Entretien avec Scott Frickel (Brown University & Institute at Brown for Environment and Society – IBES)

Entretien avec Scott Frickel, enregistré le 12 janvier 2023 par visioconférence et mené par Mathias Girel

Cliquer sur la description de la vidéo dans YouTube pour accéder directement aux questions.

Le portrait de Scott Frickel, professeur de sociologie à l’université de Brown et membre de l’Institute at Brown for Environment and Society (IBES), vient compléter la série d’entretiens autour de la « science et l’ignorance » initiée précédemment.
Scott Frickel y est invité à revenir sur son parcours scientifique pour examiner la place de la question de l’ignorance, depuis l’introduction du livre The New Political Sociology of Science : Institutions, Networks and Power, Science and Technology in Society (University of Wisconsin Press, 2006), co-édité avec Kelly Moore, jusqu’à son travail de collaboration pour l’ouvrage Residues: Thinking Through Chemical Environments (New Brunswick, NJ: Rutgers University Press, 2021) et à ses perspectives de travail plus actuelles.

L’entretien permet de mieux cerner la façon dont le chercheur définit l’ignorance, sur le plan ontologique, ainsi que son positionnement par rapport aux chercheurs contemporains du champ des ignorance studies. Scott Frickel y aborde ses collaborations les plus marquantes, notamment avec David Hess ou Michelle Edwards. Il se situe également, au cours de cet échange, par rapport aux travaux sur l’« ignorance stratégique » dont il semble plus éloigné.

Cet échange offre par ailleurs un aperçu des nouvelles approches mises en œuvre par Scott Frickel pour mesurer et identifier les changements socio-environnementaux engendrés par l’industrialisation. Ces dernières mettent en évidence des situations dans lesquelles la science n’est pas produite, des points aveugles dans le recueil des données environnementales et les inégalités sociales qui en résultent. Les travaux de Scott Frickel permettent donc également d’aborder la question de l’ignorance d’une façon très empirique. Le terme « résidu », choisi pour le titre de l’ouvrage collectif  Residues: Thinking Through Chemical Environments afin de désigner ces reliquats de la production industrielle, qui traversent les frontières et subsistent au cours du temps, met d’ailleurs l’accent sur ses conséquences matérielles et bien tangibles.

Pour aller plus loin :

Entretien avec Guillaume Coudray

Ill. ci-dessus : Jambon fumé, CC0, Source

Entretien avec Guillaume Coudray, documentariste et journaliste, mené par Mathias Girel, enregistré par visioconférence le 1er décembre 2022. Durée : 52min

Cliquer sur “Plus” dans la description de la vidéo sur YouTube pour accéder directement aux questions

Guillaume Coudray, documentariste et journaliste d’investigation, est l’auteur de deux ouvrages en français, qui dénoncent l’utilisation des additifs nitrés pour la fabrication des viandes transformées et décrivent les mécanismes longtemps mis en œuvre par les industriels pour obscurcir l’information à propos de la cancérogénicité de ces derniers.

Le premier ouvrage, Cochonneries : comment la charcuterie est devenue un poison (La Découverte, 2017), est également paru en anglais, dans une édition revue et augmentée intitulée Who Poisoned Your Bacon?: The Dangerous History of Meat Additives (Icon Books, 2021). Plus récemment et à une date ultérieure au présent entretien, il fait paraître un second ouvrage, Nitrites dans la charcuterie, le scandale (Harper Collins, 2023).

Il y avait une double motivation à cet entretien : la référence fréquente à des sources, telles que Robert Proctor, présentes dans le fonds, et l’usage intensif d’archives.

Le contexte : bref historique de l’utilisation des additifs nitrés pour la fabrication des charcuteries en France

Le nitrite de potassium (E 249), autorisé en France depuis 1912, et le nitrite de sodium (E250), autorisé depuis 19641 sont deux additifs qui revêtent, du point de vue des industriels, l’avantage de réunir en une substance plusieurs propriétés telles que l’accélération de la maturation, la conservation longue, l’obtention d’une coloration jugée attrayante et l’élimination efficace de certains agents pathogènes. L’industrie de la charcuterie les a ainsi longtemps prisés pour leur capacité à limiter les coûts de rendement et résister à la concurrence étrangère, et ils restent encore largement utilisés aujourd’hui.

