Veille « Science et ignorance » – mars 2021 n°2

Nous avons tout d’abord le plaisir d’annoncer la publication d’un article faisant référence aux activités d’animation du CAPHÉS autour de la science et de l’ignorance dans la Lettre de l’INSHS n°70 1.

Pour ce billet, qui signale une nouvelle fois quelques-unes des publications les plus récente sur la thématique, nous avons choisi de mettre en exergue un article ayant utilisé la base bibliographique Zotero sur la « science et l’ignorance » comme point d’entrée pour analyser des différents mode de production de l’ignorance à l’œuvre dans un domaine en particulier. L’article qui suit s’intéresse à la disparition de certains savoirs traditionnels – savoirs agricoles, herboristerie, traditions culinaires- et se donne notamment pour objectif d’en identifier ses causes. Il reprend certaines formes d’ignorance décrites dans ce présent carnet tout en soulignant que certaines gagneraient à y être mieux représentées et ouvre en cela de nouvelles pistes de réflexions.

IGNORANCE EN LIEN AVEC D’AUTRES CHAMPS DISCIPLINAIRES : ANTHROPOLOGIE

Quamash, ou petit camas, 1832. Swallowtail Garden Seeds collection. CC-BY 2.0 – Source. Plante de famille des Hyacinthacées, originaire de l’Amérique du Nord. Son bulbe faisait partie de l’alimentation traditionnelle des amérindiens.

Le champ des ignorances studies a permis aux auteurs de l’article suivant d’identifier plusieurs formes de production d’ignorance à l’origine de la disparition de savoirs traditionnels.
Une première partie décrit une forme de déni observable chez les personnes qui défendent la cause animale tout en consommant de la viande, un phénomène appelé en psychologie : « le paradoxe de la viande »2.
La seconde partie est consacrée à la production d’ignorance par l’industrie et les lobbies du sucre, qui a pour objet de freiner la mise en œuvre de mesures sanitaires destinées à en réduire la consommation. Dans le cadre de la controverse ainsi créée,  les chercheurs indépendants ont été accusés de biaiser leurs recherches dans le but de discréditer les chercheurs ayant des intérêts stratégiques à défendre, ou de sélectionner artificiellement les résultats les plus probants pour pouvoir accéder à la publication. La thèse du « white hat bias » ou « biais de la belle âme »  défendue par Mark B Cope et David B Allison a bien sûr suscité une importante polémique et a été réfutée3.
Enfin l’article s’intéresse à la disparition des savoirs culinaires des amérindiens et aux troubles de santé développés suite à la consommation de produits importés par les colons. Le concept d’« épistémicide »4 est ici proposé pour décrire le phénomène d’invisibilisation ou d’acculturation à l’œuvre.
L’article propose finalement un inventaire d’initiatives destinées à retrouver ces savoirs locaux et restaurer les savoirs oubliés.
-Godrie, Baptiste, et Aude Bandini. « Ce que l’ignorance nous apprend. Trois mécanismes de production de l’ignorance et les moyens de les enrayer dans le domaine de l’alimentation ». Anthropology of food, no S15 (30 décembre 2020).

Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance » – mars 2021 n°2 »

  1. J. Solviche, Documenter l’ignorance, nouveaux corpus, nouveaux enjeux, Lettre de l’INSHS n°70, mars 2021, p. 7-9 []
  2. Voir notamment : Loughnan, Steve, Boyka Bratanova, et Elisa Puvia. « The Meat Paradox: How Are We Able to Love Animals and Love Eating Animals? » In Mind 1 (2012): 15‑18. []
  3. Il est ici question de la polémique provoquée par l’article suivant : Cope, Mark B, et David B Allison. « White Hat Bias: Examples of its Presence in Obesity Research and a Call for Renewed Commitment to Faithfulness in Research Reporting ». International journal of obesity (2005) 34, no 1 (janvier 2010): 84‑83.
    Cet article est réfuté notamment ici : Litman, Ethan A., Steven L. Gortmaker, Cara B. Ebbeling, et David S. Ludwig. « Source of Bias in Sugar-Sweetened Beverage Research: A Systematic Review ». Public Health Nutrition 21, no 12 (août 2018): 2345‑50. []
  4. L’article revoit aux ouvrages de SANTOS B. de Sousa : O social e o político na transição pós-moderna : The social and the political in the post-modern. Porto. Afrontamento, 1994 et Epistemologies of the South : Justice Against Epistemicide. Boulder : Paradigm publisher, 2014 []

Veille « Science et ignorance » – mars 2021

Ill. Adaptée de "Eroded summerhouse", John Nuttall, Flickr, CC- BY 2.0

Nous présentons ici une sélection d’articles récemment parus dans le champ des ignorances studies. Ces dernières seront amenées à rejoindre le fonds « Science et ignorance » au CAPHÉS pour être mises à disposition des chercheurs et des lecteurs.

IGNORANCE ET SECRET

L’étude suivante pointe une contradiction entre la circulation apparemment débridée de l’information dans nos sociétés et la persistance des théories du complot, qui reposent pourtant sur le soupçon et le sentiment que des informations nous sont tenues secrètes.  La critique de la théorie conspiratrice de l’ignorance par Karl Popper est au cœur de l’analyse1 ; il s’agit, pour l’auteur d’examiner dans quelle mesure cette dernière reste pertinente dans nos sociétés actuelles . – Reche, Alejandro Romero. « Théorie du complot, secret et transparence ». Rue Descartes, N° 98, no 2 (16 décembre 2020): 81‑102.

IGNORANCE ET CENSURE

La revue Bulletin of the atomic scientists, republie, pour son 75e anniversaire, un texte de Bertrand Russell de 1958 sur le désarmement nucléaire qui évoque « l’ignorance des gouvernants » dans le cadre de la course à l’armement durant la guerre froide. La défense de l’idéologie et les intérêts belliqueux, apparaissant dans les discours donnés par les chefs d’État de l’est et de l’ouest, semble y prendre le pas sur la prise en compte d’arguments logiques élémentaires. – Russell, Bertrand. « 1958: Only world government can prevent the war nobody can win ». Bulletin of the Atomic Scientists 76, no 6 (1 novembre 2020): 359‑62

Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance » – mars 2021 »

  1. Popper, Karl R., Conjectures and refutations (1963), New York, Routledge & Kegan Paul, 2002 []