2 questions à Henri Berestycki (CAMS UMR 8557 – CNRS/EHESS -PSL)

Entretien réalisé à l’issue de la conférence d’Henri Berestycki (CAMS UMR 8557 – CNRS/EHESS – PSL) intitulée “Les mathématiques et l’invention de l’inconnu” et donnée dans le cadre du séminaire « Quand l’ignorance stimule la science » le 19 avril 2019.

Henri Berestycki est directeur d’études au CAMS (Centre d’analyse et de mathématique sociales) à l’EHESS. Il a auparavant été chargé de recherche au CNRS, professeur à l’Université Paris-Nord puis à l’Université Pierre et Marie Curie. Henri Berestycki a enseigné en parallèle à l’École Polytechnique entre 1987 et 1999, à l’École normale supérieure de Paris entre 1989 et 1999 et à l’Université de Chicago entre 2005 et 2014.

Il a de nombreuses contributions en l’analyse non linéaire, avec des applications à la modélisation mathématique en physique : mécanique des fluides et en combustion. Ses travaux de recherche portent actuellement sur la modélisation mathématique des marchés financiers, les modèles mathématiques en biologie et, plus spécialement, en écologie, et la modélisation en sciences sociales (dynamique urbaine, criminalité).

En savoir plus :

  • Liste des publications d’Henri Berestycki
  • Devlin, K. J, Les énigmes mathématiques du 3e millénaire: les 7 grands problèmes non résolus à ce jour (C. Laroche, Trans.). Paris, France: Le Pommier, 2007
  • Smale, S, « Mathematical problems for the next century », Mathematics: frontiers and perspectives, Providence, RI, American Mathematics Society,‎ 2000, p. 271-294
  • Hilbert, D, Sur les problèmes futurs des mathématiques: les 23 problèmes (L. Laugel, Trans.). Sceaux, France: Ed. J. Gabay, 1990

2 questions à Angela Taddei (Institut Curie – PSL)

Entretien réalisé à l’issue de la conférence d’Angela Taddei (Institut Curie-PSL) donnée dans le cadre du séminaire « Quand l’ignorance stimule la science » le 12 avril 2019 et intitulée « La face cachée du génome ».

Angela Taddei est directeur de recherche CNRS à l’Institut Curie, dirige le laboratoire « Dynamique du noyau » – UMR 3664 et  l’équipe « Compartimentation et dynamique des fonctions nucléaires ».

Son équipe s’intéresse à l’architecture du noyau des cellules, et plus spécifiquement au lien entre l’organisation spatiale de la chromatine au sein du noyau et deux fonctions essentielles du génome : le maintien de son intégrité et la régulation des gènes. S’il est clairement établi que l’organisation du génome est intimement liée à son fonctionnement, les mécanismes qui régulent cette organisation sont encore assez mal connus.  Pour aborder ces questions, l’équipe s’appuie sur un organisme modèle : une levure à bourgeon, qui permet d’appliquer à la fois les approches de la génétique, les techniques de microscopie avancée et les approches haut débit.

En savoir plus :

Entretien avec Hélène Dessales ENS-PSL (AOROC UMR 8546)

Cet entretien, mené dans le cadre d’une campagne sur la « Science en train de se faire » au CAPHÉS (UMS 3610 CNRS /ENS), a été réalisé le 1er février 2019 avec Hélène Dessales, Maître de conférences en archéologie ENS-PSL (AOROC- UMR 8546). Les deux parties abordent ses champs de recherche successifs : de l’archéologie de l’eau à l’archéologie de la construction, en tentant d’identifier leurs défis méthodologiques et en insistant sur le rôle de la pluridisciplinarité.

