Lancement de la bibliographie collaborative Zotero « Infox, épidémies, coronavirus »

Image par Gerd Altmann de Pixabay

Dans la lignée des deux bibliographies Zotero précédentes  « Science et ignorance »  et  « Post-vérité et fake-news », nous avons souhaité fournir durant cette période une documentation spécifique sur le thème de la désinformation durant la pandémie de Coronavirus. Cette nouvelle bibliographie « Infox, épidémies, coronavirus » vient en complémentarité de la base bibliographique Zotero collaborative et multidisciplinaire « Documentation relative au nouveau coronavirus SARS-COV-2  » conçue par les Bibliothèques de l’ENS et dont la consultation est vivement conseillée.

Continuer la lecture de « Lancement de la bibliographie collaborative Zotero « Infox, épidémies, coronavirus » »

Des ressources sur la cyber-manipulation : un focus sur le rapport « Global cyber-troops 2019 »

Soutiens du programme « The computational propaganda project »

Depuis 2012, une recherche est mise en place dans le cadre du programme « The Global propaganda project » afin d’étudier l’utilisation des algorithmes, des bots informatiques et de la cyber-propagande dans la vie publique. Plus particulièrement, les sociologues et spécialistes des sciences de l’information de l’Oxford Internet Institute et de l’Institut Reuters, s’attachent à cerner et définir l’impact de ces robots informatiques sur les réseaux sociaux. L’un des objectifs du programme est notamment de fournir aux plateformes et aux gouvernements de meilleurs outils pour les pister et les capturer. Ce projet permet aussi d’analyser la façon dont certains pays utilisent ces robots pour manipuler les échanges, démobiliser l’opposition ou apporter leur support à des plateformes telles que Twitter, Facebook ou Sina Weibo.

Dans ce cadre, le rapport « The Global Disinformation Order: 2019 Global Inventory of Organised Social Media Manipulation » [ L’ordre mondial de la désinformation : L’inventaire mondial 2019 de la manipulation organisée sur les réseaux sociaux] coordonné par Samantha Bradshaw et Philip N. Howard,  rend compte d’une étude réalisée durant trois ans afin de surveiller les tendances de la cyber-propagande et l’utilisation des réseaux sociaux dans le cadre de campagnes de manipulation établies par des gouvernements ou partis politiques.

Continuer la lecture de « Des ressources sur la cyber-manipulation : un focus sur le rapport « Global cyber-troops 2019 » »

La lutte contre la désinformation (3/3) : quelques guides et recommandations de professionnels des sciences de l’information, juristes et responsables politiques

Rédaction  : 25 avril 2019. Publication : 9 mars 2020

Nous proposons ici quelques guides de professionnels – bibliothécaires, juristes ou responsables politiques – élaborés afin de lutter contre le phénomène de désinformation. Ces derniers se révèlent utiles pour déjouer des pièges analysés en sciences cognitives ou en sciences de l’information.

Nous savons par exemple qu’il existe un biais cognitif qui nous pousse à chercher des informations confortant nos propres croyances, à nous rapprocher des personnes de même sensibilité et à consulter les sites internet qui confortent nos conceptions. Pour le sociologue des sciences Dominique Pestre, ce phénomène tend à constituer des groupes sociaux fonctionnant comme des « isolats »1.

Continuer la lecture de « La lutte contre la désinformation (3/3) : quelques guides et recommandations de professionnels des sciences de l’information, juristes et responsables politiques »

  1. Voir l’ entretien audio avec D. Pestre n°10/10 []

La lutte contre la désinformation (2/3) : démythification et debunking

Rédaction  : 25 avril 2019. Publication : 9 mars 2020.

Les initiatives visant à « déconstruire les mythes » sont présentes sur internet ou dans les médias sous différentes formes : émissions ou rubriques de « debunking », entretiens épistémiques ou « épistémologie de rue ». Elles s’appuient pour leur part sur un argumentaire ou une méthodologie de type scientifique et doivent parfois tenir compte des biais cognitifs du public cible ou de l’interlocuteur.

