« Ignorance et passions épistémiques » : entretien avec Gloria Origgi

Gloria Origgi
Gloria Origgi (Institut Jean Nicod, CNRS-ENS-EHESS)

Gloria Origgi est Directrice de recherche CNRS à Institut Jean Nicod. Elle mène des recherches en épistémologie sociale, philosophie des sciences sociales, cognition sociale et épistémologie du web. Elle s’est consacrée durant les cinq dernières années aux mécanismes de confiance qui sous-tendent les pratiques épistémiques. L’ensemble complexe des raisons, des réactions affectives et de dépendances qui incitent les gens à faire confiance aux autres et à acquérir de nouvelles croyances est au cœur de ses recherches sur l’épistémologie de la confiance. Elle s’est concentrée sur le rôle de la réputation comme source de justification épistémique. L’épistémologie de la réputation, c’est-à-dire la façon dont les gens utilisent l’information pour conférer une autorité épistémique, est toujours au cœur de ses recherches et s’articule autour de divers axes de recherche, comme l’influence des préjugés sexistes sur la crédibilité et le rôle des réseaux sociaux et autres interactions sur Internet dans le filtrage de l’information.

Alors que les autres entretiens de cette série exploraient la question des frontières de la connaissance ou de l’ignorance stratégique, les extraits suivant portent sur la  forme d’ignorance due au caractère circonscrit de nos intérêts.

Comment voyez-vous le rapport entre l’agent connaissant, et plus largement le public, à l’enquête ? Et à l’ignorance ?

On a souvent reproché aux partisans du « modèle du déficit » (information deficit model)  leur conception selon laquelle le manque de confiance en la science et en les politiques fondées sur la science serait dû à un défaut d’information du public qu’il faudrait corriger en veillant au transfert des informations depuis une sphère sachante vers une sphère non sachante qu’il faudrait à tout prix instruire. Gloria Origgi refuse ce mode d’analyse de la répartition de l’ignorance et de la connaissance :

Sujets abordés : La nécessité du travail d’enquête de la part des gouvernés en démocratie et la quête d’une vérité univoque : une approche écartée ; une approche pragmatique de la vérité plus proche de John Dewey et Walter LippmannLa prise en compte du caractère distribué de l’ignorance comme de la connaissance ; face à un problème scientifique aux enjeux sociétaux : les différentes approches de l’expert, du législateur et du citoyen doivent être distinguées et considérées dans leurs contextes respectifs ; l’exemple des perturbateurs endocriniens

Continuer la lecture de « « Ignorance et passions épistémiques » : entretien avec Gloria Origgi »

« Les théories du complot, une forme de production d’ignorance ? », entretien avec Sylvain Delouvée

Maître de conférences habilité à diriger des recherches (HDR) à l’Université de Rennes en psychologie sociale (membre du Laboratoire de psychologie – LP3C), Sylvain Delouvée s’intéresse aux croyances collectives et la pensée sociale. Il étudie plus particulièrement les comportements et conduites dites irrationnelles. Il effectue et anime régulièrement des conférences ou des formations portant sur les théories du complot, les rumeurs, l’esprit critique, les peurs collectives, les stéréotypes, les préjugés et les réseaux sociaux et participe également à des recherches-actions ou à des missions d’expertise. Sylvain Delouvée coordonne actuellement un projet de recherche de lutte contre la diffusion des théories du complot financé par l’ANR. Il est également l’auteur ou le co-auteur de plusieurs ouvrages scientifiques et de vulgarisation.1

Nous avons souhaité interroger Sylvain Delouvée sur les liens possibles entre théories du complot et ignorance produite, à la lumière de sa discipline.

Semer le doute, est-ce une première étape dans la fabrication de l’ignorance ?

Distinction entre le doute se rapportant à une forme d’hypercritique et l’ignorance qui peut résulter de l’influence de facteurs externes. Expériences de Stanley Milgram en 1969 et de John Darley et Bibb Latané2 en 1968 montrant que dans une situation inconnue, nous nous rapportons souvent aux autres pour savoir comment agir ; le phénomène d’ignorance collective.