Première partie : durée 16 min

Hélène Dessales revient tout d’abord sur son premier sujet de recherche : « La distribution de l’eau dans l’architecture domestique de l’Occident romain (Pompéi, Herculanum, Ostie) : formes, usages et mise en scène, du Ier au IVe siècle ap. J.-C », thèse effectuée à l’Université d’Aix-Marseille 1 (sous la dir. de Pierre Gros, 2002). Il est ensuite question des aspects méthodologiques des recherches en archéologie de l’eau. L’observation des traces matérielles, le recours à des sources écrites et le travail de relevé archéologique sont des étapes nécessaires à la reconstitution d’un réseau hydraulique permettant l’adduction, la distribution et l’évacuation de l’eau. L’intérêt pour le rôle sémantique du dessin ouvre un nouveau sujet de recherche : l’histoire du relevé, dont l’œuvre de l’archéologue et voyageur britannique William Gell (1777-1836) donne ici un exemple. Enfin, est abordé le projet Villa Diomède, programme de modélisation informatique effectué à partir des techniques photogrammétries développées par le département d’informatique de l’ENS, dans lequel l’intégration de documents d’archives joue un rôle important.

Deuxième partie : durée 15 min

Ce deuxième volet de l’entretien est consacré à l’archéologie de la construction. Hélène Dessales, qui a contribué à la structuration de ce domaine de recherche émergeant, nous permet de comprendre ses grands principes, qui consistent à s’intéresser davantage à l’organisation et au déroulement des chantiers qu’aux édifices dans leur forme achevée. Les méthodes d’analyses permettant la reconstitution des chantiers sont tout d’abord évoquées, comme l’approche stratigraphique, mais aussi l’observation de marques sur les murs ou la consultation de registres des métiers. Puis, Hélène Dessales décrit les modalités de collaboration avec les spécialistes des sciences de la terre en s’appuyant sur les exemples de deux structures hydrauliques : un aqueduc traversant la Campanie et un château d’eau de Pompéi. Enfin un nouvel objet d’étude issu de cette collaboration est mentionné : l’archéologie du risque.

Production : CAPHÉS UMS 3610 (CNRS/ENS). Projet dirigé par Mathias Girel. Préparation documentaire, prise de vue & montage : Julie Solviche.

Ces ressources vidéos sont hébergées par le TGIR Humanum et utilisent le service d’exposition de données Nakala.

2 questions à Terence Strick (Institut de biologie de l’ENS-PSL)

Entretien réalisé à l’issue de la conférence de Terence Strick (IBENS-PSL), donnée dans le cadre du séminaire « Quand l’ignorance stimule la science » le 29 mars 2019.

Terence Strick, nanobiophysicien, est professeur à l’Institut de biologie de l’ENS-PSL, directeur de recherche (détaché du CNRS) et dirige l’équipe « Moteurs et machines moléculaires ». Il est lauréat du Prix Coups d’élan pour la Recherche Française en 2017.

Il invente dès son master un nouvel instrument permettant d’étudier l’ADN : le “piège magnétique” et un nouvel angle d’approche des interactions protéines-ADN.

Son équipe, utilisant des techniques innovantes de manipulation de molécules uniques, étudie une fonction essentielle de l’organisme : la réparation de l’ADN par les enzymes. Une meilleure compréhension des processus de réparation des cassures de l’ADN, dommages effectués par des facteurs tels que les UV, rayons X ou encore l’absorption de cancérogènes, pourrait contribuer à l’amélioration des traitements par chimiothérapie.

Voir aussi :

2 questions à Daniel Cohen ( PSE, Département d’économie, ENS-PSL)

Entretien réalisé à l’issue de la conférence de Daniel Cohen (PSE, Département d’économie de l’ENS-PSL) : « L’économie est-elle une science ? » dans le cadre du séminaire « Quand l’ignorance stimule la science » , le 22 mars 2019.

Daniel Cohen est directeur du Département d’économie de l’École normale supérieure, professeur et membre fondateur de l’École d’économie de Paris et directeur du Centre pour la recherche économique et ses applications (CEPREMAP). Il a été membre du Conseil d’analyse économique (CAE) auprès du Premier ministre entre 1997-2012.