De nombreux sites s’attachent à démolir les « hoax », ces fausses informations, rumeurs ou canulars qui misent sur l’aspect sensationnaliste pour maximiser le taux de partage sur internet. Dans son mémoire  « Bibliothèques et désinformations dans l’infosphère numérique »1, Céline Raux en dresse une liste et décrit ainsi leurs objectifs :

« Hoaxkiller, conspiracy watch, hoaxbuster, debunkers, PHDN, Bastison.net sont des sites web qui se donnent pour objectifs d’aider les internautes à évaluer les informations qui circulent en ligne dans un contexte d’ « infopollution » où il est de plus en plus difficile d’adopter une attitude critique et raisonnable face à la masse d’information qui submerge quotidiennement chacun d’entre nous. »

Continuer la lecture de « La lutte contre la désinformation (2/3) : démythification et debunking »

  1. RAUX, Céline, Bibliothèques et désinformations dans l’infosphère numérique (Mémoire de fin d’étude du diplôme de conservateur, promotion 24, portant sur le rôle des bibliothèques face à la prolifération de désinformations et de théories du complot dans un espace documentaire bouleversé par l’Internet., ENSSIB, 2016, Consulté sur https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notices/65995-bibliotheques-et-desinformations-dans-l-infosphere-numerique []

La lutte contre la désinformation (1/3) : quelques initiatives de fact-checking chez les journalistes et scientifiques

Rédaction  : 25 avril 2019. Publication : 9 mars 2020

Nous listons ici quelques initiatives prises par des journalistes et scientifiques afin de lutter contre désinformation, contribuer à « rétablir la vérité » ou « évaluer la fiabilité de l’information à l’aide d’une échelle de mesure convenue ».

Dans la notice du Publictionnaire1, le fact-checking est décrit comme « une pratique journalistique consistant à évaluer la véracité des propos tenus par des responsables politiques ou d’autres personnalités ». Dans l’ordre de création sont cités : « Désintox » pour Libération (2008), « Les Décodeurs » pour Le Monde (2009), « Le vrai du faux » sur France Info (2012), « Le vrai-faux de l’info » sur Europe 1 (2012), « L’œil du 20 heures » sur France 2 (2014).
Aux émission ou rubriques dédiées, qui proposent une sélection d’informations évaluées, s’ajoutent des moteurs de recherche permettant de vérifier un article ou un site sur demande, parfois couplés avec une application à installer permettant d’évaluer l’information ou au cours de la navigation.

Continuer la lecture de « La lutte contre la désinformation (1/3) : quelques initiatives de fact-checking chez les journalistes et scientifiques »
  1. Bigot, L. ,« Fact-checking » . Consulté le 25 avril 2019, Site du Publictionnaire : http://publictionnaire.huma-num.fr/notice/fact-checking/ []

2 questions à Leïla Perié (Laboratoire Physico-Chimie Curie – UMR 168 – Institut Curie)

Leïla Perié, Séminaire « Comment l’ignorance stimule la science », 13 février 2020.

Leïla Perié est ingénieur agronome et docteur en immunologie, chef d’équipe et directrice scientifique au Laboratoire Physico-Chimie Curie – UMR 168 à l’Institut Curie. Avec son équipe Approches quantitatives en immuno-hématologie, elle étudie le système immunitaire en combinant des approches biologiques avec de la modélisation physique et mathématique. Elle supervise depuis 2018 avec Céline Vallot la Plateforme «  Single Cell ». Elle a été lauréate du prix Claude Paoletti en 2017, du prix Jeunes chercheurs de la Fondation Bettencourt Schueller en 2010 et du Programme ATIP-Avenir du CNRS soutenu par la Fondation Bettencourt Schueller en 2014.
Leïla Perié s’implique par ailleurs dans la diffusion scientifique auprès du grand public et plus particulièrement de la jeunesse. Elle a été vice-présidente de l’Association Paris Montagne et explore des pratiques de diffusion et d’enseignement innovantes dans le cadre de l’Atelier des jours à venir.