Continuer la lecture de « Entretien avec Guillaume Coudray »

  1. Voir : COUDRAY, Guillaume, Cochonneries, La Découverte, 2017, p 94 et p. 98. Le chapitre 6 est consacré à l’autorisation française du nitrite de sodium []

Entretien avec Soraya Boudia (Université Paris Cité / CERMES3)

Entretien avec Soraya Boudia, professeur de sociologie à l’Université Paris Cité et membre du Cermes3, mené à l’École normale supérieure de Paris, le 16 juin 2022, par Mathias Girel, directeur du CAPHÉS (UAR 3610 CNRS/ENS).

Soraya Boudia est historienne des sciences, des techniques, et de l’environnement, membre du Centre de recherche, médecine, science, santé, santé mentale, société (CERMES3, UMR 8211 CNRS-INSERM-EHESS-Université Paris Cité) et Professeur de sociologie à l’Université Paris-Cité.
Dans cet entretien au long cours, Soraya Boudia revient sur son parcours scientifique depuis ses premiers travaux sur la radioactivité, sous la direction de Dominique Pestre, jusqu’à ses chantiers de recherche actuels sur les savoirs et politiques de gestion des déchets toxiques à l’ère de l’anthropocène, afin d’expliciter leur lien avec les études sur l’ignorance.
L’attention se porte tour à tour sur un article au caractère programmatique, l’introduction du numéro spécial  « Risk and Risk Society in Historical Perspective »1, sur l’ouvrage Gouverner un monde toxique , également co-écrit avec Nathalie Jas2, ainsi que sur ses travaux plus actuels dans lesquels se dessinent une remise en perspective des études sur l’ignorance, comme l’introduction du numéro spécial « Ignorance(s) » de la Revue d’anthropologie des connaissances3. Soraya Boudia y aborde aussi sur ses travaux en collaboration avec E. Henry au travers de deux ouvrages qu’ils ont co-dirigés4.

Cliquer sur “Plus” dans la description de la vidéo sur YouTube pour accéder directement aux questions.

  1. Boudia, Soraya, et Nathalie Jas. « Risk and Risk Society in Historical Perspective ». History and Technology 23, no 4 (2007): 317 []
  2. Jas, Nathalie, et Soraya Boudia. Gouverner un monde toxique. 1re éd. Editions QUAE GIE, 2019 []
  3. « Ignorance(s) », [traduction anglaise « Ignorance »], [Traduction espagnole «Ignorancia(s)»], Laura Barbier, Soraya Boudia, Maël Goumri & Justyna Moizard-Lanvin (ss. dir. de), Revue d’anthropologie des connaissances, vol 15 n°4, 2021. []
  4. Boudia, Soraya, et Emmanuel Henry. La mondialisation des risques: une histoire politique et transnationale des risques sanitaires et environnementaux. Res Publica. Rennes: Presses universitaires de Rennes, 2015.
    Boudia, Soraya, et Emmanuel Henry. Politiques de l’ignorance. Paris: PUF, 2022. []

Entretien avec S. Ducourant autour de la question du bien-être animal

Entretien avec Sam Ducourant, mené à distance depuis le Max-Planck-Institut für Wissenschaftsgeschichte, par Julie Solviche, le 29 mars 2022

Sam Ducourant est doctorant·e à l’ENS-PSL en philosophie, sous la direction de Florence BURGAT, directeur de recherche INRA-SAE2, rattachée aux Archives Husserl (UMR 8547 CNRS-ENS) et de Sophie Roux, Professeur à l’ENS-PSL et directrice de l’Unité République des Savoirs UAR 3608 – (CNRS/ENS/Collège de France). Spécialisé·e en histoire et philosophie des sciences et des techniques, iel s’intéresse plus particulièrement au concept de bien-être animal au XXe siècle. Cet entretien est l’occasion de revenir son article « Science or Ignorance of Animal Welfare? A Case Study: Scientific Reports Published in Preparation for the First European Directive on Animal Welfare (1979-1980) », paru dans la revue Science, Technology, & Human Values en août 20211. Ce dernier examine le processus d’expertise portant sur l’emploi des cages de batterie dans l’élevage des poules pondeuses, qui fût mené au sein des institutions européennes entre 1979 et 1980, et s’attache à décrire les mécanismes de production d’ignorance à l’œuvre.
Continuer la lecture de « Entretien avec S. Ducourant autour de la question du bien-être animal »

