Bibliographie « Post-vérité et fake-news »

Consulter la base de données bibliographique en ligne sur la post-vérité et les fake-news

Présentation

Cette bibliographie, élaborée au départ pour venir en appui à une opération portée par PSL, sur le phénomène des Fake News (Infox), rassemble des références d’ouvrages, d’articles scientifiques, de communications dans des congrès, d’articles de presse, de billets de blogs, de podcasts, de mémos et de rapports officiels. Elle n’est pas exhaustive, ces publications se comptant par centaines, mais fournit des entrées pour une étude du phénomène.

Ce dernier n’est pas seulement une question qui concernerait uniquement l’étude des médias, ou encore celle de la politique, il engage aussi la question de la qualité de la connaissance et des critères du vrai qui sont mobilisés, ou non, dans des débats publics. De ce fait, il recoupe des questions classiques de philosophie de la connaissance, mais aussi de philosophie des sciences. Il nous a semblé important de pouvoir disposer au CAPHÉS, aussi bien à des fins d’archivage – nous sommes les témoins d’un phénomène inédit dans l’histoire – qu’à des fins d’analyse, d’un ensemble de références bibliographiques sur le sujet.

Constitution de la base

La base a été constituée en couplant la recherche sur les portails bibliographiques de nos tutelles (BibCnrs ou les ressources électroniques du Catalogue Rubens ), les bases Scopus ou PhilPapers et au sein d’une sélection de références citées par des chercheurs dans leurs articles ou d’autres formes de publications (Comptes rendus de colloques…).

La base Scopus a été choisie car elle indexe de nombreuses revues de sciences humaines et sociales. Pour une requête sur ce sujet amenant 512 résultats, les sciences sociales (31%),  l’informatique (21%) ou le champ « Arts and Humanities » (10%) arrivent en tête.

Requête sur l’ensemble de la base SCOPUS : « post-vérité » OR « fake-news » IN ABSTRACT OR SUMMARY OR KEYWORDS toute période et tout type de documents confondus (le 27/08/2018)

Couverture documentaire et sources utilisées.

Étape 1 : une bibliographie sur la « post-vérité »

On relève une première apparition de l’expression « post-vérité » sous la plume de Steve Tesisch, dramaturge serbo-américain, en 19921 ,2

Extrait de l’article original de Tesich, dans The Nation, 1992

Entre 1992 et 2006, c’est sans doute l’ouvrage de Ralph Keyes3 qui a popularisé l’usage de la notion, en faisant l’hypothèse qu’une nouvelle « ère » s’ouvrait. Cependant, l’emploi de l’expression a connu son véritable essor durant les deux dernières années :

Les formules « ère post-vérité » et « ère post-factuelle » se sont répandues en 2016 lors des campagnes du référendum sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’Union européenne et de l’élection présidentielle américaine. Pour avoir été employée 20 fois plus que l’année précédente, la première est consacrée mot de l’année 2016 par le dictionnaire d’Oxford. Celui-ci définit ainsi le néologisme « post-vérité » : « qui fait référence à des circonstances dans lesquelles les faits objectifs ont moins d’influence pour modeler l’opinion publique que les appels à l’émotion et aux opinions personnelles. »4

Crédits : Enrico Mazzanti

Une première bibliographie a ainsi rendu compte de la façon dont la communauté scientifique, en sciences humaines, a pris position sur ce sujet. De nombreux éditos dans des journaux de toutes disciplines ont également été consacrés à la question de la post-vérité. 

Bibliographie « post-vérité » format PDF (MAJ 30/04/2018)

Certaines références traitant de la « post-vérité » en Science sont surlignés en jaune car elles peuvent être consultées au Caphés dans le Fonds documentaire sur la « Science et ignorance ».

Étape 2 : Couverture documentaire étendue à la notion de fake-news

J. Harsin étudie dans l’article « Un guide critique des fake news : de la comédie à la tragédie » l’origine du terme, qui se rapporte tout d’abord aux émissions humoristiques d’information ou aux programmes satiriques ou parodiques, avant de devenir un des éléments de la post-vérité5. Elles sont selon la définition du Cambridge dictionary :

Des histoires fausses qui ont l’apparence de nouvelles, disséminées sur internet ou utilisant d’autres médias, et créées soit pour influencer les opinions politiques, soit en tant que blague6.

Le débat autour des Fake News est parfois rendu confus, le terme même étant a été employé par Donald Trump pour discréditer les critiques de la presse américaine, ce qui est assez ironique — et malheureux — du fait de la propension de cet homme politique à diffuser des informations lacunaires, non vérifiées ou fausses.

Un défi conceptuel

Pour objectiver le phénomène sur les réseaux sociaux, qui en seraient un cadre essentiel, on a pu tenter de quantifier la circulation des énoncés, selon qu’ils sont vrais ou faux. 