Lors de cette conférence, Leïla Perié explore la question des représentations et des images en science et présente notamment différentes représentations de l’hématopoïese, processus de production des cellules sanguines. Elle revient sur une expérience conçue dans le cadre des Atelier des jours à venir, avec le soutien de la Fondation de D&N Carasso, qui utilise le potentiel des métaphores pour ouvrir de nouvelles perspectives de recherche selon un protocole intitulé « Shake your metaphors ».

Voir aussi :

« Ignorance et passions épistémiques » : entretien avec Gloria Origgi

Gloria Origgi
Gloria Origgi (Institut Jean Nicod, CNRS-ENS-EHESS)

Gloria Origgi est Directrice de recherche CNRS à Institut Jean Nicod. Elle mène des recherches en épistémologie sociale, philosophie des sciences sociales, cognition sociale et épistémologie du web. Elle s’est consacrée durant les cinq dernières années aux mécanismes de confiance qui sous-tendent les pratiques épistémiques. L’ensemble complexe des raisons, des réactions affectives et de dépendances qui incitent les gens à faire confiance aux autres et à acquérir de nouvelles croyances est au cœur de ses recherches sur l’épistémologie de la confiance. Elle s’est concentrée sur le rôle de la réputation comme source de justification épistémique. L’épistémologie de la réputation, c’est-à-dire la façon dont les gens utilisent l’information pour conférer une autorité épistémique, est toujours au cœur de ses recherches et s’articule autour de divers axes de recherche, comme l’influence des préjugés sexistes sur la crédibilité et le rôle des réseaux sociaux et autres interactions sur Internet dans le filtrage de l’information.

Alors que les autres entretiens de cette série exploraient la question des frontières de la connaissance ou de l’ignorance stratégique, les extraits suivant portent sur la  forme d’ignorance due au caractère circonscrit de nos intérêts.

Comment voyez-vous le rapport entre l’agent connaissant, et plus largement le public, à l’enquête ? Et à l’ignorance ?

On a souvent reproché aux partisans du « modèle du déficit » (information deficit model)  leur conception selon laquelle le manque de confiance en la science et en les politiques fondées sur la science serait dû à un défaut d’information du public qu’il faudrait corriger en veillant au transfert des informations depuis une sphère sachante vers une sphère non sachante qu’il faudrait à tout prix instruire. Gloria Origgi refuse ce mode d’analyse de la répartition de l’ignorance et de la connaissance :

Sujets abordés : La nécessité du travail d’enquête de la part des gouvernés en démocratie et la quête d’une vérité univoque : une approche écartée ; une approche pragmatique de la vérité plus proche de John Dewey et Walter LippmannLa prise en compte du caractère distribué de l’ignorance comme de la connaissance ; face à un problème scientifique aux enjeux sociétaux : les différentes approches de l’expert, du législateur et du citoyen doivent être distinguées et considérées dans leurs contextes respectifs ; l’exemple des perturbateurs endocriniens

Continuer la lecture de « « Ignorance et passions épistémiques » : entretien avec Gloria Origgi »

« Les théories du complot, une forme de production d’ignorance ? », entretien avec Sylvain Delouvée

Maître de conférences habilité à diriger des recherches (HDR) à l’Université de Rennes en psychologie sociale (membre du Laboratoire de psychologie – LP3C), Sylvain Delouvée s’intéresse aux croyances collectives et la pensée sociale. Il étudie plus particulièrement les comportements et conduites dites irrationnelles. Il effectue et anime régulièrement des conférences ou des formations portant sur les théories du complot, les rumeurs, l’esprit critique, les peurs collectives, les stéréotypes, les préjugés et les réseaux sociaux et participe également à des recherches-actions ou à des missions d’expertise. Sylvain Delouvée coordonne actuellement un projet de recherche de lutte contre la diffusion des théories du complot financé par l’ANR. Il est également l’auteur ou le co-auteur de plusieurs ouvrages scientifiques et de vulgarisation.1

Nous avons souhaité interroger Sylvain Delouvée sur les liens possibles entre théories du complot et ignorance produite, à la lumière de sa discipline.

Semer le doute, est-ce une première étape dans la fabrication de l’ignorance ?

