« L’ignorance organisée » : un numéro spécial de la revue Ephemera

Ce numéro spécial de la revue Ephemera, coordonné par Morten Knudsen, Justine Grønbæk Pors et Tore Bakken s’intéresse aux mécanismes d’évitement des savoirs inconfortables, mis en place au sein des organisations et, plus généralement, à la construction collective de l’ignorance.  Les analyses s’appuient sur la notion d’ignorance stratégique1 et également sur la notion de pouvoir oraculaire proposée par L. McGoey dans The Unknowers : How Elite Ignorance Rules the World (Zed Books, 2022). Dans cet ouvrage, l’ignorance apparaît comme étant au cœur de stratégies de pouvoir, qu’elle soit utilisée pour éviter d’endosser la responsabilité d’erreurs du passé ou pour étayer des initiatives à venir.


Un premier article a trait au processus de transformation numérique qui est à l’œuvre dans certaines organisations. Lors de la mise en place de ces projets pilotes, ces dernières semblent devoir se plier à l’innovation : faire partie des pionniers est présenté comme un impératif. Une des raisons pour lesquelles les porteurs de projets et employés ne peuvent s’y dérober est qu’il est mieux perçu de suivre le mouvement — ou, mieux, de l’anticiper — plutôt que de risquer de paraître rétrograde. L’étude s’intéresse à un projet de profilage algorithmique et montre que cette nécessité d’aller de l’avant peut conduire à en ignorer des défauts ou des dysfonctionnements importants. L’observation de ces derniers se dérobe dans le mouvement qui conduit à l’innovation. Une production d’ignorance collective ou pluralist collective ignorance résulte ainsi de la cumulation de différents mécanismes de déni au niveau individuel. (>> article 1)

Continuer la lecture de « « L’ignorance organisée » : un numéro spécial de la revue Ephemera »

  1. voir : McGoey, Linsey. « The Logic of Strategic Ignorance ». The British Journal of Sociology 63, no 3 (2012): 553‑76 []

Une nouvelle plateforme dédiée à la valorisation du fonds « Science et ignorance » !

Le site internet « Science & ignorance » a été développé par l’Institut d’information scientifique et technique, dans le cadre d’une coopération avec le CAPHÉS sollicitée par l’ingénieure d’études Julie Solviche. Il valorise un corpus de documents papier sur cette thématique réuni au centre documentaire depuis 2015, à l’initiative du directeur de l’unité.
Réalisé sous OMEKA S, le site permet d’explorer ce corpus au moyen d’un moteur à facettes, qui offre notamment un accès selon différentes « formes d’ignorances », et de différents index. Il présente également une série d’entretiens menés avec des figures importantes du champ de recherche ignorances studies, qui ont contribué à sa structuration.

Si le site est un « miroir » du fonds papier et pour des raisons matérielles, il a été difficile de suivre le mouvement et l’expansion du champ ces dernières années et de tout imprimer. Il existe une base bibliographique Zotero – publique qui présente des publications plus récentes. Pour toute suggestion d’acquisitions ou d’enrichissement de cette dernière, merci de rejoindre la base Zotero-contributeurs ou de nous contacter pour un envoi de lots de références.

En savoir plus

Contacts : julie (dot) solviche (at) ens (dot) psl (dot) eu , responsable éditoriale du site

Fonds « Science et ignorance » : livres reçus

Le fonds documentaire « Science et ignorance » a continué son accroissement régulier ces derniers mois. Voici ci-dessous quelques-uns des ouvrages principaux ajoutés.
Pour connaître la liste complète des ouvrages reçus depuis le début de l’année 2023, ainsi que la liste globale des documents du fonds, qui contient également de nombreux tirés à part, il convient de se reporter aux liens indiqués à la fin du billet.