Continuer la lecture de « « Les théories du complot, une forme de production d’ignorance ? », entretien avec Sylvain Delouvée »
  1. Ouvrages récents : GAUVRIT, Nicolas & DELOUVÉE, Sylvain, Des têtes bien faites. Défense de l’esprit critique, Paris, Presses Universitaires de France, 2019.
    DELOUVÉE, Sylvain, Psychologie sociale. Manuels visuels de licence, Paris, Dunod, 2018
    LO MONACO, Grégory, DELOUVÉE, Sylvain & RATEAU, Patrick, Les représentations sociales : théories, méthodes et applications, Bruxelles, DeBoeck, 2016
    DELOUVÉE, Sylvain, Pourquoi faisons-nous des choses stupides ou irrationnelles ?!, Paris, Dunod, 2011. []
  2. Bibb Latané et John Darley, « Group inhibition of bystander intervention in emergencies », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 10, no 3,‎ novembre 1968, p. 215–221 PMID 5704479, DOI:10.1037/h0026570. []

« Perdons-nous connaissance ? », entretien avec Lionel Naccache

Lionel Naccache a écrit de nombreux livres dans lesquels la question de la connaissance est revisitée de manière originale, à la lumière des neurosciences. C’était sans doute le cas du Nouvel inconscient 1, mais bien sûr plus encore de Perdons-nous connaissance ?2. En ouverture de cet ouvrage, Lionel Naccache présentait l’hypothèse selon laquelle la connaissance pourrait être perçue, et a été perçue, comme une « menace », et affirmait qu’il ne s’agissait pas là d’une spéculation gratuite :

… il ne s’agit pas là d’une dimension oiseuse, fantaisiste ou superficielle de la connaissance, qui serait le simple fruit de mon imagination. Ce risque intrinsèque à l’activité de connaître traverse notre culture occidentale depuis ses origines, sous des formes très variées qui produisent ensemble une formidable cohérence. Nous entretenons d’ailleurs souvent une relation empreinte de nostalgie affectueuse à l’égard de cette somme extraordinaire de mythes, allégories et autres récits imaginaires dont de nombreuses pages nous ont abreuvés pendant notre éducation. Pour autant, au-delà de cette impression de familiarité, sommes-nous aujourd’hui capables d’attribuer une signification pertinente à ces menaces ? Que reste-t-il de ces mythes ?

Source : Naccache, Lionel. Perdons-nous connaissance ? Odile Jacob. « Avant-propos »

C’est cette dimension de la connaissance, mais aussi de l’ignorance, qui est au cœur de l’entretien qui suit, où sont également abordées d’autres notions, tels que les biais, la manipulation et la place du sujet dans ses représentations.

Pourquoi semblons-nous parfois enclins, de par nos aptitudes psychiques ou comportement sociaux, à préférer l’ignorance ?

Continuer la lecture de « « Perdons-nous connaissance ? », entretien avec Lionel Naccache »

  1. NACCACHE, Lionel. Le nouvel inconscient : Freud, Christophe Colomb des neurosciences. Paris, France: O. Jacob, impr. 2009, 2009. []
  2. NACCACHE, Lionel. Perdons-nous connaissance ?: de la mythologie à la neurologie. Paris : Odile Jacob, 2018. []

Entretien avec Linsey McGoey : « Philanthrocapitalisme et ignorance »

Linsey McGoey, après une série de publications autour de l’ignorance stratégique et avoir codirigé la somme que représente le Routledge Handbook of Ignorance Studies1, s’est intéressée aux fondations philanthropiques et à la pression que ces dernières exercent sur la recherche publique, ainsi que sur l’éducation et la santé publique.

Éditions Verso, 2015

Voici les archives longues de l’entretien qu’elle avait accordée à Franck Cuveillier dans la cadre de la préparation de « Voyage en Agnotologie ».

De quelle façon les investissements réalisés par les fondations philanthropiques dans la recherche scientifique influent-ils sur la qualité de la production des savoirs ? 

Quel est l’impact de l’implication des fondations privées dans la délivrance de soins ou de services et quelles sont les interactions avec le secteur public ?

Continuer la lecture de « Entretien avec Linsey McGoey : « Philanthrocapitalisme et ignorance » »

  1. Linsey McGoey a codirigé le manuel : Gross, Matthias, et Linsey McGoey,  Routledge international handbook of ignorance studies. Londres, 2015. Sur ce sujet, se reporter aussi à l’article : McGoey, Linsey. « The Logic of Strategic Ignorance ». The British Journal of Sociology 63, n° 3 (2012): 553‑76. []

Entretien avec Dominique Pestre  : ignorance, savoirs et globalisation libérale

Dominique Pestre, 5 octobre 2018, à l’EHESS

Les discussions sur la « production d’ignorance » mobilisent parfois un concept massif et indifférencié d’ignorance (comme de « connaissance » ou de « science »). Il était tentant de demander à Dominique Pestre (Centre Alexandre Koyré, EHESS) son point de vue sur la question, pour plusieurs séries de raisons.