Distinction entre le doute se rapportant à une forme d’hypercritique et l’ignorance qui peut résulter de l’influence de facteurs externes. Expériences de Stanley Milgram en 1969 et de John Darley et Bibb Latané2 en 1968 montrant que dans une situation inconnue, nous nous rapportons souvent aux autres pour savoir comment agir ; le phénomène d’ignorance collective.

Continuer la lecture de « « Les théories du complot, une forme de production d’ignorance ? », entretien avec Sylvain Delouvée »
  1. Ouvrages récents : GAUVRIT, Nicolas & DELOUVÉE, Sylvain, Des têtes bien faites. Défense de l’esprit critique, Paris, Presses Universitaires de France, 2019.
    DELOUVÉE, Sylvain, Psychologie sociale. Manuels visuels de licence, Paris, Dunod, 2018
    LO MONACO, Grégory, DELOUVÉE, Sylvain & RATEAU, Patrick, Les représentations sociales : théories, méthodes et applications, Bruxelles, DeBoeck, 2016
    DELOUVÉE, Sylvain, Pourquoi faisons-nous des choses stupides ou irrationnelles ?!, Paris, Dunod, 2011. []
  2. Bibb Latané et John Darley, « Group inhibition of bystander intervention in emergencies », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 10, no 3,‎ novembre 1968, p. 215–221 PMID 5704479, DOI:10.1037/h0026570. []

Entretien avec Linsey McGoey : « Philanthrocapitalisme et ignorance »

Linsey McGoey, après une série de publications autour de l’ignorance stratégique et avoir codirigé la somme que représente le Routledge Handbook of Ignorance Studies1, s’est intéressée aux fondations philanthropiques et à la pression que ces dernières exercent sur la recherche publique, ainsi que sur l’éducation et la santé publique.

Éditions Verso, 2015

Voici les archives longues de l’entretien qu’elle avait accordée à Franck Cuveillier dans la cadre de la préparation de « Voyage en Agnotologie ».

De quelle façon les investissements réalisés par les fondations philanthropiques dans la recherche scientifique influent-ils sur la qualité de la production des savoirs ? 

Quel est l’impact de l’implication des fondations privées dans la délivrance de soins ou de services et quelles sont les interactions avec le secteur public ?

Continuer la lecture de « Entretien avec Linsey McGoey : « Philanthrocapitalisme et ignorance » »

  1. Linsey McGoey a codirigé le manuel : Gross, Matthias, et Linsey McGoey,  Routledge international handbook of ignorance studies. Londres, 2015. Sur ce sujet, se reporter aussi à l’article : McGoey, Linsey. « The Logic of Strategic Ignorance ». The British Journal of Sociology 63, n° 3 (2012): 553‑76. []

Entretien avec Dominique Pestre  : ignorance, savoirs et globalisation libérale

Dominique Pestre, 5 octobre 2018, à l’EHESS

Les discussions sur la « production d’ignorance » mobilisent parfois un concept massif et indifférencié d’ignorance (comme de « connaissance » ou de « science »). Il était tentant de demander à Dominique Pestre (Centre Alexandre Koyré, EHESS) son point de vue sur la question, pour plusieurs séries de raisons.

Tout d’abord parce qu’il compose, depuis plusieurs décennies, une « histoire culturelle des savoirs », dont un des derniers volets est constitué par les volumes qu’il a dirigés au Seuil.

Ensuite parce que, même si ce fait est rarement relevé, il a participé à l’un des colloques qui a lancé la notion même d’agnotologie ; il occupe donc une situation tout à fait privilégiée pour analyser ce mouvement.

Enfin, parce que, même s’il n’est pas question dans son œuvre de proposer une « théorie » de l’ignorance, dont on a bien compris qu’elle serait à rebours de l’approche « par cas » qu’il présente dans l’entretien ci-dessous, cette thématique revient à plusieurs reprises sous sa plume, notamment dans le chapitre « Pour une politique de l’ignorance » d’A Contre-Science.

Comment donc faire droit à ce qu’évoquent les études agnotologiques sans mobiliser un cadre trop général, et par là trop abstrait ?

