNORANCE ET MÉCANISMES DE PRODUCTION DU DOUTE

  • Répertoire des tactiques de production de doute et propositions de parades appropriées pour les contrer :

    Cette étude présente un recensement de stratégies de production de doute mises en œuvre par les acteurs de différents secteurs économiques et offre une représentation de leur fréquence ainsi que de leur répartition sous forme de diagrammes. Elle s’appuie sur cinq cas dans lesquels la littérature scientifique, les enquêtes journalistiques ou les décisions de justice ont fait état de recours à une recherche biaisée : industrie du tabac, industrie du charbon, industrie du sucre, industrie des pesticides et l’Institut Marshall pour ses tentatives de dévoiement de la recherche en climatologie.
    Parmi les vingt-huit stratégies identifiées, dix d’entre elles sont rapportées à des logiques fallacieuses au sein desquelles nous pourrions citer par exemple l’argument d’autorité ou ad verecundiam, observable lorsque les semeurs de doute recherchent l’appui de personnes renommées, le sophisme du tireur texan ou texas sharpshooter, qui consiste à utiliser un jeu de données non représentatif de l’ensemble pour étayer une démonstration, la confusion entre corrélation et causalité ou cum hoc ergo propter hoc, l’épouvantail ou strawman argument, consistant à exagérer la position de l’adversaire pour mieux l’attaquer ou enfin, la logique d’engrenage ou splippery hope, qui amène à suggérer qu’une action mineure mènerait inévitablement à des conséquences majeures.
    Le phénomène de chambre d’écho décrit par le cigarettier John F. Scruggs (PHILIP MORRIS COMPANIES INC.), «Mgxn0061 – THE “ECHO CHAMBER” APPROACH TO ADVOCACY – Truth Tobacco Industry Documents», 18 décembre 1998.
    Un apport intéressant de cet article réside dans la distinction entre le rôle des fabricants de doute et le rôle d’un second ensemble d’acteurs qui contribuent eux aussi à la diffusion d’informations erronées. Ces derniers peuvent, consciemment ou non, amplifier l’influence des premiers, qu’il s’agisse des agences d’État, des médias ou du public lui-même. Ces deux derniers sont susceptibles de répercuter le message avec une grande efficacité, aujourd’hui décuplée par les réseaux sociaux, selon la métaphore de la  « chambre d’écho » déjà utilisée par le cigarettier John F. Struggs :
You will note that the echo chamber effect can work in two different ways . First, the same message can reverberate among multiple sources toward the target Members . For example, the same information from polling data captured in a single poll can be repeated by the media, congressional colleagues, lobbyists and advertising. Second, similar but complementary messages can be repeated by a single source . (memo Mgxn0061, p. 2)

Le recensement des stratégies effectué en première partie ainsi que la distinction entre les différents groupes d’acteurs opérée dans une seconde partie permet finalement de proposer des solutions appropriées afin de lutter contre les effets délétères des controverses artificiellement créées. Nous pouvons citer à titre d’exemple l’encouragement des enquêtes citoyennes, la déclaration des conflits d’intérêts, le libre accès à l’information scientifique, le renforcement de la législation encadrant les conditions de travail des employés exposés aux produits toxiques ou l’amélioration du fonctionnement des agences d’État.

Goldberg, Rebecca F., et Laura N. Vandenberg. « The science of spin: targeted strategies to manufacture doubt with detrimental effects on environmental and public health ». Environmental Health 20, no 1 (26 mars 2021): 33.

ÉPISTÉMOLOGIE SOCIALE

Illex Vomitoria. Domaine public. Source
  • L’appellation Ilex vomitoria et la déconsidération progressive du Yaupon,  boisson stimulante originaire d’Amérique du Nord.

En 1789, William Aiton, botaniste en chef aux jardins botaniques royaux de Kew en Angleterre, donne le nom d’Illex Vomitoria à une plante de l’espèce du houx, rapportée d’Amérique du nord et utilisée pour la préparation d’une boisson riche en caféine prisée au sein de certaines populations amérindiennes 1.  Cet article, richement illustré, s’intéresse au devenir de cette boisson stimulante répertoriée dans les récits des chroniqueurs français et espagnols sous le nom de Yaupon, Cassina ou Apalachine. Il est observé, d’une part, que les propriétés stimulantes de la boisson sont négligées par les colons et tombent dans l’oubli dans la région d’origine, et d’autre part, que les propriétés émétiques qu’ils confèrent à tort à cette plante sont les seules retenues à l’issue de son transfert en Europe. L’approche, dans cette recherche, est inspirée de celle de l’historienne des sciences Londa Schiebinger dans son ouvrage Plants and Empire: Colonial Bioprospecting in the Atlantic World2. Un champ important de l’histoire de la médecine s’est intéressé à la façon dont les savoirs naturalistes et pharmaceutiques ont circulé depuis la périphérie des colonies jusqu’au cœur des empires coloniaux. Londa Schiebinger s’intéresse pour sa part au non-transfert de certains de ces savoirs, c’est à dire à des formes d’ignorance culturellement ou politiquement induites3

Schiebinger, Londa. Plants and Empire – Colonial Bioprospecting in the Atlantic World. Cambridge, MA.: Harvard University Press, 2004.