La question de l’ignorance en histoire et philosophie des sciences

Arfini, Selene, et Lorenzo Magnani, éds. Embodied, Extended, Ignorant Minds: New Studies on the Nature of Not-Knowing. Cham : Springer Nature, 2022.
Table des matières



Peels, R. Ignorance: A Philosophical Study, New-York (NY) : Oxford University Press, 2023.
Lien éditeur

 

 

Gross, Matthias, et Linsey McGoey, éds. Routledge International Handbook of Ignorance Studies. Second edition. Routledge International Handbooks. London New York (N.Y.): Routledge, 2022.
Cette seconde édition du Routledge International Handbook of Ignorance Studies a été entièrement remaniée par rapport à celle de 2015 et présente parmi ses 35 chapitres, de nouvelles contributions.
Table des matières

Dimensions sociales de l’ignorance

Le Marec, Joëlle, et Lucie Raymond, éds. « Fabriques de l’ignorance ». Communication & langages, n° 214, PUF, 2023.
Table des matières

 

Ignorance et biais de financement

Continuer la lecture de « Fonds « Science et ignorance » : livres reçus »

Entretien avec Sergio Sismondo (Queen’s University – Canada)

Sergio SISMONDO, Le Management fantôme de la médecine : Les mains invisibles de Big Pharma (ENS Éditions, 2023)

Le présent entretien a été mené à distance par Mathias Girel le 19 octobre 2023, avec Sergio Simondo , professeur de philosophie et de sociologie à Queen’s University (Canada), auteur du manuel An Introduction to Science and Technology Studies (Wiley-Blackwell, 2010, 2nd ed.), de l’ouvrage Ghost-Managed Medicine: Big Pharma’s Invisible Hands (Mattering Press, 2018) et éditeur de la revue Social Studies of Sciences.

Il vient compléter la série de portraits sur la « Science et l’ignorance », à l’occasion de la parution de l’ouvrage Le management fantôme de la médecine : les mains invisibles de Big Pharma, traduit par Samantha Saïdi (ENS Éditions, novembre 2023) et préfacé par Mathias Girel.

Lien éditeur
Publications de Sergio Sismondo dans Zotero

Entretien avec Guillaume Coudray

Ill. ci-dessus : Jambon fumé, CC0, Source

Entretien avec Guillaume Coudray, documentariste et journaliste, mené par Mathias Girel, enregistré par visioconférence le 1er décembre 2022. Durée : 52min

Cliquer sur “Plus” dans la description de la vidéo sur YouTube pour accéder directement aux questions

Guillaume Coudray, documentariste et journaliste d’investigation, est l’auteur de deux ouvrages en français, qui dénoncent l’utilisation des additifs nitrés pour la fabrication des viandes transformées et décrivent les mécanismes longtemps mis en œuvre par les industriels pour obscurcir l’information à propos de la cancérogénicité de ces derniers.

Le premier ouvrage, Cochonneries : comment la charcuterie est devenue un poison (La Découverte, 2017), est également paru en anglais, dans une édition revue et augmentée intitulée Who Poisoned Your Bacon?: The Dangerous History of Meat Additives (Icon Books, 2021). Plus récemment et à une date ultérieure au présent entretien, il fait paraître un second ouvrage, Nitrites dans la charcuterie, le scandale (Harper Collins, 2023).

Il y avait une double motivation à cet entretien : la référence fréquente à des sources, telles que Robert Proctor, présentes dans le fonds, et l’usage intensif d’archives.

Le contexte : bref historique de l’utilisation des additifs nitrés pour la fabrication des charcuteries en France

Le nitrite de potassium (E 249), autorisé en France depuis 1912, et le nitrite de sodium (E250), autorisé depuis 19641 sont deux additifs qui revêtent, du point de vue des industriels, l’avantage de réunir en une substance plusieurs propriétés telles que l’accélération de la maturation, la conservation longue, l’obtention d’une coloration jugée attrayante et l’élimination efficace de certains agents pathogènes. L’industrie de la charcuterie les a ainsi longtemps prisés pour leur capacité à limiter les coûts de rendement et résister à la concurrence étrangère, et ils restent encore largement utilisés aujourd’hui.

Continuer la lecture de « Entretien avec Guillaume Coudray »

  1. Voir : COUDRAY, Guillaume, Cochonneries, La Découverte, 2017, p 94 et p. 98. Le chapitre 6 est consacré à l’autorisation française du nitrite de sodium []

Actualités du fonds ignorance jan. 2023 n°1 : Ignorance et biomédecine reproductive (2/2)

Paul Klee, Grenzen des Verstandes, 1927

Ce billet, consacré au numéro spécial “Rethinking ignorance production in the field of reproductive biomedicine”, édité par Sezin Topçu et Irène Maffi et paru dans la revue Reproductive Biomedicine and Society Online en mars 20221, fait suite à un premier volet publié sur le carnet en octobre. Dans les contributions ici présentées, l’exploration de la construction de savoirs et de non-savoirs autour des techniques biomédicales liées à la reproduction et développées depuis l’après-guerre se poursuit au travers de nouvelles thématiques : la technique biomédicale de reproduction avec don mitochondrial, les hormones sexuelles synthétiques, avec l’expérience du Duogynon et du distilbène et enfin, la place de l’IVG médicamenteuse en Tunisie.

