Actualités du fonds « Science et ignorance » n°7

IGNORANCE SAVANTE

  • La répartition des espèces dans l’écorégion de Caatinga (Brésil) : cartographie des connaissances et de l’ignorance.
La caatinga durant la saison des pluies. 
Allan Patrick de Mossoró, Brasil, CC BY-SA 2.0 Source : Wikipédia

L’article est consacré à l’étude du biome de Caatinga, macro-écosystème du nord-est brésilien, au climat tropical semi-aride. Ce denier offre des paysages diversifiés, parfois jugés inhospitaliers, constitués en grande partie de déserts et de brousses xériques. Cette région est autrement appelée le sertão, ce qui signifie selon le sens originel l’arrière pays ou le fin-fond. Cette réputation n’a pas favorisé la reconnaissance du Caatinga comme zone écologique protégée et cette dernière a tardé à se mettre en place. Pour autant, une meilleure connaissance de la répartition géographique des espèces permettrait de pouvoir prioriser des actions de conservation ou de prévoir l’impact des changements environnementaux.
Afin d’identifier et de caractériser la disponibilité des données sur l’occurrence des espèces de plusieurs taxons de cette écorégion, dans le répertoire de la biodiversité intitulé Global Biodiversity Information Facility (GBIF) , des scores d’ignorance leur ont été attribués. Cette étude permet d’identifier des biais dans la collecte des données et met notamment en évidence le point suivant : certaines zones géographiques, comme les ères péri-urbaines ou les zones difficiles d’accès sont moins volontiers fréquentées par les chercheurs.

– Correia, Ricardo A., Alejandro Ruete, Juliana Stropp, Ana C. M. Malhado, Janisson W. dos Santos, Thainá Lessa, José A. Alves, et Richard J. Ladle. « Using Ignorance Scores to Explore Biodiversity Recording Effort for Multiple Taxa in the Caatinga ». Ecological Indicators 106 (1 novembre 2019): 105539.

Continuer la lecture de « Actualités du fonds « Science et ignorance » n°7 »

Veille « Science et ignorance » déc. 2020 n°1

IGNORANCE EN PHILOSOPHIE DES SCIENCES

  • Quelle sont les conditions nécessaires et suffisantes pour observer une situation d’ignorance chez un sujet ?

    -Kubyshkina, E., et M. Petrolo. « What ignorance could not be ». Principia 24, no 2 (2020): 247‑54.

  • Contexte non-prédictif et actions instrumentales : pourquoi certaines exigences méthodologiques en matière d’économie du développement sont-elles incohérentes ?

    En étudiant les recommandations de la Direction de la coopération pour le développement de l’OCDE, l’auteur remarque que le conseil politique dans le champ de l’aide internationale au développement est souvent guidé par des exigences dont la rationalité interroge. Il est en effet recommandé de mener des actions instrumentales, qui nécessitent de connaître les relations de causes à effets et s’appliquent bien à un contexte prédictif.  Cependant, afin de tenir compte de l’imprédictibilité des changements sociaux, ne serait-il pas préférable de déterminer au préalable si la situation se prête mieux à l’action instrumentale, à l’inaction ou l’action non-instrumentale ?

    -Fforde, Adam. « Towards a Theory of Ignorance ». The Journal of Philosophical Economics XIII, no 2 (2020): 26.

IGNORANCE STRATÉGIQUE ET BIO-TECHNOLOGIES

  • Résistance au stress hydrique et plante myope : lorsque l’ignorance stratégique est incarnée dans un organisme végétal.

    Pixabay
    Afin de pallier aux baisses de rendement dans la culture du soja, occasionné par plusieurs sécheresse successives en Argentine, la recherche en bio-technologie s’est attachée à produire un type de plante transgénique dont la croissance n’est pas affectée par le changement climatique. Cette technologie
    correspond à un trait transgénique, nommé  HB4. Ce dernier empêche la plante de détecter la variation climatique et lui permet de se développer normalement. Si la situation de myopie par rapport au changement climatique, incarnée au sein de l’organisme végétal permet de conserver un bon rendement, ce trait transgénique n’est cependant pas favorable à l’évolution de l’espèce dans la durée. Cette étude permet donc notamment de souligner que certaines techniques d’adaptation au changement climatique viennent camoufler la nécessité de changement structurels plus importants et ne s’intéressent pas à la problématique de la survie des espèces sur le long terme.

