Ignorance et secret, suppression d’informations ou censure

Une série d’approches considère l’ignorance comme produit d’une stratégie. Il s’agit là de considérer que l’on a pu tenter de gommer, de saper ou de fragiliser une connaissance fiable existante. Ainsi, faire disparaître de la connaissance de l’espace public, par exemple dans le cadre d’un secret d’État ou industriel, ou la rendre indisponible, inutilisable pour justifier des inférences et des décisions – comme dans certaines formes de climato-scepticisme ou les campagnes orchestrées par les cigarettiers – c’est bien « créer » de l’ignorance.

Affiche du film Secrecy, co-réalisé par Peter Galison. Fiche complète sur Imdb

Dans le premier cadre, le « secret », au-delà des textes fondateurs de Simmel, a été bien étudié, notamment à travers une série d’articles de Peter Galison, qu’il s’agisse de l’évolution des lois sur le secret aux Etats-unis ou d’estimations du « volume » des connaissances secrètes. C’est une thématique qui est évidemment prégnante dans le cas des connaissances « dangereuses », par exemple dans le domaine bio-militaire. Comme le remarque Galison, au-delà des problèmes pratiques soulevés par la classification « secret » (comment administrer les connaissances secrètes?), se pose une question logique et épistémologique:

Continuer la lecture de « Ignorance et secret, suppression d’informations ou censure »

Ignorance savante et frontières de la connaissance

L’ignorance n’est pas seulement « ce que l’on ne sait pas ». Si la recherche actuelle semble préférer le terme de « nescience » pour qualifier l’ignorance inconsciente d’elle-même, elle la distingue généralement de l’ignorance pleinement consciente d’elle-même. Matthias Gross, dans Ignorance and Surprise parle de « non-connaissance » (Nichtwissen), pour désigner  un savoir sur ce qui n’est pas connu, mais « qui le prend en compte pour des actions futures ». 

Continuer la lecture de « Ignorance savante et frontières de la connaissance »

Ignorance et production de doute

Certains auteurs rangent dans la rubrique « production d’ignorance » les stratégies de production du doute à l’égard de connaissances fiables. Au-delà du cas paradigmatique que Proctor explore dans Golden Holocaust, celui de l’industrie du tabac, sur lequel existent les archives publiques les plus nombreuses, ces exemples montrent comment, dans certains contextes, on peut « jouer » la science contre la science, utiliser les formalismes, les attributs et l’apparence de la science pour fragiliser de la connaissance fiable, entreprise qui est loin d’être triviale. En ce sens, l’analyse d’épidémiologie biaisée, de publications « fantômes », de pressions sur l’expertise, de financement intéressé, pose une question classique en philosophie : celle de la démarcation, c’est-à-dire de la distinction entre la science et ses avatars. Comment faire la différence entre une démarche qui concourt à l’accroissement de la connaissance et une autre qui tend à la saper, quand, dans les deux cas, interviennent des énoncés identiques (« il faut plus de recherches », « corrélation n’est pas causalité », « il y a plusieurs causes »), des acteurs scientifiques, voire des publications revues par les pairs ? Toute cette thématique s’est intéressée aux manières très concrètes dont on peut retarder une enquête, en imposant à l’action publique des niveaux de certitude démesurés ou en finançant des recherches sur les « autres facteurs », ce qui revient à jouer les normes de la science contre la science. 

Quelques titres de cette thématique1

Un exemple revient souvent, dans ces études : un mot d’ordre, présent dans les archives internes des cigarettiers, saisies et mises en ligne par la justice américaine, dans lequel un communicant affirme : « Notre produit, c’est le doute. » Dans ce court texte, le maintien stratégique d’une controverse, elle-même lourdement financée, est conçu comme un moyen de poursuivre la commercialisation du tabac et d’échapper aux condamnations comme aux interdictions. Il s’agit de chercher, patiemment et méthodiquement, à mobiliser et instrumentaliser certaines catégories maîtresses : le doute, la controverse, voire l’idée de « bonne science » (sound science). C’est ainsi qu’est née l’expression « marchands de doute », symbolisant la promotion intéressée du doute à l’égard de l’expertise, de la science réglementaire et publiée.