Une histoire des savoirs

Demander à Dominique Pestre de se présenter en quelques mots relève de la gageure, mais c’est néanmoins ce qu’il a bien voulu accepter de faire en préambule de cet entretien.

« Comment caractérisereiez-vous votre approche des savoirs ? »
Durée : 1min55 – Dominique Pestre, entretien au CAPHÉS, janvier 2018 (1/10)

Tout de suite, une question de vocabulaire se pose  : évoquer la place de l’ignorance comme moteur de la découverte scientifique, ou encore parler de « production d’ignorance » sont des emplois très récents. Il s’agit pour une large part, selon Dominique Pestre, d’usages « importés ». Maniés de façon imprudente, ils peuvent présupposer une approche de la science et de la connaissance dont l’histoire des savoirs a entendu se départir.

« Quelle place pour l’ignorance dans l’histoire culturelle des sciences ? »
Durée : 1min24- Dominique Pestre, entretien au CAPHÉS, janvier 2018 (2/10)

Analyse de cas   : Hertz, les ondes électromagnétiques et le poële à bois

« Analyse de cas. Hertz et les ondes électromagnétiques ? »
Durée : 5min45 – Dominique Pestre, entretien au CAPHÉS, janvier 2018 (3/10)

Pour aller plus loin : Heinrich Hertz, l’administration de la preuve1

Instrumentalisation des incertitudes

Dans le cadre de cette histoire, la notion d’ignorance n’est pas forcément une catégorie « utile », mais cela n’empêche en rien d’étudier la production de fausses informations ou l’instrumentalisation des simplifications et des incertitudes :

« Pourquoi l’ignorance n’est pas un catégorie « utile » ? »
Durée : 2min50 – Dominique Pestre, entretien au CAPHÉS, janvier 2018 (4/10)

Si l’on suit cette dernière veine, plus propice à l’analyse historique, y a-t-il des périodes qui se prêtent plus que d’autres à ces types d’instrumentalisations ?

« Les contextes plus ou moins propices à l’instrumentalisation des savoirs »
Durée : 3min15 – Dominique Pestre, entretien au CAPHÉS, janvier 2018 (5/10)

Dans cette perspective, il n’y pas de sens à dire que le « monde scientifique » serait l’objet d’instrumentalisations. Face aux exemples donnés par Oreskes et Conway, qui mettent en évidence l’action de scientifiques, souvent les mêmes, servant de caution aux actions des think tanks, il est plus intéressant de se pencher sur les valeurs qu’ils partagent. Ils ne parlent pas en représentants du « monde scientifique », même s’ils peuvent le faire croire, en outrepassant leur domaine de spécialité :

« Les scientifiques face aux processus d’instrumentalisation »
Durée : 5min06 – Dominique Pestre, entretien au CAPHÉS, janvier 2018 (5bis/10)

Les nouveaux producteurs de savoirs

Deux types d’institutions « productrices de savoirs » sont apparues dans les années 1970 : les think tanks conservateurs libéraux, américains et anglais, et les ONG environnementales. Comment comprendre leurs actions respectives, à rebours des « sciences officielles »?2

« Thinks Tanks » et ONG sont devenus des acteurs majeurs de l’espace public »
Durée : 3min55 – Dominique Pestre, entretien au CAPHÉS, janvier 2018 (6/10)

De nouvelles questions surgissent donc dans l’espace public, appelant de nouvelles spécialités scientifiques et, dans le cas de l’environnement, impliquant l’émergence de « savoirs faibles », objets de pressions de la part des technostructures. C’est dans ce contexte que l’expression « politique de l’ignorance » avait été introduite dans A contre-science3. A partir du moment où le champ scientifique ne possède pas l’autonomie lui permettant d’identifier l’ensemble des problèmes à résoudre pour le social, où l’ensemble des effets engendrés par les effets des techniques nouvelles est difficilement maîtrisable, où le débat public implique des choix sociaux, à côté des dimensions techniques et scientifiques, une situation nouvelle se dessine.