Dans le numéro de Science paru en mars 2018, nous apprenons, avec l’article de Vosoughi, S., Roy, D. & Aral, S. « The spread of true and false news online »7 rapportant une expérience menée par le Médialab (MIT) impliquant 126000 « histoires » twittées 4,5 millions de fois entre 2006 et 2017, que le faux se répand plus vite que le vrai :

Falsehood diffused significantly faster, deeper, and more broadly than the truth in all categories of information, and the effects were more pronounced for false political news than for false news about terrorism, natural disasters, science, urban legends, or financial information8.

Une des originalités de l’étude était de montrer que cette circulation virable ne pouvait être imputée aux robots, qui re-twittent indifféremment le vrai et le faux, mais qu’il fallait prendre en compte le comportement d’internautes bien humains :

Contrary to conventional wisdom, robots accelerated the spread of truth and false news at the same rate, implying that false news spread more than the truth because humans, not robots, are more likely to spread it.

Dans cette perspective, les auteurs de l’article « The science of fake news » paru dans Science9, réclament une « science » des fake-news tout en rappelant qu’il faut aussi analyser le degré de confiance des lecteurs envers l’information consultée10. Toutes ces données sont pour l’instant fragiles et doivent être traitées avec circonspection  : une étude récente de Gaumont, Panahi et Chavalarias11 a ainsi relativisé le poids du faux parmi l’ensemble des contenus échangés sur les réseaux sociaux. 

Fake, Faux, Infox

Une des difficultés tient au fait que le terme « fake » en anglais ne signifie pas tant faux que « contrefait », si bien que le débat ne peut se cantonner à une évaluation de la vérité ou de la fausseté des énoncés. Il doit aussi intégrer une réflexion sur ce qu’est une information, une « nouvelle » ou une publication authentique. La commission d’enrichissement de la langue française, qui a bien perçu la difficulté, a proposé le terme d’ « infox », qui est assez heureux, car il intègre le vocable « information » et est assez proche du terme « intox », ce qui a un double avantage  : (1) on saisit bien que le propos en question n’a que l’apparence d’une information, (2) il recouvre aussi la dimension de manipulation de l’opinion, qui est un des sens de la notion.

Portée par l’essor des médias sur la toile et l’activité des réseaux sociaux, l’expression anglo-saxonne fake news, qui désigne un ensemble de procédés contribuant à la désinformation du public, a rapidement prospéré en français. Voilà une occasion de puiser dans les ressources de la langue pour trouver des équivalents français. Lorsqu’il s’agit de désigner une information mensongère ou délibérément biaisée, répandue par exemple pour favoriser un parti politique au détriment d’un autre, pour entacher la réputation d’une personnalité ou d’une entreprise, ou encore pour contredire une vérité scientifique établie, on pourra recourir au terme « information fallacieuse », ou au néologisme « infox », forgé à partir des mots « information » et « intoxication ». On pourra aussi, notamment dans un cadre juridique, utiliser les termes figurant dans la loi de 1881 sur la liberté de la presse ainsi que dans le code électoral, le code pénal ou le code monétaire et financier : « nouvelle fausse », « fausse nouvelle », « information fausse » ou « fausse information ». En tout état de cause, la Commission d’enrichissement de la langue française recommande l’emploi, au lieu de fake news, de l’un de ces termes, choisi en fonction du contexte.

Extrait du Journal Officiel  du 4 Octobre 2018

S’il faut donc bien lutter contre les « bots » qui rediffusent l’information et les fermes à clic qui augmentent artificiellement la popularité d’une information, cela ne pourrait suffire à endiguer le phénomène. Il implique à la fois la responsabilité individuelle12, celle des plateformes d’informations dans la sélection de leurs algorithmes, la communauté de recherche ou même l’État, qui prend la mesure des enjeux stratégiques afférents. Cette dernière présence a d’autant plus de sens que les deux épisodes marquants de 2016, le Brexit et l’élection présidentielle américaine, ont été le théâtre de « manipulations de l’information ». Au-delà donc de la seule dimension du vrai et du faux, c’est cette action, qui est parfois celle d’États, qui est à analyser13.

Le milieu de la recherche se mobilise, comme ce fut le cas lors du Congrès « Combating Fake News », organisée par « Harvard Kennedy School. Shorenstein Center on Media, Politics and Public Policy » qui, après une analyse de l’état de la désinformation aux États-Unis, s’intéresse à la psychologie des fausses nouvelles, propose des voies d’actions et tente de préciser les domaines de recherche à développer14.

