Veille « Science et ignorance » – mai 2021



IGNORANCE ET MÉCANISMES DE PRODUCTION DU DOUTE

  • Répertoire des tactiques de production de doute et propositions de parades appropriées pour les contrer :

    Cette étude présente un recensement de stratégies de production de doute mises en œuvre par les acteurs de différents secteurs économiques et offre une représentation de leur fréquence ainsi que de leur répartition sous forme de diagrammes. Elle s’appuie sur cinq cas dans lesquels la littérature scientifique, les enquêtes journalistiques ou les décisions de justice ont fait état de recours à une recherche biaisée : industrie du tabac, industrie du charbon, industrie du sucre, industrie des pesticides et l’Institut Marshall pour ses tentatives de dévoiement de la recherche en climatologie.
    Parmi les vingt-huit stratégies identifiées, dix d’entre elles sont rapportées à des logiques fallacieuses au sein desquelles nous pourrions citer par exemple l’argument d’autorité ou ad verecundiam, observable lorsque les semeurs de doute recherchent l’appui de personnes renommées, le sophisme du tireur texan ou texas sharpshooter, qui consiste à utiliser un jeu de données non représentatif de l’ensemble pour étayer une démonstration, la confusion entre corrélation et causalité ou cum hoc ergo propter hoc, l’épouvantail ou strawman argument, consistant à exagérer la position de l’adversaire pour mieux l’attaquer ou enfin, la logique d’engrenage ou splippery hope, qui amène à suggérer qu’une action mineure mènerait inévitablement à des conséquences majeures.
    Le phénomène de chambre d’écho décrit par le cigarettier John F. Scruggs (PHILIP MORRIS COMPANIES INC.), «Mgxn0061 – THE “ECHO CHAMBER” APPROACH TO ADVOCACY – Truth Tobacco Industry Documents», 18 décembre 1998.
    Un apport intéressant de cet article réside dans la distinction entre le rôle des fabricants de doute et le rôle d’un second ensemble d’acteurs qui contribuent eux aussi à la diffusion d’informations erronées. Ces derniers peuvent, consciemment ou non, amplifier l’influence des premiers, qu’il s’agisse des agences d’État, des médias ou du public lui-même. Ces deux derniers sont susceptibles de répercuter le message avec une grande efficacité, aujourd’hui décuplée par les réseaux sociaux, selon la métaphore de la  « chambre d’écho » déjà utilisée par le cigarettier John F. Struggs :
You will note that the echo chamber effect can work in two different ways . First, the same message can reverberate among multiple sources toward the target Members . For example, the same information from polling data captured in a single poll can be repeated by the media, congressional colleagues, lobbyists and advertising. Second, similar but complementary messages can be repeated by a single source . (memo Mgxn0061, p. 2)

Le recensement des stratégies effectué en première partie ainsi que la distinction entre les différents groupes d’acteurs opérée dans une seconde partie permet finalement de proposer des solutions appropriées afin de lutter contre les effets délétères des controverses artificiellement créées. Nous pouvons citer à titre d’exemple l’encouragement des enquêtes citoyennes, la déclaration des conflits d’intérêts, le libre accès à l’information scientifique, le renforcement de la législation encadrant les conditions de travail des employés exposés aux produits toxiques ou l’amélioration du fonctionnement des agences d’État.

Goldberg, Rebecca F., et Laura N. Vandenberg. « The science of spin: targeted strategies to manufacture doubt with detrimental effects on environmental and public health ». Environmental Health 20, no 1 (26 mars 2021): 33.

ÉPISTÉMOLOGIE SOCIALE

Illex Vomitoria. Domaine public. Source
  • L’appellation Ilex vomitoria et la déconsidération progressive du Yaupon,  boisson stimulante originaire d’Amérique du Nord.