Daniel Cohen s’intéresse en particulier à l’économie des pays en développement, à leur dette et leur productivité. Il est l’auteur d’une douzaine d’ouvrages dont plusieurs ont été primés, comme Homo Economicus, chez Albin Michel, meilleur livre d’économie 2012. Il est par ailleurs éditorialiste au Monde.

Derniers ouvrages :

  • COHEN, Daniel, « Il faut dire que les temps ont changé… » : Chronique (fiévreuse) d’une mutation qui inquiète, Paris : Albin Michel, 2018, 224 p.
  • COHEN, Daniel, Le monde est clos et le désir infini, Paris : Albin Michel, 2015, 217 p.
  • COHEN, Daniel, Homo Economicus : prophète (égaré) par les temps nouveaux, Paris : Albin Michel, 2012, 212 p.

2 questions à Stéphane Mazevet, LUTH, Observatoire de Paris – PSL

Entretien réalisé à l’issue de la conférence de Stéphane Mazevet (LUTH, Observatoire de Paris, PSL) : “Système solaire, exoplanètes, ignorance” dans le cadre du séminaire « Quand l’ignorance stimule la science » , le 15 mars 2019.

Stéphane Mazevet est directeur du laboratoire Univers et Théories à l’Observatoire de Paris-PSL.

Il étudie les propriétés physiques de la matière en conditions extrêmes, la dynamique moléculaire classique et quantique, la théorie fonctionnelle de la densité et la modélisation planétaire et exo-planétaire. La meilleure observation de planètes extra-solaires et du système solaire, couplée aux avancées en biologie et physico-chimie, a réactualisé les questions liées aux conditions d’apparition de de la vie, longtemps restées spéculatives.

Stéphane Mazevet porte actuellement le programme PSL – IRIS OCAV “Origines et conditions d’apparition de la vie”, 2016-2019.

En savoirs plus :

2 questions à Franck Ramus (Département d’Études cognitives, LSCP, ENS-PSL)

Entretien réalisé à l’issue de la conférence de Franck Ramus (CNRS, LSCP, ENS-PSL) : “Comment sait-on « ce qui marche » ? Et pourquoi est-ce si difficile ?” dans le cadre du séminaire « Quand l’ignorance stimule la science » , le 22 février 2019.

Franck Ramus est directeur de recherches au CNRS et professeur attaché à l’Ecole Normale Supérieure. Il travaille au Laboratoire de Sciences Cognitives et Psycholinguistique, Institut d’Etude de la Cognition, Ecole Normale Supérieure à Paris, au sein duquel il dirige l’équipe “Développement cognitif et pathologie”. Il est également co-directeur du Master en Sciences Cognitives (ENS, EHESS, Université Paris-Descartes), et membre du Conseil Scientifique de l’Education Nationale (2017 – ).

Ses recherches portent sur le développement cognitif de l’enfant, ses troubles (dyslexie développementale, trouble spécifique du langage, autisme), ses bases cognitives et cérébrales, et ses déterminants génétiques et environnementaux.

En savoir plus :




2 questions à Serge Abiteboul (ARCEP, INRIA, ENS-PSL)

Entretien réalisé à l’issue de la conférence de Serge Abiteboul (ARCEP, INRIA, ENS-PSL) : “Des succès des ignorances en informatique” dans le cadre du séminaire « Quand l’ignorance stimule la science » , le 15 février 2019.

Serge Abiteboul, informaticien, est membre de l’Académie des sciences et du collège de l’ARCEP. Directeur de recherches à l’INRIA et à l’ENS, il mène des recherches sur la gestion de l’information, les bases de données et instruit également une réflexion sur la réappropriation des données personnelles. Il a récemment publié Le Temps des Algorithmes (2017), avec Gilles Dowek, Terra data (2017), avec Valérie Peugeot, et Le bot qui murmurait à l’oreille de la vieille dame (2018), tous aux Éditions du Pommier. Serge Abiteboul est en outre fondateur du blog Binaire (lemonde.fr) et romancier.