  • Stratégies de recadrage du débat autour du don mitochondrial
    Le don mitochondrial est une forme de fécondation in vitro qui utilise l’ADN nucléaire de deux parents intentionnels, ainsi que l’ADN mitochondrial d’une troisième femme donneuse. Cette technique a été initialement mise au point pour prévenir la transmission de maladies mitochondriales héréditaires rares, mais peut aussi être employée dans certains cas comme traitement de fertilité pour les couples pour lesquels la FIV n’a pas fonctionné. Elle a été autorisée au Royaume-Uni après une période de trois ans (2012-2015) durant laquelle une expertise, des débats parlementaires et une consultation publique se succédèrent afin d’examiner les ressorts et les enjeux de cette technique, notamment sur le plan médical. Si des incertitudes quand au risque médical, notamment pour la descendance, semblent avoir été, pour le cas de cette technique, clairement pointées, l’auteur de la présente étude souligne néanmoins quelques négligences ou non-dits. La prise en compte explicite des inconnues (acknowledged unknowns) liées à cette technique dans les débats parlementaires, peut en effet venir masquer des enjeux sociaux ou économiques plus vastes (ignored knowns).

    « As a number of authors have shown (Callon et al., 2009), when undergoing democratic debates on new and controversial technologies which, by definition, are still surrounded by many uncertainties and risks, it appears crucial to analyse critically which knowledge and non-knowledge have been provided, by whom and to which audience, as these directly shape the framing of the debates and the assessment of the technologies. » (p. 3)

Continuer la lecture de « Actualités du fonds ignorance jan. 2023 n°1 : Ignorance et biomédecine reproductive (2/2) »

  1. SEZIN, Topçu, MAFFI, Irène (Éds), Reproductive Biomedicine and Society Online, n°14, mars 2022. Cette publication a été élaborée à partir du colloque international « Minimizing Risks, Selling Promises ? Reproductive Health, Technoscientific Controversies and the Production of Ignorance » organisé par Sezin Topçu et Irène Maffi à l’Université de Lausanne, du 22 au 23 novembre 2018 []

Actualités du fonds ignorance, oct. 2022 n°1 : Ignorance et biomédecine reproductive (1/2)

Paul Klee, Protectress, 1932

Un numéro spécial intitulé “Rethinking ignorance production in the field of reproductive biomedicine”, édité par Sezin Topçu et Irène Maffi est paru dans la revue Reproductive Biomedicine and Society Online en mars 20221.
Le champ des études sur l’ignorance y est mis à contribution pour explorer la construction de savoirs et de non-savoirs autour des techniques biomédicales liées à la reproduction, développées depuis l’après-guerre.

  • Controverses autour de l’anesthésie épidurale dans les années dans les années 1970 (post-68) et 1980 
    Disponible depuis les années 1970, l’anesthésie péridurale s’est progressivement répandue jusqu’à ce que ce mode d’accouchement médicalisé devienne largement majoritaire2 par rapport aux accouchements physiologiques. Le succès de cette technique d’anesthésie auprès du milieu médical, qui constata des résultats beaucoup plus probants que les modes d’anesthésie antérieurs (ether, chloroforme), et auprès de la plupart des femmes pour qui elle a contribué à l’atténuation de la souffrance, apparaît dans de nombreux cas comme une évidence, voire comme une « norme ».

