Veille « Science et ignorance »- jan. 2021 n°1

Image : Pixabay

Nous signalons ici trois articles publiés récemment dans le champ des études sur l’ignorance et susceptibles d’apporter un éclairage sur certains aspects de l’épidémie de Covid-19. Le premier aborde la question des biais méthodologiques en recherche clinique ; le second, en deux volets, consiste en une étude complète sur les mouvements anti-vaccins et le dernier aborde la question du triage des patients.

IGNORANCE EN HISTOIRE ET PHILOSOPHIE DES SCIENCES

  • La distinction entre ignorance savante et ignorance stratégique et le défi particulier des biais méthodologiques en recherche clinique.

    L’article propose, dans une première phase, une vue synthétique de l’ensemble du champ de l’agnotologie en distinguant l’ignorance produite de façon involontaire de l’ignorance produite de façon intentionnelle. Après s’être attaché à définir l’ignorance d’un point de vue épistémologique, l’auteur rappelle que la production de connaissances s’accompagne inévitablement production d’ignorance, que ce soit à cause de la sélection d’un champ de recherche spécifique par les scientifiques, opérée au détriment d’un autre, en raison de la faillibilité de la science ou des limites de la cognition humaine. Mais, les ignorance studies s’attachent aussi à démontrer que l’ignorance peut être intentionnellement produite lorsque des acteurs cherchent à influencer la science pour favoriser un résultat au dépend d’un autre, en vue de défendre des intérêts stratégiques.
    L’intérêt de cette étude est de souligner la nécessité de parvenir à distinguer ces deux formes de production d’ignorance afin d’éviter et d’atténuer les effets de l’ignorance produite intentionnellement. S’il est clair que la fraude scientifique se rapporte à l’ignorance produite délibérément, les biais méthodologiques introduits lors du processus de recherche représentent un défi particulier puisqu’ils sont difficilement classables. 
    Le choix d’un protocole expérimental en recherche pharmaceutique ou la présentation des résultats peuvent ainsi parvenir à influencer la diffusion de la connaissance relative à l’efficacité d’un produit. En recherche clinique, l’auteur examine la problématique du groupe de contrôle, la question de la dose administrée et la distinction entre une réduction du risque relative et absolue1. Mais il existe également des pratiques de recherche bien ancrées susceptibles d’introduire des biais de recherche. L’auteur présente une méthode consistant à partir de données ayant un grand nombre de variables et un grand nombre de résultats sans déterminer à l’avance la variable analysée, afin de choisir a posteriori les associations qui sont « statistiquement significatives », intitulée le data dredging ou post-hoc analysis.
    Tout en montrant l’intérêt d’une distinction entre l’ignorance involontaire et l’ignorance intentionnellement produite, l’étude décrit finalement quelques techniques permettant d’encadrer le processus de recherche et d’éviter les dérives : l’exigence de reproductibilité des résultats de la recherche est l’un des processus évoqué.

    -Pinto, Manuela Fernández. « Scientific Ignorance: Probing the Limits of Scientific Research and Knowledge Production ». THEORIA. An International Journal for Theory, History and Foundations of Science 34, no 2 (25 septembre 2019): 195‑211.

Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance »- jan. 2021 n°1 »

  1. L’auteur s’appuie notamment sur les travaux de Goldacre, Ben. Bad Pharma: How Medicine Is Broken, and How We Can Fix It. London: Fourth Estate, 2013 ou de L. Bero []