En savoir plus :

  • ABITEBOUL, Serge, Quand l’ignorance devient une force, La Recherche, n°547, mai 2019
  • ABITEBOUL, Serge, Le bot qui murmurait à l’oreille de la vieille dame (et autres nouvelles numériques), Le Pommier, Échappées, octobre 2018
  • ABITEBOUL, Serge & DOWEK, Gilles, Le temps des algorithmes, Le Pommier, 2017
  • ABITEBOUL, Serge & PEUGEOT, Valérie, Terra data : qu’allons-nous faire de nos données ?, Le Pommier, 2017
  • ABITEBOUL, Serge, MANOLESCU, Ioana ; RIGAUX, Philippe ; ROUSSET Marie-Christine ; SENELLART, Pierre, Web Data Management, Cambridge University Press, 2012
  • ABITEBOUL, Serge, Sciences des données : de la logique du premier ordre à la toile, Collège de France, Fayard, Leçons inaugurales n°226, 2012

2 questions à Magali Reghezza (Département de Géosciences, CERES, ENS-PSL)

Entretien réalisé à l’issue de la conférence “Ignorance, catastrophes et expertise” donnée par Magali Reghezza (Département de Géosciences, CERES, ENS-PSL) dans le cadre du séminaire “Quand l’ignorance stimule la science” , le 8 février 2019.

Magali Reghezza est géographe, maître de conférences à l’École normale supérieure, directrice du CERES (Centre de formation sur l’environnement et la société). Sa recherche porte sur les risques naturels et les questions de vulnérabilité et de résiliences urbaines. Elle étudie plus largement les questions environnementales (rapport nature/société, développement et aménagement durable) dans la ville. Elle est ainsi fréquemment associée à des projets de recherche interdisciplinaires, et se trouve très souvent amenée prendre part au débat public sur les questions environnementales. Son expérience de l’ignorance s’est ainsi façonnée au contact de ces deux enjeux majeurs pour la recherche : travailler avec d’autres disciplines, et intervenir dans la sphère publique.

En savoir plus :

Entretien avec Dominique Pestre  : ignorance, savoirs et globalisation libérale

Dominique Pestre, 5 octobre 2018, à l’EHESS

Les discussions sur la « production d’ignorance » mobilisent parfois un concept massif et indifférencié d’ignorance (comme de “connaissance” ou de “science”). Il était tentant de demander à Dominique Pestre (Centre Alexandre Koyré, EHESS) son point de vue sur la question, pour plusieurs séries de raisons.

Tout d’abord parce qu’il compose, depuis plusieurs décennies, une « histoire culturelle des savoirs », dont un des derniers volets est constitué par les volumes qu’il a dirigés au Seuil.

Ensuite parce que, même si ce fait est rarement relevé, il a participé à l’un des colloques qui a lancé la notion même d’agnotologie ; il occupe donc une situation tout à fait privilégiée pour analyser ce mouvement.

Enfin, parce que, même s’il n’est pas question dans son œuvre de proposer une « théorie » de l’ignorance, dont on a bien compris qu’elle serait à rebours de l’approche « par cas » qu’il présente dans l’entretien ci-dessous, cette thématique revient à plusieurs reprises sous sa plume, notamment dans le chapitre « Pour une politique de l’ignorance » d’A Contre-Science.

Comment donc faire droit à ce qu’évoquent les études agnotologiques sans mobiliser un cadre trop général, et par là trop abstrait ?

Une histoire des savoirs

Demander à Dominique Pestre de se présenter en quelques mots relève de la gageure, mais c’est néanmoins ce qu’il a bien voulu accepter de faire en préambule de cet entretien.

“Comment caractérisereiez-vous votre approche des savoirs ?”
Durée : 1min55 – Dominique Pestre, entretien au CAPHÉS, janvier 2018 (1/10)

Tout de suite, une question de vocabulaire se pose  : évoquer la place de l’ignorance comme moteur de la découverte scientifique, ou encore parler de “production d’ignorance” sont des emplois très récents. Il s’agit pour une large part, selon Dominique Pestre, d’usages “importés”. Maniés de façon imprudente, ils peuvent présupposer une approche de la science et de la connaissance dont l’histoire des savoirs a entendu se départir.

