Veille « science et ignorance » nov. 2021 n°2 : “ignorance studies” et épidémies

  • Les dimensions sociales de l’ignorance dans les discours sur l’épidémie de COVID-19 aux États-Unis en 2020.

Le néologisme « infodémie », dont on relève de premières occurrences à l’occasion de l’épidémie de SRAS, a été à nouveau employé par l’OMS dès février 2020 pour faire référence à l’abondance d’informations circulant à propos de la Covid-19 et à leur médiocre qualité puisque nombre d’entre elles se révèlent fausses ou inexactes1. Ce terme est ensuite employé régulièrement à propos de la pandémie et peut se référer selon le contexte : à la profusion d’infox et de fake-news, à un mode de circulation de l’information qui est comparé par métaphore aux notions de contagion et de viralité dans le domaine de la médecine, et enfin à un type de désinformation ou de mal-information spécifique au contexte épidémique. Cette dernière acceptation insiste sur des caractéristiques préoccupantes du phénomène, propres à aggraver l’épidémie elle-même.

L’article ici présenté, s’intéresse à la question de la mal-information et de la désinformation durant la crise du Covid-19 et analyse les pratiques discursives liées à la pandémie aux États-Unis en 2020, sous l’angle de l’oubli viral.
Outre l’emploi fréquent de résultats statistiques non explicités, ces discours ont recours aux comparaisons avec les épidémies du passés alors que l’épidémie de Covid-19 présente des caractéristiques différentes.
Les auteurs Peter Hegarty et Joe Rollins semblent suggérer que les leçons du passé sont mal assimilées : on le sollicite lorsque ne faudrait pas et l’oublie lorsqu’il pourrait se révéler utile. Ils remarquent que le discours des dirigeants persiste, comme ce fût le cas durant l’épidémie de SIDA, à traiter de l’épidémie sur un mode individualiste et stigmatisant.  En s’appuyant sur des ouvrages Epistemology of the Closet2 et Race and epistemologies of ignorance3, ils montrent que ces discours présentent des lacunes et traduisent une forme d’ignorance.

Continuer la lecture de « Veille « science et ignorance » nov. 2021 n°2 : “ignorance studies” et épidémies »

  1. Voir cet article de Conspiracy watch, 16 juin 2020, consulté le 4 novembre 2021 []
  2. Kosofsky Sedgwick, Eve. Epistemology of the Closet Updated with a new preface. A Centennial Book. Berkeley (Calif.) Los Angeles (Calif.) London: University of California press, 2008. 1ere Ed. 1990 []
  3. Sullivan, Shannon, et Nancy Tuana. Race and Epistemologies of Ignorance. SUNY Series, Philosophy and Race. Albany, N.Y: State University of New York Press, 2007 []

Veille « Science et ignorance » nov. 2021 n°1 : sociologie de l’ignorance et médecine

L’article mis en avant dans le présent billet réalise un état des lieux des interactions entre la sociologie de l’ignorance et la médecine (aspects déjà abordés et chantiers ouverts). Ce focus est suivi, dans un second billet, de la présentation d’un autre article qui propose une analyse des discours officiels sur la pandémie de Covid-19 aux États-Unis en 2020 et souligne les lacunes dans réponses apportées, notamment leur caractère individualiste et stigmatisant.

  • La dimension d’incertitude inhérente à la médecine et les apports de la sociologie de l’ignorance.

En quoi l’autorité des savoirs médicaux est-elle liée à l’emploi de techniques médicales ? Dans quel contexte peut-on parler d’une « expertise profane » en médecine et comment cerner en ce domaine l’impact des nouvelles technologies d’information et de communication ?

La question de l’incertitude en médecine a toujours été présente mais la pandémie de Covid-19, depuis début 2020, semble l’avoir placée à nouveau au centre de l’attention. En cette période, la maladie est encore peu connue, il reste difficile de savoir quelles mesures prophylactiques employer et aucun traitement n’a encore été mis au point pour la guérir. Par ailleurs les mesures de confinement et de distanciation sont inégalement applicables suivant les professions, les types de population et les différents pays :  l’épidémie rappelle l’importance des déterminant sociaux de santé en sociologie de la médecine.
C’est pour O. Whooley, O. et K. K. Barker l’occasion de revenir sur l’histoire de la notion d’incertitude en médecine, tout comme de faire le point sur les apports potentiels et la fécondité de la sociologie de l’ignorance pour cette discipline.

Il est tout d’abord rappelé que la dimension d’incertitude est une partie intégrante de la médecine. Cette dernière semble en effet imprégner la relation médecin-patient, la phase de diagnostic et l’identification des maladies si bien que les praticiens ont depuis longtemps appris à gérer cette composante. Ces derniers savent bien que l’évolution d’une maladie et la réponse du sujet vivant à un traitement ne peuvent être parfaitement prévisibles.
Ils s’appuient ainsi, par exemple, sur l’évaluation de la balance bénéfice-risque pour administrer un traitement ou formuler une prescription.  L’art du praticien peut sembler en ce sens résulter de sa capacité à appréhender et à circonscrire la part d’inconnu auquel la singularité du sujet expose, au delà du caractère faillible de la science elle-même.