La régurgitation de la boisson par les indiens durant certaines cérémonies n’était pas due, en réalité, aux propriétés de la plante elle-même mais à sa consommation en grande quantité et à la nécessité de réguler l’apport en caféine. Il y eut pourtant vraisemblablement un intérêt, de la part des Anglais, à confondre corrélation et causalité et à prêter des propriétés émétiques à la plante elle-même.

The failures and errors associated with Ilex vomitoria expose ways in which these systems are leaky, unable to neatly contain even those objects in their grasp. (p. 469)

D’une part, prêter le nom d’Ilex Vomitoria à cette plante permit très certainement de ternir la réputation du thé carolinien préparé à partir de cette dernière, au profit du thé de Ceylan, dont le succès commercial était souhaité ; ce fut donc une forme de sabotage économique. D’autre part, cette démarche semble s’inscrire dans une dynamique visant à discréditer les ressources et coutumes des peuples amérindiens, voire susciter le dégoût ou la révulsion vis-à-vis de ces dernières.

Folch, Christine. « Ceremony, Medicine, Caffeinated Tea: Unearthing the Forgotten Faces of the North American Stimulant Yaupon (Ilex Vomitoria) ». Comparative Studies in Society and History 63, no 2 (avril 2021): 464‑98. 

Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance » – mai 2021 »

  1. Voir : Folch, Christine. « Ceremony, Medicine, Caffeinated Tea: Unearthing the Forgotten Faces of the North American Stimulant Yaupon (Ilex Vomitoria) ». Comparative Studies in Society and History 63, no 2 (avril 2021), p. 480. L’auteure se rapporte à l’ouvrage de William Townshend Aiton :  Hortus Kewensis: Or a Catalogue of the Plants Cultivated at the Royal Botanic Garden Kew, vol. 1 (London: George Nicol, 1789), 170. []
  2. Londa Schiebinger, Plants and Empire: Colonial Bioprospecting in the Atlantic World (Cambridge: Harvard University Press, 2004), 3. []
  3. Dans son ouvrage, Londa Schiebinger souligne par exemple le désintérêt des européens pour la plante Flos pavonis (fleur de Paon ou fleur de paradis en français) qui possède des propriétés abortives et en étudie les causes politiques. Voir à ce propos : Boumediene, Samir. « Londa Schiebinger, Plants and Empire. Colonial Bioprospecting in the Atlantic World. Cambridge (Mass.) & Londres, Harvard University Press, 2004, 306 pages ». Clio. Femmes, Genre, Histoire, no 33 (1 mai 2011): 285‑86. []

Actualités du fonds « Science et ignorance » – avril 2021

Oreskes, Naomi, Erik M. Conway, trad. Jacques Treiner. Les marchands de doute (Le Pommier, 2014). Notice Zotero / Catalogue Rubens

L’agnotologie est souvent définie comme l’étude des mécanismes de production d’ignorance. Une de ses formes correspond assez bien au titre de l’ouvrage de N. Oreskes et E. Conway paru en 2010, et est couverte ici par le dossier intitulé « Ignorance et mécanismes de production du doute ». Les articles qui y sont regroupés décrivent des méthodes de production d’ignorance similaires à celles employées par les entreprises de production de tabac et les climato-sceptiques, c’est à dire la remise en cause des consensus existants au sein de la communauté scientifique et l’instillation du doute au sein des médias et du public.
Dans le dossier présenté ci-après, des philosophes des sciences s’interrogent sur la meilleure attitude à adopter face à ces créateurs de controverses artificielles. Comment parvenir à distinguer les formes de dissensus relevant de la critique scientifique constructive de celles qui témoignent d’intentions malveillantes ? Par ailleurs, cibler ces actions malintentionnées en soulignant des conflits d’intérêt qui les sous-tendent ou en tentant de les étouffer et de les minimiser est-il une attitude productive tant sur le plan épistémologique que politique ? Ces articles entendent offrir des éléments de réponse à ces questions.