“Quelle place pour l’ignorance dans l’histoire culturelle des sciences ?”
Durée : 1min24- Dominique Pestre, entretien au CAPHÉS, janvier 2018 (2/10)

Analyse de cas   : Hertz, les ondes électromagnétiques et le poële à bois

“Analyse de cas. Hertz et les ondes électromagnétiques ?”
Durée : 5min45 – Dominique Pestre, entretien au CAPHÉS, janvier 2018 (3/10)

Pour aller plus loin : Heinrich Hertz, l’administration de la preuve1

Instrumentalisation des incertitudes

Dans le cadre de cette histoire, la notion d’ignorance n’est pas forcément une catégorie “utile”, mais cela n’empêche en rien d’étudier la production de fausses informations ou l’instrumentalisation des simplifications et des incertitudes :

“Pourquoi l’ignorance n’est pas un catégorie “utile” ?”
Durée : 2min50 – Dominique Pestre, entretien au CAPHÉS, janvier 2018 (4/10)

Si l’on suit cette dernière veine, plus propice à l’analyse historique, y a-t-il des périodes qui se prêtent plus que d’autres à ces types d’instrumentalisations ?

“Les contextes plus ou moins propices à l’instrumentalisation des savoirs”
Durée : 3min15 – Dominique Pestre, entretien au CAPHÉS, janvier 2018 (5/10)

Dans cette perspective, il n’y pas de sens à dire que le “monde scientifique” serait l’objet d’instrumentalisations. Face aux exemples donnés par Oreskes et Conway, qui mettent en évidence l’action de scientifiques, souvent les mêmes, servant de caution aux actions des think tanks, il est plus intéressant de se pencher sur les valeurs qu’ils partagent. Ils ne parlent pas en représentants du “monde scientifique”, même s’ils peuvent le faire croire, en outrepassant leur domaine de spécialité :

“Les scientifiques face aux processus d’instrumentalisation”
Durée : 5min06 – Dominique Pestre, entretien au CAPHÉS, janvier 2018 (5bis/10)

Les nouveaux producteurs de savoirs

Deux types d’institutions “productrices de savoirs” sont apparues dans les années 1970 : les think tanks conservateurs libéraux, américains et anglais, et les ONG environnementales. Comment comprendre leurs actions respectives, à rebours des “sciences officielles”?2

“Thinks Tanks” et ONG sont devenus des acteurs majeurs de l’espace public”
Durée : 3min55 – Dominique Pestre, entretien au CAPHÉS, janvier 2018 (6/10)

De nouvelles questions surgissent donc dans l’espace public, appelant de nouvelles spécialités scientifiques et, dans le cas de l’environnement, impliquant l’émergence de “savoirs faibles”, objets de pressions de la part des technostructures. C’est dans ce contexte que l’expression “politique de l’ignorance” avait été introduite dans A contre-science3. A partir du moment où le champ scientifique ne possède pas l’autonomie lui permettant d’identifier l’ensemble des problèmes à résoudre pour le social, où l’ensemble des effets engendrés par les effets des techniques nouvelles est difficilement maîtrisable, où le débat public implique des choix sociaux, à côté des dimensions techniques et scientifiques, une situation nouvelle se dessine.

“… Lorsque les différentes sciences sont convoquées pour traiter de sujets qu’elles n’ont pas elles-mêmes définis et qui excèdent profondément les procédures qu’elles mettent en œuvre dans les lieux confinés qui sont les leurs, l’ignorance à laquelle elles doivent faire face est bien plus grande que lorsqu’elles choisissent leurs problèmes et les simplifient à leur guise” (A contre-science). 