    Continuer la lecture de « Actualités du fonds ignorance, oct. 2022 n°1 : Ignorance et biomédecine reproductive (1/2) »

  1. SEZIN, Topçu, MAFFI, Irène (Éds), Reproductive Biomedicine and Society Online, n°14, mars 2022. Cette publication a été élaborée à partir du colloque international « Minimizing Risks, Selling Promises ? Reproductive Health, Technoscientific Controversies and the Production of Ignorance » organisé par Sezin Topçu et Irène Maffi à l’Université de Lausanne, du 22 au 23 novembre 2018 []
  2. 82,4% des femmes l’emploient de nos jours selon la source suivante : Enquête nationale périnatale, 2016. Les naissances et les établissements. Situation et évolution depuis 2010 (Childbirth and facilities: state of affairs and evolution since 2010) []

Entretien avec S. Ducourant autour de la question du bien-être animal

Entretien avec Sam Ducourant, mené à distance depuis le Max-Planck-Institut für Wissenschaftsgeschichte, par Julie Solviche, le 29 mars 2022

Sam Ducourant est doctorant·e à l’ENS-PSL en philosophie, sous la direction de Florence BURGAT, directeur de recherche INRA-SAE2, rattachée aux Archives Husserl (UMR 8547 CNRS-ENS) et de Sophie Roux, Professeur à l’ENS-PSL et directrice de l’Unité République des Savoirs UAR 3608 – (CNRS/ENS/Collège de France). Spécialisé·e en histoire et philosophie des sciences et des techniques, iel s’intéresse plus particulièrement au concept de bien-être animal au XXe siècle. Cet entretien est l’occasion de revenir son article « Science or Ignorance of Animal Welfare? A Case Study: Scientific Reports Published in Preparation for the First European Directive on Animal Welfare (1979-1980) », paru dans la revue Science, Technology, & Human Values en août 20211. Ce dernier examine le processus d’expertise portant sur l’emploi des cages de batterie dans l’élevage des poules pondeuses, qui fût mené au sein des institutions européennes entre 1979 et 1980, et s’attache à décrire les mécanismes de production d’ignorance à l’œuvre.
Continuer la lecture de « Entretien avec S. Ducourant autour de la question du bien-être animal »

  1. Ducourant, Samuel. « Science or Ignorance of Animal Welfare? A Case Study: Scientific Reports Published in Preparation for the First European Directive on Animal Welfare (1979-1980) ». Science, Technology, & Human Values, 31 août 2021, 01622439211040179. https://doi.org/10.1177/01622439211040179 []

Veille « Science et ignorance » – mai 2022 n°1

IGNORANCE EN HPST

  • L’erreur de jugement du héros ou harmartia dans la forme littéraire de la tragédie et ses conséquences en épistémologie sociale
Grand masque tragique.(probablement votif) attribué au sculpteur Silanion. Milieu du IVème siècle av. J.C. Musée archéologique du Pirée.  DebordeLjm, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

L’harmartia décrit, dans les drames tragiques, une erreur de jugement ou une faute commise par le héros sans qu’il ne ne s’en aperçoive. Cette erreur initiale semble précipiter sa chute ou le mettre en situation d’échec au cours du récit ; il n’en devient conscient que lorsqu’il est trop tard.
N. Ballantyne se propose d’examiner la portée de l’erreur tragique en épistémologie sociale. Il propose ainsi l’hypothèse suivante :

« If the Shakespearean protagonists were destroyed by faults of which they were ignorant, oughtn’t we worry about our own faults that we do not recognize ? » N. Ballantyne (p. 2)

Le terme hamartia apparaît dans la Poétique d’Aristote.  L’ouvrage établit des règles dramaturgiques pour plusieurs genres littéraires dont la tragédie. Cette dernière doit, selon l’auteur, susciter à la fois l’effroi et la pitié. Le philosophe écarte ainsi plusieurs trames de récit qui déclencheraient d’autres émotions chez spectateur. Par exemple, le schéma narratif d’un homme foncièrement bon qui serait précipité vers le malheur ne pourrait que susciter la répulsion. Le philosophe préconise ainsi que le héros commette une faute au début du récit, qui ne corresponde ni tout à fait à un accident, ni tout à fait à une mauvaise action préméditée. Le personnage se trouve ainsi dans la posture où il aurait pu connaître sa faute mais ne la reconnait pas. La notion d’harmatia entretien ainsi des rapports intéressants avec la question de la responsabilité et de justice.

Reste donc le cas intermédiaire. C’est celui d’un homme qui, sans atteindre à l’excellence dans l’ordre de la vertu et de la justice, doit, non au vice et à la méchanceté, mais à quelque faute (di’hamartian tina), de tomber dans le malheur – un homme parmi ceux qui jouissent d’un grand renom et d’un grand bonheur, tels Œdipe, Thyeste et les membres illustres de familles de ce genre1.

