Veille « Science et ignorance » nov. 2020 n°2

IGNORANCE ET MÉCANISMES DE CONSTRUCTION DU DOUTE

  • Un sociologue de l’environnement aux prises avec une compagnie pétrolière organisant sa défense.
    L’article s’appuie sur une analyse des écrits personnels et des échanges entre un scientifique et des représentants de la compagnie Exxon, suite au  naufrage de l’Exxon Valdez, en mars 1989, au large de l’Alaska. Les aspects financiers sont souvent évoqués pour expliquer le dévoiement du travail des scientifiques dans les études sur les conflits d’intérêt. Cette étude montre que l’objectivité peut également servir de paravent et conduire un scientifique à négliger les conséquences sociales de la catastrophe et les aspects liés au risque environnemental. Désigné pour semer le trouble et influencer l’opinion en faveur de l’entreprise inculpée, le scientifique est aux prises avec les démêlés de sa propre conscience et l’image qu’il se fait de la science et de son propre métier semblent alors décisif pour son action.
      
    -Kirsch, S. « Between the devil and the deep blue sea: Objectivity and political responsibility in the litigation of the Exxon Valdez oil spill ». Critique of Anthropology, 2020.


Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance » nov. 2020 n°2 »

Actualités du fonds « Science et ignorance » – 5

IGNORANCE ET SECRET

  • Une étude ethnographique sur le rapport au secret dans les activités de recherche impliquant l’expérimentation animale :

    L’originalité de cette étude publiée dans la revue Public Understanding of Science, est de s’intéresser à la façon dont les représentations du public au sein des équipes de recherche dictent des stratégies particulières pouvant entraver la qualité de la communication scientifique1.  L’enquête est mise en perspective par rapport aux cadres d’analyse existants du deficit model et du contextual model.
    Sybia via Pixabay
    Elle met en lumière des mécanismes d’évitement liés à la honte ou des mensonges pieux, des stratégies d’ouverture sélective, ou, pour certains acteurs de la recherche, la volonté de communiquer d’une façon plus transparente.  Ainsi, l’expérimentation animale présente un aspect spécifique des mécanismes du secret, perceptible dans les enquêtes auprès des personnes et dans le dispositif employé par les structures de recherche pour simultanément intégrer et mettre à distance les incursions potentielles du public2.

    Many studies in the PUS field have analysed how the public(s) understands scientific practices and results. Here, we want to stress the opposite, how scientists and other actors within the apparatus of animal experimentation understand and discursively construct “the public.” (p.356)
    – Holmberg, Tora, et Malin Ideland. « Secrets and Lies: “Selective Openness” in the Apparatus of Animal Experimentation ». Public Understanding of Science 21, no 3 (1 avril 2012): 354‑68.
    Continuer la lecture de « Actualités du fonds « Science et ignorance » – 5 »
  1. Les auteurs se rapportent notamment aux travaux de S. Hilgartner. Voir par exemple : Hilgartner, Stephen. « Selective Flows of Knowledge in Technoscientific Interaction: Information Control in Genome Research ». British Journal for the History of Science 45, no 2 (2012): 267‑80. []
  2. Sur la thématique du secret, voir aussi B. Balmer : Balmer, Brian. Secrecy and Science: A Historical Sociology of Biological and Chemical Warfare. Farnham Burlington, Vt: Ashgate, 2012 []

Veille « Science et ignorance » – nov. 2020 n°1

IGNORANCE EN HISTOIRE ET PHILOSOPHIE DES SCIENCES

  • Le numéro inaugural de la revue Journal for the History of Knowledge, édité par S. Dupré et G. Somsen, est consacré à une conversation autour de l’ouvrage de Peter Burke : What is the History of Knowledge ? (Cambridge / Malden : Polity, 2015). Dans sa réponse, P. Burke propose des pistes pour l’évolution de ce champ d’étude et mentionne à ce titre le potentiel des ignorances studies  : “My own suggestion for the 2020s is to pay more attention to ignorance or Nicht-wissen, wich has been explored for some time by economists and sociologists, and more recently by anthropologists, political scientists, historiens” (p. 4). Il propose dans cette optique une liste d’approches pouvant être développées : l’intérêt pour les incompréhensions, les intraduisibles, le désordre plutôt que l’ordre ou chaque fois, la face cachée d’un sujet.
    -Burke, Peter. « Response ». Journal for the History of Knowledge 1, no 1 (15 juillet 2020): 7.

Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance » – nov. 2020 n°1 »

Actualités du fonds « Science et ignorance » – 4

Vous trouverez ci-après la liste des ouvrages dernièrement reçus au fonds « Science et ignorance ». Nous vous invitons à vous reporter aux billets de la rubrique « Formes d’ignorance » pour en savoir plus sur la description des sous-thématiques et à consulter les liens pour connaître la liste des documents référencés et disponibles pour chacune d’elles.


Science and the Production of Ignorance: When the Quest for Knowledge Is Thwarted.
Janet Kourany et Martin Carrier (Éds.)
Cambridge, MA: MIT Press, 2020.
lien éditeur – notice RUBENS


Voir aussi : la bibliographie « ignorance en histoire des philosophie des sciences – généralités » – Zotero dossier 01

Blanc de plomb : Histoire d’un poison légal /
Judith Rainhorn
Paris : Les Presses de Sciences Po, 2019.
lien éditeur – notice RUBENS


Continuer la lecture de « Actualités du fonds « Science et ignorance » – 4 »