“Qu’entendez-vous par l’expression “une politique de l’ignorance” (A contre science )?”
Durée : 3min36 – Dominique Pestre, entretien au CAPHÉS, janvier 2018 (7/10)

Nouvelles régulations et Soft Law

L’exemple de l’huile de palme “bio” et de sa labelisation, notamment, permet de mieux comprendre comment de nouvelles régulations, typiques de la Soft Law, s’instaurent :

“Qu’est-ce qui caractérise l’époque de la “Soft Law” ? Ex. L’huile de palme.”
Durée : 5min19 – Dominique Pestre, entretien au CAPHÉS, janvier 2018 (8/10)

Autre exemple  : le “bois durable”, où la durabilité fait elle aussi l’objet de négociations. C’est un problème d’équilibre des valeurs plus que de connaissance et d’ignorance.

“Autre étude de cas : le bois durable”
Durée : 2min46 – Dominique Pestre, entretien au CAPHÉS, janvier 2018 (9/10)

Le phénomène de “post-vérité”   : rupture ou continuité ?

Enfin, l’expression “post-vérité” est apparue récemment dans le débat public, et pour certains elle caractériserait une nouvelle “ère”. En est-il vraiment ainsi ? Comment comprendre de phénomène dans le cadre du phénomène de globalisation libérale ?

Y a t-il une ère de la post-vérité ?”
Durée : 6 min 15 – Dominique Pestre, entretien au CAPHÉS, janvier 2018 (10/10)

Pour aller plus loin  : sur le site des Savoirs de l’ENS, réécouter la conférence de Dominique Pestre, La politique des savoirs aujourd’hui, dans le cadre des Jeudis HPS (2014).

Crédits  : nous remercions Franck Cuveillier, auteur de la série d’entretiens réalisés début 2018 pour la Série Documentaire (France Culture), dont le CAPHES était conseiller scientifique, d’avoir bien voulu permettre ce travail sur la base des entretiens longs, et donc en grande partie inédits. Nous remercions aussi très chaleureusement Perrine Kervran, productrice de l’émission.

Les ressources audios ici présentées sont hébergées par le TGIR Humanum utilisent le service d’exposition de données Nakala. 

  1. ATTEN, Michel et PESTRE, Dominique, Heinrich Hertz, l’administration de la preuve, PUF (Philosophies), 2002. []
  2. Voir notamment Pestre Dominique, « 8. Néolibéralisme et gouvernement. Retour sur une catégorie et ses usages », dans : éd., Le gouvernement des technosciences. Gouverner le progrès et ses dégâts depuis 1945. Paris, La Découverte, « Recherches », 2014, p. 261-284. URL : https://www.cairn.info/le-gouvernement-des-technosciences–9782707175045.htm-page-261.htm []
  3. Dominique Pestre, À contre-science : politiques et savoirs des sociétés contemporaines, Paris : Éditions du Seuil, 2013 []

Ignorance et secret, suppression d’informations ou censure

Une série d’approches considère l’ignorance comme produit d’une stratégie. Il s’agit là de considérer que l’on a pu tenter de gommer, de saper ou de fragiliser une connaissance fiable existante. Ainsi, faire disparaître de la connaissance de l’espace public, par exemple dans le cadre d’un secret d’État ou industriel, ou la rendre indisponible, inutilisable pour justifier des inférences et des décisions – comme dans certaines formes de climato-scepticisme ou les campagnes orchestrées par les cigarettiers – c’est bien « créer » de l’ignorance.

Affiche du film Secrecy, co-réalisé par Peter Galison. Fiche complète sur Imdb

Dans le premier cadre, le “secret”, au-delà des textes fondateurs de Simmel, a été bien étudié, notamment à travers une série d’articles de Peter Galison, qu’il s’agisse de l’évolution des lois sur le secret aux Etats-unis ou d’estimations du “volume” des connaissances secrètes. C’est une thématique qui est évidemment prégnante dans le cas des connaissances “dangereuses”, par exemple dans le domaine bio-militaire. Comme le remarque Galison, au-delà des problèmes pratiques soulevés par la classification “secret” (comment administrer les connaissances secrètes?), se pose une question logique et épistémologique:

Continuer la lecture de « Ignorance et secret, suppression d’informations ou censure »

Bienvenue…

The Three Wise Monkeys, carving on the stable of Tosho-gu Shrine, Nikko, Japan
Michael Maggs – CC-BY-SA 2.5

Ce carnet de recherches recense les activités d’animation scientifique de
l’UMS3610 CAPHÉS sur la thématique de l’ignorance. Nous vous invitons à visiter la bibliographie sur la post-vérité et les fake-news et celle sur la “Science et l’ignorance” qui documente différentes facettes de l’ignorance.