« … Lorsque les différentes sciences sont convoquées pour traiter de sujets qu’elles n’ont pas elles-mêmes définis et qui excèdent profondément les procédures qu’elles mettent en œuvre dans les lieux confinés qui sont les leurs, l’ignorance à laquelle elles doivent faire face est bien plus grande que lorsqu’elles choisissent leurs problèmes et les simplifient à leur guise » (A contre-science). 

« Qu’entendez-vous par l’expression « une politique de l’ignorance » (A contre science )? »
Durée : 3min36 – Dominique Pestre, entretien au CAPHÉS, janvier 2018 (7/10)

Nouvelles régulations et Soft Law

L’exemple de l’huile de palme « bio » et de sa labelisation, notamment, permet de mieux comprendre comment de nouvelles régulations, typiques de la Soft Law, s’instaurent :

« Qu’est-ce qui caractérise l’époque de la « Soft Law » ? Ex. L’huile de palme. »
Durée : 5min19 – Dominique Pestre, entretien au CAPHÉS, janvier 2018 (8/10)

Autre exemple  : le « bois durable », où la durabilité fait elle aussi l’objet de négociations. C’est un problème d’équilibre des valeurs plus que de connaissance et d’ignorance.

« Autre étude de cas : le bois durable »
Durée : 2min46 – Dominique Pestre, entretien au CAPHÉS, janvier 2018 (9/10)

Le phénomène de « post-vérité »   : rupture ou continuité ?

Enfin, l’expression « post-vérité » est apparue récemment dans le débat public, et pour certains elle caractériserait une nouvelle « ère ». En est-il vraiment ainsi ? Comment comprendre de phénomène dans le cadre du phénomène de globalisation libérale ?

« Y a t-il une ère de la post-vérité ? »
Durée : 6 min 15 – Dominique Pestre, entretien au CAPHÉS, janvier 2018 (10/10)

Pour aller plus loin  : sur le site des Savoirs de l’ENS, réécouter la conférence de Dominique Pestre, La politique des savoirs aujourd’hui, dans le cadre des Jeudis HPS (2014).

Crédits  : nous remercions Franck Cuveillier, auteur de la série d’entretiens réalisés début 2018 pour la Série Documentaire (France Culture), dont le CAPHES était conseiller scientifique, d’avoir bien voulu permettre ce travail sur la base des entretiens longs, et donc en grande partie inédits. Nous remercions aussi très chaleureusement Perrine Kervran, productrice de l’émission.

Les ressources audios ici présentées sont hébergées par le TGIR Humanum utilisent le service d’exposition de données Nakala. 

  1. ATTEN, Michel et PESTRE, Dominique, Heinrich Hertz, l’administration de la preuve, PUF (Philosophies), 2002. []
  2. Voir notamment Pestre Dominique, « 8. Néolibéralisme et gouvernement. Retour sur une catégorie et ses usages », dans : éd., Le gouvernement des technosciences. Gouverner le progrès et ses dégâts depuis 1945. Paris, La Découverte, « Recherches », 2014, p. 261-284. URL : https://www.cairn.info/le-gouvernement-des-technosciences–9782707175045.htm-page-261.htm []
  3. Dominique Pestre, À contre-science : politiques et savoirs des sociétés contemporaines, Paris : Éditions du Seuil, 2013 []

Ignorance et secret, suppression d’informations ou censure

Une série d’approches considère l’ignorance comme produit d’une stratégie. Il s’agit là de considérer que l’on a pu tenter de gommer, de saper ou de fragiliser une connaissance fiable existante. Ainsi, faire disparaître de la connaissance de l’espace public, par exemple dans le cadre d’un secret d’État ou industriel, ou la rendre indisponible, inutilisable pour justifier des inférences et des décisions – comme dans certaines formes de climato-scepticisme ou les campagnes orchestrées par les cigarettiers – c’est bien « créer » de l’ignorance.