Thumb Badge Like Like Button Media Facebook

Le cadre législatif lui-même évolue. Ainsi, le 1er janvier 2018, avec la loi NetzDG ou « Netzwerkdurchsetzungsgesetz », l’Allemagne devient le premier pays à envisager un dispositif visant à contraindre les réseaux sociaux à davantage modérer leurs espaces afin de juguler la prolifération des fake news et des propos haineux.

En France,  le projet de loi impliquant la notion de fake news a suscité des débats sémantiques15 ,16. Le Sénat a renvoyé17 les deux propositions de loi ordinaire et organique relatives à la manipulation de l’information lors d’une élection générale, à deux reprises, en juillet et novembre 2018. Le texte, arrivant en lecture définitive à l’Assemblée nationale a été adopté le 20 novembre 2018.

J. Solviche
Chargée de ressources documentaires au CAPHÉS (CNRS/ENS)


  1. Tesich, Steve. « A Government of Lies ». The Nation – Tiré du pamphlet « The Wimping of America » -, 1991-, p.12 à 14, 6 au 13 janvier 1992, url : https://drive.google.com/file/d/0BynDrdYrCLNtdmt0SFZFeGMtZUFsT1NmTGVTQmc1dEpmUC1z/view []
  2. « “A Government of Lies” Written By Steve Tesich – ». Always Be Critical (blog), juillet 2017. url : https://rampages.us/rocketscout/2017/01/23/a-government-of-lies-written-by-steve-tesich/ []
  3. Keyes, Ralph. The Post-Truth Era: Dishonesty and Deception in Contemporary Life. New York: St. Martin’s Press, 2004. []
  4. Article « Ère post-vérité », Wikipédia, url: https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%88re_post-v%C3%A9rit%C3%A9 , Consulté le 19 février à 12h23 []
  5. Harsin, J. « Un guide critique des fake news : de la comédie à la tragédie,  » Pouvoirs 99–119 (2018). doi:10.3917/pouv.164.0099 []
  6. « Fake news », Dictionary.Cambridge.org []
  7. Vosoughi, S., Roy, D. & Aral, S. « The spread of true and false news online » Science 359, 1146–1151 (2018) []
  8. « Fake-news » Dictionary. Cambridge.org []
  9. Lazer, D. M. J. et al. « The science of fake news. » Science 359, 1094–1096 (2018) []
  10. Pour une analyse et une mise en perspective de ces deux textes, voir Huet, Sylvestre. « Sur Twitter, le faux plus fort que le vrai ». {Sciences2} (blog), 8 mars 2018. http://huet.blog.lemonde.fr/2018/03/08/sur-twitter-le-faux-plus-fort-que-le-vrai/  []
  11. Gaumont N, Panahi M, Chavalarias D (2018) Reconstruction of the socio-semantic dynamics of political activist Twitter networks—Method and application to the 2017 French presidential election. PLoS ONE 13(9): e0201879. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0201879 doi: https://doi.org/10.1371/journal.pone.0201879 []
  12. Des acteurs conscients de la pression des sites et réseaux sociaux favorisant la viralité de l’information au détriment de la qualité de celle-ci peuvent s’efforcer de choisir de s’exprimer au sein de sphères et espaces de réflexion qui favorisent la recherche de vérité, qui restent encore nombreux aujourd’hui, associations, conférences, salles de classe, etc. Voir https://www.franceculture.fr/emissions/la-conversation-scientifique/que-deviennent-les-normes-du-vrai  []
  13. Voir à ce sujet le rapport : Escorcia, Alexandre, Marine Guillaume, Janaina Herrera, et Jean-Baptiste Jeangène Vilmer. « Les manipulations de l’information ». Paris: Centre d’analyse de prévision et de stratégie (CAPS) du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères – Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM) du ministère des Armées, août 2018. https://www.defense.gouv.fr/actualites/la-vie-du-ministere/lancement-du-rapport-conjoint-caps-irsem.-les-manipulations-de-l-information []
  14. Combating Fake News: An Agenda for Research and Action. Harvard Kennedy School. Shorenstein Center on Media, Politics and Public Policy (2017). Available at: https://shorensteincenter.org/combating-fake-news-agenda-for-research/ (Accessed: 28th February 2018) []
  15. Girel, Mathias. « Comment se dit «fake news» en français ? » Libération.fr, 11 juin 2018. url: http://www.liberation.fr/debats/2018/06/11/comment-se-dit-fake-news-en-francais_1658020 []
  16. Audureau, William. « Loi sur les fausses informations : les chercheurs du CNRS sceptiques ». Le Monde.fr, 24 mai 2018, sect. Pixels. url:https://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/05/24/loi-sur-les-fausses-informations-les-chercheurs-du-cnrs-sceptiques_5303791_4408996.html []
  17. Dans le cadre de la procédure dite de « question préalable » []