Tout d’abord parce qu’il compose, depuis plusieurs décennies, une « histoire culturelle des savoirs », dont un des derniers volets est constitué par les volumes qu’il a dirigés au Seuil.

Ensuite parce que, même si ce fait est rarement relevé, il a participé à l’un des colloques qui a lancé la notion même d’agnotologie ; il occupe donc une situation tout à fait privilégiée pour analyser ce mouvement.

Enfin, parce que, même s’il n’est pas question dans son œuvre de proposer une « théorie » de l’ignorance, dont on a bien compris qu’elle serait à rebours de l’approche « par cas » qu’il présente dans l’entretien ci-dessous, cette thématique revient à plusieurs reprises sous sa plume, notamment dans le chapitre « Pour une politique de l’ignorance » d’A Contre-Science.

Comment donc faire droit à ce qu’évoquent les études agnotologiques sans mobiliser un cadre trop général, et par là trop abstrait ?

Une histoire des savoirs

Demander à Dominique Pestre de se présenter en quelques mots relève de la gageure, mais c’est néanmoins ce qu’il a bien voulu accepter de faire en préambule de cet entretien.

« Comment caractérisereiez-vous votre approche des savoirs ? »
Durée : 1min55 – Dominique Pestre, entretien au CAPHÉS, janvier 2018 (1/10)

Tout de suite, une question de vocabulaire se pose  : évoquer la place de l’ignorance comme moteur de la découverte scientifique, ou encore parler de « production d’ignorance » sont des emplois très récents. Il s’agit pour une large part, selon Dominique Pestre, d’usages « importés ». Maniés de façon imprudente, ils peuvent présupposer une approche de la science et de la connaissance dont l’histoire des savoirs a entendu se départir.

« Quelle place pour l’ignorance dans l’histoire culturelle des sciences ? »
Durée : 1min24- Dominique Pestre, entretien au CAPHÉS, janvier 2018 (2/10)

Analyse de cas   : Hertz, les ondes électromagnétiques et le poële à bois

« Analyse de cas. Hertz et les ondes électromagnétiques ? »
Durée : 5min45 – Dominique Pestre, entretien au CAPHÉS, janvier 2018 (3/10)

Pour aller plus loin : Heinrich Hertz, l’administration de la preuve1

Instrumentalisation des incertitudes

Dans le cadre de cette histoire, la notion d’ignorance n’est pas forcément une catégorie « utile », mais cela n’empêche en rien d’étudier la production de fausses informations ou l’instrumentalisation des simplifications et des incertitudes :

« Pourquoi l’ignorance n’est pas un catégorie « utile » ? »
Durée : 2min50 – Dominique Pestre, entretien au CAPHÉS, janvier 2018 (4/10)

Si l’on suit cette dernière veine, plus propice à l’analyse historique, y a-t-il des périodes qui se prêtent plus que d’autres à ces types d’instrumentalisations ?

« Les contextes plus ou moins propices à l’instrumentalisation des savoirs »
Durée : 3min15 – Dominique Pestre, entretien au CAPHÉS, janvier 2018 (5/10)

Dans cette perspective, il n’y pas de sens à dire que le « monde scientifique » serait l’objet d’instrumentalisations. Face aux exemples donnés par Oreskes et Conway, qui mettent en évidence l’action de scientifiques, souvent les mêmes, servant de caution aux actions des think tanks, il est plus intéressant de se pencher sur les valeurs qu’ils partagent. Ils ne parlent pas en représentants du « monde scientifique », même s’ils peuvent le faire croire, en outrepassant leur domaine de spécialité :

« Les scientifiques face aux processus d’instrumentalisation »
Durée : 5min06 – Dominique Pestre, entretien au CAPHÉS, janvier 2018 (5bis/10)