Vous retrouverez l’ensemble des billets de présentation de la bibliographie dans la rubrique “Formes de l’ignorance”.

N’oubliez pas de surveiller aussi la page des captations de séminaires et la rubrique entretiens. Nous vous souhaitons une bonne visite !

Ignorance savante et frontières de la connaissance

L’ignorance n’est pas seulement “ce que l’on ne sait pas”. Si la recherche actuelle semble préférer le terme de “nescience” pour qualifier l’ignorance inconsciente d’elle-même, elle la distingue généralement de l’ignorance pleinement consciente d’elle-même. Matthias Gross, dans Ignorance and Surprise parle de “non-connaissance” (Nichtwissen), pour désigner  un savoir sur ce qui n’est pas connu, mais « qui le prend en compte pour des actions futures ». 

La manière dont un chercheur, voire un champ disciplinaire, identifie ce qui n’est pas encore connu, mais qui pourrait et devrait l’être, relève bien d’une étude élargie de l’ignorance, et c’est en ce sens que Stuart Firestein l’a analysée, notamment dans l’ouvrage Ignorance, How it drives Science (OUP, 2012). Nous avons pu accueillir l’auteur, lors d’une conférence invitée, et reproduisons ci-dessous la partie de la conférence portant sur ce thème.

Stuart Firestein “Ignorance, Failure and the Sciences” – durée 27 mn
Extrait de la conférence du 27/09/2018.  Production, Réalisation  : CAPHÉS (CNRS-ENS).
Prise de vue/ montage : Julie Solviche

Bibliographie “Science et ignorance” : Dossier I


Entretien avec Sabrina Speich, Professeure de géosciences à l’ENS

Le Centre d’archives en philosophie, histoire et édition des sciences de l’ENS (UMS 3610 CNRS /ENS) a initié une campagne d’entretiens avec des chercheurs de différents domaines, afin de constituer une collection de vidéos et enregistrements audio d’archives qui viendront enrichir son fonds documentaire.
Dans ce premier entretien vidéo, Sabrina Speich – Professeur de Géosciences, Laboratoire de Météorologie Dynamique (UMR 8539 CNRS, ENS, UPMC, École polytechnique), est invitée à s’exprimer sur les principaux défis et les principales inconnues identifiés dans sa discipline.

Première partie – durée 14 min 04

Spécialiste d’océanographie physique, Sabrina Speich étudie la dynamique des océans et leurs rôles dans la régulation climatique. Continuer la lecture de « Entretien avec Sabrina Speich, Professeure de géosciences à l’ENS »

Campagne d’entretiens : “Archives de la science en train de se faire”

Le CAPHÉS (UMS 3610 CNRS /ENS) a initié une campagne d’entretiens avec des chercheurs de différents domaines afin de les inviter à venir réfléchir aux principaux défis et aux principales inconnues de leurs disciplines respectives.

Les meilleures séquences de ces entretiens de longue durée destinés à la constitution d’une archive de “La science entrain de se faire”, sont ensuite sélectionnées pour une diffusion plus large.

Une série intitulée “La science à l’œuvre” a ainsi pu être initiée. C’est l’entretien avec Sabrina Speich, Professeur de Géosciences, Laboratoire de Météorologie Dynamique (UMR 8539 CNRS, ENS, UPMC, École polytechnique), qui a ouvert la série, suivi de l’entretien avec Hélène Dessales, Maître de conférences ENS-PSL en archéologie (AOROC UMR 8546). Elle sera enrichie au fur et à mesure.