Affiche du film Secrecy, co-réalisé par Peter Galison. Fiche complète sur Imdb

Dans le premier cadre, le « secret », au-delà des textes fondateurs de Simmel, a été bien étudié, notamment à travers une série d’articles de Peter Galison, qu’il s’agisse de l’évolution des lois sur le secret aux Etats-unis ou d’estimations du « volume » des connaissances secrètes. C’est une thématique qui est évidemment prégnante dans le cas des connaissances « dangereuses », par exemple dans le domaine bio-militaire. Comme le remarque Galison, au-delà des problèmes pratiques soulevés par la classification « secret » (comment administrer les connaissances secrètes?), se pose une question logique et épistémologique:

Continuer la lecture de « Ignorance et secret, suppression d’informations ou censure »

Bienvenue…

The Three Wise Monkeys, carving on the stable of Tosho-gu Shrine, Nikko, Japan
Michael Maggs – CC-BY-SA 2.5

Ce carnet de recherches recense les activités d’animation scientifique de
l’UMS3610 CAPHÉS sur la thématique de l’ignorance. Nous vous invitons à visiter la bibliographie sur la post-vérité et les fake-news et celle sur la « Science et l’ignorance » qui documente différentes facettes de l’ignorance.

Vous retrouverez l’ensemble des billets de présentation de la bibliographie dans la rubrique « Formes de l’ignorance ».

N’oubliez pas de surveiller aussi la page des captations de séminaires et la rubrique entretiens. Nous vous souhaitons une bonne visite !

Ignorance savante et frontières de la connaissance

L’ignorance n’est pas seulement « ce que l’on ne sait pas ». Si la recherche actuelle semble préférer le terme de « nescience » pour qualifier l’ignorance inconsciente d’elle-même, elle la distingue généralement de l’ignorance pleinement consciente d’elle-même. Matthias Gross, dans Ignorance and Surprise parle de « non-connaissance » (Nichtwissen), pour désigner  un savoir sur ce qui n’est pas connu, mais « qui le prend en compte pour des actions futures ». 

La manière dont un chercheur, voire un champ disciplinaire, identifie ce qui n’est pas encore connu, mais qui pourrait et devrait l’être, relève bien d’une étude élargie de l’ignorance, et c’est en ce sens que Stuart Firestein l’a analysée, notamment dans l’ouvrage Ignorance, How it drives Science (OUP, 2012). Nous avons pu accueillir l’auteur, lors d’une conférence invitée, et reproduisons ci-dessous la partie de la conférence portant sur ce thème.

Stuart Firestein « Ignorance, Failure and the Sciences » – durée 27 mn
Extrait de la conférence du 27/09/2018.  Production, Réalisation  : CAPHÉS (CNRS-ENS).
Prise de vue/ montage : Julie Solviche

Bibliographie « Science et ignorance » : Dossier I


Campagne d’entretiens : « Archives de la science en train de se faire »

Le CAPHÉS (UMS 3610 CNRS /ENS) a initié une campagne d’entretiens avec des chercheurs de différents domaines afin de les inviter à venir réfléchir aux principaux défis et aux principales inconnues de leurs disciplines respectives.

Les meilleures séquences de ces entretiens de longue durée destinés à la constitution d’une archive de « La science entrain de se faire », sont ensuite sélectionnées pour une diffusion plus large.

Une série intitulée « La science à l’œuvre » a ainsi pu être initiée. C’est l’entretien avec Sabrina Speich, Professeur de Géosciences, Laboratoire de Météorologie Dynamique (UMR 8539 CNRS, ENS, UPMC, École polytechnique), qui a ouvert la série, suivi de l’entretien avec Hélène Dessales, Maître de conférences ENS-PSL en archéologie (AOROC UMR 8546). Elle sera enrichie au fur et à mesure.

 