Des doutes inappropriés ?

Les publications présentées ci-après témoignent d’un intérêt de leurs auteurs pour les doutes artificiels. Elles s’attachent à définir les formes de dissensus épistémologiquement préjudiciables et à les distinguer de la critique constructive en science

Non constructives sur le plan scientifique, et nécessitant pour leur réfutation un gaspillage ressources humaines et financières, les controverses artificiellement créées ont été bien repérées des agnotologues pour leur capacité à produire de l’ignorance. Les auteurs de l’article suivant mettent en lumière leur rôle néfaste sur le plan épistémique, moral et politique. En remarquant qu’elles sont susceptibles d’intimider des scientifiques, les auteurs insistent sur leurs capacités à créer un climat délétère et
à corrompre tout aussi bien la science que le débat scientifique, en dissuadant les chercheurs d’une prise de risque sur le plan épistémique. Prenant l’exemple de la critique du consensus sur l’origine anthropique du réchauffement climatique l’article montre qu’elles sont susceptibles d’empêcher la mise en place de stratégie politique d’adaptation et d’anticipation. Ainsi, dans cet article, le dissensus épistémologiquement préjudiciable (epistemologically detrimental dissent) a pour effet de dissuader la prise de risque des chercheurs, pourtant nécessaire à une saine activité de recherche, tout en négligeant ses conséquences nocives pour le public. 
Biddle, Justin B., Ian James Kidd, et Anna Leuschner. «Epistemic corruption and manufactured doubt: the case of climate science ». Public Affairs Quarterly 31, no 3 (2017): 165‑87.

     Afin de distinguer un dissensus produit dans le cadre d’une critique constructive sur le plan scientifique et un dissensus épistémologiquement préjudiciable, les auteurs de l’article suivant proposent deux critères permettant de les identifier de façon certaine. Les résultats scientifiques mis en avant par les créateurs de controverses artificielles seraient ainsi repérables lorsqu’ils remplissent les deux conditions suivantes : l’incapacité à les démontrer en suivant un raisonnement scientifique et la volonté de les médiatiser pour influencer l’opinion. Le fait que les motivations des scientifiques puissent être fondées sur des considérations subjectives ou des valeurs non épistémiques est, selon les auteurs, une considération de peu d’importance pour procéder à cette distinction, dès lors que la science sur laquelle ces résultats s’appuient est biaisée. 

Considerations about the subjective intentions or background beliefs of the scientists are irrelevant, unless one can show that skewed science was produced. (p. 1022)

Bihan, Soazig Le, et Iheanyi Amadi. « On Epistemically Detrimental Dissent: Contingent Enabling Factors versus Stable Difference-Makers ». Philosophy of Science, 14 décembre 2017.

Continuer la lecture de « Actualités du fonds « Science et ignorance » – avril 2021 »

Veille « Science et ignorance » – mars 2021 n°2

Nous avons tout d’abord le plaisir d’annoncer la publication d’un article faisant référence aux activités d’animation du CAPHÉS autour de la science et de l’ignorance dans la Lettre de l’INSHS n°70 1.

Pour ce billet, qui signale une nouvelle fois quelques-unes des publications les plus récente sur la thématique, nous avons choisi de mettre en exergue un article ayant utilisé la base bibliographique Zotero sur la « science et l’ignorance » comme point d’entrée pour analyser des différents mode de production de l’ignorance à l’œuvre dans un domaine en particulier. L’article qui suit s’intéresse à la disparition de certains savoirs traditionnels – savoirs agricoles, herboristerie, traditions culinaires- et se donne notamment pour objectif d’en identifier ses causes. Il reprend certaines formes d’ignorance décrites dans ce présent carnet tout en soulignant que certaines gagneraient à y être mieux représentées et ouvre en cela de nouvelles pistes de réflexions.

IGNORANCE EN LIEN AVEC D’AUTRES CHAMPS DISCIPLINAIRES : ANTHROPOLOGIE

Quamash, ou petit camas, 1832. Swallowtail Garden Seeds collection. CC-BY 2.0 – Source. Plante de famille des Hyacinthacées, originaire de l’Amérique du Nord. Son bulbe faisait partie de l’alimentation traditionnelle des amérindiens.