En se focalisant sur les fautes épistémiques ou cognitives, plutôt que morales, l’article qui suit examine la portée de la notion d’erreur tragique dans le domaine de l’épistémologie sociale.

Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance » – mai 2022 n°1 »

  1. Aristote, La Poétique, trad. R. Dupont-Roc et J. Lallot, Paris, Seuil, 1980, chap. 13, 1452 b 34 – 1453 a 12. cité par A. Walfard. « Justice et passions tragiques : lectures d’Aristote aux XVIe et XVIIe siècles », Poétique, vol. 155 n°3, 2008,  p. 259 []

Judith Rainhorn (Université de Paris 1 / Maison française d’Oxford) : portrait

Entretien à distance avec Judith Rainhorn le 20 janvier 2022, mené par Mathias Girel. Durée : 57 min

Judith Rainhorn est professeure d’histoire contemporaine au Centre d’histoire sociale à l’Université de Paris 1, Senior Research Fellow à la Maison française d’Oxford (2020-2022) où elle est responsable du programme d’histoire et d’histoire des sciences. Elle est membre du Oxford Centre for the History of Science, Medicine and Technology de l’université d’Oxford. Son travail s’articule entre différents axes de recherche. Elle s’est tout d’abord intéressée à l’histoire des migrations en France et aux États-Unis, puis à l’histoire de la santé au travail au XIXe et XXe siècle, à celle maladies professionnelles et des nuisances industrielles et plus particulièrement à l’histoire du saturnisme, maladie correspondant à une intoxication aïgue ou chronique causée par le plomb.

Elle a accepté de répondre à quelques questions afin d’éclairer le lien entre son parcours scientifique et les problématiques développées dans le présent carnet sur l’ignorance produite, dans cet entretien au sein duquel l’ouvrage « Blanc de Plomb : histoire d’un poison légal » (Presses de Sciences Po, 2019), occupe bien sûr une place importante. Judith Rainhorn revient sur ce travail d’enquête qui s’intéresse à la céruse, produit massivement utilisé depuis la fin du XVIIIe siècle pour recouvrir les murs des villes européennes. Il s’agit  d’expliciter les raisons pour lesquelles les connaissances autour de la toxicité du produit ne sont pas parvenues à freiner son utilisation. Les mécanismes d’opacification sont passés au crible : les notions d’instrumentalisation du doute, de jeux sur la multifactorialité et d’invisibilisation statistique apparaissent en filigrane. La seconde partie de l’entretien est consacrée à des travaux plus récents autour de l’incendie de Notre-Dame de Paris ainsi qu’aux perspectives de recherches actuelles.

Cliquer sur “Plus” dans la description de la vidéo sur YouTube pour accéder directement aux questions.

En savoir plus :
– Rainhorn, Judith. « Le plomb, le peintre et la flèche de Notre-Dame ». Revue d’anthropologie des connaissances 15, no 4 (1 décembre 2021).
– Rainhorn, Judith. Blanc de plomb : Histoire d’un poison légal. Paris: Les Presses de Sciences Po, 2019.
– Rainhorn, Judith. « Interroger l’opacité d’une maladie : le saturnisme professionnel comme enjeu sanitaire, scientifique et politique dans la France du XIXe siècle ». Histoire, économie société, 36, no 1 (10 avril 2017): 8‑17.


Veille “Science et ignorance” – janv. 2022 n°2

Polluted Earth by Vincent, Source FlickR, CC BY-NC-SA 2.0

Notre billet de la semaine dernière revenait sur un article s’intéressant à la notion « résidu » et à son potentiel pour le développement d’analyses transversales dans le champ de la sociologie des sciences. 

Le dioxyde de carbone issu de la combustion des énergies fossiles compte aussi parmi les résidus qui impactent l’environnement terrestre. Le riche numéro spécial « Ignorance(s) »1 dirigé par Laura Barbier, Soraya Boudia, Maël Goumri et Justyna Moizard-Lanvin, propose notamment un entretien avec Jérôme Gaillardet, géochimiste, mené par S. Boudia, qui pointe la nécessité de faire converger les programmes de recherche afin de prendre en compte la problématique de l’impact du réchauffement climatique sur l’environnement, en confrontant les méthodologies et les disciplines.

Le géochimiste est à l’origine du concept de Zone critique, repris par le sociologue Bruno Latour et mise en avant dans une exposition co-organisée avec Peter Weibel au ZKM de Karlsruhe.