Ignorance et production de doute

Certains auteurs rangent dans la rubrique « production d’ignorance » les stratégies de production du doute à l’égard de connaissances fiables. Au-delà du cas paradigmatique que Proctor explore dans Golden Holocaust, celui de l’industrie du tabac, sur lequel existent les archives publiques les plus nombreuses, ces exemples montrent comment, dans certains contextes, on peut « jouer » la science contre la science, utiliser les formalismes, les attributs et l’apparence de la science pour fragiliser de la connaissance fiable, entreprise qui est loin d’être triviale. En ce sens, l’analyse d’épidémiologie biaisée, de publications « fantômes », de pressions sur l’expertise, de financement intéressé, pose une question classique en philosophie : celle de la démarcation, c’est-à-dire de la distinction entre la science et ses avatars. Comment faire la différence entre une démarche qui concourt à l’accroissement de la connaissance et une autre qui tend à la saper, quand, dans les deux cas, interviennent des énoncés identiques (« il faut plus de recherches », « corrélation n’est pas causalité », « il y a plusieurs causes »), des acteurs scientifiques, voire des publications revues par les pairs ? Toute cette thématique s’est intéressée aux manières très concrètes dont on peut retarder une enquête, en imposant à l’action publique des niveaux de certitude démesurés ou en finançant des recherches sur les « autres facteurs », ce qui revient à jouer les normes de la science contre la science. 

Quelques titres de cette thématique1

Un exemple revient souvent, dans ces études : un mot d’ordre, présent dans les archives internes des cigarettiers, saisies et mises en ligne par la justice américaine, dans lequel un communicant affirme : « Notre produit, c’est le doute. » Dans ce court texte, le maintien stratégique d’une controverse, elle-même lourdement financée, est conçu comme un moyen de poursuivre la commercialisation du tabac et d’échapper aux condamnations comme aux interdictions. Il s’agit de chercher, patiemment et méthodiquement, à mobiliser et instrumentaliser certaines catégories maîtresses : le doute, la controverse, voire l’idée de « bonne science » (sound science). C’est ainsi qu’est née l’expression « marchands de doute », symbolisant la promotion intéressée du doute à l’égard de l’expertise, de la science réglementaire et publiée.

C’est également ce sens, stratégique, qui a occupé des auteurs aussi divers que Naomi Oreskes et Erik Conway au sujet du climato-scepticisme, Wendy Wagner et Thomas McGarity sur le terrain juridique, Gerald Markowitz et David Rosner à propos de la silicose, du chlorure de vinyle ou du plomb, mais aussi David Michaels sur de nombreux toxiques, dans des études historiques. Dans tous ces derniers exemples, il ne s’agit plus de retirer des éléments de connaissance de l’espace public : les auteurs ont étudié la manière dont une connaissance stable et fiable pouvait se retrouver fragilisée et, par là, ne plus apparaître comme connaissance aux yeux du public et des décideurs.

On pourrait objecter que rendre une connaissance douteuse n’est pas la même chose que « créer de l’ignorance ». Tout dépend alors de l’approche de la connaissance que l’on défend, et les travaux cités semblent présupposer, à des degrés divers, que la connaissance n’est pas seulement la possession instantanée d’une information ou même d’énoncés vrais, mais implique aussi la capacité à se servir de cette information pour produire de nouvelles connaissances et justifier des décisions. Rendre une connaissance douteuse, en finançant par exemple une controverse à son égard, c’est bien entraver cette croissance de la connaissance et c’est bien la mutiler dans certains de ces usages, et par là « créer » de l’ignorance.

Affiche du film Merchants of Doubt, basé sur l’ouvrage d’Oreskes et Conway

Bibliographie « Science et ignorance » – Dossier V de la bibliographie

  1. De gauche à droite et de haut en bas :
    – Oreskes, Naomi, et Erik M. Conway. Merchants of doubt: how a handful of scientists obscured the truth on issues from tobacco smoke to global warming, 2010.
    – Markowitz, Gerald, et David Rosner. Deceit and Denial: The Deadly Politics of Industrial Pollution. University of California Press, 2013.
    – Proctor, Robert N., et Londa Schiebinger, éd. Agnotology: the making and unmaking of ignorance. Stanford (Calif.): Stanford University Press, 2008.
    – McGarity, Thomas O., et Wendy Elizabeth Wagner. Bending Science: How Special Interests Corrupt Public Health Research. Harvard University Press, 2008.
    – Michaels, David. Doubt Is Their Product: How Industry’s Assault on Science Threatens Your Health. 1 edition. Oxford ; New York: Oxford University Press, 2008.
    – Markowitz, G., et D. Rosner. Lead wars: The politics of science and the fate of America’s children. University of California Press, 2013. []