Veille « science et ignorance » nov. 2021 n°2 : “ignorance studies” et épidémies

  • Les dimensions sociales de l’ignorance dans les discours sur l’épidémie de COVID-19 aux États-Unis en 2020.

Le néologisme « infodémie », dont on relève de premières occurrences à l’occasion de l’épidémie de SRAS, a été à nouveau employé par l’OMS dès février 2020 pour faire référence à l’abondance d’informations circulant à propos de la Covid-19 et à leur médiocre qualité puisque nombre d’entre elles se révèlent fausses ou inexactes1. Ce terme est ensuite employé régulièrement à propos de la pandémie et peut se référer selon le contexte : à la profusion d’infox et de fake-news, à un mode de circulation de l’information qui est comparé par métaphore aux notions de contagion et de viralité dans le domaine de la médecine, et enfin à un type de désinformation ou de mal-information spécifique au contexte épidémique. Cette dernière acceptation insiste sur des caractéristiques préoccupantes du phénomène, propres à aggraver l’épidémie elle-même.

L’article ici présenté, s’intéresse à la question de la mal-information et de la désinformation durant la crise du Covid-19 et analyse les pratiques discursives liées à la pandémie aux États-Unis en 2020, sous l’angle de l’oubli viral.
Outre l’emploi fréquent de résultats statistiques non explicités, ces discours ont recours aux comparaisons avec les épidémies du passés alors que l’épidémie de Covid-19 présente des caractéristiques différentes.
Les auteurs Peter Hegarty et Joe Rollins semblent suggérer que les leçons du passé sont mal assimilées : on le sollicite lorsque ne faudrait pas et l’oublie lorsqu’il pourrait se révéler utile. Ils remarquent que le discours des dirigeants persiste, comme ce fût le cas durant l’épidémie de SIDA, à traiter de l’épidémie sur un mode individualiste et stigmatisant.  En s’appuyant sur des ouvrages Epistemology of the Closet2 et Race and epistemologies of ignorance3, ils montrent que ces discours présentent des lacunes et traduisent une forme d’ignorance.

Continuer la lecture de « Veille « science et ignorance » nov. 2021 n°2 : “ignorance studies” et épidémies »

  1. Voir cet article de Conspiracy watch, 16 juin 2020, consulté le 4 novembre 2021 []
  2. Kosofsky Sedgwick, Eve. Epistemology of the Closet Updated with a new preface. A Centennial Book. Berkeley (Calif.) Los Angeles (Calif.) London: University of California press, 2008. 1ere Ed. 1990 []
  3. Sullivan, Shannon, et Nancy Tuana. Race and Epistemologies of Ignorance. SUNY Series, Philosophy and Race. Albany, N.Y: State University of New York Press, 2007 []

Veille « Science et ignorance » nov. 2021 n°1 : sociologie de l’ignorance et médecine

L’article mis en avant dans le présent billet réalise un état des lieux des interactions entre la sociologie de l’ignorance et la médecine (aspects déjà abordés et chantiers ouverts). Ce focus est suivi, dans un second billet, de la présentation d’un autre article qui propose une analyse des discours officiels sur la pandémie de Covid-19 aux États-Unis en 2020 et souligne les lacunes dans réponses apportées, notamment leur caractère individualiste et stigmatisant.

  • La dimension d’incertitude inhérente à la médecine et les apports de la sociologie de l’ignorance.

En quoi l’autorité des savoirs médicaux est-elle liée à l’emploi de techniques médicales ? Dans quel contexte peut-on parler d’une « expertise profane » en médecine et comment cerner en ce domaine l’impact des nouvelles technologies d’information et de communication ?

La question de l’incertitude en médecine a toujours été présente mais la pandémie de Covid-19, depuis début 2020, semble l’avoir placée à nouveau au centre de l’attention. En cette période, la maladie est encore peu connue, il reste difficile de savoir quelles mesures prophylactiques employer et aucun traitement n’a encore été mis au point pour la guérir. Par ailleurs les mesures de confinement et de distanciation sont inégalement applicables suivant les professions, les types de population et les différents pays :  l’épidémie rappelle l’importance des déterminant sociaux de santé en sociologie de la médecine.
C’est pour O. Whooley, O. et K. K. Barker l’occasion de revenir sur l’histoire de la notion d’incertitude en médecine, tout comme de faire le point sur les apports potentiels et la fécondité de la sociologie de l’ignorance pour cette discipline.

Il est tout d’abord rappelé que la dimension d’incertitude est une partie intégrante de la médecine. Cette dernière semble en effet imprégner la relation médecin-patient, la phase de diagnostic et l’identification des maladies si bien que les praticiens ont depuis longtemps appris à gérer cette composante. Ces derniers savent bien que l’évolution d’une maladie et la réponse du sujet vivant à un traitement ne peuvent être parfaitement prévisibles.
Ils s’appuient ainsi, par exemple, sur l’évaluation de la balance bénéfice-risque pour administrer un traitement ou formuler une prescription.  L’art du praticien peut sembler en ce sens résulter de sa capacité à appréhender et à circonscrire la part d’inconnu auquel la singularité du sujet expose, au delà du caractère faillible de la science elle-même.

Après ce retour sur les antécédents de la question de l’incertitude en médecine, l’étude porte son attention sur les différentes formes d’ignorances identifiées par les spécialistes des ignorances studies et actuellement reconnaissables dans les sciences médicales.
Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance » nov. 2021 n°1 : sociologie de l’ignorance et médecine »