Les nouveaux producteurs de savoirs

Deux types d’institutions « productrices de savoirs » sont apparues dans les années 1970 : les think tanks conservateurs libéraux, américains et anglais, et les ONG environnementales. Comment comprendre leurs actions respectives, à rebours des « sciences officielles »?2

« Thinks Tanks » et ONG sont devenus des acteurs majeurs de l’espace public »
Durée : 3min55 – Dominique Pestre, entretien au CAPHÉS, janvier 2018 (6/10)

De nouvelles questions surgissent donc dans l’espace public, appelant de nouvelles spécialités scientifiques et, dans le cas de l’environnement, impliquant l’émergence de « savoirs faibles », objets de pressions de la part des technostructures. C’est dans ce contexte que l’expression « politique de l’ignorance » avait été introduite dans A contre-science3. A partir du moment où le champ scientifique ne possède pas l’autonomie lui permettant d’identifier l’ensemble des problèmes à résoudre pour le social, où l’ensemble des effets engendrés par les effets des techniques nouvelles est difficilement maîtrisable, où le débat public implique des choix sociaux, à côté des dimensions techniques et scientifiques, une situation nouvelle se dessine.

« … Lorsque les différentes sciences sont convoquées pour traiter de sujets qu’elles n’ont pas elles-mêmes définis et qui excèdent profondément les procédures qu’elles mettent en œuvre dans les lieux confinés qui sont les leurs, l’ignorance à laquelle elles doivent faire face est bien plus grande que lorsqu’elles choisissent leurs problèmes et les simplifient à leur guise » (A contre-science). 

« Qu’entendez-vous par l’expression « une politique de l’ignorance » (A contre science )? »
Durée : 3min36 – Dominique Pestre, entretien au CAPHÉS, janvier 2018 (7/10)

Nouvelles régulations et Soft Law

L’exemple de l’huile de palme « bio » et de sa labelisation, notamment, permet de mieux comprendre comment de nouvelles régulations, typiques de la Soft Law, s’instaurent :

« Qu’est-ce qui caractérise l’époque de la « Soft Law » ? Ex. L’huile de palme. »
Durée : 5min19 – Dominique Pestre, entretien au CAPHÉS, janvier 2018 (8/10)

Autre exemple  : le « bois durable », où la durabilité fait elle aussi l’objet de négociations. C’est un problème d’équilibre des valeurs plus que de connaissance et d’ignorance.

« Autre étude de cas : le bois durable »
Durée : 2min46 – Dominique Pestre, entretien au CAPHÉS, janvier 2018 (9/10)

Le phénomène de « post-vérité »   : rupture ou continuité ?

Enfin, l’expression « post-vérité » est apparue récemment dans le débat public, et pour certains elle caractériserait une nouvelle « ère ». En est-il vraiment ainsi ? Comment comprendre de phénomène dans le cadre du phénomène de globalisation libérale ?

« Y a t-il une ère de la post-vérité ? »
Durée : 6 min 15 – Dominique Pestre, entretien au CAPHÉS, janvier 2018 (10/10)

Pour aller plus loin  : sur le site des Savoirs de l’ENS, réécouter la conférence de Dominique Pestre, La politique des savoirs aujourd’hui, dans le cadre des Jeudis HPS (2014).

Crédits  : nous remercions Franck Cuveillier, auteur de la série d’entretiens réalisés début 2018 pour la Série Documentaire (France Culture), dont le CAPHES était conseiller scientifique, d’avoir bien voulu permettre ce travail sur la base des entretiens longs, et donc en grande partie inédits. Nous remercions aussi très chaleureusement Perrine Kervran, productrice de l’émission.

Les ressources audios ici présentées sont hébergées par le TGIR Humanum utilisent le service d’exposition de données Nakala. 

  1. ATTEN, Michel et PESTRE, Dominique, Heinrich Hertz, l’administration de la preuve, PUF (Philosophies), 2002. []
  2. Voir notamment Pestre Dominique, « 8. Néolibéralisme et gouvernement. Retour sur une catégorie et ses usages », dans : éd., Le gouvernement des technosciences. Gouverner le progrès et ses dégâts depuis 1945. Paris, La Découverte, « Recherches », 2014, p. 261-284. URL : https://www.cairn.info/le-gouvernement-des-technosciences–9782707175045.htm-page-261.htm []
  3. Dominique Pestre, À contre-science : politiques et savoirs des sociétés contemporaines, Paris : Éditions du Seuil, 2013 []