Actualités du fonds « Science et ignorance » – avril 2021

Oreskes, Naomi, Erik M. Conway, trad. Jacques Treiner. Les marchands de doute (Le Pommier, 2014). Notice Zotero / Catalogue Rubens

L’agnotologie est souvent définie comme l’étude des mécanismes de production d’ignorance. Une de ses formes correspond assez bien au titre de l’ouvrage de N. Oreskes et E. Conway paru en 2010, et est couverte ici par le dossier intitulé « Ignorance et mécanismes de production du doute ». Les articles qui y sont regroupés décrivent des méthodes de production d’ignorance similaires à celles employées par les entreprises de production de tabac et les climato-sceptiques, c’est à dire la remise en cause des consensus existants au sein de la communauté scientifique et l’instillation du doute au sein des médias et du public.
Dans le dossier présenté ci-après, des philosophes des sciences s’interrogent sur la meilleure attitude à adopter face à ces créateurs de controverses artificielles. Comment parvenir à distinguer les formes de dissensus relevant de la critique scientifique constructive de celles qui témoignent d’intentions malveillantes ? Par ailleurs, cibler ces actions malintentionnées en soulignant des conflits d’intérêt qui les sous-tendent ou en tentant de les étouffer et de les minimiser est-il une attitude productive tant sur le plan épistémologique que politique ? Ces articles entendent offrir des éléments de réponse à ces questions.

Des doutes inappropriés ?

Les publications présentées ci-après témoignent d’un intérêt de leurs auteurs pour les doutes artificiels. Elles s’attachent à définir les formes de dissensus épistémologiquement préjudiciables et à les distinguer de la critique constructive en science

Non constructives sur le plan scientifique, et nécessitant pour leur réfutation un gaspillage ressources humaines et financières, les controverses artificiellement créées ont été bien repérées des agnotologues pour leur capacité à produire de l’ignorance. Les auteurs de l’article suivant mettent en lumière leur rôle néfaste sur le plan épistémique, moral et politique. En remarquant qu’elles sont susceptibles d’intimider des scientifiques, les auteurs insistent sur leurs capacités à créer un climat délétère et
à corrompre tout aussi bien la science que le débat scientifique, en dissuadant les chercheurs d’une prise de risque sur le plan épistémique. Prenant l’exemple de la critique du consensus sur l’origine anthropique du réchauffement climatique l’article montre qu’elles sont susceptibles d’empêcher la mise en place de stratégie politique d’adaptation et d’anticipation. Ainsi, dans cet article, le dissensus épistémologiquement préjudiciable (epistemologically detrimental dissent) a pour effet de dissuader la prise de risque des chercheurs, pourtant nécessaire à une saine activité de recherche, tout en négligeant ses conséquences nocives pour le public. 
Biddle, Justin B., Ian James Kidd, et Anna Leuschner. «Epistemic corruption and manufactured doubt: the case of climate science ». Public Affairs Quarterly 31, no 3 (2017): 165‑87.

     Afin de distinguer un dissensus produit dans le cadre d’une critique constructive sur le plan scientifique et un dissensus épistémologiquement préjudiciable, les auteurs de l’article suivant proposent deux critères permettant de les identifier de façon certaine. Les résultats scientifiques mis en avant par les créateurs de controverses artificielles seraient ainsi repérables lorsqu’ils remplissent les deux conditions suivantes : l’incapacité à les démontrer en suivant un raisonnement scientifique et la volonté de les médiatiser pour influencer l’opinion. Le fait que les motivations des scientifiques puissent être fondées sur des considérations subjectives ou des valeurs non épistémiques est, selon les auteurs, une considération de peu d’importance pour procéder à cette distinction, dès lors que la science sur laquelle ces résultats s’appuient est biaisée. 

Considerations about the subjective intentions or background beliefs of the scientists are irrelevant, unless one can show that skewed science was produced. (p. 1022)

Bihan, Soazig Le, et Iheanyi Amadi. « On Epistemically Detrimental Dissent: Contingent Enabling Factors versus Stable Difference-Makers ». Philosophy of Science, 14 décembre 2017.

Continuer la lecture de « Actualités du fonds « Science et ignorance » – avril 2021 »