En 1789, William Aiton, botaniste en chef aux jardins botaniques royaux de Kew en Angleterre, donne le nom d’Illex Vomitoria à une plante de l’espèce du houx, rapportée d’Amérique du nord et utilisée pour la préparation d’une boisson riche en caféine prisée au sein de certaines populations amérindiennes 1.  Cet article, richement illustré, s’intéresse au devenir de cette boisson stimulante répertoriée dans les récits des chroniqueurs français et espagnols sous le nom de Yaupon, Cassina ou Apalachine. Il est observé, d’une part, que les propriétés stimulantes de la boisson sont négligées par les colons et tombent dans l’oubli dans la région d’origine, et d’autre part, que les propriétés émétiques qu’ils confèrent à tort à cette plante sont les seules retenues à l’issue de son transfert en Europe. L’approche, dans cette recherche, est inspirée de celle de l’historienne des sciences Londa Schiebinger dans son ouvrage Plants and Empire: Colonial Bioprospecting in the Atlantic World2. Un champ important de l’histoire de la médecine s’est intéressé à la façon dont les savoirs naturalistes et pharmaceutiques ont circulé depuis la périphérie des colonies jusqu’au cœur des empires coloniaux. Londa Schiebinger s’intéresse pour sa part au non-transfert de certains de ces savoirs, c’est à dire à des formes d’ignorance culturellement ou politiquement induites3

Schiebinger, Londa. Plants and Empire – Colonial Bioprospecting in the Atlantic World. Cambridge, MA.: Harvard University Press, 2004.

La régurgitation de la boisson par les indiens durant certaines cérémonies n’était pas due, en réalité, aux propriétés de la plante elle-même mais à sa consommation en grande quantité et à la nécessité de réguler l’apport en caféine. Il y eut pourtant vraisemblablement un intérêt, de la part des Anglais, à confondre corrélation et causalité et à prêter des propriétés émétiques à la plante elle-même.

The failures and errors associated with Ilex vomitoria expose ways in which these systems are leaky, unable to neatly contain even those objects in their grasp. (p. 469)

D’une part, prêter le nom d’Ilex Vomitoria à cette plante permit très certainement de ternir la réputation du thé carolinien préparé à partir de cette dernière, au profit du thé de Ceylan, dont le succès commercial était souhaité ; ce fut donc une forme de sabotage économique. D’autre part, cette démarche semble s’inscrire dans une dynamique visant à discréditer les ressources et coutumes des peuples amérindiens, voire susciter le dégoût ou la révulsion vis-à-vis de ces dernières.

Folch, Christine. « Ceremony, Medicine, Caffeinated Tea: Unearthing the Forgotten Faces of the North American Stimulant Yaupon (Ilex Vomitoria) ». Comparative Studies in Society and History 63, no 2 (avril 2021): 464‑98. 

Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance » – mai 2021 »

  1. Voir : Folch, Christine. « Ceremony, Medicine, Caffeinated Tea: Unearthing the Forgotten Faces of the North American Stimulant Yaupon (Ilex Vomitoria) ». Comparative Studies in Society and History 63, no 2 (avril 2021), p. 480. L’auteure se rapporte à l’ouvrage de William Townshend Aiton :  Hortus Kewensis: Or a Catalogue of the Plants Cultivated at the Royal Botanic Garden Kew, vol. 1 (London: George Nicol, 1789), 170. []
  2. Londa Schiebinger, Plants and Empire: Colonial Bioprospecting in the Atlantic World (Cambridge: Harvard University Press, 2004), 3. []
  3. Dans son ouvrage, Londa Schiebinger souligne par exemple le désintérêt des européens pour la plante Flos pavonis (fleur de Paon ou fleur de paradis en français) qui possède des propriétés abortives et en étudie les causes politiques. Voir à ce propos : Boumediene, Samir. « Londa Schiebinger, Plants and Empire. Colonial Bioprospecting in the Atlantic World. Cambridge (Mass.) & Londres, Harvard University Press, 2004, 306 pages ». Clio. Femmes, Genre, Histoire, no 33 (1 mai 2011): 285‑86. []