Veille « Science et ignorance » – Oct. 2021 n°1

Planisphère nautique (détail) / Opus Nicolay de Caverio ianuensis Caverio, Nicolaus de (14..-15..). Cartographe. Source gallica.bnf.fr / BnF 

IGNORANCE SAVANTE

  • Ignorance et découverte fortuite au début de l’époque moderne :

    Au XVIe et XVIIe siècle, des philosophes se sont interrogés sur le statut de différentes découvertes faites par hasard, qu’ils attribuent à des hommes dits « ignorants », au sens où ces derniers, expérimentateurs, seraient dénués de formation scientifique.
    Qu’elles soient le fruit de la sérendipité ou des qualités de l’inventeur, les découvertes fortuites telles que la découverte de l’Amérique, l’invention de la boussole ou de la première lunette astronomique, interpellent les philosophes qui se demandent de quelle manière intégrer ce mode opératoire dans les programmes d’avancement des sciences. En s’appuyant notamment sur la notion d’expérience lettrée (experientia literata) développée par Francis Bacon (1561-1626), l’article montre que ce mode de découverte se trouve tout à la fois discrédité, en raison de son caractère non conscient, par exemple, et réhabilité en vertu de la sagacité dont il est la preuve. 
    -Parageau, Sandrine. « « Colomb ignorant trouva le nouveau monde » : ignorance, découverte fortuite et expérimentation à la première modernité ». Revue d’histoire des sciences Tome 74, no 1 (16 juin 2021): 41‑62.