« La Zone critique désigne la fine pellicule poreuse de la planète Terre comprise entre les roches dures en profondeur et la basse atmosphère comprenant ce qu’on appelle traditionnellement le sol, les écosystèmes visibles et invisibles (champignons, bactéries), les glaciers, les zones humides, les rivières, les nappes aquifères… et les humains bien sûr2

Cette définition souligne, avec le terme « pellicule », la fragilité de ce système et par ailleurs l’interdépendance des éléments qui le composent. Elle semble ainsi rendre compte de la précarité de l’équilibre dont notre espèce et d’autres êtres vivants dépendent.

Zone critique
Chorover, J., R. Kretzschmar, F. Garcia-Pichel, and D. L. Sparks (artwork by R. Kindlimann), CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

Continuer la lecture de « Veille “Science et ignorance” – janv. 2022 n°2 »

  1. « Ignorance(s) », [traduction anglaise « Ignorance »], [Traduction espagnole «Ignorancia(s)»], Laura Barbier, Soraya Boudia, Maël Goumri & Justyna Moizard-Lanvin (ss. dir. de), Revue d’anthropologie des connaissances, vol 15 n°4, 2021. []
  2. J. Gaillardet et S. Boudia, « La Zone critique : Vers de nouvelles pratiques scientifiques pour réduire les ignorances dans l’anthropocène », Revue d’anthropologie des connaissances, vol 15 n°4, 2021, []

Veille « Science et ignorance » – janv. 2022 n°1

Abandoned bark in polluted water, by Anja Jonsson - CC BY-NC-SA 2.0 - Source : Flickr

Les déchets toxiques et les contaminants sont l’objet d’un vaste travail de conceptualisation dans l’article « Residues: Rethinking Chemical Environments »1, paru dans la revue Engaging Science, Technology, and Society en 2018. Ce dernier se propose d’en décliner les caractéristiques et semble ainsi poser ainsi les jalons d’une enquête de plus grande ampleur présentée dans l’ouvrage Residues: Thinking Through Chemical Environments paru en 20212.

Les « résidus » désignent, dans le domaine de la physico-chimie, « ce qu’il reste à l’issue d’un processus de combustion, d’évaporation ou de digestion, un dépôt de sédiment ou un déchet »3. Tout en prenant en compte cette définition scientifique, les auteurs engagent dans cet article une réflexion plus large en considérant également les résidus comme des sous-produits de l’activité humaine et industrielle, des témoins des émissions et dépôts du passé et des failles de la règlementation.
L’article propose ainsi cinq caractéristiques pour décrire les résidus. La nature potentiellement « irréversible » des transformations qu’ils opèrent dans l’environnement (1), leur apparence « négligeable » (2), leur caractère « glissant » (3), « imprévisible »  [unruly] (4), et leur « identité négative » (5) sont tour à tour mises en avant :

  • (1) La règlementation se concentre plus souvent sur le contrôle des effets futurs que sur la contamination résultant de l’accumulation des activités industrielles et des déchets du passé, donc l’étude des résidus contribue à la mise en évidence de leurs effets sur la durée.
  • (2) Ils sont souvent considérés comme insignifiants du point de vue matériel car le terme « résidu », dans le sens commun, évoque une quantité réduite de matière ou de substances. Pour autant : ils peuvent être présents dans une quantité supérieure au produit fini, les courbes de toxicité dose-réponse ne sont pas toujours linéaires, leurs effets peuvent se cumuler et ils sont susceptibles de se disperser.
  • (3) Ils permettent de mener une analyse transversale là où la règlementation des toxiques est habituellement segmentée par produits et par cadre d’activités (exposition professionnelle, consommation alimentaire, règlementation des médicaments, autorisation de mise sur le marché des pesticides) et est élaborée avec un temps de retard de sorte que les résidus toxiques semblent souvent nous échapper4.

« This kind of hyper-segmentation in the law does not correspond to a three-dimensional world of mixtures and mobility, in which industrial chemicals and organisms interact in air, soil, and water to generate unexpected entities, environments, and risks. »5

  • (4) Dans la durée, ils sont également susceptibles d’évoluer, d’interagir entre eux ou avec l’environnement d’une façon imprévisible6.  Ainsi, ils restent dans une certaine mesure incontrôlables, tant que la science ne s’attache pas à examiner dans le détail ces évolutions et ces interactions.
  • (5) Enfin, l’ambition de cette archéologie des toxiques, est de contribuer à rendre visible des produits chimiques qui « se tapissent dans l’ombre » et que la règlementation peut choisir de voir ou de ne pas voir.