  1. Ducourant, Samuel. « Science or Ignorance of Animal Welfare? A Case Study: Scientific Reports Published in Preparation for the First European Directive on Animal Welfare (1979-1980) ». Science, Technology, & Human Values, 31 août 2021, 01622439211040179. https://doi.org/10.1177/01622439211040179 []

Judith Rainhorn (Université de Paris 1 / Maison française d’Oxford) : portrait

Entretien à distance avec Judith Rainhorn le 20 janvier 2022, mené par Mathias Girel. Durée : 57 min

Judith Rainhorn est professeure d’histoire contemporaine au Centre d’histoire sociale à l’Université de Paris 1, Senior Research Fellow à la Maison française d’Oxford (2020-2022) où elle est responsable du programme d’histoire et d’histoire des sciences. Elle est membre du Oxford Centre for the History of Science, Medicine and Technology de l’université d’Oxford. Son travail s’articule entre différents axes de recherche. Elle s’est tout d’abord intéressée à l’histoire des migrations en France et aux États-Unis, puis à l’histoire de la santé au travail au XIXe et XXe siècle, à celle maladies professionnelles et des nuisances industrielles et plus particulièrement à l’histoire du saturnisme, maladie correspondant à une intoxication aïgue ou chronique causée par le plomb.

Elle a accepté de répondre à quelques questions afin d’éclairer le lien entre son parcours scientifique et les problématiques développées dans le présent carnet sur l’ignorance produite, dans cet entretien au sein duquel l’ouvrage « Blanc de Plomb : histoire d’un poison légal » (Presses de Sciences Po, 2019), occupe bien sûr une place importante. Judith Rainhorn revient sur ce travail d’enquête qui s’intéresse à la céruse, produit massivement utilisé depuis la fin du XVIIIe siècle pour recouvrir les murs des villes européennes. Il s’agit  d’expliciter les raisons pour lesquelles les connaissances autour de la toxicité du produit ne sont pas parvenues à freiner son utilisation. Les mécanismes d’opacification sont passés au crible : les notions d’instrumentalisation du doute, de jeux sur la multifactorialité et d’invisibilisation statistique apparaissent en filigrane. La seconde partie de l’entretien est consacrée à des travaux plus récents autour de l’incendie de Notre-Dame de Paris ainsi qu’aux perspectives de recherches actuelles.

Cliquer sur “Plus” dans la description de la vidéo sur YouTube pour accéder directement aux questions.

En savoir plus :
– Rainhorn, Judith. « Le plomb, le peintre et la flèche de Notre-Dame ». Revue d’anthropologie des connaissances 15, no 4 (1 décembre 2021).
– Rainhorn, Judith. Blanc de plomb : Histoire d’un poison légal. Paris: Les Presses de Sciences Po, 2019.
– Rainhorn, Judith. « Interroger l’opacité d’une maladie : le saturnisme professionnel comme enjeu sanitaire, scientifique et politique dans la France du XIXe siècle ». Histoire, économie société, 36, no 1 (10 avril 2017): 8‑17.


Linsey McGoey (Université d’Essex) : portrait

Entretien à distance avec Linsey McGoey le 18 novembre 2021, mené par Mathias Girel.

Dans cet entretien qui prend la forme d’un portrait, le premier d’une nouvelle série, Linsey McGoey (University of Essex) revient sur son parcours scientifique en lien avec le champ des études sur l’ignorance.

Elle évoque ses premiers travaux sur l’ignorance stratégique, puis son implication dans un travail collectif qui contribua à la structuration du champ de recherche et qui comprend la co-édition, avec Mathias Gross, du Routledge international handbook of ignorance studies (Routledge, 2015). Elle aborde ensuite la question du philanthrocapitalisme1, à partir de son ouvrage No such thing as a free gift (Verso, 2015), avant de s’intéresser à The Unknowers : how strategic ignorance rules the world (Zed Books, 2018), son dernier livre en date, qui décrit l’utilisation stratégique de l’ignorance par les élites financières et politiques à leurs propres fins.
Pour clore l’entretien, la sociologue offre à partir de ses derniers travaux menés avec J. Bacevic (Durham University), une perspective sur la pandémie de Covid-19 .

 

  1. Voir aussi : « Entretien avec Linsey McGoey : “Philanthrocapitalisme et ignorance”» []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search