Le champ des ignorances studies a permis aux auteurs de l’article suivant d’identifier plusieurs formes de production d’ignorance à l’origine de la disparition de savoirs traditionnels.
Une première partie décrit une forme de déni observable chez les personnes qui défendent la cause animale tout en consommant de la viande, un phénomène appelé en psychologie : « le paradoxe de la viande »2.
La seconde partie est consacrée à la production d’ignorance par l’industrie et les lobbies du sucre, qui a pour objet de freiner la mise en œuvre de mesures sanitaires destinées à en réduire la consommation. Dans le cadre de la controverse ainsi créée,  les chercheurs indépendants ont été accusés de biaiser leurs recherches dans le but de discréditer les chercheurs ayant des intérêts stratégiques à défendre, ou de sélectionner artificiellement les résultats les plus probants pour pouvoir accéder à la publication. La thèse du « white hat bias » ou « biais de la belle âme »  défendue par Mark B Cope et David B Allison a bien sûr suscité une importante polémique et a été réfutée3.
Enfin l’article s’intéresse à la disparition des savoirs culinaires des amérindiens et aux troubles de santé développés suite à la consommation de produits importés par les colons. Le concept d’« épistémicide »4 est ici proposé pour décrire le phénomène d’invisibilisation ou d’acculturation à l’œuvre.
L’article propose finalement un inventaire d’initiatives destinées à retrouver ces savoirs locaux et restaurer les savoirs oubliés.
-Godrie, Baptiste, et Aude Bandini. « Ce que l’ignorance nous apprend. Trois mécanismes de production de l’ignorance et les moyens de les enrayer dans le domaine de l’alimentation ». Anthropology of food, no S15 (30 décembre 2020).

Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance » – mars 2021 n°2 »

  1. J. Solviche, Documenter l’ignorance, nouveaux corpus, nouveaux enjeux, Lettre de l’INSHS n°70, mars 2021, p. 7-9 []
  2. Voir notamment : Loughnan, Steve, Boyka Bratanova, et Elisa Puvia. « The Meat Paradox: How Are We Able to Love Animals and Love Eating Animals? » In Mind 1 (2012): 15‑18. []
  3. Il est ici question de la polémique provoquée par l’article suivant : Cope, Mark B, et David B Allison. « White Hat Bias: Examples of its Presence in Obesity Research and a Call for Renewed Commitment to Faithfulness in Research Reporting ». International journal of obesity (2005) 34, no 1 (janvier 2010): 84‑83.
    Cet article est réfuté notamment ici : Litman, Ethan A., Steven L. Gortmaker, Cara B. Ebbeling, et David S. Ludwig. « Source of Bias in Sugar-Sweetened Beverage Research: A Systematic Review ». Public Health Nutrition 21, no 12 (août 2018): 2345‑50. []
  4. L’article revoit aux ouvrages de SANTOS B. de Sousa : O social e o político na transição pós-moderna : The social and the political in the post-modern. Porto. Afrontamento, 1994 et Epistemologies of the South : Justice Against Epistemicide. Boulder : Paradigm publisher, 2014 []

Veille « Science et ignorance » – mars 2021

Ill. Adaptée de "Eroded summerhouse", John Nuttall, Flickr, CC- BY 2.0

Nous présentons ici une sélection d’articles récemment parus dans le champ des ignorances studies. Ces dernières seront amenées à rejoindre le fonds « Science et ignorance » au CAPHÉS pour être mises à disposition des chercheurs et des lecteurs.

IGNORANCE ET SECRET

L’étude suivante pointe une contradiction entre la circulation apparemment débridée de l’information dans nos sociétés et la persistance des théories du complot, qui reposent pourtant sur le soupçon et le sentiment que des informations nous sont tenues secrètes.  La critique de la théorie conspiratrice de l’ignorance par Karl Popper est au cœur de l’analyse1 ; il s’agit, pour l’auteur d’examiner dans quelle mesure cette dernière reste pertinente dans nos sociétés actuelles . – Reche, Alejandro Romero. « Théorie du complot, secret et transparence ». Rue Descartes, N° 98, no 2 (16 décembre 2020): 81‑102.

IGNORANCE ET CENSURE

La revue Bulletin of the atomic scientists, republie, pour son 75e anniversaire, un texte de Bertrand Russell de 1958 sur le désarmement nucléaire qui évoque « l’ignorance des gouvernants » dans le cadre de la course à l’armement durant la guerre froide. La défense de l’idéologie et les intérêts belliqueux, apparaissant dans les discours donnés par les chefs d’État de l’est et de l’ouest, semble y prendre le pas sur la prise en compte d’arguments logiques élémentaires. – Russell, Bertrand. « 1958: Only world government can prevent the war nobody can win ». Bulletin of the Atomic Scientists 76, no 6 (1 novembre 2020): 359‑62

Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance » – mars 2021 »

  1. Popper, Karl R., Conjectures and refutations (1963), New York, Routledge & Kegan Paul, 2002 []