Ainsi, la notion de résidu permet d’intégrer le caractère multi-facettes des produits chimiques et peut se révéler utile pour dépasser les limites inhérentes à la règlementation des toxiques.

  1. Boudia, Soraya, Angela N.H. Creager, Scott Frickel, Emmanuel Henry, Nathalie Jas, Carsten Reinhardt, et Jody Roberts. « Residues: Rethinking Chemical Environments ». Engaging Science, Technology, and Society 4, n° 2018 (2018): 165‑78. https://doi.org/10.17351/ests2018.245. []
  2. Soraya Boudia, Angela N.H. Creager, Scott Frickel, Emmanuel Henry, Nathalie Jas, Carsten Reinhardt et Jody Roberts (dir.). Residues: Thinking Through Chemical Environments. New Brunswick, NJ: Rutgers University Press, 2021 []
  3. Source : Oxford Dictionary Online []
  4. La liste des contaminants émergents   doit par exemple être régulièrement actualisée []
  5. « Residues: Rethinking Chemical Environments ». Engaging Science, Technology, and Society 4, n° 2018 (2018), p. 170 []
  6. L’effet cocktail désigne « la combinaison d’effets synergiques ou antagonistes augmentés lorsqu’on rassemble plusieurs produits chimiques »,  Glossaire du site officiel du Portail Santé-Environnement de Wallonie, consulté le 21 janvier 2022. Une substance chimique, que l’on croyait inoffensive à faible dose, peut ainsi devenir nocive à cette même dose si elle est mélangée à une autre, sa toxicité se trouvant « potentialisée » – par l’action du second agent chimique. []

Linsey McGoey (Université d’Essex) : portrait

Entretien à distance avec Linsey McGoey le 18 novembre 2021, mené par Mathias Girel.

Dans cet entretien qui prend la forme d’un portrait, le premier d’une nouvelle série, Linsey McGoey (University of Essex) revient sur son parcours scientifique en lien avec le champ des études sur l’ignorance.

Elle évoque ses premiers travaux sur l’ignorance stratégique, puis son implication dans un travail collectif qui contribua à la structuration du champ de recherche et qui comprend la co-édition, avec Mathias Gross, du Routledge international handbook of ignorance studies (Routledge, 2015). Elle aborde ensuite la question du philanthrocapitalisme1, à partir de son ouvrage No such thing as a free gift (Verso, 2015), avant de s’intéresser à The Unknowers : how strategic ignorance rules the world (Zed Books, 2018), son dernier livre en date, qui décrit l’utilisation stratégique de l’ignorance par les élites financières et politiques à leurs propres fins.
Pour clore l’entretien, la sociologue offre à partir de ses derniers travaux menés avec J. Bacevic (Durham University), une perspective sur la pandémie de Covid-19 .

 

  1. Voir aussi : « Entretien avec Linsey McGoey : “Philanthrocapitalisme et ignorance”» []

Veille « science et ignorance » nov. 2021 n°2 : “ignorance studies” et épidémies

  • Les dimensions sociales de l’ignorance dans les discours sur l’épidémie de COVID-19 aux États-Unis en 2020.

Le néologisme « infodémie », dont on relève de premières occurrences à l’occasion de l’épidémie de SRAS, a été à nouveau employé par l’OMS dès février 2020 pour faire référence à l’abondance d’informations circulant à propos de la Covid-19 et à leur médiocre qualité puisque nombre d’entre elles se révèlent fausses ou inexactes1. Ce terme est ensuite employé régulièrement à propos de la pandémie et peut se référer selon le contexte : à la profusion d’infox et de fake-news, à un mode de circulation de l’information qui est comparé par métaphore aux notions de contagion et de viralité dans le domaine de la médecine, et enfin à un type de désinformation ou de mal-information spécifique au contexte épidémique. Cette dernière acceptation insiste sur des caractéristiques préoccupantes du phénomène, propres à aggraver l’épidémie elle-même.

