Actualités du fonds « Science et ignorance » – sept. 2021 n°1

IGNORANCE ET MÉCANISMES DE PRODUCTION DU DOUTE

La recherche financée par l’industrie considérée du point de vue de la philosophie des sciences : atouts, points de vigilance et recommandations.
  
Le respect du « temps long de la recherche » et la possibilité de choisir des sujets de recherche qui ne soient pas assujettis à des intérêts particuliers font partie des motifs couramment invoqués pour ré-affirmer l’intérêt de la recherche fondamentale, aux côtés de la recherche appliquée.

Cet article se propose d’examiner les bénéfices mais aussi les conséquences néfastes du financement de la recherche par l’industrie, afin de mettre en exergue des points particuliers de vigilance. L’intérêt de cette étude, pour le philosophe des sciences, est de pouvoir déterminer sous quelles conditions la recherche appliquée préserve son intégrité et quel serait dans ce cas l’arsenal d’antidotes à déployer pour prévenir des manquements à l’intégrité scientifique.

Cette étude revêt un intérêt d’autant plus prégnant que la proximité du secteur de l’industrie avec la recherche devient de plus en plus forte dans certains secteurs – comme par exemple, en biomédecine – et semble inéluctable au vue du coût élevé des recherches dans certains domaines.

La première partie est consacrée à l’étude des atouts, pour la recherche, du financement par l’industrie. Afin de préciser le contexte, l’auteur retrace très brièvement l’historique du lien entre industrie et recherche depuis les années 1980 et rappelle l’origine de la mise en place de dispositifs de protection de la propriété industrielle dans le secteur pharmaceutique. Il relève que la durée de développement des médicaments a pu favoriser l’acceptabilité éthique des brevets ; il s’agissait de protéger l’entreprise ayant investi dans la recherche-développement contre ses concurrents susceptibles de récupérer la formule du médicament.

“The patent system was ultimately seen to resolve tensions that existed between the norms of science (openness) and demands of business (profitability).” (p.2)

Cet argument est toujours mis en avant aujourd’hui dans les débats liés à la question de la levée des brevets sur les vaccins anti-covid 1.
Prenant en considération des domaines de recherche différents de ceux évoqués par les agnotologues, à savoir ici la spintronique ou l’électronique, l’auteur donne des exemples dans lesquels des innovations techniques effectuées dans un cadre commercial ont pu être propices, par la suite, aux avancées théoriques dans les disciplines concernées. 

Continuer la lecture de « Actualités du fonds « Science et ignorance » – sept. 2021 n°1 »

  1. Pour un aperçu des divers arguments mobilisés dans ce débat, voir par exemple : Bourgeois, Raphaël. « Faut-il lever les brevets des vaccins contre le Covid ? » France Culture : Le temps du débat, 20 février 2021. https://www.franceculture.fr/emissions/le-temps-du-debat/faut-il-lever-les-brevets-des-vaccins-contre-le-covid. []