C’est également ce sens, stratégique, qui a occupé des auteurs aussi divers que Naomi Oreskes et Erik Conway au sujet du climato-scepticisme, Wendy Wagner et Thomas McGarity sur le terrain juridique, Gerald Markowitz et David Rosner à propos de la silicose, du chlorure de vinyle ou du plomb, mais aussi David Michaels sur de nombreux toxiques, dans des études historiques. Dans tous ces derniers exemples, il ne s’agit plus de retirer des éléments de connaissance de l’espace public : les auteurs ont étudié la manière dont une connaissance stable et fiable pouvait se retrouver fragilisée et, par là, ne plus apparaître comme connaissance aux yeux du public et des décideurs.

On pourrait objecter que rendre une connaissance douteuse n’est pas la même chose que « créer de l’ignorance ». Tout dépend alors de l’approche de la connaissance que l’on défend, et les travaux cités semblent présupposer, à des degrés divers, que la connaissance n’est pas seulement la possession instantanée d’une information ou même d’énoncés vrais, mais implique aussi la capacité à se servir de cette information pour produire de nouvelles connaissances et justifier des décisions. Rendre une connaissance douteuse, en finançant par exemple une controverse à son égard, c’est bien entraver cette croissance de la connaissance et c’est bien la mutiler dans certains de ces usages, et par là « créer » de l’ignorance.

Affiche du film Merchants of Doubt, basé sur l’ouvrage d’Oreskes et Conway

Bibliographie « Science et ignorance » – Dossier V de la bibliographie

  1. De gauche à droite et de haut en bas :
    – Oreskes, Naomi, et Erik M. Conway. Merchants of doubt: how a handful of scientists obscured the truth on issues from tobacco smoke to global warming, 2010.
    – Markowitz, Gerald, et David Rosner. Deceit and Denial: The Deadly Politics of Industrial Pollution. University of California Press, 2013.
    – Proctor, Robert N., et Londa Schiebinger, éd. Agnotology: the making and unmaking of ignorance. Stanford (Calif.): Stanford University Press, 2008.
    – McGarity, Thomas O., et Wendy Elizabeth Wagner. Bending Science: How Special Interests Corrupt Public Health Research. Harvard University Press, 2008.
    – Michaels, David. Doubt Is Their Product: How Industry’s Assault on Science Threatens Your Health. 1 edition. Oxford ; New York: Oxford University Press, 2008.
    – Markowitz, G., et D. Rosner. Lead wars: The politics of science and the fate of America’s children. University of California Press, 2013. []

Ignorance et « Undone science »

Une autre variante d’études s’intéresse aux biais induits par nos propres croyances, par les outils que nous utilisons pour comprendre et maîtriser la nature et par les programmes de recherche.

Il s’agit ici principalement de production non-intentionnelle de l’ignorance. Frickel a montré comment les instances réglementaires, pour répondre à la pollution causée par l’ouragan Katrina, produisaient de l’ignorance à chaque étape : en se concentrant sur quelques familles de toxiques bien connus, en faisant abstraction des « effets cocktail », en extrapolant les données de produits bien documentés vers ceux qui le sont moins. Cette ignorance produite à chaque étape n’a pas forcément été voulue ; elle résulte du besoin d’agir et du fonctionnement des institutions. De même, tout programme de recherche, en temps et en ressources limités, se concentre sur certains champs pour en laisser d’autres en jachère. Nos intérêts — qu’ils soient culturels, commerciaux, politiques — créent littéralement de l’ignorance.

Continuer la lecture de « Ignorance et « Undone science » »

Ignorance, post-vérité et fake-news

L’expression « post-vérité » – élue « mot de l’année 2016 » par l’Oxford English Dictionary – désigne une forme de circulation de l’information sans réel souci concernant sa véracité et sa validité ou même, dans certain cas, dans un but de désinformation. Il peut s’agir d’une circulation virale d’informations mal sourcées sur les réseaux sociaux, de reprises au premier degré d’éléments parodiques ou encore d’un visage nouveau de la propagande d’État.

Certains ont rapproché le phénomène des fake news (parfois appelées « infox » en français) de l’agnotologie. Il semble pourtant y avoir une différence importante par rapport à la création stratégique d’ignorance décrite dans la section précédente : la post-vérité, dont l’ampleur et la profondeur restent à attester, semble impliquer une indifférence au vrai comme envers la responsabilité intellectuelle qui s’attache aux énoncés publics. Elle consisterait alors en une négation de la valeur et de l’autorité de la connaissance, là où la création stratégique d’ignorance consisterait paradoxalement en une reconnaissance de cette dernière, puisque l’altérer ou la retirer de l’espace public répond à un intérêt et a donc un sens. Les deux mouvements iraient alors en sens inverse. 

Voir ici la présentation détaillée du dossier bibliographique spécifique à la post-vérité et aux « Fake News ».