    “HB4 plants are climate-ready commodities but not necessarily climate-ready organisms. This observation has implications at the societal level. When the commodity fetish that confounds climate-resilient commodities for climate-resilient organisms is lifted, it becomes apparent that this type of myopia goes beyond the foundational story of the HB4 technology.” (p.6)
    -Silva, Diego. « Keep Calm and Carry On: Climate-Ready Crops and the Genetic Codification of Climate Myopia ». Science, Technology, & Human Values, 24 novembre 2020

Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance » déc. 2020 n°1 »

Actualité du fonds « Science et ignorance » – 6

Le fonds « science et ignorance » accueille cette semaine de nouvelles ressources en épistémologie sociale et en philosophie. Nous vous souhaitons une bonne lecture.

DIMENSIONS SOCIALES DE L’IGNORANCE 

  • Identifier et classifier les pratiques de réduction au silence :

    Certains représentants du courant de l’épistémologie sociale s’attachent à analyser ce qui se produit lorsque l’on porte atteinte à la capacité d’un groupe donné à parler et à être entendu. L’article suivant propose d’analyser de façon conceptuelle cette forme d’oppression, analysée comme une violence épistémique et pouvant s’exercer à l’égard de groupes considérés comme marginaux ou « subalternes »1, placés en situation de non-sachants ou de non-spécialistes. Le premier type de réduction au silence identifié par l’auteur est appelé quieting. Il survient lorsque le public ne parvient pas à identifier un orateur comme un connaisseur. Ce type de réduction au silence est décrit dans l’ouvrage de Patricia Hill Collins intitulé Black feminist thought: Knowledge, consciousness, and the politics of empowerment (New York : Routlege, 2000). Le second type d’oppression est identifié par l’auteur comme un étouffement des témoignages ou testimonial smothering. Il se produit lorsque l’orateur perçoit d’emblée que son auditoire ne peut pas ou ne souhaite pas accepter le témoignage proposé.

-Dotson, Kristie. « Tracking epistemic violence, tracking practices of silencing ». Hypatia 26, no 2 (2011): 236‑57.

Lee, Harper. To Kill a Mockingbird. Philadelphie : J. B. Lippincott & Co, 1960
  • Pour une théorie de « l’ignorance herméneutique intentionnelle » :

    En reprenant l’analyse du procès de Tim Robinson dans l’ouvrage To Kill a Mockingbird de Harper Lee proposée par M. Fricker2 et en se référant à d’autres exemples contemporains, l’auteur entend apporter des précisions à la compréhension de l’injustice épistémique. Il prend pour cela en compte le fait que le connaisseur est à la fois socialement situé et interdépendant, dans la mesure où les ressources épistémiques nécessaires à donner du sens au monde dans lequel il vit sont par nature collectives.  Dans l’article, il montre en quoi ces deux aspects entrent en dialogue pour produire de « l’ignorance herméneutique volontaire ».

« Unlike the two forms of epistemic injustice Fricker identifies (testimonial and hermeneutical injustice), willful hermeneutical ignorance does not describe a thwarted epistemic agent who is not believed or cannot make sense of her world. Instead, willful hermeneutical ignorance describes instances where marginally situated knowers actively resist epistemic domination through interaction with other resistant knowers, while dominantly situated knowers nonetheless continue to misunderstand and misinterpret the world. » (p.716)

-Pohlhaus, Gaile. « Relational Knowing and Epistemic Injustice: Toward a Theory of Willful Hermeneutical Ignorance ». Hypatia 27, no 4 (2012): 715‑35.


Bande-annonce du film Du silence et des ombres (To Kill a Mockingbird), réalisé par Robert Mulligan en 1962 et adapté du roman de Harper Lee, dont le récit prend place dans les années 1930, au cœur de l'Amérique sudiste ségrégationniste.

Références du fonds sur les dimensions sociales de l’ignorance.

Continuer la lecture de « Actualité du fonds « Science et ignorance » – 6 »

  1. L’auteur fait référence à l’article : Spivak, Gayatri. 1998. Can the subaltern speak? In Marxism and the interpretation of cul- ture, ed. Cary Nelson and Lawrence Grossberg. Urbana: University of Illinois Press. []
  2. Fricker, Miranda. Epistemic Injustice: Power and the Ethics of Knowing. Oxford: Oxford University Press, USA, 2009 []