Après ce retour sur les antécédents de la question de l’incertitude en médecine, l’étude porte son attention sur les différentes formes d’ignorances identifiées par les spécialistes des ignorances studies et actuellement reconnaissables dans les sciences médicales.
Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance » nov. 2021 n°1 : sociologie de l’ignorance et médecine »

Veille « Science et ignorance » – Oct. 2021 n°1

Planisphère nautique (détail) / Opus Nicolay de Caverio ianuensis Caverio, Nicolaus de (14..-15..). Cartographe. Source gallica.bnf.fr / BnF 

IGNORANCE SAVANTE

  • Ignorance et découverte fortuite au début de l’époque moderne :

    Au XVIe et XVIIe siècle, des philosophes se sont interrogés sur le statut de différentes découvertes faites par hasard, qu’ils attribuent à des hommes dits « ignorants », au sens où ces derniers, expérimentateurs, seraient dénués de formation scientifique.
    Qu’elles soient le fruit de la sérendipité ou des qualités de l’inventeur, les découvertes fortuites telles que la découverte de l’Amérique, l’invention de la boussole ou de la première lunette astronomique, interpellent les philosophes qui se demandent de quelle manière intégrer ce mode opératoire dans les programmes d’avancement des sciences. En s’appuyant notamment sur la notion d’expérience lettrée (experientia literata) développée par Francis Bacon (1561-1626), l’article montre que ce mode de découverte se trouve tout à la fois discrédité, en raison de son caractère non conscient, par exemple, et réhabilité en vertu de la sagacité dont il est la preuve. 
    -Parageau, Sandrine. « « Colomb ignorant trouva le nouveau monde » : ignorance, découverte fortuite et expérimentation à la première modernité ». Revue d’histoire des sciences Tome 74, no 1 (16 juin 2021): 41‑62.

Actualités du fonds « Science et ignorance » – sept. 2021 n°1

IGNORANCE ET MÉCANISMES DE PRODUCTION DU DOUTE

La recherche financée par l’industrie considérée du point de vue de la philosophie des sciences : atouts, points de vigilance et recommandations.
  
Le respect du « temps long de la recherche » et la possibilité de choisir des sujets de recherche qui ne soient pas assujettis à des intérêts particuliers font partie des motifs couramment invoqués pour ré-affirmer l’intérêt de la recherche fondamentale, aux côtés de la recherche appliquée.

Cet article se propose d’examiner les bénéfices mais aussi les conséquences néfastes du financement de la recherche par l’industrie, afin de mettre en exergue des points particuliers de vigilance. L’intérêt de cette étude, pour le philosophe des sciences, est de pouvoir déterminer sous quelles conditions la recherche appliquée préserve son intégrité et quel serait dans ce cas l’arsenal d’antidotes à déployer pour prévenir des manquements à l’intégrité scientifique.

Cette étude revêt un intérêt d’autant plus prégnant que la proximité du secteur de l’industrie avec la recherche devient de plus en plus forte dans certains secteurs – comme par exemple, en biomédecine – et semble inéluctable au vue du coût élevé des recherches dans certains domaines.

La première partie est consacrée à l’étude des atouts, pour la recherche, du financement par l’industrie. Afin de préciser le contexte, l’auteur retrace très brièvement l’historique du lien entre industrie et recherche depuis les années 1980 et rappelle l’origine de la mise en place de dispositifs de protection de la propriété industrielle dans le secteur pharmaceutique. Il relève que la durée de développement des médicaments a pu favoriser l’acceptabilité éthique des brevets ; il s’agissait de protéger l’entreprise ayant investi dans la recherche-développement contre ses concurrents susceptibles de récupérer la formule du médicament.

“The patent system was ultimately seen to resolve tensions that existed between the norms of science (openness) and demands of business (profitability).” (p.2)

Cet argument est toujours mis en avant aujourd’hui dans les débats liés à la question de la levée des brevets sur les vaccins anti-covid 1.
Prenant en considération des domaines de recherche différents de ceux évoqués par les agnotologues, à savoir ici la spintronique ou l’électronique, l’auteur donne des exemples dans lesquels des innovations techniques effectuées dans un cadre commercial ont pu être propices, par la suite, aux avancées théoriques dans les disciplines concernées. 

Continuer la lecture de « Actualités du fonds « Science et ignorance » – sept. 2021 n°1 »

  1. Pour un aperçu des divers arguments mobilisés dans ce débat, voir par exemple : Bourgeois, Raphaël. « Faut-il lever les brevets des vaccins contre le Covid ? » France Culture : Le temps du débat, 20 février 2021. https://www.franceculture.fr/emissions/le-temps-du-debat/faut-il-lever-les-brevets-des-vaccins-contre-le-covid. []