L’article ici présenté, s’intéresse à la question de la mal-information et de la désinformation durant la crise du Covid-19 et analyse les pratiques discursives liées à la pandémie aux États-Unis en 2020, sous l’angle de l’oubli viral.
Outre l’emploi fréquent de résultats statistiques non explicités, ces discours ont recours aux comparaisons avec les épidémies du passés alors que l’épidémie de Covid-19 présente des caractéristiques différentes.
Les auteurs Peter Hegarty et Joe Rollins semblent suggérer que les leçons du passé sont mal assimilées : on le sollicite lorsque ne faudrait pas et l’oublie lorsqu’il pourrait se révéler utile. Ils remarquent que le discours des dirigeants persiste, comme ce fût le cas durant l’épidémie de SIDA, à traiter de l’épidémie sur un mode individualiste et stigmatisant.  En s’appuyant sur des ouvrages Epistemology of the Closet2 et Race and epistemologies of ignorance3, ils montrent que ces discours présentent des lacunes et traduisent une forme d’ignorance.

Continuer la lecture de « Veille « science et ignorance » nov. 2021 n°2 : “ignorance studies” et épidémies »

  1. Voir cet article de Conspiracy watch, 16 juin 2020, consulté le 4 novembre 2021 []
  2. Kosofsky Sedgwick, Eve. Epistemology of the Closet Updated with a new preface. A Centennial Book. Berkeley (Calif.) Los Angeles (Calif.) London: University of California press, 2008. 1ere Ed. 1990 []
  3. Sullivan, Shannon, et Nancy Tuana. Race and Epistemologies of Ignorance. SUNY Series, Philosophy and Race. Albany, N.Y: State University of New York Press, 2007 []

Veille « Science et ignorance » nov. 2021 n°1 : sociologie de l’ignorance et médecine

L’article mis en avant dans le présent billet réalise un état des lieux des interactions entre la sociologie de l’ignorance et la médecine (aspects déjà abordés et chantiers ouverts). Ce focus est suivi, dans un second billet, de la présentation d’un autre article qui propose une analyse des discours officiels sur la pandémie de Covid-19 aux États-Unis en 2020 et souligne les lacunes dans réponses apportées, notamment leur caractère individualiste et stigmatisant.

  • La dimension d’incertitude inhérente à la médecine et les apports de la sociologie de l’ignorance.

En quoi l’autorité des savoirs médicaux est-elle liée à l’emploi de techniques médicales ? Dans quel contexte peut-on parler d’une « expertise profane » en médecine et comment cerner en ce domaine l’impact des nouvelles technologies d’information et de communication ?

La question de l’incertitude en médecine a toujours été présente mais la pandémie de Covid-19, depuis début 2020, semble l’avoir placée à nouveau au centre de l’attention. En cette période, la maladie est encore peu connue, il reste difficile de savoir quelles mesures prophylactiques employer et aucun traitement n’a encore été mis au point pour la guérir. Par ailleurs les mesures de confinement et de distanciation sont inégalement applicables suivant les professions, les types de population et les différents pays :  l’épidémie rappelle l’importance des déterminant sociaux de santé en sociologie de la médecine.
C’est pour O. Whooley, O. et K. K. Barker l’occasion de revenir sur l’histoire de la notion d’incertitude en médecine, tout comme de faire le point sur les apports potentiels et la fécondité de la sociologie de l’ignorance pour cette discipline.

Il est tout d’abord rappelé que la dimension d’incertitude est une partie intégrante de la médecine. Cette dernière semble en effet imprégner la relation médecin-patient, la phase de diagnostic et l’identification des maladies si bien que les praticiens ont depuis longtemps appris à gérer cette composante. Ces derniers savent bien que l’évolution d’une maladie et la réponse du sujet vivant à un traitement ne peuvent être parfaitement prévisibles.
Ils s’appuient ainsi, par exemple, sur l’évaluation de la balance bénéfice-risque pour administrer un traitement ou formuler une prescription.  L’art du praticien peut sembler en ce sens résulter de sa capacité à appréhender et à circonscrire la part d’inconnu auquel la singularité du sujet expose, au delà du caractère faillible de la science elle-même.

Après ce retour sur les antécédents de la question de l’incertitude en médecine, l’étude porte son attention sur les différentes formes d’ignorances identifiées par les spécialistes des ignorances studies et actuellement reconnaissables dans les sciences médicales.
Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance » nov. 2021 n°1 : sociologie de l’ignorance et médecine »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search